La mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray refuse d’inhumer Adel Kermiche

Les mots sont forts. La communauté musulmane de Saint-Etienne-du-Rouvray a rejeté une inhumation dans cette ville d’Adel Kermiche l’un des tueurs du Père Jacques Hamel «pour ne pas salir l’islam». 

648x415_adel-kermiche

 La communauté musulmane stéphanaise exprime un fort rejet d’une éventuelle inhumation, dans un des deux carrés musulmans de Saint-Etienne-du-Rouvray, d’Adel Kermiche, le jeune djihadiste de 19 ans habitant la ville et un des deux auteurs de l’attentat.

«Ce qu’a fait ce jeune est immonde»

« On ne va pas salir l’islam avec cette personne », a affirmé le responsable de la mosquée située sur les hauteurs de la ville, Mohammed Karabila, président de l’association culturelle musulmane stéphanaise. « Nous ne participerons ni à la toilette mortuaire, ni à l’inhumation » dans l’hypothèse où elle serait réclamée par la famille, a-t-il poursuivi.

« Ce qu’a fait ce jeune, c’est immonde, il ne fait plus partie de la communauté », a affirmé Khalid El Amrani, un technicien de 25 ans, venu vendredi au centre de prière musulman, trouvant « normal » que la mosquée ne veuille pas s’occuper de l’enterrement. C’est à la mairie de Saint-Etienne-du-Rouvray que reviendra la décision délicate de délivrer ou non le permis d’inhumer.

Le Parisien

Une tête de porc déposée sur la mosquée de Béthune pour la sixième fois

En janvier 2015, après l’attentat de Charlie Hebdo, les tôles entourant le chantier de la future mosquée, rue Jean-Baptiste-Lebas, avaient été taguées d’un violent « Dehors les Arabes » agrémenté du dessin d’une tête de cochon. Ce mercredi matin, c’est une vraie tête de porcelet qui a été découverte au même endroit, au lendemain de l’acte terroriste de Saint-Étienne-du-Rouvray.

562947866_B979309496Z.1_20160727193422_000_G477A5AH7.1-0.jpg

« On est encore sous le choc, explique Yassine Brahim de l’Association musulmane de l’agglomération béthunoise (AMAB). On le redoutait, on a déjà eu tête, pieds et queue de cochon. C’est la sixième fois en deux ans. » Si dans le quartier les personnes de confession musulmane ne cachent pas leur tristesse, elles ne veulent pas en dire plus, de peur de tout « amalgame ».

Yassine Brahim voit, lui, « le contrecoup d’un climat extrêmement tendu ». Se disant attristé « de l’acte ignoble, de l’assassinat d’un homme de culte », il défend « l’attachement de la petite communauté béthunoise qui se retrouve sous pression au principe du vivre ensemble de la République » et répète que « le terrorisme n’est pas musulman. Il n’a pas de religion, c’est le contraire : haineux, contre la réflexion et l’humanisme ».

Si aucune plainte n’avait encore été déposée en fin d’après-midi (ce qui devrait être fait ce soir ou demain), le parquet de Béthune a ouvert une enquête pour « provocation publique à la haine raciale », confiée aux policiers béthunois qui ont, dès mercredi matin, effectué les constatations techniques et lancé les investigations.

La voix Du Nord

La mosquée en construction de la vile de Muret victime d’un incendie criminel

muret mosquée incendie islamophobie

La découverte hier matin d’un début d’incendie criminel devant l’entrée principale de la mosquée en construction de l’association musulmane muretaine (AMM) a provoqué un sentiment d’incompréhension parmi les dirigeants de cette association. Une enquête, confiée à la brigade des recherches a d’ailleurs été ouverte.

Dès les premières heures de la matinée une équipe de TIC (Techniciens en identification criminelle) et du LIPS (laboratoire de police scientifique) de Toulouse étaient sur place. Façade noircie sur toute la hauteur, trois portes endommagées, la toiture de tuiles de l’appentis calcinée. Tel est le bilan de cette tentative incendiaire.

Un ou plusieurs individus ont forcé un grillage entourant le terrain. Vraisemblablement ils ont répandu un produit inflammable au pied de l’entrée principale du bâtiment avant de prendre la fuite. Un peu avant 5 heures, le voisin le plus proche a prévenu Djamal Semaïl le président de l’association qui a alerté les sapeurs-pompiers. Ils ont mis peu de temps à éteindre le sinistre, évitant des dégâts plus importants.

La Dépêche

Des slogans pro-nazis et islamophobes tagués sur la mosquée de Bagnolet

Tgas nazi fuck islam mosquée bagnolet

Dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 juillet, la mosquée de Bagnolet, en Seine-Saint-Denis, a été vandalisée. Une croix gammée a été taguée sur la porte d’entrée de l’établissement et plusieurs inscriptions islamophobes telles que « Fuck islam » ont été retrouvées sur les murs de la mosquée mais également sur les murs à proximité du lieu de culte, a-t-on appris mercredi.

La municipalité de Bagnolet a exprimé « sa profonde indignation et condamne fermement cet acte de profanation, un acte haineux, reflétant une banalisation de la haine de l’autre ». « S’attaquer ainsi à une partie de nos concitoyens au nom de leur croyance, c’est s’attaquer à la République toute entière », souligne-t-elle dans un communiqué

Abdé, un des fidèles de la mosquée qui a découvert les inscriptions au petit matin, y voit là une conséquence directe de l’assassinat du prêtre Jacques Hamel, la veille à Saint-Etienne-du-Rouvray. Il se dit « attristé » car les terroristes ont pour objectif « d’arriver à créer des conflits entre les religions ».

Les responsables de la mosquée ont provisoirement recouvert les inscriptions avec du papier. La mairie de Bagnolet en appelle, elle, aux « autorités compétentes pour diligenter une enquête rigoureuse, notamment à l’appui des images de vidéo-surveillance ». Elle appelle également tous les concitoyens « à faire preuve de sang-froid et de résilience en cette période difficile pour notre pays, où les attaques contre les fondements de ce que nous sommes se multiplient. »

SaphirNews

«Dehors ou la mort», la mosquée de Bron-Terraillon victime de tags islamophobes

dehors ou la mort mosquée Bron

Dans la nuit de mardi à mercredi, des tags («dehors ou la mort») ont été inscrits à la bombe sur le muret d’enceinte de la mosquée de Bron-Terraillon, ouverte l’an dernier sur la route de Genas. La plaque d’entrée a également été vandalisée.

C’est la première fois que l’édifice religueux, inauguré en mai 2015, est la cible de vandalisme. Les responsables de l’association cultuelle musulmane de Bron dénoncent des faits «malheureux», quelques jours après l’attentat de Nice.

De son côté le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et préfet du Rhône Michel Delpuech, condamne avec la plus grande fermeté un «acte irresponsable» qui «sème la discorde et crée un contexte de division alors que l’heure doit être plus que jamais à l’unité nationale». «L’État Islamique n’a de cesse de vouloir fracturer la société française. L’État républicain doit y répondre par l’esprit de concorde qui ne saurait laisser place à quelque amalgame que ce soit» précise Michel Delpuech.

Selon le préfet, «tous les moyens d’enquête seront mis en œuvre par les services de police pour identifier les auteurs de cet acte et les déférer devant la justice».

Le Progrès

27% des sympathisants FN approuvent les agressions racistes et les attaques de mosquées post-attentats

sondage islamùophobie attaque mosquée agression raciste FN front national

La situation de tension est donc assez présente, même si dans notre pays nous n’avons pas eu à déplorer pour l’instant des événements de ce type de manière totalement organisée. Nous avons certes à chaque fois, plus après janvier que novembre, un pic dans les actes anti-musulmans (agressions, tags, dégradations, incendies, etc.). On voit aujourd’hui que la France est très fortement sous tension.

Nous voyons donc avec ces résultats que « seulement » 1 Français sur 2 condamnerait de tels actes. Une très forte minorité (39%) comprendrait sans approuver. Une plus faible minorité (10%) approuverait. 10%, même si approuver ne signifie pas participer, cela donne une idée du potentiel de radicalisation réactive face à des attentats. Ce vivier des 10% peut fournir très facilement un nombre conséquent d’individus prêts à se joindre à ce type d’actions. Au regard de ces chiffres, les propos du patron de la DGSI prennent une autre résonance.

Les sympathisants du Front national, qui semblent être plus sensibles à cette haine que les autres, sont 27% à approuver ce genre d’exactions.

Atlantico

 

Mosquée à Nice: le Conseil d’Etat ordonne au maire d’autoriser l’ouverture

Le Conseil d’Etat a confirmé une ordonnance du juge des référés du tribunal administratif début juin. Et ordonne l’ouverture de la mosquée de Nice financée par l’Arabie Saoudite.

33182943

Christian Estrosi, l’ancien maire de Nice, n’en voulait pas. Mais le Conseil d’Etat a confirmé ce jeudi dans un communiqué l’injonction faite à l’édile d’ouvrir la mosquée située à l’ouest de Nice. Une décision qui confirme celle l’ordonnance du juge des référés du tribunal administratif début juin. Et permet « au juge d’ordonner, dans un délai de quarante-huit heures, toutes mesures nécessaires à la sauvegarde d’une liberté fondamentale à laquelle une administration aurait porté (…) une atteinte grave ». 

« Atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte »

Le Conseil d’Etat a estimé que « les lieux de prières existants ne permettent pas aux fidèles du culte musulman d’exercer leur culte dans des conditions normales de dignité et de sécurité », ajoutant que cette situation est « aggravée en période de Ramadan« .

La plus haute juridiction administrative affirme également que le refus de Christian Estrosi porte « une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte », ajoutant que l’ancien maire « ne peut légalement se fonder que sur des motifs de sécurité pour refuser une autorisation ».  

Ce projet de mosquée a été initié en 2002 par l’ancien édile de droite, Jacques Peyrat. Le propriétaire du bâtiment est le ministre saoudien des Affaires islamiques Cheikh Saleh ben Abdel Aziz Al-Cheikh. Mais depuis le début de l’affaire, Christian Estrosi estime qu' »aucune autorisation n’a été accordée à ce lieu de culte ».

En avril, il avait par ailleurs exigé que la mosquée « ne dépende en aucune façon d’une influence étrangère » et « que sa gouvernance s’inscrive clairement dans le cadre de la loi de 1905, en y associant la collégialité représentative du culte musulman à Nice et dans le département ».  

L’Express

Australie : une mosquée attaquée à la bombe pendant que des fidèles priaient

Australie : un père dépose des fleurs devant la mosquée visée par une bombe

Pour exprimer sa solidarité avec les musulmans, un père accompagné de sa fille a déposé des fleurs en face de la mosquée et de l’université islamique de Thornlie en Australie après l’explosion d’une bombe incendiaire mardi soir.


5773869bc361889c308b4713

Dans la soirée du mardi 28 juin, une bombe incendiaire a explosé devant une mosquée près du Collège islamique australien de Thornlie au sud-est de Perth alors que des centaines de musulmans étaient en train de prier à l’intérieur.

Un message anti-islam a également été retrouvé sur les murs de l’établissement religieux ce mardi 28 juin vers 20 heures, heure locale, juste après l’explosion intervenue en pleine prière du soir. Alertés par le bruit, les fidèles se sont précipités à l’extérieur et ont aperçu une voiture Toyota Prado en flamme et trois personnes fuyant dans une ruelle, proche du collège voisin. Ils sont ensuite tombés sur un message insultant («F*** Islam») inscrit sur un mur de la mosquée.

La bombe incendiaire a visé ce véhicule qui était garé devant l’établissement religieux. La Toyota a été complètement détruite par l’incendie tandis que quatre autres voitures ont été endommagées.

Le Collège islamique australien a été vandalisé à plusieurs reprises ces dernières années a déclaré son directeur, Abdullah Khan. Malgré cela, il a affirmé que l’établissement allait rester ouvert, comme à son habitude. Les parents ont indiqué être inquiets pour leurs enfants mais ne sont pas surpris par cette attaque. «Nous devons faire face à beaucoup de haine, à du vrai racisme», a expliqué une mère, Zahra Alasadi.

En 2015, selon des données officielles, il a été enregistré en Australie une hausse spectaculaire des attaques contre les communautés musulmanes. Les musulmans australiens ont été soumis à des diffamations raciales et religieuses régulières.

RT News

Normandie : L’Union des mosquées fait un don pour l’orgue d’une église

Son président régional, Hakim Miftah a remis un chèque de 300 € à Patrick Gaulin, président de l’Association de sauvegarde de l’orgue de l’église Notre-Dame.

9749280-15727093.jpg

Le symbole est fort. Dans les locaux de l’association musulmane, vendredi soir, avait lieu la rupture du jeûne en cette période de ramadan. C’est cette occasion qu’a choisie Hakim Miftah pour remettre, au nom de l’Union des mosquées de la région Normandie qu’il préside, un chèque de 300 € à Patrick Gaulin, président de l’Association de sauvegarde de l’orgue. Le conseil municipal vient justement d’entériner la poursuite de la restauration du Cavaillé Coll de l’église Notre-Dame.

« Ce grand orgue fait partie du patrimoine des Vimonastériens que nous sommes, affirme Hakim Miftah. Certes, il revêt un caractère religieux, marque de la culture et des liens historiques de la France avec le catholicisme. Mais nous sommes convaincus que tolérance, respect, partage riment aussi avec solidarité. »

« Bien vivre ensemble »Hakim Miftah a ajouté : « Nous conduisons nos actions dans le sens de la liberté du culte, dans celui de la vie en collectivité. Nous devons aujourd’hui, encore plus qu’hier, nous ouvrir, aller vers l’autre et tout mettre en œuvre pour maintenir et renforcer le lien fraternel que nous partageons. »

Le président régional de l’Union des mosquées a salué la présence du père Roland Guérin, qui va quitter la paroisse Saint-Benoît pour la retraite. « Nous vous remercions de l’ouverture que vous avez toujours démontrée envers la communauté musulmane. Cette contribution est importante pour le bien vivre ensemble qui règne ici. »

Patrick Gaulin a fait spécialement le déplacement de Paris pour recevoir le don. Il a remercié chaleureusement la communauté musulmane de ce geste. Guy Romain, le maire, a mis l’accent sur « le bon vivre à Vimoutiers », tandis que Pascal Vion, sous-préfet, a conclu : « Dans ce contexte difficile, nous avons besoin d’avancer et d’avancer ensemble. »

Ouest France

Christian Estrosi promet d’empêcher l’ouverture de la mosquée En-Nour

« Tant que je serais maire de Nice, cet équipement [la mosquée En-Nour, NDLR] n’ouvrira pas, j’utiliserai tous les moyens juridiques en ma possession ». Christian Estrosi l’avait promis. Il le fait.

33182943.jpg

Après les tentatives d’expropriation, la saisine de tracfin, un conseil municipal extraordinaire, une action contre l’État, etc., le désormais Premier adjoint a dégainé, jeudi, un communiqué de presse: « Christian Estrosi apporte de nouveaux éléments démontrant l’irrégularité du projet », annonce la Ville.

À trois jours de l’audience devant le Conseil d’État qui doit décider de l’ouverture ou non de l’établissement recevant du public (ERP), « Christian Estrosi a été destinataire d’un courrier relatif à la démarche des copropriétaires de l’association foncière « AFUL Nice La Plaine » où se situe En-Nour ».

Nice Matin

Corse : Frederic, mis en examen et placé en détention pour l’incendie de la mosquée de Mezzavia

9399680-15055148

Un incendie d’origine criminel a ravagé une mosquée d’Ajaccio située dans le quartier de Mezzavia, dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 avril. Quelques semaines auparavant, des commerces halal de Propriano (Corse-du-sud) ont essuyé des tirs de fusils d’assaut tandis qu’en décembre 2015, une autre mosquée ajaccienne avait été saccagée par des manifestants.

Cependant, contrairement aux autres attaques, l’incendie de la mosquée de Mezzavia serait davantage lié à un motif crapuleux que raciste. Un SDF du nom de Frédéric Baglioni a été placé en détention provisoire. Le quinquagénaire a été mis en examen pour « destruction d’un bien par un moyen dangereux pour les personnes » et « vol aggravé ». Selon le parquet d’Ajaccio, une « valise contenant les dons en espèces destinés à l’association culturelle gestionnaire du lieu de culte » a été subtilisée le soir de l’incendie.

SaphirNews

Suède : attaque raciste contre une mosquée

Un groupe de 50 personnes vêtues de noir a insulté les fidèles sortant d’une mosquée et jeté des pierres contre la même mosquée dans la capitale suédoise Stockholm.

873481100hb

Selon le quotidien suédois Aftonbladet,  les fidèles musulmans ont affirmé avoir entendu des « propos racistes » précisant que l’attaque n’avait fait ni mort ni blessé.

La police suédoise a entamé une enquête afin de traduire en justice les assaillants.

Le porte-parole de la sûreté de Stockholm a demandé de l’aide aux témoins oculaires et déclaré que personne n’était en garde à vue pour le moment.

TRT

Ecosse: 2 mosquées invitent Donald Trump à venir étudier l’islam

Deux mosquées écossaises invitent le candidat à la Maison blanche, Donald Trump à venir étudier l’islam pour se confronter à la réalité de ce que vivent les musulmans.

donald-trump

Deux mosquées d’Édimbourg ont invité mercredi le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump à leur rendre visite lors de son séjour prévu fin juin en Écosse, histoire qu’il constate par lui-même que sa vision des musulmans « ne correspond pas à la réalité ».

« Avant qu’il ne prononce un nouveau discours incendiaire, M. Trump devrait en apprendre davantage sur les musulmans qu’il offense presque chaque fois qu’il ouvre la bouche », déclarent les mosquées dans un communiqué publié dans le quotidien Herald Scotland.

Etudier l’islam« Nous serions enchantés de saisir la chance de lui montrer le travail que nous faisons à Édimbourg lorsqu’il viendra en Écosse », ajoutent-elles.

« Nous voulons dire à M. Trump que ce qu’il pense des musulmans ne correspond pas à la réalité », a également expliqué à l’AFP Mohammad Saleem Irshad, un responsable de l’Annandale Mosque, un des lieux de culte en question.

« Il devrait venir à la mosquée et constater par lui-même. Est-ce qu’on y enseigne le terrorisme ? Il devrait venir et étudier l’islam », a-t-il ajouté.

Terrains de golf

Le milliardaire américain se rendra à partir du 22 juin en Écosse, en plein référendum sur l’Union européenne, pour visiter deux terrains de golf lui appartenant, avant d’aller en Irlande, pour en voir un troisième.

L’Écosse, d’où est originaire la mère de M. Trump, avait pris ses distances avec lui en décembre, à la suite de sa proposition de fermer les frontières américaines aux musulmans qui avait fait un tollé. L’université Robert Gordon (RGU) d’Aberdeen lui a retiré un doctorat honorifique tandis que le gouvernement régional le privait de son titre d’ambassadeur d’affaires.

Ouest France

Nice : Les 2 profanateurs de la mosquée En-Nour placés sous contrôle judiciaire

Mosquée En-Nour profanation estrosi christian

Deux hommes soupçonnés d’avoir déposé ce mercredi une dépouille de sanglier devant une mosquée de Nice, ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel et comparaîtront en septembre.


Enquête – Une carcasse de sanglier a été découverte mercredi matin devant la mosquée En Nour qui doit prochainement ouvrir ses portes. Cet événement intervient deux jours après le début du ramadan. Une plainte devait être déposée.

Capture d’écran 2016-06-08 à 14.50.50.png

Une carcasse de sanglier a été découverte mercredi matin devant le bâtiment de la mosquée En Nour, qui doit ouvrir prochainement à Nice malgré l’opposition de Christian Estrosi, a annoncé Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie.

Abdallah Zekri, qui est aussi secrétaire général du Conseil français du culte musulman (CFCM), se dit « choqué par ce nouvel acte raciste qui intervient en plein mois de ramadan », et « condamne avec la plus grande vigueur cet acte insultant et provocateur à l’encontre des musulmans français de la ville de Nice ». L’association En Nour a déposé plainte contre X, selon Abdallah Zekri.

Pas d’image de vidéosurveillance

Sur place, la dépouille de l’animal a été enlevée rapidement mais des traces de sang demeuraient visibles sur le côté du bâtiment, les responsables de cet acte ayant pris soin d’éviter d’être filmés par la caméra placée devant l’entrée du lieu de culte.

Metro News