Un restaurateur qui avait violemment refusé de servir 2 femmes voilées condamné

Poursuivi pour avoir refusé de servir deux femmes voilées, un restaurateur de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) a été condamné jeudi à 5000 euros d’amende, dont 3000 avec sursis, par le tribunal correctionnel de Bobigny.

L’homme, âgé de 65 ans, a été reconnu coupable de « discrimination dans la fourniture d’un service en raison de l’appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public« , pour avoir demandé le 27 août dernier à ces clientes de quitter son établissement après un échange vif qui avait été filmé par l’une d’elles et posté sur les réseaux sociaux.

Le Dauphiné

15 réflexions sur “Un restaurateur qui avait violemment refusé de servir 2 femmes voilées condamné

    • Il en est que l’on a porté tort à un homme, qu’on lui a infligé une honte nationale, qu’il a été humilié, incriminé et que les auteurs ne veulent pas reconnaître qu’ils ont manipulé et monté le reportage afin que soit diffusé au téléspectateur ce qu’ils avaient décidé, ce qu’ils cherchaient à démontrer plutôt que de montrer la réalité.
      Il en est qu’ils ont incriminé un homme et tout un quartier avec.
      Comme toujours nos médias cherchent à incriminer une communauté au travers d’un individu.
      Nos médias ont adopté et repris à leur compte l’idéologie de l’extreme droite. Trouver et montrer un cas chez un individu basané ou musulman afin de démontrer qu’une communauté à des mœurs hideuses et dangereuses qui remet en cause nos libertés, nos droits acquis et la démocratie.
      Et pour le démontrer il faut l’illustrer.
      Quand c’est un blanc qui est sexiste, raciste, escroc c’est lui le fautif.
      Quand c’est un basané c’est sa culture et donc sa communauté toute entière.
      C’est le nov journalisme.
      Le néo intellectualisme.
      C’est un fascisme républicain.

      J'aime

    • Pourquoi quand un individu basané fait le con c’est sa culture, son origine qui est incriminée. Et pourquoi quand c’est un blanc qui fait le con c’est lui le fautif, pas sa culture, son origine.
      Ils doivent se désolidariser, s’excuser, lorsque c’est un blanc c’est lui le fautif et personne d’autre.
      C’est quand meme anormal, bizarre non?

      J'aime

  1. Pour répondre aux commentaires précédents :
    – S’il y a une loi elle s’applique à tous et quand il y a problème il suffit de déposer plainte. Lorsque c’est un délit pénal c’est le procureur qui décide de poursuivre ou non : si les faits sont caractérisés (comme ici) il n’a pas le choix. Dans le cas contraire il y a d’autres voies dont l’appel de la décision et ce n’est pas les associations pro et anti qui manquent en France pour s’y atteler – ce qui soit dit en passant montre la grande liberté qui y règne !
    – S’il avait été moins bête il se serait contenté de tirer la gueule, de leur fournir un service déplorable, les faire attendre une heure, servir trop cuit, etc. Au lieu de cela il s’est fait préalablement repérer pour sa finesse et les deux militantes lui ont tendu un piège.
    – @ Tintin : c’est n’importe quoi comme d’habitude car au contraire les médias ne cessent de taper sur les idéologies de l’extrême droite… Ici cela ne vient pas « des médias » qui ne font, eux, que relayer un jugement, qui lui même ne fait qu’appliquer la loi suite à une plainte.

    J'aime

    • La dame qui dit comme à Paris, genre je veux faire des banlieues des quartiers chics, on sait des bars à l’ancienne qu’ils ne marchent plus, qu’ils ferment à tour de bras, aujourd’hui les bars ne sont plus les memes, des chaines conçoivent les bars autrement, et les clients avec. Aujourd’hui les gens veulent pouvoir y aller avec leurs enfants et leurs épouses, ils veulent un cadre moderne et ne veulent plus de concept vieillots. La dame qui demande des bars comme à Paris dans le reportage n’est pas à la page, elle fait penser à une petite fille qui imagine que ce que l’on désire peut exister partout en un claquement de doigt.

      J'aime

    • Sinople quand je dis les médias je ne parle pas de ce cas en particulier mais de médias qui sont dit traditionnels tandis qu’ils ont repris à leur compte les thématiques d’extreme droite et la façon de les traiter qui va avec.
      Les médias traditionnels veulent traiter des thématiques d’extreme droite afin de couper cours à leur discours, il n’y a que nous qui le disons. Entre parenthèse qui disons de la merde.
      Mais les médias traditionnels veulent en etre aussi afin de satisfaire cette catégorie de lecteurs, auditeurs (selon le support média) Et pour le faire ils usent de memes procédés, on trouve un cas (basané) pour illustrer tant pis si c’est éventuellement utilisé ensuite à des fins racistes.
      Tenter de prouver qu’il y a du sexisme, des escrocs, des racistes chez une catégorie de population ce n’est pas autre chose que de faire croire comme le fait l’extreme droite qu’ils seraient une catégorie de population à part, inhumaine que les vices seraient inhérents à cette catégorie de population
      Tandis que ce n’est pas d’une catégorie de population qu’il faudrait parler mais du sexisme, des délits en eux memes, sans avoir besoin pour cela de chercher à illustrer une catégorie de population, des noirs, des arabes, des quartiers spécifiques comme si nous vivions en apartheid, comme s’ils ne faisaient pas parti intégrante de la population, comme si leur origine était un facteur aggravant.

      J'aime

      • Pour parle cru, pour le dire façon extreme droite, il nous faut un nègre pour illustrer le danger que représente les personnes issues de l’immigration. C’est ça le traitement de l’information façon extreme droite.

        J'aime

  2. Sinople vous dites. S’il avait été moins bete il se serait contenter…….
    La classe. Vous etes entrain de dire que si l’on veut discriminer, si l’on veut véhiculer son racisme on peut le faire et qu’il suffit pour ça d’etre malin, de ruser.
    Quel scoop.
    Pourquoi croyez vous que l’on diabolise les musulmans. Pourquoi croyez vous que l’on proclame du foulard qu’il est signe de radicalité, de soumission et autres. On le fait afin de légitimer les discriminations, le rejet sans avoir besoin pour cela de viser une religion car ce serait un racisme. Ce serait dire ouvertement son que l’on discrimine et ça peut tomber sous le coup de la loi.
    Par exemple on fait semblant de confondre visibilité et neutralité. Tandis que l’on peut etre visible et savoir rester neutre on fait de deux notions différentes une meme définition pour pouvoir faire interdire le foulard dans les lieux privés. L’argument de la laicité dans des lieux privés ça le faisait moins.
    On peut discriminer en rusant. Ce n’est pas un scoop.
    On peut dire son racisme en louvoyant ce n’est pas une info.
    Faire d’une culture, d’une confession une identité négative est un moyen de véhiculer son racisme sans avoir besoin de le dire ouvertement.

    J'aime

  3. C’est mal rédigé, il manque des mots, il y a des mots en trop et mal choisi aussi mais enfin je pense que mon commentaire se comprend. Je vous laisse faire le tri. Lol.

    J'aime

  4. Confondre visibilité et neutralité selon ce principe on pourrait virer Sarkozy dont on sait qu’il est LR du groupe Accord.
    Groupe Accord parmi les entreprises très bien placé pour ce qui est du taux de discriminations d’ailleurs.
    On peut etre visible et pour autant savoir rester neutre.
    L’un n’a rien à voir avec l’autre.
    Partout ou va un Sarkozy, n’importe quoi qu’il dise, qu’il fasse, il est un LR. C’est un peu ce que l’on prétend;
    Amalgamer visibilité et neutralité revient à dire que si l’on sait ce que l’on est, pour un Sarkozy par exemple, on pourrait le discriminer.

    Autre paramètre. ça dit aussi que l’on est ce dont on a l’air.
    Que dès lors que l’on voit un foulard, une kippa, un noir, un handicapé….. ils sont respectivement des croyants, personnes issues d’Afrique, des personnes diminuées et ne seraient que cela.
    On serait ce dont on a l’air et rien d’autre.
    On n’aurait pas d’intellect, pas d’identité, pas d’attaches……
    Nous serions des choses. Le simple fait d’etre serait une partialité.
    Si l’on s’appelle Moshé on est un juif, tant pis si l’on est athée.
    Si l’on est efféminé on est homo, tant pis si l’on est hétéro.
    Si l’on est noir on africain, tant pis si l’on est français…..etc.
    Comment peut-on ensuite prétendre lutter contre les stéréotypes, les clichés, les préjugés.
    Amalgamer visibilité et neutralité dit aussi certainement pleins d’autres choses auxquelles je ne pense pas.
    Quelque part il y a une notion de totalitarisme là dedans.

    J'aime

    • Je rectifie. Si l’on s’appelle Moshé on est juif, tant pis si l’on est athée. Je veux ajouter et inversement.
      Si l’on est efféminé on est homo tant pis si l’on est hétéro. Idem. Je veux ajouter et inversement…….etc.
      Autrement ça une connotation douteuse.
      Il y a sans doute d’autre erreur dans mes commentaires mais celles là je les corrige. Pour le reste vous ferez le tri mais je pense que ça se comprend.

      J'aime

  5. Depuis l’Europe on fait comme en Arabie mais à l’envers.
    Tu peux bosser mais sous condition du voile versus tu peux bosser mais à condition de le faire sans voile. Les deux sont un interdit de libre arbitre en usant d’un meme faux argument, visibilité égale partialité.
    Depuis ma petite entreprise privée je peux discriminer, l’UE le valide et me soutient.

    J'aime

  6. Dans un pays normal on devrait se ficher des convictions des gens à partir du moment ou ils ne font pas de prosélytisme et qu’ils n’emmerdent personne, ça ne devrait meme pas etre un sujet.
    Mais s’en est un. Appeler les musulmanes pratiquantes les femmes voilées le démontre.
    Contrairement à ce qu’à l’air de dire cette expression ce n’est pas de la femme dont il est question, ce n’est pas d’elle dont on parle, mais du voile, de ce qu’elle porte donc.
    Cette expression fait de la femme qu’elle n’existe pas. Elle n’a pas de profession, pas d’identité, pas d’intellect, elle est réduite à un objet, le foulard. C’est un sexisme, une femme est réduite à ce dont elle à l’air et rien d’autre.
    Entre parenthèse, l’expression les juifs en kippa n’existe pas dans nos médias. C’est une expression exclusivement réservées aux femmes.
    Autre paramètre, c’est aussi un conservatisme, traditionalisme. L’autre ne doit pas adhérer ce à quoi on adhère pas soi meme. Il ne doit pas se différencier.
    On ne supporte que l’autre puisse avoir ce que l’on n’a pas. Les musulmanes portent un foulard, nous n’avons pas ça nous, il n’y a pas de raison qu’elles l’aient.
    Autre notion, un certain identitarisme. Aucun journaux n’ont titré, les signes religieux sont interdits, mais ils ont titraient avec image à l’appui, les musulmanes ont interdiction de porter le foulard.

    J'aime

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s