FN : défections en série autour du «dictateur nord-phocéen» Stéphane Ravier

Sept élus des 12e, 13e et 14e arrondissements de Marseille ont lâché le maire frontiste depuis son élection.

xvma19cfcf2-9608-11e6-9b52-8d6af026a828

Les mairies tenues par le FN sont présentées par le parti sont régulièrement présentées comme «les vitrines» de ses réussites politiques. Force est de constater que les polémiques s’enchaînent pourtant sur la gestion de ces communes. La dernière en date concerne les arrondissements marseillais tenus par le sénateur Stéphane Ravier: les défections d’élus frontistes se suivent sur fond d’accusations de «pratiques autocratiques». Une véritable hémorragie qui, selon La Provence, a fait perdre au FN son groupe à la communauté urbaine Marseille-Provence-métropole, obtenu de justesse juin dernier.

Ce mercredi, le quotidien régional révèle le départ d’Elisabeth Philippe, conseillère municipale dans les 11e et 12e arrondissements qui siégera désormais avec les non-inscrits. Cette défection vient s’ajouter à celles, officialisées ce mardi, d’Antoine Maggio, délégué à l’Urbanisme, et de sa mère Marie Mustachia, première adjointe aux Finances. «Il décide de tout et n’écoute plus personne. C’est le dictateur nord-phocéen. Si nous doutons aujourd’hui du Front, c’est à cause de lui et de l’inaction des instances nationales face à son comportement», accuse Antoine Maggio, cité par le site d’information régionale Marsactu. Les démissionnaires déplorent d’avoir été privés de leur autonomie d’action, tenus à l’écart des décisions, privés de parole dans les médias, ou encore d’avoir été réduits à des opérations de tractage.

Ces défection viennent s’ajouter aux départs déjà connus de l’adjoint aux Sports René Annibaldi, des conseillers municipaux Karim Herzallah, Paul-Louis Rabia et Karine Harouche. Un peu plus tôt, c’était le directeur de cabinet de Stéphane Ravier Alexis Mexis, ainsi que la directrice générale des services, Marie-Dominique Desportes, qui avaient déjà jeté l’éponge. À chaque fois, c’est une «gestion dictatoriale» qui est épinglée. Autant de dissidents qui pourraient désormais former un groupe non-inscrit dans l’opposition municipale, la limite minimale étant fixée à cinq inscrits.

Le Figaro

Une ONG lance une pétition réclamant la transparence d’activités suspectes autour de Manuel Valls

valls-gravoin-ouv

L’enquête de « l’Obs » sur l’Alma Chamber Orchestra, l’orchestre dirigé par Anne Gravoin – l’épouse de Manuel Valls – n’en finit pas de faire des vagues. Après la démission d’Anne Gravoin de son poste de directrice artistique, annoncée par nos confrères de « Closer », l’ONG Sumofus a mis en ligne lundi 25 avril au matin une pétition pour demander la publication des comptes financiers de la société d’Anne Gravoin, AG Productions, prestataire et productrice de l’Alma Chamber. Mardi à la mi-journée, la pétition recueillait déjà 23.000 signatures.

Dans le numéro du 31 mars, « l’Obs » révélait que cet orchestre pour la paix avait été aidé et financé par deux proches de Denis Sassou-Nguesso, le dictateur congolais. Le premier, Jean-Yves Ollivier, s’est longtemps occupé de l’écoulement de la production pétrolière du Congo-Brazzaville. L’autre, Ivor Ichikowitz, est le principal fournisseur d’armes du régime de Sassou-Nguesso.

Après 32 ans de règne, ce dernier a été reconduit à la présidence du Congo-Brazzaville le 20 mars dernier, dans des conditions très controversées. De nombreux affrontements ont eu lieu depuis dans le pays.

A travers l’histoire de cet orchestre, ce sont bien les liens entre Manuel Valls et le régime de Sassou-Nguesso qui posent question. Le 17 juin 2015, le Premier ministre français remettait en personne les insignes d’Officier de la Légion d’Honneur à Jean-Yves Ollivier. Quelques jours plus tard, il se rendait à l’hôtel Shangri-La, à Paris, où séjournait Denis Sassou-Nguesso, alors en voyage officiel en France.

Nabil Berbour, chargé de campagne de Sumofus en France, lance :

« Nous n’accusons personne. Nous demandons simplement à Manuel Valls des explications sur cette affaire, de la même manière qu’avec David Cameron lors de sa mise en cause dans les Panama Papers. » 

Fondée par Taren Stinebrickner-Kauffman, une américano-australienne qui vit à San Francisco, Sumofus dit combattre « les abus de pouvoir des multinationales ». En France, où elle affirme compter sur un réseau de 450.000 membres, elle s’est illustrée le mois dernier avec une pétition contre le néonicotinoïde, un pesticide qui tue les abeilles (plus de 200.000 signatures).

L’Obs

Exigez que M. Valls donne l’exemple et fasse la lumière sur le financement de la société de son épouse.

3 élus quittent le Front national et dénoncent une absence de démocratie

jean-jacques-jemain-maryse-aubert-et-maryline-lamarque-ont_3639400_1200x600

Conseillers municipaux de Tonneins, Maryse Aubert, Jean-Jacques Jemain et Maryline Lamarque ont pris la décision, « dure au cœur d’un militant de la cause nationale », commentent-ils, d’abandonner l’étiquette du Front national.

Avant d’expliquer les raisons de leur départ dans une lettre ouverte adressée, dimanche, à « Sud Ouest », ils se livrent à un bilan comptable des élus du parti : « Après Marmande, Tonneins n’aura plus aucun élu FN au sein de son assemblée délibérante.

Sur les 14 élus en 2014 aux Conseils d’Agen, Le Passage-d’Agen, Marmande, Tonneins et Villeneuve-sur-Lot, neuf auront démissionné en vingt mois. Les trois Agenais ont été remplacés par les suivants de la liste et deux sur cinq à Villeneuve-sur-Lot. Ces démissions concernent 70 % des premiers, seconds, troisièmes et quatrièmes des listes d’origine dont trois têtes de liste. »

Ils en expliquent, selon eux, les raisons : « Sa composition à géométrie variable permanente aura servi à verrouiller toute initiative de libre débat démocratique, le réduisant à une chambre d’enregistrement stérile et déconnectée du terrain.

Les trois élus tonneinquais concluent : « Dans cette affaire, après avoir beaucoup donné, le plus souvent dans la discrétion, nous nous estimons trahis et la seule arme de ceux que l’on refuse d’entendre est donc le retrait du mouvement. Nous continuerons cependant à être les porte-parole de tous les électeurs. »

Sud Ouest

Fronde massive au FN en Hérault, les cadres dénonces un parti « dictatorial » et « pire que les autres »

2015-11-29_095056_FN-MANOGIL

Après SETE où l’ancienne secrétaire départementale du FN , Marie Christine AUBERT, a été écartée au profit de Gérard PRATO néo secrétaire et tête de liste départementale de la liste conduite par Louis ALIOT à l occasion de ces élections régionales, et après AGDE où le conseiller municipal FN Alain LEBAUBE est également annoncé comme suspendu par Gérard PRATO qui lui préfère son rival Jean Louis COUSIN propulsé à la tête de la campagne départementale, ce sont aujourd’hui quatre autres cadres ou élus du partit Nationaliste qui conteste ouvertement des «  décisions dictatoriales «  au sein de la direction départementale du FN .

Ainsi Jean-Luc BOUCHEREAU  Ancien Conseiller municipal de MEZE et Conseiller communautaire de la CCNBT,  ex tête de liste aux sénatoriales de 2014, Christian CLAUSIER Ex tête de liste FN et Conseiller municipal à Lattes, Stéphane GOEPFERT, Ex tête de liste FN à Juvignac et Conseiller municipal et Jocelyne GOELLER, ancienne Conseillère municipale FN de Lattes, candidate FN aux départementales 2015  dénoncent-ils aujourd’hui dans le communiqué diffusé ci-dessous

«  Un mouvement vicié, de moins en moins fiable et viable et dont l’éthique et la moralité de certains élus et responsables qui animent ce mouvement apparaissent plus que douteuses. »  avant de terminer le propos par un questionnement  et une  réponse collégiale :

«  Le Front National, un parti comme les autres ? Sûrement pas ! Pire que les autres ? Certainement ! … »

Hérault Tribune

Au nom de vivre ensemble un élu belge veut interdire voile, kippa et croix dans la rue

88cf4e234103cc574c1cf5f592ca9a57-1448356088

Le député wallon Philippe Knaepen (MR) n’y va pas par quatre chemins. Selon lui, pour réussir le vivre-ensemble et l’égalité entre citoyens en Belgique, « il faut interdire tous les signes convictionnels dans l’espace public« .

Comprenez: voile islamique, kippa juive, croix chrétienne doivent être interdits, même dans la rue. Cette proposition, le mandataire l’a émise sur sa page Facebook. Mais il envisage d’introduire un texte (une proposition de résolution dans un premier temps) en ce sens auprès du Parlement wallon.

« J’en suis pour l’instant au stade de la réflexion« , explique Philippe Knaepen à la RTBF.be. « Mais le débat doit être ouvert, c’est pour cela que je l’ai lancé sur ma page Facebook.

Il n’engage à ce stade que moi, pas mon parti. J’estime personnellement que le vivre-ensemble, demain, passe par une neutralité absolue dans les lieux publics.

Dans les mosquées, les temples, les églises, à la maison, chacun fait comme il le souhaite. Mais si on interdit le port des signes religieux en rue, il n’y aura plus de barrières entre les uns et les autres. C’est l’avenir de notre société. Raison pour laquelle je lance cette pierre dans le débat. »

Je mène une réflexion globale qui porte aussi sur l’interdiction de la kippa au sein des communautés juives par exemple, comme à Anvers. Pour moi, il n’y aucune distinction à effectuer. Si on commence à établir une distinction, c’est un premier pas dans le mauvais engrenage.

De même, lorsque j’étais échevin en fonction dans ma commune de Pont-à-Celles, j’étais tout autant choqué lorsqu’un fonctionnaire communal portait une croix autour du cou.« 

RTBF

Donald Trump veut ficher tous les musulmans des USA

1069152-donald-trump

Donald Trump a proposé de ficher les musulmans présents aux Etats-Unis. « Il faut qu’ils le soient, il le faut », avait répondu le milliardaire américain, ce jeudi, à un journaliste de NBC qui lui demandait s’il était favorable à ce que les musulmans soient obligés de s’enregistrer, confirmant des propos tenus à Yahoo ! News.

« Il faut beaucoup de systèmes, au-delà des bases de données. Je mettrais cela en place, absolument », avait encore précisé Donald Trump. Face à la polémique et après avoir évité le sujet lors de ces apparitions publiques du week-end, le candidat à la Maison Blanche en tête des sondages des primaires républicaines a finalement pris ses distances avec cette idée, mais sans la désavouer.

Plusieurs candidats républicains à la présidentielle ont, ce week-end, également condamné Donald Trump, qui avait déjà proposé de fermer les mosquées radicales, et qui a fait de la lutte contre l’immigration clandestine le cœur de sa campagne.

20 Minutes

Pierre-Jean Robinot, élu FN « le parti trahi son électorat, le FN n’est pas démocratique »

Pierre-Jean Robinot dictature trahison fn epinal

« Suite aux importants incidents qui ont abouti à l’explosion de la fédération FN des Vosges, ce site est en travaux pour une totale refonte.

Vous retrouverez toutes nos informations au lendemain de notre conférence de presse qui aura lieu dans les jours à venir. »

Cette phrase, postée mercredi matin sur le site du FN Epinal, a de quoi interpeller car il y est fait état de querelles internes au sein de la fédération vosgienne.

Joint par téléphone, Pierre-Jean Robinot, conseiller municipal d’opposition FN à la Ville d’Epinal, revient plus en détail sur le malaise latent qui existe, depuis plusieurs mois, au sein de la structure.

« Depuis un an, la fédération des Vosges va très mal. Tout ça provient du fait qu’on a un secrétaire départemental qui n’est d’ailleurs pas vosgien et qui coupe des têtes dès qu’on n’est pas d’accord avec lui. Aujourd’hui, la fédé a perdu 90 % de ses membres. C’est une catastrophe.

On a essayé de régler nos problèmes en interne mais ce n’est plus possible. On attend le dépôt des listes pour dire toute la vérité. Aujourd’hui, personne ne sait qui est sur la liste. C’est un grand secret. Il n’y a aucune discussion possible. »

L’élu spinalien va même plus loin dans ses accusations : « J’ai réussi à tenir le FN Vosges pendant tout ce temps. J’ai alerté à plusieurs reprises l’instance parisienne mais elle s’en fout complètement. Le problème, c’est que je ne suis pas d’accord avec le programme décidé pour les élections régionales. Les orientations données vont totalement dévaloriser les Vosges. Je ne peux pas en dire plus pour l’instant.

La seule chose, c’est que le parti a trahi son électorat. C’est très grave. Un parti politique, c’est une structure où on échange, où on doit être écouté. Le FN n’est pas un parti démocratique. Moi, je ne veux pas trahir les gens qui ont voté pour moi. La supercherie a assez duré », explique l’élu, annonçant qu’une réunion des frondeurs est organisée ce soir à huis clos (lire hier soir, NDLR) pour décider du comportement à adopter dans les prochains jours.

La dizaine de conseillers municipaux du Front national pourraient, à en croire notre interlocuteur, adopter une stratégie commune.

Voges Matin

Le totalitarisme du « Je suis Charlie » un air de Corée du Nord

Quel est le point commun entre la mort de Lady Diana, la victoire de la France en Coupe du Monde de football en 1998 et les manifestations « Je suis Charlie » le 11 janvier 2015 ?

« Un effondrement temporaire de toutes les différentiations sociales, tout à fait illusoire« , estime Frédéric Lordon, invité de l’émission Dans le Texte de Hors Série pour son livre Impérium. Une « recherche de l’unanimisme » qui a même été « totalitaire » dans le cas de Charlie Hebdo, regrette l’économiste.

« Moi je n’étais pas Charlie et je l’ai dit. Ça ne m’a pas valu que des compliments…«  rappelle Lordon (qui s’en était pris, à l’époque, au quotidien Libération, entre autres). Pour lui, la France de janvier 2015 avait même « des airs de Corée du Nord« , avec des « panneaux de la taille d’un immeuble » ou des spots au cinéma, avec pour seul message « Je suis Charlie« .

Arrêt sur Images