Selon les premières estimations Benoît Hamon emporterait la primaire socialiste

benoit-hamon-victoire

Benoît Hamon confirme son statut de favori. Selon un sondage sortie des urnes, le frondeur récolterait 60 % des votes des sympathisants socialistes devançant ainsi largement Manuel Valls (40 %). Les résultats définitifs sont attendus entre 20h15 et 20h45.

Le Soir

Romandie

A 17h, ce second tour entre Benoît Hamon et Manuel Valls avait en effet rassemblé 1306852 votants sur 75% des bureaux, soit une hausse de 22,8% par rapport au premier tour à la même heure. A midi déjà, le PS avait enregistré 567563 votants sur le même échantillon de bureaux, soit une hausse de plus de 21% par rapport à dimanche dernier.

«Je vous confirme que nous serons à la clôture entre 1,7 et 2 millions de votants», a précisé Christophe Borgel, président du comité d’organisation de la primaire.

Le Parisien

« Salope, crève… » Après avoir critiquée le FN, une élue PS subie un déferlement de haine

Pour avoir mis en cause l’attitude de responsables politiques dont ceux du FN, Cécile Muschotti été victime d’une «cabale», sur les réseaux sociaux des partisans FN. La jeune femme va porter plainte.en-paca-les-jeunes-socialistes-veulent-ressusciter

«Un seul mot lui va si bien: salope!»; «ça lui ferait du bien une partie de jambe en l’air gratuite et forcée, elle verrait ce que ça fait, cette p…»L’on ne saurait vous faire grâce du langage – et des fautes d’orthographe! – pour le moins fleuri, dont la Secrétaire fédérale à la coordination et communication du PS du Var, membre du Conseil national et cofondatrice du mouvement Debout la Gauche, Cécile Muschotti a été l’objet, vendredi tout au long de la journée sur les réseaux sociaux.

En cause: des propos publiés vendredi dernier dans nos colonnes, stigmatisant l’attitude de certains responsables politiques, et plus particulièrement «ceux du FN qui, par leurs positionnements, ont répandu un climat d’agressivité et d’intolérance, exposant les femmes en première ligne».

Cette phrase a suscité la réaction du conseiller municipal Front national toulonnais Amaury Navaranne. Via les réseaux sociaux, ce dernier s’est fendu d’une diatribe à l’encontre de la jeune femme. Diatribe qui a suscité les plus vives réactions…

Lire la suite sur Var Matin

« Sale Arabe » gravé sur la boîte aux lettres de la ministre du Travail, Myriam El Khomri

Lorsqu’elle était en première ligne, face aux contestations contre sa loi Travail, la ministre Myriam El Khomri confie avoir eu peur pour ses deux filles. Elle a néanmoins réussi à protéger son cocon familial.

la-ministre-du-travail-myriam-el-khomri-lors-de-debats-sur-la-loi-travail-a-l-assemblee-le-4-mai-2016_5594177

« J’avoue avoir eu peur pour mes filles lorsque les atteintes se sont faites plus person­nelles« , a glissé Myriam El Khomri, la ministre du Travail, lors d’un entretien avec le magazine Gala publié ce mardi. Elle est revenue sur la fronde qu’elle a dû subir, en plein coeur de la contestation contre la loi Travail, entre les mois de mars et de juin.

« Ce serait mentir de dire que cela m’a lais­sée insen­sible. Je m’étais prépa­rée aux attaques d’ordre poli­tique », continue la ministre qui évoque la venue de manifestants « en bas de mon domicile à 7 heures du matin », ou encore « l’ins­crip­tion ‘sale Arabe’ gravée sur ma boîte aux lettres ».

L’Express

Valls critique un article donnant la parole aux femmes musulmanes, le New York Times répond

02muslimvoices5-superjumbo

Le premier ministre français, Manuel Valls, a vivement critiqué ce lundi un article du New York Times dans lequel des femmes musulmanes françaises décrivent être ostracisées par des non-musulmans, victimes de discrimination à l’emploi et se sentir persécutées.

L’article, puisant dans de nombreux témoignages de femmes musulmanes européennes, pour la plupart françaises, a été écrit suite à la polémique sur le maillot de bain qui couvre entièrement le corps, le “burkini”. Plus de 30 villes et communes françaises ont interdit le port du burkini sur leurs plages publiques, bien que certaines de ces interdictions aient été suspendues par la suite par les tribunaux français.

Dans une tribune publiée sur le site français du Huffington Post, M. Valls décrit l’article du New York Times comme donnant une “image insupportable, car fausse, de la France.”

Il accuse également le New York Times de tirer ses conclusions sur la base d’entretiens qui ne reflètent pas une enquête de terrain, mais plutôt l’objet de débats dans les médias à ce moment-là: un “camp d’été” qui avait été “interdit aux personnes à la peau blanche” et où les participants s’opposaient à la mixité des personnes blanches et non-blanches.

Le premier ministre faisait allusion à un rassemblement près de Reims que les organisateurs décrivaient comme un “Camp d’été Dé-Colonial”, où des personnes appartenant à des minorités pouvaient se réunir pour évoquer la discrimination. Selon les organisateurs, environ 170 à 180 personnes y ont participé entre le 25 et le 28 août.

Le New York Times a répondu que les propos de M. Valls sur la réalisation de ce reportage étaient erronés.

Notre article est le produit d’une enquête rigoureuse. Il est basé sur les réponses de plus de 1,200 lectrices à un appel à témoignages en ligne, en anglais, en français et en arabe,demandant l’opinion des femmes musulmanes en Europe après l’interdiction du burkini”, a expliqué Danielle Rhoades Ha, porte-parole du New York Times. “Nous maintenons l’article”

New York Times

Stéphane Peu : « Pour Chevènement, être Français c’est être blanc »

facebook-social-promotion-28047-1472483587-3

Maire-adjoint de Saint-Denis, Stéphane Peu réagit aux propos de Jean-Pierre Chevènement. Il déplore une vision fausse et raciste de sa ville et de ses habitants.

Stéphane Peu, maire-adjoint de Saint-Denis a fait « un bond comme ça » en entendant Jean-Pierre Chevènement lundi matin. L’ancien ministre de l’Intérieur et tout nouveau président de la Fondation pour l’islam de France déclarait sur France Inter : Le processus de l’intégration n’est plus possible, puisqu’il y a à Saint-Denis par exemple, 135 nationalités, mais il y en a une qui a quasiment disparu.

On ne peut qu’être stupéfait d’entendre Jean Pierre Chevènement dire qu’a Saint Denis vivent 135 nationalités et qu’une disparaît. L’inconscient qui émerge avec cette phrase est effrayant. Il énonce des propos que même le FN officiel ne se permet pas. Ce n’est pas lui faire un mauvais procès que de relever que, selon lui, être Français c’est être blanc. 75% des habitants de Saint-Denis sont de nationalité française et la part d’étrangers dans sa population est comparable à celle des villes populaires de France. Les Dionysiens sont à l’image de la France d’aujourd’hui.

Qu’en dix minutes d’entretien, l’ancien ministre socialiste de l’Intérieur passe du djihadisme à l’islam et chute sur les quartiers populaires et les bons Français de souche – qui n’existent pas – est sidérant. On est très loin de la satisfaction affichée par nos gouvernants, il y a dix jours à peine, à propos de la diversité de nos athlètes ! »

L’élu de Saint Denis caractérise explicitement les propos de l’ancien ministre de racistes. Il conclut qu’à ses yeux « Chevènement est disqualifié pour présider la fondation de l’Islam de France ».

Regards

Contrairement a ce que dit Chevènement, les Français sont ultra-majoritaire à Saint Denis

10620351.gif

Lorsque Jean-Pierre Chevènement veut illustrer sur France Inter un échec du « processus de l’intégration » et des « problèmes d’équilibre de la société française », le futur président de la Fondation de l’Islam en France affirme qu’une des nombreuses nationalités présentes dans la ville de Saint-Denis a quasiment disparu. Et on comprend bien que l’ancien ministre parle de la nationalité française. Interrogé par le site Buzzfeed, l’entourage de Jean-Pierre Cheévènement évoque d’ailleurs « un lapsus ».

Mais quels sont les faits ?

Les chiffres du dernier recensement de l’Insee sont pourtant sans appel : la nationalité française est largement majoritaire à Saint-Denis. Sur près de 108.000 habitants en 2011, 76.000 ont la nationalité française, qu’ils soient Français de naissance ou qu’ils le soient devenus.

afrique_du_sud_un_lycee_de_pretoria_interdit_aaux_jeunes_filles_leur_coiffure_afro

 

Et ce rapport de 70%/30% entre population française et étrangère constaté par l’Insee en 2011 était identique lors du recensement de 2006. La nationalité française n’est donc pas en déclin à Saint-Denis.

Ceci dit, il y a effectivement plus d’étrangers dans cette commune francilienne que dans beaucoup d’autres villes du pays. Au niveau national, la France compte un peu plus de 6% d’étrangers (les Portugais étant les plus nombreux, devant les Algériens et les Marocains).

France TV

Un autre personnalité colporte cette fausse idée cher a l’extrême droite, il s’agit de Laurent Bouvet, fondateur de l’officine prônant une « laïcité de combat », le Printemps républicain.

CrGcZm1W8AAyUvU

Le Figaro

Islam : Chevènement multiplie les propos indignes. Le reflet d’une vision post-coloniale

chevenement-bientot-la-tete-de-la-fondation-pour-lislam-de-france

Tout le monde semble rentré de vacances, y compris Jean-Pierre Chevènement qui, ce lundi matin passait chez Patrick Cohen pour défendre sa nomination à la Fondation de l’islam de France. C’est dommage, il a pourtant besoin de beaucoup de repos. Même s’il a toutes les qualités requises : c’est un homme, il a 77 ans et n’est pas musulman.

Il a par ailleurs récemment donné un conseil fort de circonstance aux musulman-e-s de France : la discrétion. Un conseil vivement apprécié si l’on en croit les réactions notamment sur les réseaux sociaux.

Mais revenons à l’émission de ce lundi matin. Même si ce que dit Chevènement n’est pas toujours intelligible, il a nettement dit ceci : « À Saint-Denis, il y a 135 nationalités et il y en a une qui a quasiment disparu« .

Laquelle ? Que fait l’Insee ? On voit bien où veut en venir Chevènement qui, le disant plus ou moins, ne veut pas de société multiculturelle. Tout comme Manuel Valls sur le marché d’Evry, d’une certaine façon, il fustige le fait qu’il n’y ait pas assez de « white », de « blancos » à Saint-Denis.

Une vision post-coloniale des musulmans de France

C’est très grave. Pour Chevènement, la nationalité française est liée à la couleur de peau, blanche de préférence. Or, quelles que soient leurs couleurs, les habitantes et les habitants de Saint-Denis sont français pour les trois quarts d’entre eux.

Oui, noir et français, arabe et français, musulman et français… Pour avoir tenu de tels propos, Nadine Morano a été fort justement privée de son investiture aux dernières régionales.

Le souci dans le cas de Chevènement – en dehors du fait qu’il n’en est pas à sa première abjection verbale – est qu’il est nommé à la tête de la Fondation pour l’islam de France. Une nomination qui ne fait pas du tout l’unanimité et qui traduit pour le moins une vision post-coloniale des musulmanes et des musulmans de France. Réserves que je partage davantage aujourd’hui.

En tant qu’élu de Saint-Denis chargé de la lutte contre discriminations, je suis outré par l’absence de condamnations de ces propos, notamment dans les rangs du gouvernement.

L’Obs Le Plus