«Sales bougnoules» «rentrez chez vous»: une famille victime d’actes racistes répétés

Capture d’écran 2016-12-21 à 19.41.53.png

Depuis dimanche, David Hammadi éprouve beaucoup de difficultés à trouver le sommeil. Quand il ne travaille pas, il passe le plus clair de son temps à scruter le parvis de sa maison, vers la boîte aux lettres. Un objet qu’il a déjà désinfecté deux fois, à grand renfort d’eau de Javel.

Dimanche, vers 2 h 30 du matin, c’est précisément sur sa boîte aux lettres qu’il a aperçu une forme brune, qu’il ne parvient pas à distinguer dans le brouillard. Il sort et se retrouve nez-à-nez avec une tête de cochon, qu’il identifie d’abord comme celle d’un sanglier sauvage, sanglante. Ni une, ni deux, le père de famille contacte les gendarmes. Et dépose plainte dès le dimanche midi.

Ce même jour, des enquêteurs forestiers lui rendent visite et étudient la tête de l’animal. Leur conclusion révèle qu’il s’agit d’un cochon d’élevage, bagué, qui pesait entre 60 et 70 kg et dont la tête avait été fraîchement coupée.

Le dimanche, David et sa femme Sandrine évoquent le sujet devant leurs enfants de 8 et 9 ans. Depuis, ils sont stressés, ont peur. Mardi, ils avaient d’ailleurs rendez-vous avec leur médecin généraliste.

Cette trouvaille nocturne, pour la famille Hammadi, c’est le point d’orgue de réactions racistes dont ils sont victimes depuis les attentats de Charlie Hebdo, en janvier 2015. Des petits mots d’insultes ont notamment fleuri dans la boîte aux lettres à chaque nouvel attentat. « Sales bougnoules »« rentrez chez vous »  : David Hammadi, dans la commune depuis huit ans, ne comprend pas et se reconnaît encore moins. « Je suis français, je suis chez moi en France, ma femme est française, mes enfants sont français, je ne voudrais pour rien au monde quitter mon pays », enrage-t-il.

Mais l’éducateur spécialisé n’y prête pas plus attention que cela. Il ne prévient personne et se contente de brûler tous les écrits.

Avec la tête de cochon sur la boîte aux lettres, le racisme a atteint un nouveau palier. Avec toute la symbolique que l’animal représente. Même si David Hammadi se décrit comme un musulman non-pratiquant, il ne mange toutefois jamais de porc. Mais l’homme, très ouvert, arbore un sapin et une crèche de Noël dans son salon. Et ne se prive pas d’évoquer les bienfaits du vivre-ensemble dès qu’il le peut.

Si l’enquête suit son cours, et devra déterminer à quel élevage appartenait l’animal décapité, le père de famille avoue craindre pour sa famille. « La prochaine étape, ce sera quoi ?  »

L’Est Eclair

13 réflexions sur “«Sales bougnoules» «rentrez chez vous»: une famille victime d’actes racistes répétés

  1. ils vont avoir des problèmes le crif va y aller de son antisémitisme,prénom a consonance juive plus nom maghrébin donc venant d’Afrique du nord et de la communauté juive berbère,même valls va y aller de sa vindicte

    J'aime

    • @Pioge les israéliens ne sont pas chez eux ce sont des occupants donc des parasites,ce sont eux qui doivent partir,il n’y a pas de peuple israélien,ni de peuple juif juif étant 1 religion non 1 race

      J'aime

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s