Etats-Unis : 2 étudiantes voilées ont été agressées au nom de Trump

Deux étudiantes voilées ont été agressées ce mercredi sur les campus de l’université de San Diego et de Louisiane. Un agresseur a évoqué Donald Trump et ses propos sur les musulmans, selon la police, tandis qu’un autre portait une casquette Trump, selon le témoignage de sa victime. 

topelement

«Sale noir, je vais t’égorger», l’homme qui a agressé un septuagénaire musulman écope d’un … sursis

Le mercredi 27 juillet 2016, un homme agressait un septuagénaire musulman qui le gênait à la sortie d’un parking à Barentin, à une quinzaine de kilomètres de Rouen (Seine-Maritime). Le tout au lendemain de l’attentat terroriste qui a coûté la vie au père Jacques Hamel. Ce mercredi 9 novembre 2016, il a été condamné à cinq mois de prison avec sursis.

201251.jpg

Ce sera du sursis pour l’agresseur du septuagénaire musulman. Le mercredi 27 juillet 2016, vers 5h du matin, au lendemain de l’attentat qui a coûté la vie au père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), un homme de 33 ans s’en prend à un septuagénaire musulman et à ses filles qui gênent sa sortie du parking à Barentin (Seine-Maritime).

« Sale noir, je vais t’égorger »

Les insultes se mettent à fuser. « Sale noir, si je descends, c’est pas pour te taper. Je vais t’égorger pour vous faire comme vous nous faites à nous. C’est pas parce que t’es en robe et avec un chapeau que tu vas faire la loi ici. Je suis Français, je suis chez moi, c’est à toi de dégager », hurle le prévenu à l’attention de sa victime d’origine sénégalaise, qui porte une djellaba et un kufi.

Puis le prévenu, fortement alcoolisé, coince la victime dans l’ascenseur, le tabasse et tente de l’étrangler avant de prendre la fuite. Le septuagénaire souffre d’hématomes et de douleurs cervicales.

Prison avec sursis

Le prévenu a été condamné à cinq mois de prison avec sursis pour agression par le tribunal correctionnel de Rouen. Il devra également accomplir 105 heures de travaux d’intérêt général et au versement de 600€ à sa victime au titre des dommages et intérêts et de 300€ pour couvrir les frais de justice. Il a cependant été relaxé pour les faits d’injures racistes et islamophobes.

Tendance Ouest

Marseille : une jeune femme voilée agressée au cutter par un homme, témoigne

Une jeune femme voilée a été agressée à la sortie d’une bouche de métro par un homme lui reprochant, selon les déclarations de la victime, d’être une terroriste, L’agresseur, âgé d’une vingtaine années aurait fait référence aux signes religieux de la jeune femme, qui portait un hijab. 

Capture d’écran 2016-11-02 à 21.19.17.png

Un homme âgé d’une vingtaine d’année a agressé une jeune femme voilée à la sortie d’une bouche de métro dans le centre ville de Marseille. Selon la jeune femme l’agresseur aurait fait référence à sa tenue vestimentaire.La victime portait un hijab, un voile laissant le visage apparent. L’agresseur l’aurait assimilée à une terroriste, avant de lui asséner un coup de poing et de la blesser légèrement au thorax avec un objet pouvant être un cutter, a indiqué la Direction départementale de la sécurité publique.

La victime, qui a appelé la police et a été conduite aux urgences. Elle s’est vu prescrire deux jours d’ITT. L’enquête a été confiée à la sûreté départementale . les fonctionnaires de police assurent mettre « tout en oeuvre pour identifier et interpeller l’auteur » de cette agression.

Depuis les attentats, plusieurs tags islamophobes ont été constaté dans le département, notamment à Aix-en-Provence, a également indiqué le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Laurent Nunez.

France 3

Une Américaine plaide coupable pour avoir fracassé la tête d’une musulmane voilée avec un verre de bière

Indéfendable, Jodie Burchard-Risch, 40 ans, a plaidé coupable lundi dernier devant le juge du tribunal du comté d’Anoka, dans l’Etat du Minnesota, en évitant de croiser le regard anxieux de sa victime, Asma Mohamed Jama, 38 ans, qu’elle n’avait pas revue depuis ce jour d’octobre 2015, tristement mémorable, où elle libéra ses pires pulsions contre elle.

applebees_2.jpg

Le visage défiguré de Asma Mohamed Jama a nécessité 17 points de suture 

Placée devant la réalité accablante de l’agression qu’elle a commise, cette citoyenne américaine de Minneapolis a préféré négocier un plaidoyer de culpabilité, reconnaissant être sortie de ses gonds en voyant la jeune femme voilée s’attabler dans le restaurant Applebee’s, où elle était en train de déjeuner avec son mari. 

Bouillonnant de rage jusqu’à l’implosion, elle n’a pas supporté d’entendre Asma Mohamed Jama converser avec ses proches qui l’accompagnaient, en l’occurrence un cousin et ses deux enfants, dans une autre langue que l’anglais : le swahili, sa langue maternelle.

Ni une ni deux, Jodie Burachard-Rish a alors saisi un grand verre de bière et s’est ruée vers la table voisine pour le briser avec une brutalité inouïe sur la tête de la malheureuse Asma Mohamed Jama. Celle-ci, ignorant que sa présence avait à ce point indisposé son assaillante, n’a rien pu faire pour se protéger de sa fureur. Elle s’est écroulée, le visage en sang, sous les yeux impuissants et terrifiés de sa famille.

Le personnel du restaurant, alerté par le bruit fracassant de la scène, s’est précipité pour mettre hors d’état de nuire cette cliente hors d’elle, avant que cela ne tourne au drame.

« Je craignais de la revoir, j’étais très nerveuse à cette perspective, mais il fallait que j’en passe par là. Je pense que chaque victime doit ressentir la même chose au moment d’être à nouveau confrontée à son agresseur dans un tribunal », a confié Asma Mohamed Jama, en rappelant qu’il aura fallu pas moins de 17 points de suture pour fermer ses plaies profondes, en tout cas les plus visibles, les séquelles psychologiques restant enfouies en elle, indélébiles.

« Au moins, elle a reconnu sa culpabilité et la gravité des faits. Même si elle n’a pas utilisé le terme de crime de haine, elle a admis que c’était une agression à caractère raciste », a-t-elle ajouté, en disant éprouver un certain soulagement.

Jodie Burchard-Rish encourt une peine d’emprisonnement d’une durée de 180 jours et cinq ans de probation. Le tribunal rendra son verdict au mois de décembre. 

Oumma

Islamophobie : Deux femmes voilées attaquées à Munich

Selon la police allemande, une femme âgée de 46 ans et sa fille de 17 ans, ont été la cible d’une attaque physique et verbale dans le métro dans la ville de Munich en Allemagne.

57ca01aee6e61.jpg

Affirmant avoir la haine des musulmans et qu’il fallait que les deux femmes voilées retournent dans leur pays, l’assaillant a mis une claque a la jeune femme et voulu frapper la maman mais n’a pas réussi.

Une personne qui est intervenue a empêché l’assaillant de s’attaquer davantage aux femmes voilées.

L’assaillant qui a insulté les agents de sécurité qui l’ont maintenu jusqu’à l’arrivée des policiers, a continué ses insultes au commissariat où il a été transporté.

La police a lancé une enquête contre l’assaillant.

TRT

Stéphane Peu : « Pour Chevènement, être Français c’est être blanc »

facebook-social-promotion-28047-1472483587-3

Maire-adjoint de Saint-Denis, Stéphane Peu réagit aux propos de Jean-Pierre Chevènement. Il déplore une vision fausse et raciste de sa ville et de ses habitants.

Stéphane Peu, maire-adjoint de Saint-Denis a fait « un bond comme ça » en entendant Jean-Pierre Chevènement lundi matin. L’ancien ministre de l’Intérieur et tout nouveau président de la Fondation pour l’islam de France déclarait sur France Inter : Le processus de l’intégration n’est plus possible, puisqu’il y a à Saint-Denis par exemple, 135 nationalités, mais il y en a une qui a quasiment disparu.

On ne peut qu’être stupéfait d’entendre Jean Pierre Chevènement dire qu’a Saint Denis vivent 135 nationalités et qu’une disparaît. L’inconscient qui émerge avec cette phrase est effrayant. Il énonce des propos que même le FN officiel ne se permet pas. Ce n’est pas lui faire un mauvais procès que de relever que, selon lui, être Français c’est être blanc. 75% des habitants de Saint-Denis sont de nationalité française et la part d’étrangers dans sa population est comparable à celle des villes populaires de France. Les Dionysiens sont à l’image de la France d’aujourd’hui.

Qu’en dix minutes d’entretien, l’ancien ministre socialiste de l’Intérieur passe du djihadisme à l’islam et chute sur les quartiers populaires et les bons Français de souche – qui n’existent pas – est sidérant. On est très loin de la satisfaction affichée par nos gouvernants, il y a dix jours à peine, à propos de la diversité de nos athlètes ! »

L’élu de Saint Denis caractérise explicitement les propos de l’ancien ministre de racistes. Il conclut qu’à ses yeux « Chevènement est disqualifié pour présider la fondation de l’Islam de France ».

Regards

Agression raciste à Marseille : une femme voilée forcée de sortir de l’eau par des baigneurs

image

Alors qu’elle passait l’après-midi sur une plage marseillaise avec sa famille, une femme a été contrainte de sortir de l’eau car elle se baignait voilée. D’autres baigneurs, opposés à sa tenue vestimentaire, s’en sont pris à elle avec des propos racistes, obligeant la police nationale à intervenir.

“Ils ont voulu qu’elle quitte la plage, puis il y a eu un attroupement. Tout le monde a parlé, s’est exprimé et en finalité elle est restée sur la plage avec l’appui d’un peu tout le monde”, a raconté une témoin de la scène à BFMTV.

Selon Marsactu, des altercations de ce genre se sont produits tout au long de l’après-midi, certaines personnes défendant les femmes voilées, d’autres les forces de l’ordre.

Pas d’arrêté anti-burkini à Marseille

La décision de faire sortir cette femme de l’eau n’est en aucun cas lié aux arrêtés contre le port du burkini, puisque la ville de Marseille n’en a jamais appliqué, assure la préfecture de police des Bouches-du-Rhône.

“Il n’y a pas de mesures particulières qui sont prises, les policiers ont pour instruction d’éviter qu’il y ait des troubles à l’ordre public. C’est ce qui fonde nos interventions sur les plages de Marseille”, a déclaré le préfet de police Laurent Nunez.

Dans la cité phocéenne, un autre arrêté municipal, pris chaque année, interdit cependant aux personnes habillées de se baigner. “Ce n’est qu’un arrêté de sécurité qui prévoit la tenue obligatoire de baignade, et d’avoir des vêtements qui permettent une certaine aisance dans l’eau et de pouvoir garantir le sauvetage”, a affirmé Laurent Nunez.

BFM

«sale barbu, sale arabe, sale islamiste», un ancien médecin-urgentiste agressé

Depuis les attentats, l’association SOS Racisme s’inquiète de la multiplication des propos racistes alors que la permanence juridique est d’habitude moins sollicité l’été. Mehdi, ancien médecin-urgentiste victime d’une agression, a expliqué à RMC subir des propos racistes au quotidien.

a1-8733090

Mehdi se souvient de presque tout, du regard de son agresseur, des coups qu’il a porté à sa tête, à son visage. Mais surtout de ces mots violents: « sale barbu, sale arabe, sale islamiste », énumère cet ancien médecin-urgentiste. « C’était le 29 avril, j’allais pour faire mes courses, je me suis retrouvé agressé, laissé pour mort sur le sol« , poursuit-il. 

Le jeune homme a porté plainte mais depuis quelques semaines et les nouveaux attentats du mois de juillet, il est de nouveau victime d’insultes qu’il ne comprend pas.

« Parce que j’ai peut-être une tête d’arabe? Qu’est-ce qui se passe? Il faut arrêter », réclame Mehdi. 

Des témoignages comme celui-ci, SOS Racisme en recueille quotidiennement depuis les récents attentats. Marina Belliard, responsable du service contentieux au sein de l’association croule sous les plaintes. « Certaines personnes qui étaient racistes auparavant se sentent aujourd’hui libres de violenter quelqu’un, de refuser un logement à quelqu’un, d’injurier quelqu’un. Il y a un réel basculement qui est très inquiétant », indique-t-elle. 

Un racisme qui  ne se cache plus

La communauté musulmane est particulièrement visée. L’année dernière, la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme avait recensé une augmentation de 223% des actes antimusulmans par rapport à 2014.

« En général quand il y a une discrimination c’est un non dit, on dit non désolé le bien est déjà loué. Là une personne appelle et quelqu’un lui dit au bout du fil (…) je ne louerai pas à un musulman, ce qui est assez inhabituel. Il y a une expression très directe du racisme, de la haine envers un groupe de la population« , explique-t-il.

Le président de SOS Racisme estime que cette libération de la parole raciste a notamment pu être encouragée par « un manque de hauteur des responsables politiques« . Alors qu’après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercacher, les responsables s’étaient selon lui illustré par une « certaine dignité », leur comportement n’a pas été le même au mois de juillet. 

RMC

Violente agression islamophobe à Bruxelles : une femme insultée et frappée par un homme

Jeudi dernier, une femme de confession musulmane s’est fait insulter et frapper dans le métro bruxellois. Souhaitant conserver son anonymat, elle met tout de même en garde les autres femmes sur les réseaux sociaux.

1997882323_B979335266Z.1_20160801065544_000_GNM7AP0E1.1-0

La jeune femme a été insultée parce qu’elle était musulmane.

Ce jeudi 28 juillet, une jeune femme de confession musulmane aurait été agressée dans le métro bruxellois. C’est ce qu’annonce une publication Facebook, nous expliquant que cette dernière aurait été agressée en quittant son travail et en rentrant chez elle.

 

Nous avons tenté de joindre quelqu’un qui connaissait la victime, mais cette dernière a préféré garder l’anonymat. Elle cherche néanmoins à mettre en garde les femmes qui se baladent seules. «  J’étais dans le métro vers 18h, et il y avait un type qui insultait tous les étrangers et il s’est approché de moi. Je me suis levée pour m’éloigner de lui et là il m’a dit ‘où tu vas’?  », peut-on lire sur la publication Facebook.

Mais, le post ne s’arrête pas là. «  Je n’ai pas répondu et il m’a suivi en me disant : ‘Tu n’es qu’une sale arabe, tu mérites là mort’. Je lui ai dit qu’il devait me laisser tranquille, qu’il me faisait peur et là il m’a frappé d’un coup de poing au visage. Mais je ne veux pas attiser la haine, je veux juste mettre en garde », conclut-elle dans le message publié sur la toile.

Résultat de l’altercation : contusions intrabuccales et au massif facial et mandibule déplacée comme l’atteste un certificat médical fait à l’hôpital Erasmo.

La Capitale

«Sale noir si je descends c’est pour t’égorger», un retraité musulman violemment agressé à Rouen

Septuagénaire musulman agressé à Rouen : le procès de l’agresseur reporté au.. 4 octobre

L’agresseur du septuagénaire musulman, en menaçant de l’égorger, au lendemain de l’attentat jihadiste dans une église de Saint-Etienne du Rouvray (Seine-Maritime), a été présenté vendredi en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Rouen mais son procès a été reporté au 4 octobre.

Le Parisien


Une famille dénonce l’agression raciste dont, selon eux, leur père, d’origine sénégalaise, a été victime au lendemain de l’attaque terroriste contre un prêtre à Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen. Blessé, le septuagénaire a déposé plainte. Une enquête est en cours.

IMG_0905

«Notre père musulman s’est fait agresser physiquement près de chez lui, raconte l’une des filles de la victime. Celui qui a fait cela, l’a aussi insulté et a tenu des propos racistes à son encontre. Il lui a dit : “Sale noir, c’est pas parce que t’es en robe et avec un chapeau que tout t’est permis. Si je descends, c’est pas pour te taper, c’est pour t’égorger”». (Sic).

Les faits se passent mercredi matin, dans un quartier populaire de Barentin, près de Rouen, au lendemain de la prise d’otage terroriste de Saint-Étienne-du-Rouvray. La victime, un septuagénaire musulman d’origine sénégalaise, portant djellaba et chechia, raccompagne ses deux filles en bas de sa barre d’immeuble. Il est 6 h du matin.

« Mes deux sœurs repartaient en voiture à Paris, mon père les aidait à charger leurs bagages dans le coffre, confie la deuxième de cette fratrie de neuf enfants. Un jeune homme qui passait à ce moment-là en voiture, a klaxonné et a commencé à les provoquer.»

« Je vais t’égorger comme vous nous faites »

Selon le musulman pratiquant qui a été hospitalisé, le jeune homme lui a dit : « Qu’est-ce que vous faites là ? » Avant de lui lancer des insultes à caractère raciste. Pour ses filles dont deux étaient présentes au moment des faits, « il ne fait aucun doute que ces violences sont liées aux événements de Saint-Étienne-du-Rouvray. Il lui a dit qu’il l’égorgerait comme eux l’ont fait. Et mon père était clairement identifié comme musulman, il portait sa tenue religieuse ».

Pensant que ça allait dégénérer, la victime demande à ses filles de partir. « Son agresseur a tenté de lui foncer dessus à deux reprises au volant de sa voiture, explique sa seconde fille, âgée de 37 ans. Notre père a récupéré dans la cave de l’immeuble, une marmite pour se défendre. Il sentait qu’il allait être agresséIl n’a pas le temps de fermer les portes de l’ascenseur que l’individu se jette sur lui. « Mes autres frères et sœurs l’ont retrouvé presque inconscient. Il se plaignait de sa gorge. Il nous a expliqué que le mis en cause lui avait serré le cou

Victime d’un traumatisme crânien, le septuagénaire qui habite le quartier depuis cinquante ans avec sa famille, a été transporté au CHU de Rouen. Il en est ressorti hier et a été entendu par les gendarmes de la brigade de Pavilly. Une enquête a été ouverte pour « violences volontaires ».

Ce retraité, ancien ouvrier dans une usine de textile à Barentin, a eu trois jours d’incapacité totale de travail (ITT). Choqué, il bénéficie d’un suivi psychologique. Par pudeur, il ne souhaite pas que son nom apparaisse dans les médias.

Paris Normandie

New York : 2 ados musulmans agressés sans raison près d’une mosquée

Deux adolescents musulmans ont été violemment agressés devant une mosquée de Brooklyn (New York) dimanche matin. Selon le directeur de la Mosquée, l’agresseur hurlait « Sales terroristes » durant les faits.

«Ils ont vu une voiture suspecte garée à l’extérieur de notre entrée », explique Mohamed Bahe, directeur de la mosquée. Ils ont regardé la voiture, en essayant de comprendre ce qui se passait à l’intérieur. Ils ont vu une femme et ils ont demandé si elle avait besoin d’aide. Puis tout d’un coup, un homme est arrivé en courant et les a frappés. »

M. Baha dit que les gens sont sortis de la mosquée et ont provoqué la fuite de l’agresseur.

Une des victimes a subi une commotion cérébrale à la suite de l’attaque.

Cette agression est à rapprocher d’autres visant des citoyens musulmans ces derniers temps aux Etats-Unis, rappellent nos confrères.

Sud Info

Angleterre : une musulmane victime d’une agression raciste à Leyton #Brexit

La musulmane Adil Cemile, 23 ans, a été victime d’une agression raciste à Leyton en Angleterre.

5778b753dd337.jpg

Selon un article de Standard.co.uk, un quarantenaire employant des expressions racistes a cassé les vitres de la femme musulmane avec un levier.

Le suspect a ensuite essayé d’attaquer un taximan somalien.

Il a ensuite été intercepté par un agent de sécurité avant d’être placé en garde-à-vue par la police qui est arrivé sur les lieux.

Les attaques racistes avaient connu une hausse après le Brexit.

Selon un rapport rendu public par le Conseil national des chefs de police, une hausse a été observée dans les crimes de haine contre les migrants au cours des quatre jours qui ont suivi l’annonce des résultats du référendum, par rapport au mois précédent.

Les Polonais et les musulmans sont les plus exposés aux agressions.

Une expression raciste avait été écrite sur le mut du Centre culturel polonais dans le quartier Hammersmith à Londres et une note avait été déposée dans la boite aux lettres d’une famille polonaise à Huntington près de Cambridge sur laquelle on pouvait lire « Nous quittons l’UE, il n’y a plus de place pour les parasites polonais ».

Le Conseil des musulmans britanniques a annoncé avoir signalé d’innombrables crimes dont des propos haineux et insultes dans les rues ou sur internet après l’obtention des résultats du référendum.

Le Conseil a appelé les leaders politiques et ONG à une action urgente contre la division et la polarisation qui ont vu le jour après le référendum.

TRT

USA : un médecin musulman poignardé et blessé par balle devant une mosquée à Houston

Ce dimanche matin vers 5h30, un médecin  a été approché par trois hommes à pied alors qu’il se rendait dans une mosquée de Houston, au Texas, pour la prière matinale. Sans prévenir, l’un d’eux aurait sorti une arme à feu afin de tirer à deux reprises sur l’homme. 

houston-mosquee_5627585.jpg

Conduit à l’hôpital rapidement, l’état de la victime n’est pas connu. Cependant, d’après les médecins de l’établissement dans lequel il a été conduit interrogés par les médias locaux, il devrait survivre à ses blessures. 

D’après les enquêteurs, il n’y a pour l’instant aucun motif connu qui pourrait justifier cette attaque. Les agresseurs, qui ont pris la fuite rapidement, n’ont pas encore été identifiés, mais la police dit avoir de nombreux éléments de description grâce aux témoignages recueillis. 

Un responsable de la mosquée s’est dit très inquiet de la situation actuelle, trois semaines après l’attentat dans un club gay à Orlando, également au Texas. Selon lui, il s’agirait du troisième incident de la semaine concernant des Musulmans blessés par balle à Houston. 

L’Express