« Tenue légère » : TF1 s’emballe sur une nouvelle agression qui n’était pas « vestimentaire »

tf1 emballement tenues legeres hautes alpes

« Agression vestimentaire » ou emballement médiatique, nouvel épisode. Après l’affaire de l’agression de la jupe (qui n’y était pour rien) ou celle du bikini de Reims (présentée à tort comme une agression à caractère religieux), une autre agression, beaucoup plus violente cette fois, et commise par « un homme d’origine maghrébine », a une fois encore été présentée un peu vite par TF1 comme ayant un lien avec la tenue des victimes.

Quelques heures après le « scoop » du JT de 13 heures de la première chaîne, et de nombreuses récupérations politiques, le procureur de la République de Gap a en effet démenti la rumeur d’un quelconque motif lié aux vêtements.

Cette fois, c’est le JT de 13 heures de TF1. Dans son édition du 19 juillet 2016, on apprenait qu’une « mère et ses 3 filles » avaient été « agressées à coups de couteau pour leur tenue légère« , « mardi matin vers 10 heures dans un centre de vacances VVF situé à Garde-Colombe, dans les Hautes-Alpes« .

Le pronostic vital de la plus jeune des fillettes, âgée de 8 ans, est engagé. En plateau, le « spécialiste police de TF1« , explique que « c’est bien la tenue, jugée trop légère aux yeux de l’agresseur » qui est « semble-t-il, le mobile de l’agression« . Cet « homme de 37 ans, d’origine maghrébine » et « non connu des services de renseignement », aurait ainsi reproché aux quatre victimes « ces vêtements indécents à ses yeux. C’est pour ça que les enquêteurs s’intéressent à un motif religieux. »

Sa source ? Mystère. Sur le site de TF1, ce sont « les enquêteurs » qui auraient avancé cette hypothèse. Dans les médias étrangers, qui reprennent une dépêche de l’agence AP, un certain Jean-Marc Duprat, premier adjoint à la mairie de la ville voisine de Laragne-Monteglin est cité concernant le motif : « Duprat a dit que le suspect, qui n’est pas un membre de la famille des victimes, était énervé par le fait qu’elles portaient des shorts et des t-shirts« .

Lire la suite sur Arret sur Images

« Agression à cause d’une tenue légère» : Un Hoax de TF1 #HautesAlpes

« Agression vestimentaire » ou emballement médiatique, nouvel épisode. Après l’affaire de l’agression de la jupe (qui n’y était pour rien) ou celle du bikini de Reims (présentée à tort comme une agression à caractère religieux), une autre agression, beaucoup plus violente cette fois, et commise par « un homme d’origine maghrébine », a une fois encore été présentée un peu vite par TF1 comme ayant un lien avec la tenue des victimes. Quelques heures après le « scoop » du JT de 13 heures de la première chaîne, et de nombreuses récupérations politiques, le procureur de la République de Gap a en effet démenti la rumeur d’un quelconque motif lié aux vêtements.

Cette fois, c’est le JT de 13 heures de TF1. Dans son édition du 19 juillet 2016, on apprenait qu’une « mère et ses 3 filles » avaient été « agressées à coups de couteau pour leur tenue légère« , « mardi matin vers 10 heures dans un centre de vacances VVF situé à Garde-Colombe, dans les Hautes-Alpes« . Le pronostic vital de la plus jeune des fillettes, âgée de 8 ans, est engagé. En plateau, le « spécialiste police de TF1« , explique que « c’est bien la tenue, jugée trop légère aux yeux de l’agresseur » qui est « semble-t-il, le mobile de l’agression« . Cet « homme de 37 ans, d’origine maghrébine » et « non connu des services de renseignement », aurait ainsi reproché aux quatre victimes « ces vêtements indécents à ses yeux. C’est pour ça que les enquêteurs s’intéressent à un motif religieux. »

Sa source ? Mystère. Sur le site de TF1, ce sont « les enquêteurs » qui auraient avancé cette hypothèse. Dans les médias étrangers, qui reprennent une dépêche de l’agence AP, un certain Jean-Marc Duprat, premier adjoint à la mairie de la ville voisine de Laragne-Monteglin est cité concernant le motif : « Duprat a dit que le suspect, qui n’est pas un membre de la famille des victimes, était énervé par le fait qu’elles portaient des shorts et des t-shirts« .

Arrêt sur Image

L’anneau de Jeanne d’Arc acheté par Philippe de Villiers est un faux selon les historiens

anneau jeanne d'arc villier philippe puys du fou faux anglais

Tous les historiens sérieux, dont Philippe Contamine, émettent de sérieuses réserves sur la crédibilité des documents d’authenticité fournis avec l’anneau.

« En ce qui concerne l’Anneau, nous ne communiquons plus dessus, désormais nous avons tout dit, et nous ne réalisons plus de reportages à ce sujet. » C’est la réponse sèche faite au Point.fr par le service de presse du Puy du Fou. Pourquoi une telle fin de non-recevoir ?

Le 26 mars 2016, Monsieur le vicomte de Villiers ne boudait pourtant pas son plaisir en présentant son « Anneau de Jeanne d’Arc » arraché de haute lutte à ces maudits Anglais, lors d’une vente aux enchères à Londres pour 378 000 euros. Il l’avait même présenté à une foule extatique de 5 000 personnes réunies devant le château du Puy du Fou. C’est que, depuis, cette victoire sent le brûlé… L’authenticité dudit anneau est de plus en plus contestée.

Aucun historien spécialiste de Jeanne d’Arc ne se montre convaincu par les explications et les documents présentés par la société de vente aux enchères Timeline Auctions et le vendeur. Ni Olivier Bouzy, responsable du Centre d’archives Jeanne d’Arc à Orléans, ni l’historienne Colette Beaune, ni l’historien Philippe Contamine qui a consacré plusieurs ouvrage à la Pucelle. « Si on me l’avait demandé, je n’aurais pas conseillé l’achat. La traçabilité depuis 1425 jusqu’à nos jours me paraît non démontrée. Trop d’inconnu, trop de suppositions », affirme ce dernier. Mais qu’importe à notre preux chevalier le vicomte Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon, patron du plus beau parc d’attractions du monde. Ce n’est pas une brochette d’historiens qui lui gâcheront ses certitudes. Lui, croit aux miracles.

Lire la suite sur Le Point

« L’épouse de sadiq Khan voilée après son élection » : encore un hoax de la « fachosphere »

capture_twitter_napoleaon_sadiq_khan_-_09.05.16

Le 7 mai dernier avait lieu à la cathédrale de Southwark à Londres la cérémonie de prestation de serment du nouveau maire de la capitale du Royaume-Uni : le travailliste Sadiq Khan. A cette occasion des rumeurs sur son épouse, Saadiya Khan ont fleuri dans les milieux d’extrême-droite, notamment sur les réseaux sociaux.

Certains affirment notamment sur Twitter, que dès le lendemain de l’élection du 6 mai, Sadiq Khan aurait déjà « voilé sa femme ».

saadiya_khan_-_image_1_-_09.05.16

Sur les photos de l’événement, on s’aperçoit d’abord que Saadiya Khan était bien présente à l’événement, et qu’elle ne portait rien sur la tête 

4915859_6_a05f_sadiq-khan-felicite-apres-sa-prise-de_d80cab8f152079c3f851cb15512e1bc6

L’intéressée, qui s’appelle Sarah Joseph et est rédactrice en chef d’Emel, un groupe de médias « lifestyle » musulman, a aussi réagi sur Twitter. « Apparemment, je suis désormais la femme de Sadiq Khan qui a été contrainte de remettre son hijab. Les gens, je vous assure que je ne suis PAS Saadiya. »

Atlantico

 

Attentats : « Cris de joie dans le 93 » : encore une intox de l’extrême droite

Cris de joie dans le 93 attentat liesse

« Cris de joie dans le 94 et le 93 », « des drapeaux algériens aux fenêtres », « les cités sont en liesse »...

Plusieurs dizaines de tweets de ce type ont été postés quelques instants seulement après les attaques du 13 novembre. Problème : ils ne citent jamais de lieu précis et aucune photo ne vient accréditer leurs affirmations.

Nous avons contacté certains de leurs auteurs. Tous renvoient vers d’autres prétendues « sources » d’information. « C’est sur le site de Riposte laïque », explique ainsi @Liliane7777777. Ce site violemment anti-musulman a en effet été parmi les premiers à relayer ces rumeurs.

« J’ai vu cela sur un tweet dans mon fil d’informations, j’ai juste relayé l’info », se défend pour sa part @rubtu9, qui justifie ainsi sa démarche : « On en a assez des campagnes anti-amalgames qui prient de ne pas placer de jugements trop hâtifs ». Les « informations » hâtives, en revanche…

« Je n’ai pas de source personnelle, c’est un tweet d’un journaliste de Montpellier », explique de son côté @luciole4064, auteur de messages similaires. Ce journaliste, Alexandre Mendel, qui a notamment collaboré à Valeurs actuelles, a en effet tweeté ce message à 23h46 : « cris de joie dans les banlieues du 94 (Vitry, Ivry…) et du 93 ». A-t-il entendus lui-même ces fameux « cris de joie » ? Peu probable, puisqu’il habite à Montpellier, comme indiqué sur son profil Twitter. Contacté, il n’a pas répondu à nos sollicitations.

En réalité, la « source » de ce « journaliste » est certainement ce tweet formulé de manière identique : « Des amis me téléphonent : cris de joie dans les banlieues du 94 (Vitry, Ivry…) et du 93 ». Il a été posté dès 23h14 par un certain @Sel__fa, qui se définit dans sa description Twitter comme « sioniste pro libéral ». C’est l’un des premiers messages du genre posté ce soir-là. Son auteur n’a, lui non plus, pas répondu à nos demandes de précision.

@_Teobaldo_, lui, a posté ce tweet peu après minuit : « Je peux vous jurer que là où j’habite dans le 93, dans la cité et alentours, y a aucune scène de liesse, aucun cri de joie ». Derrière ce compte, il y a Thibaud, 29 ans, qui habite Le Pré Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis. Dans son quartier bigarré, « les immeubles sont moches, les ascenseurs ne marchent pas et ça vend du shit en bas des tours », explique-t-il à Marianne. « Mais au moment des attaques, il n’y avait pas un chat dehors, c’était un vendredi soir comme les autres. »

C’est un exemple parmi d’autres durant un week-end d’intox. D’autres internautes ont ainsi relayé une photo montrant des habitants de Gaza se réjouir, avec ce commentaire : « Liesse de joie à Gaza au cris de Allah akbar mort à la France ». Il s’agit en réalité d’un cliché pris par l’agence Reuters en 2012, comme l’a relevé Le Monde. Des Gazaouis y célèbrent la signature d’un cessez-le-feu entre le Hamas et Israël.

Marianne

Le journal le Figaro suspecté de bidonnage

attention manipulation figaro faux hoax escroquerie drote fn gauche dassault

Des collégiennes prostituées, une pédopsychiatre anonyme, des écrivains qui ne veulent pas donner leur nom : selon BuzzFeed, une enquête interne a été lancée par la Société des journalistes du Figaro pour vérifier si de faux témoignages n’ont pas été publiés sur le site de Madame Figaro.

La version web de Madame Figaro ? Ce sont principalement des articles de société avec des témoignages forts. Trop forts ? Un article publié le 14 avril, intitulé « L’inquiétante arrivée de la prostitution dans les collèges«  a suscité des interrogations au sein de la rédaction, comme l’explique BuzzFeed. Signé par Nicolas Basse, un stagiaire, l’article pourrait comporter deux faux témoignages de collégiennes censées s’être prostituées.

Buzz Feed

Hôpital: quand Lydia Guirous invente une hausse des problèmes religieux

lydia guirous ump lr laicite hopital vire faux intox porte parole allat est grand la republique aussi

Fraîchement nommée porte-parole de LR par Nicolas Sarkozy, Lydia Guirous attaque fort sa rentrée d’intox avec son thème de prédilection : la supposée montée des revendications «communautaristes» dans les établissements de service public. Après le port du voile à l’université, ou celui de la jupe longue au lycée, elle s’inquiète maintenant d’une augmentation des violences «pour motifs religieux» dans les hôpitaux publics.

Interrogée sur ses sources, la porte-parole cite les statistiques de la Fédération hospitalière de France (FHF) et plus précisément une «étude» parue sur le site le Quotidien du médecin.fr.

«Elle dit qu’il existe un problème relatif à la laïcité dans un hôpital sur trois, et un problème avec le personnel de l’hôpital dans un hôpital sur cinq […] c’est-à-dire un refus d’un médecin homme, un refus de partage de chambre, une demande de menu particulier ou d’un lieu de prière» nous explique Lydia Guirous.

L’article en question, titré «Laïcité à l’hôpital : un nombre limité de situations problématiques selon la FHF», se base en effet un rapport de la FHF. La journaliste y évoque «des situations « problématiques » relatives à la laïcité avec des patients ou leur famille dans un hôpital sur trois (32%) et avec des professionnels dans un hôpital sur cinq (20%).»

Il s’agit bien de demande de menus spécifiques, d’un lieu de prière ou de prise en charge par un médecin femme… Mais aussi de crèches de Noël, ou d’affichage de l’horaire des offices religieux.

«La FHF précise que certains hôpitaux ont rapporté des cas d’incivilités ou de violences qui n’ont rien à voir avec la laïcité.

Certains témoignages sont la preuve d’une méconnaissance de ce qui est attendu des professionnels et des usagers», est-il nuancé dans l’article, qui n’est guère alarmiste.

Basé sur les retours des 172 établissements ayant répondu à un questionnaire, le sondage révèle bien qu’un tiers des structures ayant répondu affirment avoir rencontré, un jour, un problème lié à une question de laïcité – posé par des usagers ou par des soignants. Mais «ces remontées concernent un nombre limité de situations qui ont été accessibles au dialogue et traitées sans difficulté notable», soulignent les auteurs du rapport, publié en juin. Surtout, il n’est fait mention d’aucune augmentation de ce type de conflits, contrairement à ce que suggère Lydia Guirous

Libération

L’eurodéputée FN Mylène Troszczynski propage une photo truquée

caf-voile-integral-faux_5422727

C’est un classique des militants d’extrême droite. Jusqu’ici, c’était moins fréquent chez les élus Front national. Mylène Troszczynski, eurodéputée et conseillère régionale Front national, a diffusé mercredi 23 septembre sur son compte Twitter un cliché de femmes portant un voile intégral, assurant qu’il s’agissait d’une photo prise à « la CAF de Rosny-sous-Bois » en décembre 2014. »

twitter-voile-integral-rosny-faux_5422715

L’image a évidemment fait réagir ses partisans, qui s’offusquent de cette atteinte à la laïcité. Problème : cette image comme le contexte fournis par Mme Troszczynski… sont totalement faux. Et depuis longtemps : le même photomontage a circulé voici un an, et la supercherie a déjà été exposée.

L’explication est simple : comme l’avait découvert une internaute, Isabelle Sénécal, cette image n’a pas été prise en France, mais au Royaume-Uni. La photo d’origine, un peu plus large, donne à voir un panneau de métro, typique de Londres.

4768629_6_189e_le-faux-et-l-image-d-origine-mis-en-regard_a42366b0dd57af88a5969c8174dc72ebLe Monde

Une rumeur Internet sur deux est islamophobe

Rumeur93-HoaxbusterLe nombre de «  hoax  » évolue-t-il avec le temps ?

Guillaume Brossard : « Avec l’explosion des réseaux sociaux, la diffusion des hoax est beaucoup plus massive. Avant cela se limitait aux emails, aux forums et aux blogs… avec Facebook et Twitter, la «  viralité » est encore plus extrême. De plus, on est sur le fondement même de la rumeur : elle ne meurt vraiment jamais, elle se recycle, se transforme. L’exemple de Facebook est assez parlant. Sur ce réseau, les gens n’ont pas toujours grand-chose à raconter. Alors certains réutilisent, inconsciemment ou non, d’anciens messages ou en transfèrent d’autres sans se poser de question. Au fond, ce n’est pas vraiment différent des conversations à la machine à café où on se raconte les dernières rumeurs. Sauf qu’avant on touchait une à cinq personnes maximum et qu’aujourd’hui on peut même atteindre un million de personnes, sans lien temporel ni géographique. »

Leur thématique évolue-t-elle ?

« Depuis quelques années, le nombre de hoax est en hausse importante et ils sont de plus en plus à coloration politique et sociétale. Alors qu’ils n’existaient presque pas il y a dix ans. Avant, c’était surtout des légendes urbaines, les faux virus d’Internet… qui au final étaient faciles à démonter. Ce qui n’est pas le cas des hoax politiques. »

Constatez-vous des dérives ?

« Ce qui m’inquiète, c’est l’usage d’Internet pour diffuser des idéologies et notamment rependre l’islamophobie. Cela fait deux ou trois ans que nous le disons. Les messages qui mettent en cause l’islam ou les musulmans sont en augmentation très importante. Et ce n’est pas seulement un ressenti, c’est factuel.
« Aujourd’hui, 50 % des demandes de vérification de hoax qui nous sont envoyées concernent des faits islamophobes ou anti-musulmans. Ça en est même pénible pour nous car nous ne pouvons pas faire que ça. Nous sommes une ressource de bénévoles et on ne peut traiter que les plus grosses rumeurs. On est aujourd’hui malheureusement submergés par ces rumeurs. »

Hoax. C’est une information fausse, périmée ou invérifiable propagée spontanément par les internautes. www.hoaxbuster.com : le principal site de ressources contre les « hoax ». www.hoaxkiller.fr et www.rue89.com/hoax travaillent également à démonter les rumeurs d’Internet.

La Nouvelle Repblique