Le site du militant d’extrême droite en cavale Boris Le Lay déréférencé par Google

Le site d’extrême droite Breiz Atao, dont l’administrateur a été condamné à de multiples reprises par la justice pour incitation à la haine, a été déréférencé de Google, révèle le quotidien Le Télégramme. Le site est toujours accessible, mais n’apparaît plus dans les résultats de recherche de Google.

Ce déréférencement fait suite à une énième condamnation de son administrateur, Boris Le Lay, militant ultranationaliste breton, qui affirme vivre au Japon. Le 15 décembre 2016, le tribunal de Rennes avait, en référé, donné raison à un homme qui estimait être diffamé par le site, qui l’accusait d’être un « financier occulte » d’une « mosquée salafiste » dans le cadre d’une « campagne d’insultes racistes et de provocation à la haine raciale »

Le Monde

De telles décisions sont généralement prises à l’encontre de sites pédopornographiques ou terroristes. Mais depuis quelques mois, la délégation interministérielle de lutte contre le racisme a décidé de cibler davantage les discours de haine véhiculés sur le Net.

Ce déréférencement, qui a été validé le 28 mars dernier, pourrait être étendu à d’autres moteurs de recherche.

Boris Le Lay, rappelons-le, a été condamné à plusieurs reprises à Quimper, Paris et Brest pour incitation à la haine raciale et apologie de crime contre l’humanité. La condamnation la plus lourde prise à son encontre est de 2 ans de prison ferme.

Le Télégramme

Le militant d’extrême droite qui declarait être entré en guerre contre « les bougnoules », arrêté et condamné à du sursis

Les investigations lancées par les autorités françaises, après avoir été saisies par des associations algériennes, ont rapidement abouti. L’auteur d’une vidéo diffusée sur le Web et se réclamant d’une nouvelle OAS a été identifié, arrêté et condamné, a assuré à TSA un plaignant.

Il s’agit d’un homme résident en région parisienne. Placé en garde à vue, il a été jugé en comparution immédiate et condamné à un an de prison avec sursis.

(…)

Pour autant, l’auteur des menaces n’en a pas fini avec la justice. La plainte déposée contre lui auprès du procureur de la République de Nîmes sera maintenue.

Elle  vise les chefs d’inculpation d’« association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un ou de plusieurs crimes, atteinte aux personnes de confession musulmane et apologie publique d’un acte de terrorisme commis au moyen d’un service de télécommunication en ligne ».

TSA

« Mort aux arabes » : des propos racistes et des croix gammées tagués à Virey-sous-Bar

Il y a quelques semaines, c’est le lavoir près de la mairie et de l’école qui a fait l’objet de dégradations. Des inscriptions ont couvert les portes, côté rue. Les employés communaux les ont depuis repeintes.

Pire, les murs intérieurs et extérieurs – côté rivière – de ce lavoir ont été tagués. Des graffitis immondes, comme cette croix gammée qui fait autant horreur au premier magistrat qu’aux habitants : «  On va se renseigner pour effacer ces graffitis mais c’est un coût et du travail pour les employés communaux !  ». Un coût pour la collectivité, pour les habitants dans leur ensemble, et une population qui se révolte chaque jour davantage au fil de ces actes inadmissibles.

L’est Éclair

François-Xavier la Rochemoguet, membre du Front National, épinglé pour ses tweets racistes et antisémites

Un militant du Front National devait être nommé directeur de campagne d’un candidat pour les élections législatives dans la Vienne. Il est écarté à cause de plusieurs tweets racistes et antisémites.

François-Xavier la Rochemoguet devait être nommé directeur de campagne d’Alain Verdin, qui est candidat aux élections législatives dans la 4ème circonscription de la Vienne. Son nom devait être officialisé cette semaine et ce poste apparaissait même sur le profil Twitter lundi :

Lundi soir, France Bleu Poitou alerte Alain Verdin de plusieurs tweets, dont les journalistes possèdent des captures d’écran. Le candidat, également président du FN dans la Vienne, n’est pas au courant et promet de «  »faire une vérification ».

France Bleu

Le Mans : un lycée tagué de slogans racistes et de références à l’affaire Théo

L’annexe du lycée Saint-Charles, située derrière la maison Saint-Julien au Mans a été vandalisée dans la nuit de vendredi à samedi. Des propos racistes, des messages de soutien à la police et des croix gammées ont été tagués sur les murs ainsi que sur un véhicule appartenant au diocèse.

Des références à l’affaire Théo (« #Jesuismatraque ») sont également inscrites à l’arrière du bâtiment Borromée. Des bombes de peinture noire, jaune et rouge ont été utilisées. La police n’a pas de piste pour le moment.

France Bleu

Veauche: Qualifié de babouin, un élève de CM2 roué de coups par des camarades

Il est devenu le bouc émissaire de ses camarades. Depuis trois ans, un élève d’origine guadeloupéenne scolarisé à Veauche, dans la Loire, encaisse les insultes, les intimidations et même les cris de singe à son passage.

Le 14 mars, la violence est montée d’un cran : le petit garçon de 10 ans a été jeté au sol de la cour de récréation et roué de coups par plusieurs élèves de son école primaire Marcel-Pagnol. Violemment frappé, cet élève de CM2 s’est vu prescrire quatorze jours d’incapacité temporaire de travail.

Sa tête, ses cotes, ses bras et ses jambes sont « tuméfiés », a indiqué le médecin de famille au Progrès, et s’inquiète du choc psychologique de cet enfant. Il s’était déjà plaint de violences physiques, subies à cause de sa couleur de peau, dans son précédent établissement.

« La semaine dernière, on lui a offert une banane, en lui disant : ‘ça vient des Antilles, ça vient de chez toi‘. On le traite de babouin », détaille à Europe 1 la mère du petit garçon, qui estime que ces mots « remettent en cause l’intégrité de toute une famille d’origine antillaise, intégrée en France et pour qui ça se passe très bien » au quotidien.

Europe 1

USA : Un militant d’extrême droite poignarde à mort un homme noir de 66 ans pour  » lancer une campagne terroriste »

Il s’était rendu de lui-même au commissariat. Un ex-militaire interpellé pour le meurtre au couteau d’un sexagénaire noir fait désormais l’objet de deux chefs d’inculpation pour acte de terrorisme, en plus de celui pour crime raciste, a indiqué lundi le bureau du procureur de Manhattan, à New York.

Le suspect, James Jackson, « a rôdé dans les rues de New York pendant trois jours à la recherche d’une personne noire à assassiner, afin de lancer une campagne terroriste contre les habitants de Manhattan et les valeurs que nous portons », a indiqué le procureur Cyrus Vance, dans un communiqué.

LCI


Lundi, James Harris Jackson, âgé de 28 ans, a poignardé à mort un homme à New York. Sa victime n’a pas été choisie au hasard puisqu’il s’agit d’un Afro-Américain. «Ses intentions étaient de s’en prendre à des hommes noirs», a expliqué en conférence de presse le chef de la police de Manhattan, William Aubry.

«La raison pour laquelle il a choisi New York pour agir, c’est parce qu’il s’agit de l’endroit le plus médiatisé du monde, il voulait envoyer un message», a-t-il ajouté. D’après le policier, James Harris Jackson, ancien soldat de l’armée américaine, envoyé en Afghanistan dans le passé,  aurait commencé à haïr les personnes noires il y a au moins 10 ans.

Arrivé en bus à New York, le suspect aurait commencé à suivre des hommes noirs dans la rue. On peut notamment le voir sur des images de vidéosurveillance s’approcher très près de plusieurs personnes. Il est d’abord aperçu en train de suivre une première personne, avant de rebrousser chemin parce que, selon ses propres termes, «quelque chose lui a fait peur», indique le «New York Daily News».

Puis, il a trouvé Timothy Caughman, âgé de 66 ans et l’a poignardé. «Qu’est-ce que vous faites?», a hurlé la victime avant de l’implorer de ne pas le tuer. Il a été touché au niveau de la poitrine et du dos et a marché sur plusieurs mètres en se vidant de son sang, avant de s’écrouler.

Paris Match

Un restaurateur qui avait violemment refusé de servir 2 femmes voilées condamné

Poursuivi pour avoir refusé de servir deux femmes voilées, un restaurateur de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) a été condamné jeudi à 5000 euros d’amende, dont 3000 avec sursis, par le tribunal correctionnel de Bobigny.

L’homme, âgé de 65 ans, a été reconnu coupable de « discrimination dans la fourniture d’un service en raison de l’appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public« , pour avoir demandé le 27 août dernier à ces clientes de quitter son établissement après un échange vif qui avait été filmé par l’une d’elles et posté sur les réseaux sociaux.

Le Dauphiné

Franck Sinisi, élu FN de l’Isère, propose de « récupérer les dents en or » des Roms

Un élu FN au conseil municipal de Fontaine (Isère) est au centre d’une polémique, après avoir suggéré, pour loger les Roms dans l’agglomération grenobloise, de « récupérer leurs dents en or ».  

 

Les faits se sont produits le 27 février dernier, lors du dernier conseil municipal de Fontaine, ville de la « ceinture rouge » de Grenoble. Au menu des débats, ce jour-là, le programme local de l’habitat,rapporte Le Dauphiné Libéré.

Le maire communiste, Jean-Paul Trovero, se dit « favorable à l’implication de la métropole aux côtés de l’Etat et du département dans l’hébergement » des Roms, « au regard des difficultés liées à [leur] accueil sur l’agglomération ».

Ce à quoi répond tout de go Franck Sinisi, élu FN d’opposition: « C’est vrai qu’il est plus judicieux de les parquer dans un endroit où peut être ils vont payer un loyer. (…) Pour loger les Roms, je pense qu’il pourrait y avoir un auto-financement. La métropole devrait investir, leur payer le dentiste… afin de leur mettre des dents nickel, de récupérer leurs dents en or« .

L’Express

Dédiabolisation du FN : au lieu de dire « les bougnoules à la mer » disons « il faut organiser le retour des immigrés »

La diffusion ce 15 mars du documentaire “La face cachée du FN” sur C8 a été massivement saluée sur Twitter (sauf par les partisans de Marine Le Pen, évidemment). Et pour cause : il révèle les coulisses inavouables d’un parti qui se prétend républicain, mais dont les vieux démons racistes sont toujours bien présents.

Ce reportage en immersion avec une caméra discrète au sein du Front national de la jeunesse (FNJ) montre en effet les propos choquants de ses membres et de membres du FN, loin de la façade respectable du parti : racisme et négationnisme sont au rendez-vous.

Les Inrocks

USA : un homme incendie le magasin de 2 indiens croyant qu’ils étaient «arabes»

Les attaques racistes se multiplient aux États-Unis: en Floride, un homme a mis le feu à un magasin géré par des ressortissants indiens après les avoir pris pour des «Arabes».

Un homme de 64 ans a essayé d’incendier un magasin de Port St Lucie, en Floride, appartenant à des Américains d’origine indienne parce qu’il « était bouleversé » que ses propriétaires soient musulmans.

Richard Lloyd a avoué qu’il voulait « jeter les Arabes hors de [son] pays », c’est pourquoi il a poussé une benne à ordures devant le magasin et l’a incendiée.

L’homme a déclaré aux enquêteurs qu’il prévoyait de brûler le bâtiment afin d’« apporter sa contribution à l’Amérique ».

Sputnik

« Partez d’ici, sales nègres » : l’auteur des injures envers la rédactrice en chef du magazine Elle interpellé

L’affaire avait eu un très fort retentissement médiatique mi-février. En vacances à Saint-Brieuc, les enfants de Katell Pouliquen, la rédactrice en chef du magazine Elle, avaient été victimes d’injures racistes au Leclerc de Plérin. La journaliste s’en était émue sur Facebook. Un homme de 64 ans a été interpellé ce jeudi matin. Il a passé la journée en garde à vue. Il est convoqué en correctionnelle le 29 juin.

(…)

Le 10 février, alors qu’elle faisait ses courses au Leclerc de Plérin, un homme a interpellé ses enfants métis, âgés d’à peine plus de 12 ans, dans les rayons : « Partez d’ici, sales nègres ».

(…)

Il est âgé de 64 ans et vit à Saint-Brieuc. Les policiers avaient une adresse, mais ils ont eu du mal à mettre la main sur le récalcitrant, qui ne se présentait pas aux convocations. Après plusieurs déplacements chez lui, ils l’ont croisé ce jeudi matin. Il a été placé en garde à vue.

Ouest France

Une brève condescendante et raciste du magazine Gala fait polémique

Le champ lexical du mépris y figure presque dans son intégralité. Dans une brève publiée ce mercredi, le magazine Gala, du groupe Prisma Media, souhaitait évoquer la venue du haut-commissaire du Swaziland à Londres pour y rencontrer la reine Elisabeth II.

Voici ce qu’ils écrivent, sous le titre « Un peu de tenue! »: « Ce n’était pourtant pas mardi gras. Mais pour rencontrer Sa Majesté Elisabeth II, à Buckingham Palace, le haut-commissaire du Swaziland, Christian Muzie Nkambule, et son épouse ne se sont pas trop préoccupés de la tenue à adopter. Ils sont venus en pagne wax, tissu typique de leur petit royaume, ancienne colonie britannique. Osé. »

(..)

Comme le souligne un internaute sur Twitter, ce n’est pas la première fois que le groupe Prisma Media publie des propos racistes dans ses pages. Dans l’hebdomadaire people Voici, en 2015, un article concernant la coiffure d’Omar Sy était intitulé « Il frise le ridicule. » « Avec cette boule à la Jackson Five, il devrait faire rire les petits nenfants », détaillait le journaliste, qui jugeait que la coiffure de l’acteur était sans doute une « concession » liée à son travail de comédien.

L’Express

 

Calvados : un voisin violent et raciste condamné pour « injures raciales »

Mardi 7 mars 2017, le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) a jugé un octogénaire pour injures raciales publiques commises le vendredi 18 mars 2016. Il semble en effet bien difficile de vivre dans son voisinage à Hérouville Saint-Clair au nord de l’agglomération caennaise.

(…)

Environ deux fois par moi, un élagueur entretient le jardin voisin de celui du prévenu et à chaque fois, il se fait insulter par ce dernier « T’es pas un paysan ! Charlot de bronzé ! Dégage bougnoule !«  L’octogénaire n’hésite pas à s’introduire dans la propriété voisine, voulant manifestement, malgré son âge, en découdre.

Le propriétaire en témoigne : « Cet homme est vulgaire et irrespectueux. Il arrive dans ma cour, remonte ses manches et ôte ses lunettes, comme pour se battre. Au début il ne s’en prenait qu’à mon ouvrier et à moi-même mais il a également injurié mes enfants ainsi que des passants. » Alors une plainte a été portée.

Tendance Ouest