Civitas, l’équivalent catholique des « mouvements salafistes », estime Olivier Falorni

FRANCE-THEATRE-RELIGION-DEMO

L’organisation catholique d’extrême droite Civitas a annoncé qu’elle allait former un « mouvement politique inspiré par le droit naturel et la doctrine sociale de l’Église catholique », dans le but de « rechristianiser la France ». Bénéficiant jusqu’ici d’un statut associatif, Civitas a obtenu en toute discrétion le statut de parti politique le 23 avril. En tant que mouvement politique, l’institut traditionaliste pourra désormais bénéficier d’une exonération fiscale sur les dons qu’elle perçoit.

Olivier Falorni, député de Charente-Maritime ne porte pas vraiment Civitas dans son cœur. L’association, devenue parti politique, représente pour lui un mouvement « intégriste », dangereux pour la démocratie. Il reprend des propos de l’organisation, publiés dans une revue de juin 2016 : « La démocratie, c’est le mal, la démocratie, c’est la mort, on pourrait ajouter, la démocratie, c’est le mensonge. »  Pour l’élu de gauche, « tout est résumé ».

Alain Escada, le leader du mouvement catholique intégriste se défend en affirmant que « la démocratie ne fonctionne pas aujourd’hui en France« . Il s’estime donc légitime à la critiquer. Il ajoute que les électeurs français seraient prisonniers d’une sorte de carcan, dans lequel les hommes politiques du « système » les enfermeraient. Poursuivant dans une argumentation conspirationniste, Alain Escada va ensuite accuser Olivier Falorni de faire partie du Grand Orient (franc-maçon, ndlr). Alors que lui veut « défendre la famille, la vie et une vision chrétienne de la société ».

« Escada, c’est un peu le serpent dans le livre de la jungle, celui qui dit, ait confiance’ pour mieux vous étouffer », tacle Olivier Falorni. « Pour moi ça n’est pas possible », martèle-t-il rappelant notamment une manifestation du groupuscule, en 2012, contre ce qu’elle appelait alors « l’homofolie« . Selon le député, le mouvement Civitas s’inscrit dans la même logique que les mouvements salafistes. « Il y a beaucoup de points communs », assure-t-il. Pour le moment Civitas n’envisage pas de présenter de candidat à la présidentielle, mais espère bien, « peser sur le débat en présentant des points de vue et des positions ».

RTL

L’organisation intégriste Civitas crée un parti politique pour « rechristianiser la France »

Les-catholiques-integristes-de-Civitas-ont-desormais-leur-parti-politique

C’était vraiment compliqué pour les Français dont le programme politique se résume à « rechristianiser la France ». Ceux-là n’avaient pas vraiment de parti politique susceptible de les représenter. Vers qui se tourner ? Vers quel saint se vouer ? Tout était vide, nul, non avenu. Mais ce vide politique est aujourd’hui comblé.

Comme le relève Le Parisien ce mardi 28 juin, le groupuscule Civitas, découvert par le grand public au travers de ses actions musclées lors de La Manif pour tous, est désormais un parti politique. L’agrément de parti politique a été envoyé le 23 avril aux concernés. L’avis a été publié par Le Journal Officiel.

Mais alors n’allez pas dire à ces catholiques intégristes qui composent Civitas que leur démarche est pécuniaire et que la formation en parti politique n’a pour autre objectif que de bénéficier d’une déductibilité fiscale des dons. Ex falso sequitur quod libet (Du faux découle ce que l’on veut) comme on dit parfois (d’accord, pas très souvent).

Auprès du Parisien, le président de Civitas Alain Escada explique :

Ce n’est pas pour l’avantage fiscal, nous avons une vraie démarche politique. […] On l’annoncera en septembre.

Vous allez voir que Civitas va nous présenter un candidat à la présidentielle…

Si vous ignorez en tout cas ce qu’est Civitas, l’avis publié par le JO et diffusé en extrait par Le Parisien, peut vous offrir un bon résumé. Le but du parti est de « promouvoir et défendre la souveraineté et l’identité nationale et chrétienne de la France en s’inspirant de la doctrine sociale de l’Eglise, du droit naturel et des valeurs patriotiques, morales et civilisationnelles indispensables à la renaissance nationale ».

Europe 1

Orlando : «La tragédie, c’est qu’il n’y ait pas eu plus de morts» selon le pasteur Jimenez

roger jimenez

Roger Jimenez, pasteur à Sacramento (Californie), s’est exprimé quelques heures après la fusillade survenue samedi soir à Orlando. Devant ses paroissiens de la «Verity Baptist Church», l’homme a regretté que le tireur n’ait pas fait davantage de victimes, rapporte CBS. «La tragédie, c’est que la plupart d’entre eux ne sont pas morts. Je suis assez fâché qu’il n’ait pas terminé le travail. Parce que ces gens sont des prédateurs», a-t-il affirmé dimanche matin.

Depuis son pupitre, Jimenez s’est réjoui du carnage perpétré au Pulse et a expliqué que tous les homosexuels étaient des pédophiles. «Est-ce que vous êtes tristes que 50 pédophiles aient été tués aujourd’hui? Heu, non. Je pense que c’est super. Je pense que ça aidera la société. Je pense qu’Orlando est un peu plus sûr ce soir», s’est-il félicité, avant d’ajouter que «ce n’est pas naturel qu’un homme soit attiré par un autre homme».

Le pasteur est allé encore plus loin en appelant à l’exécution de la communauté gay. «J’aimerais que le gouvernement les rassemble, qu’il les place devant un mur, qu’il mette un peloton d’exécution en face d’eux pour qu’il leur explose la tête», a lancé Jimenez.

20 Minutes

Le pasteur Steven Anderson applaudit la tuerie d’Orlando, qualifiant les victimes de pervers

o-ANDERSON-facebook

Steven Anderson, le fondateur de l’église «Faithful Word Baptist Church», s’est réjoui dimanche de la tuerie perpétrée dans un bar gai d’Orlando où 50 personnes ont perdu la vie et 53 autres ont été blessées.

«La bonne nouvelle, c’est qu’il y a 50 homosexuels de moins dans le monde, parce que, vous savez, ce sont une bande de pervers dégoûtants», a affirmé le pasteur dans une tirade haineuse publiée dimanche sur YouTube.

«50 de ces pédophiles ne feront plus de mal aux enfants. La mauvaise nouvelle, c’est que plusieurs d’entre eux sont toujours en vie et qu’ils pourront continuer à s’attaquer aux enfants», a dit regretter Steven Anderson, qui se défend d’être favorable à la violence.

L’homme, qui se décrit comme un fervent chrétien adepte de la Bible, craint aussi que la tuerie d’Orlando soit utilisée pour restreindre l’accès aux armes à feu et pour faire interdire les «discours haineux».

Dans sa vidéo, le pasteur Anderson a aussi déploré que les victimes aient été tuées dans une boîte de nuit. Il affirme qu’il serait préférable que les homosexuels soient exécutés après avoir été jugés et condamnés.

TVA Nouvelles

Houilles : Les scouts de France dénoncent un Hoax propagé par l’extrême droite

houilles_0

Suite à des agressions « anti-chrétiennes », les scouts de Houilles, dans les Yvelines, n’auraient plus le droit de porter leur uniforme dans les lieux publics. C’est une fausse rumeur lancée par l’extrême-droite.

La vidéo a été mise en ligne il y a déjà plus d’un mois, mais elle ne fait parler d’elle que depuis quelques jours. Selon Hervé Juvin -un essayiste proche de l’extrême-droite- qui parle dans cette vidéo, les scouts de Houilles auraient l’interdiction de porter leur uniforme dans les lieux publics. Une décision qui ferait suite à des “agressions anti-chrétiennes » perpétrées par des musulmans, « un racisme anti-blanc », un « terrorisme de civilisation ».

Les éléments de langage sont clairement ceux de l’extrême droite. La chaîne Youtube sur laquelle a été publiée la vidéo est, elle-aussi, proche de la fachosphère.

Sauf que…

Cette rumeur est totalement fausse. Face à l’ampleur qu’elle a pris sur les réseaux sociaux et sur internet, les scouts et guides de France ont eux-mêmes démenti sur Twitter, par la voix de leur délégué national François Mandil. Il n’y a jamais eu d’agressions et le mouvement déplore une “instrumentalisation” de l’extrême droite.

« Face à l’ampleur que prend cette vidéo, nous ne pouvons pas y répondre que par un haussement d’épaule. Nous démentons évidemment formellement toute interdiction, toute agression, toute insulte à notre encontre. Nous déplorons l’instrumentalisation qui est faite de notre histoire et de notre groupe à des fins politiques sordides », indiquent notamment les scouts de Houilles sur leur site internet.

France Info

Gérard, mystique chretien, mis en examen pour avoir égorgé et démembré José

Gérard Giorgetti egorgé meurtre demembré chretien

Déféré devant un juge d’instruction de Bastia ce mardi matin dans le cadre de l’affaire du cadavre démembré et décapité retrouvé la semaine dernière, le suspect a été mis en examen pour « meurtre précédé accompagné ou suivi d’actes de torture et barbarie » et placé en détention provisoire à Borgo.

Les enquêteurs ont procédé à 30 relevés biologiques sur les onze scènes d’infractions. Des traces de sang ont été retrouvées au domicile, dans le coffre du véhicule et dans le réfrigérateur de Gérard Giorgetti. L’arme du crime serait un couteau.

Dans une conférence de presse donnée ce mardi après-midi au Palais de Justice de Bastia, la substitut du procureur Vanina Lepaul-Ercole a détaillé le parcours judiciaire déjà lourd de Gérard Gorgietti : son casier judiciaire fait état de 9 condamnations, dont 11 ans pour tentative de meurtre dans les Bouches-du-Rhône et 12 ans pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner en Haute Garonne

Concernant la victime, José Vicente Grarcia, homme célibataire de 49 ans, n’était pas connu des services de police. Arrivé en Corse en 2011, il vivait du RSA et est défini par la substitut du procureur comme étant « en siuation de semi-marginalité ».

France 3

Carrure de déménageur, épaule gauche tatouée du mot Liberty, le principal suspect de l’affaire du buste du Lancone s’affichait volontiers, avant son interpellation, sur des réseaux sociaux où il partageait clichés de grosses cylindrées, photos de femmes dénudées et signalements d’animaux disparus. Le tout, entre deux commentaires mystiques inspirés par des passages du Nouveau Testament et des vidéos d’exégète amateur des Evangiles.

Corse Matin

 

Inde : Insultés, emprisonnés, tués… la persécution des chrétiens d’Asie ne cesse d’augmenter

869682-a-protester-holds-a-cross-during-a-protest-rally-by-hundreds-of-christians-against-recent-attacks-on

C’est la première fois qu’ils sortent volontairement de leur village de Dahar depuis le 14 janvier. Ce jour-là, ils sont réunis avec huit autres personnes pour «prier Jésus» quand une centaine de militants hindouistes font irruption, accompagnés de policiers. «Ils nous ont insultés, ont essayé de nous frapper et même tenté de mettre le feu à la moto qui était garée à l’extérieur», se souvient Padam Bhargawa.

Ces assaillants accusent les villageois, parmi lesquels un couple d’aveugles, de réaliser des conversions illégales au christianisme. Les agents arrêtent les douze adultes pour avoir semé la «discorde entre groupes religieux», et surtout pour «avoir mené des conversions en proposant des pots-de-vin ou par la force», un crime puni de dix ans de prison par la loi de l’Etat du Madhya Pradesh sur la liberté de religion. Selon ce texte, adopté en 1968 et renforcé en 2013, toute personne voulant changer de religion doit d’abord, sous peine d’amende, demander l’autorisation aux autorités, qui mènent une enquête sur ses motivations.

Cet Etat, dirigé depuis 2003 par les nationalistes hindous du Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du peuple indien), a connu le plus grand nombre de cas de violences contre les chrétiens en 2015, selon le Catholic Secular Forum (CSF) : 29 incidents contre 23 en 2015. Dans le pays, huit personnes seraient mortes l’année dernière et 350 auraient été attaquées pour cette foi, selon l’association chrétienne américaine Open Doors, qui vient de placer l’Inde au 17e rang des Etats les plus dangereux pour les chrétiens, derrière, notamment, l’Arabie Saoudite et l’Ouzbékistan. Une montée de quatre places qui serait due à la conquête par le BJP, en mai 2014 et pour la première fois depuis l’indépendance, de la majorité absolue à la Chambre basse.

«Il y a eu une augmentation constante des agressions contre les chrétiens, confirme Joseph Dias, secrétaire général du CSF. Il semble que les militants hindouistes ont obtenu une licence pour viser librement les minorités.»(…)

Les différentes organisations hindouistes qui opèrent sous la férule de l’énorme RSS (Rashtriya Swayamsevak Sangh, organisation nationale de volontaires d’environ 5 millions de membres), le parent culturel du BJP, affirment cependant que le nombre de chrétiens ne cesse d’augmenter du fait de conversions, et que cela représente un danger pour la sécurité nationale. «L’hindouisme constitue le socle de notre unité nationale, explique Sachin Baghel, responsable provincial au Madhya Pradesh du Bajrang Dal, l’une des franges hindouistes les plus militantes. Donc quand une personne se convertit à une autre religion, c’est comme s’il changeait de nationalité, car il va suivre d’autres intérêts : un catholique sera fidèle au pape et un musulman se rapprochera du Pakistan.»(…)

Le soutien de membres de clergés chrétiens aux populations tribales et indépendantistes du Nagaland (Nord-Est), qui ont engagé depuis un demi-siècle une lutte armée contre New Delhi, ainsi que le soutien des représentants du Vatican aux manifestations de pêcheurs contre le lancement d’une centrale nucléaire au Tamil Nadu (Sud-Est) sont autant d’arguments qui montreraient que les chrétiens cherchent à diviser le pays.

Libération