Lutz Bachmann, le fondateur de Pegida, jugé pour avoir qualifié les réfugiés de « bétail »

Lutz Bachmann pediga nazi isalmophobe drogue allemagne islam

Le fondateur du mouvement islamophobe allemand Pegida va de nouveau devoir faire face à la justice de son pays. Lutz Bachmann comparaît à partir du mardi 19 avril dans son fief de Dresde, dans la Saxe, pour avoir traité les réfugiés de « bétail », dans un contexte de forte poussée de l’extrême droite au niveau national.

Déjà condamné pour braquages, violences et trafic de cocaïne, détenu quatorze mois en Allemagne après s’être enfui en Afrique du Sud, l’homme de 43 ans encourt cette fois trois mois à cinq ans de prison. Il sera jugé sur trois jours jusqu’au 10 mai, sous haute sécurité.

La justice lui reproche des propos postés en septembre 2014 sur sa page Facebook, décrivant les « réfugiés de guerre » comme du « bétail » ou de la « racaille », soit une « incitation à la haine » et une « atteinte à la dignité » aux yeux de l’accusation.

Malgré un sursaut à l’automne dernier, porté par les inquiétudes suscitées par l’afflux record de demandeurs d’asile en Allemagne, Pegida n’a pas renoué avec ses sommets et reste principalement cantonné à son berceau dans la capitale de l’Etat régional de Saxe, en ex-RDA.

Le Monde

Haute-Savoie: un retraité jugé coupable d’avoir hébergé une famille de réfugiés

L’homme avait hébergé pendant plus d’un an et demi une famille de Kosovars qui avait été déboutée du droit d’asile. Il encourait 30 000 euros d’amende et cinq ans de prison, mais a été exempté de peine.

l-entree-du-tribunal-d-annecy-le-12-septembre-2012_5446829.jpg

Il avait hébergé à titre gracieux une famille de Kosovars en situation irrégulière dans une maison de famille inoccupée. Fernand Bosson, un retraité de 74 ans originaire d’Onnion, une commune située à proximité de la frontière suisse, a été reconnu coupable ce jeudi d’avoir « par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d’un étranger en France ». Il encourait 30 000 euros d’amende et cinq ans d’emprisonnement, mais a été exempté de peine, raconte Le Figaro.

Comme le raconte le site Bastamag, la famille avait été déboutée du droit d’asile. Les trois enfants étaient scolarisés dans la commune d’Onnion, dont Fernand Bosson avait été maire. C’est un des raisons, raconte au Figaro un membre de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) venu soutenir le retraité, pour lesquelles ce dernier a décidé d’héberger pendant un an et demi les Kosovars. Il les a ensuite aidés à nouveau pendant quelques mois entre fin 2015 et début 2016.

L’Express

Finlande: un père condamné pour avoir appris à sa fille à frapper les réfugiés

1023971530

Un père finlandais a été condamné à une amende de 300 euros, et la police a confisqué sa tablette après qu’il a publié sur Internet une vidéo sur laquelle il enseignait à sa fille de 2 ans à frapper les migrants.

En septembre de l’année dernière, une vidéo est apparue sur le réseau social Facebook, où un Finlandais tient un jouet en forme de singe et demande à sa petite fille de deux ans: « Qui est ce? ». Lorsque elle répond, « réfugié », il pose une autre question: « Et qu’est-ce qu’il faut faire avec eux? ».

Puis l’homme frappe le singe pour montrer à sa fille ce qu’il préconise de faire avec les migrants. Et la fille répète ce qu’il dit avec plaisir. Après que cette vidéo est devenue populaire dans les réseaux sociaux, la police finlandaise a décidé de la vérifier pour incitation à la haine, rapporte Helsingin Sanomat.

Son épouse, qui a tourné cette « leçon », doit maintenant elle aussi payer une amende de 240 euros. Le juge a déclaré qu’il ne trouvait pas de caractère éducatif à ce type de vidéo. Le délinquant a répondu que la vidéo avait été tournée sur le ton de l’ironie, et qu’il n’avait aucune intention d’inciter à la haine.

L’avocat a réussi à faire remettre l’enfant aux parents alors que la petite fille avait été temporairement retirée de sa famille en insistant sur le fait que le couple avait déjà était condamné à une amande et avait compris son erreur

Sputnik News

Les pays occidentaux n’ont accueilli que 1,39% des réfugiés syriens

La-France-et-l-Allemagne-vont-accueillir-21.000-refugies

Dans un rapport publié le 29 mars, l’ONG Oxfam révèle que seulement 1,39% des réfugiés fuyant la guerre civile en Syrie ont trouvé asile dans les pays riches occidentaux.

Depuis le début du conflit qui est entré dans sa sixième année, 129.966 réfugiés auraient reçu une promesse d’accueil, et seuls 67.000 d’entre eux ont été effectivement admis. Dans le même temps, plus de 4,8 millions de Syriens sont réfugiés dans les pays proches du conflit, en particulier dans les pays limitrophes en Turquie, au Liban et en Jordanie.

Dans le détail, seuls trois pays occidentaux, le Canada, l’Allemagne et la Norvège, auraient accueilli plus que leur «contribution équitable», qui est estimée en fonction de la taille de la population de chaque État et de sa santé économique.

Selon les chiffres compilés par Le Monde, la France a accueilli 10.000 réfugiés syriens sous divers statuts depuis le début de la guerre en 2011, dont 1.800 ont obtenu un visa d’asile en 2015.

Slate

Avi Mograbi : “Israël, un pays raciste où la question de la pureté est sans cesse posée”

Avi Mograbi israel cineaste raciste juif racisme

Depuis des années, Avi Mograbi poursuit une œuvre sans concession faites de documentaires où il paie souvent de sa personne pour remettre en question les grands mythes fondateurs de son pays.

Avec Entre les frontières, le documentariste s’attaque cette fois au sort qu’Israël réserve aux migrants fuyant des conflits ou des régimes sanguinaires. Venus principalement du Soudan ou d’Erythrée, ces derniers ne peuvent être renvoyés chez eux. Considérés comme de dangereux infiltrés, ils sont maintenus dans une zone de non-droit, sans statut ni perspective d’intégration.

Quel est le statut actuel de ces migrants ?

Israël est signataire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Non seulement il l’a signé, mais il a activement participé à sa mise en forme car, en 1951, les Juifs étaient hélas les mieux placés pour savoir ce que signifiait être réfugié. Quoi de plus logique que l’Etat israélien se soit senti particulièrement concerné par cette question à une époque où la plupart des réfugiés dans le monde étaient juifs ?

Le problème auquel le gouvernement de l’époque n’avait pas songé c’est que cette Convention s’applique de manière universelle, et non pas seulement aux Juifs. Près de soixante-dix ans après, voilà Israël bien embarrassé de devoir appliquer cette Convention aux demandeurs d’asile non juifs… Nos dirigeants ne montrent aucune empathie envers eux, rien qui trahisse le moindre souvenir de ce que c’est que d’être persécuté, de devoir fuir au péril de sa vie, de se retrouver sans statut et de demander refuge. A croire qu’ils ne veulent pas se souvenir…

Impossible d’oublier pourtant…

Bien sûr qu’ils n’ont pas oublié. Mais oublier qu’ils se souviennent, ça les arrange. Tout le concept de l’Etat hébreu repose sur une population juive dominante. Ce pays se définit officiellement comme « juif démocratique » mais où est la démocratie quand la préoccupation principale des autorités est d’assurer la domination démographique des Juifs dans l’Etat, où tout est fait pour privilégier les citoyens juifs sur les Arabes israéliens par exemple ? Pourquoi l’Etat d’Israël n’annexe-t-il pas les territoires palestiniens occupés ? Parce que ce serait la fin de l’Etat juif, avec une majorité d’Arabes en son sein !

La « menace démographique » est l’une des pires hantises de mes concitoyens… C’est une menace sans visage car, par définition, elle implique que tout ce qui n’est pas juif constitue une menace potentielle. Imaginez qu’on renverse la proposition et qu’on dise : tout ce qui est juif est une menace… Israël est un pays raciste où la question de la pureté de la race est sans cesse posée.

Accepter de donner un vrai statut à ces réfugiés africains, c’est prendre le risque qu’ils restent s’installer chez nous. En effet, à moins que la situation ne s’améliore comme par miracle au Soudan, ils feront leur vie en Israël. Ils tomberont amoureux d’Israéliennes, ils auront des enfants… Ces enfants seront des métisses et dans mon pays, c’est un problème.

Télérama

Un CRS poursuivi pour violence contre des migrants

000_par8202476

Un fonctionnaire de police va comparaître devant le tribunal de Boulogne-sur-Mer pour des actes de violence à l’encontre de migrants le long de l’autoroute…

Il est soupçonné d’avoir frappé des migrants sur le bord d’une autoroute. Un CRS devra comparaître d’ici quelques semaines devant le tribunal de Boulogne-sur-Mer pour ces faits datant de mai 2015, a annoncé, jeudi, le procureur de la République, selon La Voix du Nord.

Coups de pied et gaz lacrymo

C’est une vidéo qui avait immortalisé la scène. On y voit un CRS, identifié depuis, faire sortir à coups de pied des migrants d’un camion inspecté avant de le jeter contre la barrière de sécurité et de les gazer. Après la diffusion des images sur internet par des militants de l’association Calais migrants solidarity, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait été saisie de l’enquête.

Défendu par le syndicat Alliance

« Je ne suis pas là pour accabler les policiers, mais je ne suis pas là non plus pour les exonérer. De la même façon, j’engage des poursuites contre des No Border ou des migrants lorsqu’on me prouve qu’ils sont auteurs d’infractions, et qu’on les identifie », a souligné le procureur, Jean-Pierre Valensi, au quotidien régional. Le procureur a reçu, mardi, les représentants du syndicat Alliance qui défend ce fonctionnaire de police.

20 Minutes

Victime d’un accident de voiture, un responsable d’extrême droite secouru par 2 migrants

Stefan Jagsch NPD accident voiture migrants refugiés syriens nazi extreme droite

Un responsable du parti néo-nazi allemand NPD, victime d’un accident de voiture, a été secouru par deux réfugiés syriens qui sont toutefois partis avant l’arrivée des pompiers

Le véhicule de Stefan Jagsch, tête de liste du NPD lors de récentes élections municipales à Altenstadt (ouest), est entré en collision frontale avec un arbre juste après quitté la route mercredi dernier, rapporte le quotidien Frankfurter Rundschau en citant un pompier.

Grièvement blessé, il a été dégagé de la carcasse du véhicule et s’est vu prodiguer les premiers soins par deux réfugiés syriens qui circulaient alors par hasard dans deux autocars, a également indiqué un porte-parole des pompiers volontaires de Büdingen, cité par l’agence allemande Dpa.

Le Parti national-démocratique (NPD) est une formation raciste, antisémite et révisionniste qui fait actuellement l’objet d’une procédure d’interdiction en cours d’examen par la justice allemande. Insignifiant au niveau national, le NPD a obtenu ses plus gros scores électoraux dans certaines régions d’ex-RDA.

En janvier, Stefan Jagsch, 29 ans, avait participé à un rassemblement dans sa région au cours duquel les plus d’un million de réfugiés arrivés l’an dernier en Allemagne avaient notamment été qualifiés de « primates hors-la-loi », selon la Frankfurter Rundschau.

Gaël Rougemont, le néo nazi au fusil de calais interpellé avec d’autres militants

calais fusil migrant nazi extreme droite FN Gaël Rougemont gauche antifa jungle

80 individus de la mouvance identitaire ont réalisé une opération coup de poing hier dans les rues de Calais

Les 80 individus ont bloqué plusieurs points stratégiques de la ville : le premier, au croisement du boulevard de l’Égalité et de la rue Allende, a concentré le gros des troupes. Un deuxième rassemblement se tenait plus loin, à l’intersection des rues Mollien et de Bitche. « On a entendu comme des pétards », confiait une riveraine du boulevard de l’Égalité, observant le spectacle des arrestations en série.

Quelques minutes plus tôt, les membres du groupuscule bloquaient le pont et affichaient leurs slogans nationalistes et anti-migrants. Après avoir allumé des fumigènes et brûlé des pneus, les manifestants du jour ont été délogés par les forces de l’ordre. Les sapeurs-pompiers se sont eux aussi déplacés pour éteindre un feu de matériel incendié, et un camion transportant le matériel des manifestants a lui aussi été saisi par la police. Au total, 14 individus ont été interpellés.

Le retour de Gaël Rougemont

Parmi les interpellés, les policiers ont retrouvé une vieille connaissance en la personne de Gaël Rougemont. Pour mémoire, le Calaisien avait défrayé la chronique en pointant une arme face à des migrants en marge d’une manifestation. Le procureur de la République Jean-Pierre Valensi avait annoncé ces derniers jours qu’il n’engagerait pas de poursuites à son encontre. Le Calaisien aura mis moins de trois jours pour refaire parler de lui…

« Bernard Cazeneuve réaffirme la détermination du gouvernement à ne pas laisser quelques extrémistes instrumentaliser la question migratoire à Calais », notait, via un communiqué, le ministère de l’Intérieur.

En fin de journée, les 14 gardes à vue « ont été prolongées », confiait le parquet de Boulogne-sur-Mer. Le parquet évoquait également des « faits confus », ne permettant pas encore de déterminer les motifs d’éventuelles poursuites. Les charges doivent être précisées aujourd’hui.

« Vous vous rendez compte de l’image pour Calais ? », pestait un riverain témoin du blocage du boulevard de l’Égalité. « Tous ces gens s’en foutent de Calais, ils viennent juste balancer leurs idées nauséabondes. J’espère que la justice va intervenir cette fois-ci, je l’espère vraiment ! »

Nord Littoral

Un policier condamné pour avoir forcé un demandeur d’asile a lui faire des fellations

431204Suisse
Un ex-policier fribourgeois de 63 ans a été condamné à 15 mois de prison avec sursis pendant deux ans, pour avoir obtenu des faveurs sexuelles d’un requérant d’asile contre la promesse de l’aider.

L’ex-policier a été reconnu coupable d‘abus de détresse et de corruption passive. La défense, qui plaidait l’acquittement, va faire appel du jugement prononcé mercredi par le Tribunal pénal de la Sarine.

L’affaire date de 2010, quand l’accusé travaillait dans la police. Il avait rencontré le requérant irakien débouté à Granges-Paccot (FR). Par la suite, il aurait fait une fellation au plaignant à trois dates différentes. Il lui aurait promis qu’en échange, il interviendrait en sa faveur dans sa procédure administrative.

Crédibilité du plaignant

Les juges ont été convaincus par la crédibilité du plaignant. Ses déclarations ont été constantes durant la procédure, a relevé le président de la Cour. Il n’était pas aisé pour lui – ni linguistiquement ni culturellement – de parler d’homosexualité et de fellation.

Les juges ont en revanche estimé que le prévenu avait tenu un discours inconstant. La faute est jugée particulièrement grave de la part d’un policier, dont la conduite devrait être exemplaire.

RTS Info

Recherché par Interpol pour trafic d’organes sur des réfugiés syriens, l’israélien Boris Wolfman arrêté en Turquie

1162393_620x410

La situation en Syrie est aujourd’hui catastrophique sur le plan humanitaire. Plus de la moitié de la population a été déplacée dans une guerre civile qui entre  maintenant dans sa cinquième année, près de 4,3 millions de réfugiés syriens sont enregistrés auprès des Nations Unies.

Les trafiquants profitent du désespoir des réfugiés syriens pour gagner de l’argent. Un Israélien a été arrêté aujourd’hui en Turquie pour trafic d’organes. Il est venu à Istanbul pour convaincre des réfugiés syriens pauvres de vendre leurs organes.

Selon les médias turcs et israéliens, il avait organisé un système clandestins d’opérations chirurgicales dans des petits hôpitaux turcs.

Le  trafiquant a été identifié dans les médias turcs comme étant Boris Walker, sauf que selon le journal israélien Ynet il s’agirait en réalité de Boris Wolfman, un criminel recherché qui a fui Israël après avoir été inculpé pour trafic d’organes. Wolfman était recherché par Interpol.

Les patients recevant illégalement un organe devaient payer entre 70.000 € et 100.000 €, alors que les donneurs d’organes des réfugiés ont reçu seulement quelques milliers d’euros, entraînant des dizaines de milliers d’euros de bénéfice pour chaque transplantation.

Auparavant, Wolfman a été accusé de trafic d’organes et de transplantations illégales au Kosovo, en Azerbaïdjan, et au Sri Lanka, dans une série d’infractions qui auraient été commises entre 2008 et 2014.

Salon

Dépôt de plainte contre le militant d’extrême droite Boris Le Lay pour menace de mort

Olivier Cuzon, militant syndical de Sud, a porté plainte contre Boris Le Lay pour des menaces de mort qu’il aurait reçues via le mur Facebook de Boris Le Lay, reprenant un article écrit sur son site Breizh Atao.

« Boris Le Lay est propriétaire de ce mur et la jurisprudence est constante. S’il ne me menace pas directement, plusieurs commentaires le font très clairement » explique celui qui n’entend pas céder à la peur.

Brest. Plainte nominative contre Boris Le Lay

Par ailleurs, le même site Breizh Atao avait déjà publié des contenus à la suite d’une manifestation qui avait opposé l’Adsav aux antifas dans les rues de Brest en octobre.

Le 11, il avait notamment publié une première  » note de renseignements sur les collaborateurs pro-islamistes de la ville  » de Brest où figuraient 7 personnes.

Dans un courrier adressé au procureur, six d’entre-eux demandent instamment à la justice de faire le nécessaire pour retrouver Boris Le Lay afin qu’il purge la peine de six mois de prison ferme prononcé par le tribunal correctionnel de Quimper en mai dernier, à la suite d’insultes à caractère raciste proférées contre un musicien de couleur noire.

Le Télégramme

Jean-Pierre escroque 2 migrants ensuite les dénonce a la police comme terroristes

La-France-et-l-Allemagne-vont-accueillir-21.000-refugies

Il avait dénoncé deux sans-papiers tunisiens comme étant des terroristes. Il voulait en fait simplement se débarrasser d’eux, après leur avoir soutiré plusieurs milliers d’euros. Il a été condamné à six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Nice.

Il s’était présenté comme un ancien policier municipal et avait dénoncé deux sans-papiers tunisiens comme étant des terroristes. Mobilisant plusieurs officiers de la police judiciaire, l’enquête a simplement prouvé le peu de scrupules de l’homme.

Après avoir soutiré plusieurs milliers d’euros aux deux sans-papiers en échange de la régularisation de leur situation, Jean-Pierre R., 42 ans et ancien agent de surveillance de la voie publique de la ville de Nice, les avait dénoncé au commissariat.

Il a été jusqu’à inventer des menaces de mort proférées contre sa fille et lui-même, ponctuées d’un « Allahou Akbar« . Le prévenu a finalement craqué en garde à vue, avant d’être condamné à douze mois de prison, dont six ferme, par le tribunal correctionnel de Nice.

Nice Matin

Christoph un identitaire urine sur 2 enfants réfugiés

image-890967-thumbxl-uwig-890967

« Espèces de têtes de chiens! Foutez le camp! Nous appartenons à la race supérieure, vous n’êtes pas des aryens.»

C’est ce qu’avaient crié deux racistes allemands en voyant une famille de migrants dans un métro de Berlin, le 22 août dernier. Mais les hommes ne s’étaient pas arrêtés là. L’un d’eux, nommé Christoph S., avait uriné sur les deux enfants, âgés de 5 et de 15 ans.

Des passagers avaient fini par alerter les forces de l’ordre, qui étaient parvenues à arrêter les deux suspects avant de les relâcher. Les autorités avaient néanmoins ouvert une enquête à l’encontre des deux hommes, qui présentaient un taux d’alcool de 2,31 et 1,79‰ au moment des faits.

Selon la «Berliner Zeitung», c’est à la suite de cette enquête que la police a lancé un mandat d’arrêt à l’encontre des deux néonazis, notamment pour incitation à la haine raciale.

Depuis le lancement de ce mandat d’arrêt, Christoph S. était introuvable. Du moins jusqu’à mardi. La police allemande est finalement parvenue à mettre la main sur lui cette semaine. Son collègue avait déjà été arrêté fin octobre lors d’une manifestation qui s’est tenue à Berlin. Selon des informations du quotidien berlinois, Christoph S. est connu des forces de l’ordre depuis 2012, notamment pour lésions corporelles, vol et violation de la loi sur les stupéfiants.

20 Minutes

Quand des migrants européens trouvaient refuge au en Afrique du Nord

Alors que la question d’accueillir les milliers de réfugiés syriens est au coeur d’un débat dans le vieux continent, des images de réfugiés européens accueillis en Afrique du nord dans les années 40 circulent depuis quelques jours sur le web.

Dans une vidéo déterrée des archives de l’INA publiée début septembre sur YouTube, on aperçoit des centaines de réfugiés français, anciens prisonniers dans les geôles allemandes et franquistes en Espagne, qui débarquent à Casablanca en 1943, accueillis par la Croix Rouge.

Ces prisonniers politiques ne sont pas les seuls à avoir trouvé refuge sur le sol marocain pendant la seconde guerre mondiale. Républicains espagnols, antifascistes, anciens de la Légion étrangère, mais aussi juifs qui fuyaient le régime nazi en Allemagne étaient contraints de s’exiler au Maroc, souvent dans l’espoir de s’envoler ensuite vers les Etats-Unis ou le Canada. C’est d’ailleurs à cette épisode historique que fait référence le film culte « Casablanca », réalisé par Michael Curtiz en 1942.

Le Huffington Post

Des tags nazis sur un bâtiment qui pourrait accueillir des réfugiés

Des tags nazis à la peinture rouge sont apparus ce week-end. Ils ont été dessinés sur les fenêtres de l’ancienne maison de retraite du village de Crehen. Des croix gammées tracées à l’envers et des inscriptions contre l’arrivée de réfugiés dans le bâtiment.

La commune a déposé plainte contre X. Le bourgmestre libéral de Hannut, Manu Louette:

« Comme on peut le constater, les châssis sont maculés de peinture, on retrouve des croix gammées et également à côté « non aux migrants ». Il y en a sur toutes les fenêtres des pignons, la façade arrière et sur la façade avant, ce sont uniquement des croix gammées qui se retrouvent sur les briques.

On ne se laissera pas influencer par cela. C’est du dégoût. Je suis même gêné que des personnes habitant ma commune ou d’autres viennent faire cela sur notre commune hannutoise ».

Le bourgmestre de Hannut précise qu’aucune décision n’a encore été prise quant à l’affectation éventuelle de l’ancien home de Crehen à l’accueil de familles réfugiées.

RTBF

«Juifs » ou «migrants», deux mots pour une même haine

dt.common.streams.StreamServer.cls

Les médias en ligne du monde entier savent bien que dans le contexte actuel, le moindre article au sujet des « migrants » ou des « réfugiés » récolte son lot de commentaires extrêmes, intolérants, voire xénophobes ou racistes.

Remplacer le mot « juif » par « migrants »

Agacés par les commentaires souvent haineux postés sur le Daily Mail et non modérés par le quotidien britannique, deux internautes ont mené une expérience étonnante. Ceux qui se font appeler @BestoftheMail et @DMreporter ont repris des passages du Mein Kampf d’Adolf Hitler ou des citations de cadres du régime nazi dans lesquels ils ont remplacé le mot « juif » par le mot « migrants ». Et les ont ensuite publiés dans le fil des commentaires postés en ligne sous des articles du quotidien britannique.

Sous un sujet rapportant la mort de 200 réfugiés dans le naufrage d’un bateau, les deux internautes ont publié par exemple cette phrase du dignitaire nazi Robert Ley, visant initialement les juifs:

« Cette lutte contre les migrants est sans équivoque. Toute demi-mesure mènera à notre propre destruction. Il n’y a pas d’autre choix que de mener un combat sans pitié contre eux, sous toutes les formes. »

Les discours de haine se normalisent

Bingo : le résultat est sans appel, note Slate qui se fait l’écho de cette expérience édifiante. Le post haineux a reçu 193 votes positifs, contre seulement 6 votes négatifs. CQFD, des propos identifiés comme nazis sont condamnés quasi unanimement, mais acceptés beaucoup plus facilement quand les références aux juifs sont remplacées par celles portant sur les réfugiés.

20 Minutes