Pour Charlie Hebdo, Tariq Ramadan et les femmes voilées sont complices du terrorisme

Dans son dernier édito publié sur Charlie Hebdo, le dessinateur Riss assimile directement le travail de Tariq Ramadan, le port du voile et la pratique religieuse de l’islam à un vaste projet dont le terrorisme ne serait que la partie émergée.

23571

Le dernier édito de Riss dans Charlie Hebdo est passé inaperçu dans la presse française. Alors que la Une de l’hebdomadaire satirique sur Stromae, qui avait été jugée choquante sur les réseaux sociaux, a été très diffusée, en revanche aucun article, billet, éditorial ou chronique de la presse française n’a été consacré au dernier édito du dessinateur.

Et pourtant, la charge éditoriale est violente : le journal satirique établit en effet une continuité directe entre le terrorisme des attentats de Bruxelles, les conférences de l’intellectuel suisse Tariq Ramadan, le port du voile par des musulmanes, jusqu’au…. boulanger barbu qui ne vend plus de sandwichs au jambon !

Tariq Ramadan, la femme voilée et le … boulanger barbu

«Tariq Ramadan ne prendra jamais une kalachnikov pour tirer sur des journalistes dans leur salle de rédaction et ne confectionnera jamais de bombes destinées à des halls d’aéroport. D’autres le feront à sa place. Ce n’est pas son rôle. Le sien, sous prétexte de débattre, est de dissuader ses interlocuteurs de critiquer sa religion (…)

Pourquoi critiquer encore le port du voile et heurter ces femmes dignes en les montrant du doigt ? Taisons-nous, regardons ailleurs, fuyons les polémiques et les esclandres de rue. Leur rôle, même si elles ne se rendent pas compte qu’elles en jouent un, ne va pas au-delà (…)

Le boulanger qui a remplacé le précédent, parti à la retraite, fait de bons croissants. Il est aimable et a toujours un sourire pour le client. Il est parfaitement intégré au quartier, sa longue barbe et son petit cal sur le front qui indiquent sa grande piété ne gênent pas sa clientèle, qui apprécie aussi ses sandwichs à midi.

Ceux qu’il propose sont très bons, même s’il n’y en a désormais plus aucun au jambon de pays ou aux rillettes (…) On s’y fera. Comme le prêche Tariq Ramadan, on s’adaptera. Le rôle de ce boulanger travailleur est ainsi rempli.»

Zaman

Le totalitarisme du « Je suis Charlie » un air de Corée du Nord

Quel est le point commun entre la mort de Lady Diana, la victoire de la France en Coupe du Monde de football en 1998 et les manifestations « Je suis Charlie » le 11 janvier 2015 ?

« Un effondrement temporaire de toutes les différentiations sociales, tout à fait illusoire« , estime Frédéric Lordon, invité de l’émission Dans le Texte de Hors Série pour son livre Impérium. Une « recherche de l’unanimisme » qui a même été « totalitaire » dans le cas de Charlie Hebdo, regrette l’économiste.

« Moi je n’étais pas Charlie et je l’ai dit. Ça ne m’a pas valu que des compliments…«  rappelle Lordon (qui s’en était pris, à l’époque, au quotidien Libération, entre autres). Pour lui, la France de janvier 2015 avait même « des airs de Corée du Nord« , avec des « panneaux de la taille d’un immeuble » ou des spots au cinéma, avec pour seul message « Je suis Charlie« .

Arrêt sur Images