L’ex amant de Mateen: «il voulait se venger après avoir découvert que son partenaire avait le sida»

Un homme d’origine portoricaine prétendant avoir été l’amant de Omar Mateen, le tueur de la boîte de nuit homo d’Orlando vient de faire des révélations étonnantes. D’après cet homme, Mateen a seulement voulu se venger après avoir découvert qu’un de ses partenaires lors d’une séance de sexe à trois était séropositif.

Capture d’écran 2016-06-23 à 01.03.02.png

Le témoin connu sous le prénom de Miguel a raconté qu’il avait eu une relation de deux mois avec Omar Mateen, d’octobre à décembre l’année dernière, relate le Dailymail. Omar Mateen était un habitué du Pulse avant qu’il ne tue 49 personnes dans cette boîte de nuit gay.

Miguel raconte qu’ils se sont rencontrés sur le site de rencontre Grindr, ont eu un premier rendez-vous et qu’ensuite ils sont devenus « amis avec des avantages ». Les deux hommes se sont rencontrés plus de 20 fois dans un hôtel d’Orlando

Miguel décrit Mateen comme un gay un peu confus et buveur. Qu’il était plutôt attiré par les Latinos mais qu’il se sentait rejette par eux. Il déclare surtout que le massacre au Pulse était une tentative de vengeance d’Omar contre l’un des deux hommes portoricains avec qui il avait eu une partie à troisIl avait ensuite découvert que l’un des deux était séropositif.

Le témoin raconte encore que malgré que les tests de dépistages étaient négatifs Mateen craignait l’arrivée d’un autre résultat plus précis. Il n’avait pas le temps et il voulait faire payer.

« La chose qui me fait témoigner et raconter la vérité c’est qu’il ne l’a pas fait pour des raisons terroristes » a déclaré Miguel à la journaliste Maria Elena Salinas de la chaîne Univision : « C’était une vengeance, cela n’avait rien à voir avec un acte terroriste. »

Avant le massacre Miguel insiste sur le fait que Mateen était quelqu’un d’« adorable et doux » ajoutant qu’ils pratiquaient souvent du sexe oral et que Mateen « aimait être caressé… et aimait être embrassé. »

« Notre premier rendez-vous s’est déroulé dans un bar à Orlando au Parlement. C’était comme un autre rendez-vous » se rappelle-t-il. Les suivants ont toujours eu lieu à l’hôtel Ambassadeur où ils se sont retrouvés entre 15 et 20 fois entre octobre et décembre 2015.

Univision relate aussi avoir eu le témoignage d’un membre du personnel de l’hôtel affirmant qu’Omar Mateen était un visage familier de l’Ambassadeur et qu’il y était passé au moins 63 fois l’an dernier.

Le FBI a obtenu les images de vidéo surveillance de l’hôtel en question précise encore Uni vision.

Miguel raconte encore que Mateen ne supportait pas de faire des selfies au lit l’obligeant de mettre son mobile par terre. Le jeune homme de 19 ans lui aurait révélé finalement qu’il était marié avec un enfant. Après une dispute il raconte que Mateen s’est excusé auprès de lui et lui a enfin dit que sa femme était au courant de ses rendez-vous gay.

Sur la question : le père de Mateen était-il au courant de l’homosexualité de son fils, Miguel a dit qu’il n’en était pas sûr mais qu’il le pensait bien.

Pendant leurs multiples rencontres Miguel raconte qu’Omar lui parlait de l’Islam, décrivant que c’était une belle religion où tout le monde était le bienvenu gay, trans, bisexuel, hétéro tout le monde./

Mais il est clair que Mateen avait développé une haine profonde pour sa propre sexualité, les Portoricains et les homosexuels…

http://www.dailymail.co.uk/embed/video/1301242.html

La Capitale

Un candidat israélien à l’Eurovision humilié dans un aéroport russe parce qu’il est gay

Le candidat israélien au concours de chant Eurovision a été humilié au contrôle des passeports en Russie en raison de son orientation sexuelle, a affirmé le chanteur.

Image PNG (Portable Network Graphics)-845873AB051A-1.png

Hovi Star, artiste ouvertement gay, a parlé de l’incident, qui a eu lieu dans un aéroport de Moscou il y a deux semaines, à une chaîne de télévision malte. Une partie de l’entretien a été publiée samedi sur YouTube.

Star a déclaré que les douaniers s’étaient moqués de lui, avaient déchiré son passeport et lui avaient dit qu’il ne pouvait pas entrer dans le pays.

« A Moscou, les personnes sont dures avec les personnes comme moi, peut-être parce que je suis gay, peut-être parce que je suis habillé comme ça, peut-être parce que je porte du maquillage, je ne sais pas », a-t-il déclaré à la télévision malte.

« Ils m’ont dit que je ne pouvais pas entrer, ils ont regardé mon passeport, ils ont déchiré mon passeport, et ensuite ils se sont moqués de moi », a-t-il ajouté.

Un nouveau passeport lui a été délivré par l’ambassade d’Israël à Moscou.

Star est allé en Russie pour un concert spécial visant à promouvoir la participation d’Israël à l’Eurovision dans un autre concours de chant russe.

Time Of Israel

Un skinhead condamné pour une agression homophobe

SKINHEADS

Un jeune homme de 17 ans s’est fait agresser par un skinhead à Quimper. La victime se baladait dans la rue Jean Jaurès avec son compagnon lorsque l’incident s’est produit.

L’agresseur est un Quimperois de 23 ans, qui était visiblement en état d’ivresse. Alors qu’il était avec une bande de jeunes, il aurait quitté le groupe dès lors que le couple a échangé un baiser. Sans aucune raison apparente, il s’est approché du jeune homme et lui a donné un coup de poing au visage. Conduite aux urgences, la victime a reçu trois jours d’incapacité temporaire de travail.

L’agresseur quant à lui, a été mis en garde à vue jusqu’à mercredi matin. Déjà connu des services de police pour faits de violences volontaires, ce dernier avait déjà été condamné à huit mois de prison avec sursis. L’agresseur a rapidement été jugé en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Quimper mercredi matin.

L’homophobie ayant été retenue comme circonstance aggravante, le Quimperois a écopé de six mois de prison dont trois avec sursis pour violences volontaires.

Yagg

Harcèlement sexuel au Front National

coiffeur-3075786-jpg_2691404_652x284

Christopher D. est un déçu du Front national. Pas tel un électeur lambda. Il fut le coiffeur de Marine Le Pen, notamment durant la campagne présidentielle de 2012. La victoire, il y a cru. Il coiffe certes la présidente du parti, mais son rôle prend de l’importance, dit-il, au fur et à mesure de l’échéance électorale. « J’étais aussi une sorte de conseiller image« , précise-t-il. Visagiste, le jeune homme de 25 ans a fourbi ses armes chez Alexandre Zouari, le coiffeur des stars. Un excellent tremplin au temps de la « peoplisation » de la politique. Mais voilà, le jeune homme est gay, et si l’entente avec la fille de Jean-Marie Le Pen est parfaite, Christopher se heurte au harcèlement, dit-il, de l’entourage « gay » de Marine Le Pen.

« Chez les hétéros, on dénonce régulièrement et à juste titre le harcèlement sexuel. Chez les homosexuels, cela existe aussi, il faut le dire. » Alors, il est intarissable. Tel haut dirigeant le convie à déjeuner chez lui et lui propose la botte. Refus. Il va même jusqu’à donner l’adresse et détailler la déco intérieure de cette figure du Rassemblement bleu marine (RBM). Contacté par Le Point, l’intéressé dément le harcèlement sexuel. Il reconnaît toutefois que Christopher D. a bien été invité à son domicile, « mais comme d’autres ».

« Mon rêve s’est fracassé, car j’ai refusé les avances des chefs »

« J’ai toutes les preuves. J’ai rédigé un courrier à Marine relatant toutes mes mésaventures. Je lui avais remis en mains propres, mais je n’ai jamais obtenu de réponse. Pourtant, j’ai tout donné au parti, j’étais bénévole. Je souhaitais suivre le modèle de David Rachline qui était un petit cadre du Front avant de devenir maire de Fréjus. Je me disais qu’en étant entré dans l’entourage de Marine, je pouvais gravir les échelons, et pourquoi pas un jour me faire élire. Mon rêve est tombé à l’eau parce que j’ai refusé les avances des chefs.« 

Il a, dit-il, cherché de l’aide auprès d’autres figures gay du RBM. « Ils ont fait la sourde oreille, et du jour au lendemain, je n’ai plus eu de contacts avec la présidente« , déplore-t-il. Ce sont les photos de Florian Philippot avec son compagnon parues dans Closer qui ont déclenché chez lui l’envie de dénoncer « l’injustice » – comme il dit – qu’il a subie. Depuis sa mésaventure, Christopher est retourné vivre à Marseille, où il a ouvert deux salons de coiffure. « La politique ? Il faut coucher pour réussir, et ce n’est pas mon truc« , conclut-il.

Le Point