58% des français estiment que le FN est un danger pour la démocratie

Selon le baromètre annuel Kantar Sofres, la perception du Front national et de sa présidente par les Français est toujours majoritairement négative.

Ainsi, selon cette étude, 58% des personnes interrogées estiment que le FN représente « un danger pour la démocratie en France » et 36% pensent l’inverse. Ce chiffre est en hausse constante depuis 2013 après une décennie de lente décrue: il y a quatre ans, 47% des personnes interrogées jugeaient le FN dangereux.

Cette inquiétude est plus marquée chez les femmes (62 %), chez les personnes âgées de plus de 65 ans (63%), chez les cadres (69%) et professions intermédiaires (63%) et chez les diplômés de l’université (68%).

De plus, malgré la stratégie de « dédiabolisation » portée par Marine Le Pen pour tenter de lisser l’image de son parti, 49% des Français continuent à voir en elle la représentante d’une « extrême droite nationaliste et xénophobe« .

France Soir

Colonisation et crimes contre l’humanité : une majorité des Français partagent la position d’Emmanuel Macron

emmanuel-macron-le-14-fevrier-2017-a-notre-dame-d-alger_5801149

Dans un sondage exclusif commandé par TSA auprès de l’un des principaux instituts de sondage français, l’Ifop, 51% des Français affirment être d’accord avec les déclarations de Macron sur le fait que « la colonisation est un crime contre l’humanité ». Tandis que 52% des Français interrogés estiment que « le gouvernement français devrait présenter des excuses officielles pour les meurtres et exactions commis durant la colonisation ».

« J’ai toujours condamné la colonisation comme un acte de barbarie. La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité », déclarait Macron lors d’un entretien accordé à Echourouk News.

TSA Algérie

La menace terroriste première préoccupation des Français à 46 %, chômage (40 %), l’immigration (35 %)

Le terrorisme devance le chômage et l’immigration parmi les premiers sujets de préoccupation des personnes interrogées par Elabe pour « Les Echos ».

plan_vigipiratejpg.jpg

Près de quatre mois après les derniers attentats, la perception qu’ont les Français de la menace terroriste est toujours aussi aiguë. Près d’un sur deux (46 %) la considèrent comme étant l’un des défis les plus importants auquel le pays se trouve confronté, selon un sondage Elabe réalisé pour « Les Echos », Radio classique et l’Institut Montaigne. Même s’ils restent un sujet de préoccupation importante, le niveau du chômage (40 %) et celui de l’immigration (35 %) arrivent derrière.
Les Echos

56% des Français estiment que les politiques parlent trop de l’islam

manuel-valls-nicolas-sarkozy-et-marine-le-pen

Selon un sondage de l’Institut français d’opinion publique (Ifop) commandé par le collectif « Vivre Ensemble », lancé par l’entrepreneur franco-algérien Mohamed Skander, les questions relatives à l’Islam occupent trop de place dans le débat public en France. TSA diffuse les principaux enseignements de cette enquête.

Des polémiques stériles

Une majorité de Français estiment que les politiques de leur pays parlent « trop » des questions relatives à l’Islam en France (56%). Un chiffre qui révèle une saturation causée par les nombreuses polémiques.

À titre d’exemple, 70% des Français estiment que les politiques ont trop parlé de la polémique des « Gaulois » ; 69% ont le même avis au sujet de la question du « burkini ». Idem pour la polémique de la Marianne, soulevée par le Premier ministre français, Manuel Valls, avec 51% des Français estimant que les politiques ont trop parlé de ce sujet.

Les hommes politiques français en font « trop » sur l’Islam

Parmi les personnalités politiques ayant trop exploité ces questions, l’on retrouve Nicolas Sarkozy, avec 65% des Français affirmant qu’il a trop parlé d’Islam. On retrouve cette tendance (52%) au sein-même des sympathisants de son parti, « Les Républicains ». Marine Le Pen, présidente parti d’extrême-droite du Front national, obtient un score sensiblement similaire : 66%.

Par ailleurs, preuve que l’Islam ne figure pas parmi les priorités des Français, selon les initiateurs du sondage, seuls 9% des électeurs déclarent que les questions relatives à l’Islam constitueront un des deux facteurs déterminant leur vote à la prochaine élection présidentielle de 2017.

Stigmatisation des musulmans

Par ailleurs, l’un des enseignements majeurs de cette étude est lié à la perception des citoyens Français de confession musulmane par le reste de la population. Ainsi, les polémiques récentes autour de cette religion pourraient créer un sentiment de stigmatisation chez les ressortissants musulmans en France, estiment une grande majorité des sondés (81%).

Enfin, l’Ifop révèle que 80% de ceux qui côtoient des musulmans, pensent que l’on parle trop d’Islam. À l’inverse, ceux qui n’ont pas de contact avec des personnes de confession musulmane estiment le contraire.

L’intégralité du sondage, réalisé auprès d’un échantillon de 2.000 personnes, représentatif de la population française, est a consulté ici.

TSA

86% des Français et 56% des sympathisants FN espèrent la victoire d’Hillary Clinton

trump-clinton

Les Français sont 64% à s’intéresser à l’élection présidentielle américaine et 86% à souhaiter la victoire de la démocrate Hillary Clinton, selon un sondage Odoxa publié dans Le Parisien ce dimanche 2. 86% des Français espèrent que l’ex-première dame américaine emportera la présidentielle, ils ne sont que 11% à souhaiter la victoire du républicain Donald Trump, pour 3% de sans opinion.

Hillary Clinton est en tête quel que soit l’appartenance politique des sondés. Dans les partis parlementaires, ils ne sont que 4% à gauche et 11% à droite à soutenir le candidat républicain.

Marine Le Pen a annoncé qu’elle votera Trump si elle était américaine, son électorat ne la suit pas puisque 56% des sympathisants du FN sont favorables à Clinton et 39% à Trump.

Les Français jugent Hillary Clinton expérimentée et proche des élites (81%), compétente 80% et lui trouvent la stature d’une présidente à 75%. Ils estiment que Donald Trump est agressif (82%), raciste (80%) et dangereux (78%).

94% des Français pensent enfin que Barack Obama est un bon président, contre 8% qui croient qu’il est mauvais. Un résultat inchangé depuis un sondage sur le même sujet il y a trois ans.

France Soir

Une large majorité de français estime que Marine Le Pen est raciste, intolérante, démagogue

csfmqdvw8aawy3n-jpg-large

Elle a beau être en tête au premier tour de l’élection présidentielle dans de nombreux sondages, Marine Le Pen reste l’une des personnalités politiques les plus clivantes. Réalisée à l’occasion de sa participation à l’émission de TF1 Vie Politique, une étude menée par Kantar Sofres-One Point confirme l’avis souvent très tranché des Français à son égard.

Seulement 35% d’entre eux ont une opinion favorable de la présidente du FN ; 54% en ont une mauvaise et 11% se déclarent sans opinion. Dans le détail, c’est, sans surprise, chez les sympathisants de gauche que son image se révèle la plus négative : plus de 8 sur 10 d’entre eux ont une mauvaise opinion de l’eurodéputée frontiste, un sentiment partagé par la moitié des sympathisants de droite.

Parmi les défauts les plus régulièrement cités, sa « tendance à critiquer tout le monde » est le reproche qui lui est le plus souvent fait (64%). 6 Français sur 10 la jugent par ailleurs « intolérante ». Enfin, 55% des Français la jugent « raciste » et estiment qu’elle « n’apporte aucune solution ». A noter que ces traits d’image s’appliquent à Marine Le Pen pour plus de la moitié des sympathisants de droite.

kantar-defauts-mlp-be8209-11x

Ce qui confirme que la stratégie de « dédiabolisation » entamée par la présidente du FN depuis son accession à la tête du parti en 2011, a probablement atteint ses limites. Certes, les résultats électoraux du FN sont en progression à chaque élection mais le fameux « plafond de verre » ne semble toujours pas avoir cédé.

LCI

Sondage morose, bousculée dans son parti… : Le sale été de Marine Le Pen

marine le pen fn front national escroquerie

Plusieurs de mes sources prédisent à la présidente du FN une sacrée gueule de bois l’année prochaine. Cela paraît très audacieux comme analyse. Ça va complètement à rebours de la petite musique qu’on entend depuis les attentats de cet été :

Elle engrange, Marine Le Pen, c’est pour ça qu’elle se tait, elle n’a rien à faire.

Eh bien je suis désolée, pour l’instant elle n’engrange pas, elle piétine ! Un conseiller de François Hollande avait fait ce pari devant moi avant l’été :

Les Français vont y réfléchir à deux fois avant de l’installer dans le PC Jupiter à l’Elysée.

Prenez le sondage Ipsos-Le Point de la semaine dernière : elle est à 25% de bonnes opinions, exactement comme en juin, pas un point de plus depuis les attentats. Début août, sondage Elabe-Les Echos : 26%, un point de plus, c’est tout, mais 5 de moins chez les électeurs FN, qui n’ont visiblement pas apprécié qu’elle se prononce cet été contre l’internement des personnes fichées S. Proposition reprise désormais par Nicolas Sarkozy, qui vient de la doubler sur sa droite en klaxonnant !

Et il y a d’autres nuages qui s’amoncellent à l’horizon… Le premier s’appelle Jean-Marie Le Pen, qui rumine sa vengeance. Il vient d’annoncer qu’il présenterait une soixantaine de candidats aux législatives contre les candidats FN. Ça n’a l’air de rien, mais si on sort sa calculette ça peut faire mal. Pour être au second tour aux législatives, il faut être dans les deux premiers ou faire 12,5% des électeurs inscrits.

Or, aux dernières législatives, le FN a fait 7,5% des inscrits avec l’abstention. Vous voyez le danger : les candidats dissidents de « papa » pourraient entraver le rêve de sa fille : obtenir enfin un groupe de 15 députés.

Et l’autre caillou dans sa chaussure, c’est Marion Maréchal-Le Pen. Pendant que Marine Le Pen stagne dans les sondages, Marion, elle, progresse ! Du coup, certains au FN commencent à se dire que l’avenir, c’est elle, et que 2017 sera peut-être la dernière candidature de sa tante. Une figure de la droite extrême me disait : « si Marine Le Pen perd cette présidentielle, ses électeurs se diront qu’elle est comme Georges Marchais qui a porté le Parti communiste à 30% et fait élire François Mitterrand. Il y aura des troubles au FN ». Or, un congrès du parti est prévu à l’automne 2017. Est-ce la nièce en profitera pour déclarer la guerre à la tante ? Ce serait la plus belle vengeance du « Menhir » Jean-Marie Le Pen.

France Inter

Sondage : Seuls 13,6% des français se sentent proches du FN

Leader of the French far-right National Front (FN) party, Marine Le Pen speaks during a press conference focused on regional elections in Nanterre, outside Paris, on February 17, 2015. AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON

Le nombre de Français qui affirment n’avoir aucune préférence politique partisane est en forte progression, ce qui traduit une défiance croissante à l’égard du personnel politique et des principaux partis, à l’approche de la présidentielle, selon une étude de l’institut Elabe diffusée ce vendredi 19.

A la question, « sans penser seulement aux élections, de quel parti ou mouvement politique vous sentez-vous le plus proche?« , 31,3% des personnes interrogées se déclaraient « sans préférence partisane » au second trimestre 2016, soit 3,4% de plus qu’au trimestre précédent. A cette question, le total des partis de gauche (sans l’extrême gauche) s’élève à 26,1% (-1,6), le total droite et centre (hors FN) 26,6% (-0,5).

Autre enseignement, les principaux partis de gouvernement sont désormais délaissés par près de 7 Français sur dix. Seules 14,1% (-1,7%) des personnes interrogées se sentent proches du Parti socialiste et à peine plus, 16,4% (-0,4%), du parti Les Républicains. L’érosion touche également le Front national, avec 13,6% (-1,4%) de Français qui se sentent proches de lui.

France Soir

« Grand remplacement » 42% des jeunes se disent catholiques, 4% musulmans, 1% juifs

LC-Jeunes-160722-v4_0_600_942

Les jeunes Français se seraient-ils réconciliés avec Dieu ? Dans tous les cas, et contrairement à leurs aînés, ils n’y sont plus hostiles. Le portrait des 18-30 ans qui se dessine dans le sondage réalisé par OpinionWay en exclusivité pour La Croix sur les jeunes et la religion montre une génération manifestement plus croyante et plus religieuse que ses aînés.

Certes, les jeunes qui disent croire en l’existence de Dieu (46 %) restent une minorité dans une société française majoritairement agnostique. Pour autant, si l’on met ces chiffres en perspective avec d’autres sondages, il apparaît que les jeunes sont plus croyants que dans l’ensemble de la population française : seuls 38 % des Français disaient croire en l’existence de Dieu selon une enquête réalisée il y a un an pour la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref).

Catholiques (42 %), musulmans (4 %), protestants (3 %)… Au-delà de la croyance, les jeunes Français s’identifient aussi plus fortement à une religion qu’il y a une décennie : seuls 34 % des 18-29 ans se rattachaient à une religion en 2008, selon l’enquête sur les valeurs réalisée la même année à l’échelle européenne, contre 53 % aujourd’hui.

La Croix

Les sympathisants du FN sont les français les moins fiers d’être français

fierte_2

Si le sentiment de fierté est relativement stable entre 2010 et 2016, on constate néanmoins deux évolutions :

1) Une progression sensible de la fierté nationale dans l’électorat PS : +14 points sur le total « oui » entre 2010 et aujourd’hui et +33 points sur le « oui, très fier ».

2) Inversement, on constate une baisse de 5 points sur le total « oui » dans l’électorat LR et de 10 points sur le « oui, très fier ».

Enfin, « seules » 70% des personnes s’estiment fières d’être françaises dans l’électorat FN (soit 8 points de moins que la moyenne) : pour un parti qui se revendique profondément patriote, cela peut interpeller.

Atlantico

58% des Français ne veulent pas d’une candidature de Marine Le Pen a la présidentielle 2017

648x415_marine-pen-presidente-fn-19-fevrier-2016-paris

François Hollande, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon voire François Bayrou… Telle qu’elle est partie, l’élection présidentielle de 2017 promet de ressembler furieusement à celle de 2012. A rebours de l’aspiration des Français au renouvellement politique, confirmée par une enquête Harris Interactive à retrouver dans Marianne en kiosques ce vendredi 8 juillet. Selon notre sondage, un quart de nos concitoyens souhaitent qu’aucun des candidats au premier tour de la dernière présidentielle ne se représente en 2017.

Un premier enseignement est très clair : une grande majorité de Français (84%) ne veut pas . Et dans le détail, 82% rejettent de toute façon une candidature du président sortant, et 71% celle de son prédécesseur.

Les autres prétendants de 2012 ne sont guère plus appréciés des électeurs : 58% des Français ne veulent pas d’une candidature de Marine Le Pen, un chiffre qui monte à 64% pour François Bayrou et 65% pour Jean-Luc Mélenchon.

Marianne

77% de jugements négatifs : Manuel Valls explose les compteurs d’impopularité

valls hollande

Manuel Valls atteint un record d’impopularité en juin, avec 20% (-5) de jugements favorables sur son action, tandis que Nicolas Sarkozy (+5) réduit l’écart avec Alain Juppé en vue de la primaire à droite, selon le baromètre Ipsos/Le Point publié lundi. Avec 16% (-2 points en un mois) d’avis favorables, François Hollande reste stable auprès des sympathisants PS (43%), mais recule auprès de ceux du Front de gauche (14%, -5) et d’EELV (17%, -11).

Quant à Manuel Valls, jamais un Premier ministre n’avait obtenu si peu de jugements positifs depuis la création de ce baromètre en 1996, et autant de jugements négatifs (77%) depuis Alain Juppé (73%) en novembre 1996.

Depuis février et la présentation de la loi travail, la cote de Manuel Valls a chuté de 15 points. Le chef du gouvernement bascule dans l’impopularité auprès des sympathisants du PS (53% d’avis défavorables, +7) et plonge auprès de ceux du Front de gauche (90% d’avis négatifs, +7) et d’Europe Ecologie-Les Verts (83%, +12).

Challenges