Michelle a assisté au viol et au meurtre de sa fillette de 10 ans, car «elle aimait ça»

L’horreur sans nom: une fillette de 10 ans suppliait sa mère de l’aider pendant qu’elle se faisait violer par son compagnon et son cousin sous les yeux de la maman 

michelle-martens

Le DailyMail rapporte un sordide fait divers ayant eu lieu dans le Nouveau-Mexique, aux États-Unis. Michelle Martens a assisté au viol et au meurtre de sa fillette de 10 ans, Victoria. La petite fille a été abusée sexuellement et tuée par deux hommes, le compagnon et le cousin de sa mère. Après les faits, la mère a admis avoir eu des rapports sexuels avec son compagnon, Fabian Gonzales, 31 ans, 20 minutes après le meurtre de sa fille.

La vérité sur les terribles conditions infligées à la petite Victoria a émergé grâce aux très nombreuses contradictions dans la version des faits rapportée par la maman, Michelle Martens.

Le 23 août dernier, la petite Victoria a été droguée, violée et battue à mort par le compagnon, Fabian Gonzales, 31 ans, et le cousin de sa maman. Le corps démembré de la petite fille, tuée le lendemain de son 10 ème  anniversaire, a été retrouvé dans l’appartement de la maman.

Après avoir été auditionnée à trois reprises, la maman de Victoria, qui avait nié toute implication dans le meurtre de sa fille, a admis avoir assisté à son viol et à son meurtre. Comble de l’horreur, Michelle Martens a non seulement assisté à cette scène d’horreur mais a avoué à la police avoir eu des rapports sexuels avec son compagnon, 20 minutes après le meurtre de sa fille.

Michelle a avoué aux policiers qu’elle avait assisté au viol de sa fille, car elle aimait ça. Elle avait permis à deux hommes d’avoir des relations sexuelles avec sa fille, 6 mois avant le meurtre. Elle utilisait des sites de dating pour rencontrer des hommes prêts à avoir des relations sexuelles avec sa fille Victoria.

Martens doit faire face à des accusations d’enlèvement et de la maltraitance d’enfants ayant entraîné la mort. Son compagnon Fabian Gonzales et le cousin font face aux mêmes accusations et seront jugés pour le viol de Victoria.

Leurs procès devraient avoir lieu l’année prochaine. Michelle Martens est mère d’un petit garçon. L’enfant a été confié à des services compétents.

Il viole une fillette de 10 mois et elle décède à la suite de ses blessures

Cette semaine, un homme de la Virginie-Occidentale a été accusé du viol et du meurtre de l’enfant de 10 mois de sa conjointe, rapporte le New York Post.

6857d2d2-8a9c-4711-a37b-7c374dbfc270_JDX-NO-RATIO_WEB.jpg

La mère a fait l’horrible découverte de sa fille ensanglantée sur le plancher du sous-sol. La fillette était encore en vie à ce moment, mais elle est malheureusement décédée dans les bras de sa mère avant l’arrivée des ambulanciers. Elle portait des marques d’agression sexuelle en plus d’avoir été lourdement blessée.

Rendus sur place, les policiers ont remarqué que le conjoint de la mère, Benjamin Ryan Taylor, tentait d’essuyer une tache sur son pantalon. Les policiers ont déterminé que c’était le sang de la victime.

Des vêtements et couvertures tachés de sang ont été retrouvés près de l’endroit où l’enfant aurait été attaquée.

Taylor a initialement nié savoir comment le bébé a subi de telles blessures pour ensuite changer son histoire. Il aurait affirmé avoir eu une perte de conscience momentanée (black-out) pendant qu’il faisait la lessive.

Dans une vidéo, la cousine de la mère, furieuse et inconsolable, déclare que le présumé violeur et meurtrier agissait comme un prince charmant. Il se montrait aidant avec sa conjointe et passait du temps avec les enfants.

Le shérif Tony Boggs a déclaré aux médias locaux qu’il n’avait jamais rien vu de tel.

3 autres enfants étaient sur les lieux lors du crime, mais aucun d’entre eux ne semble avoir été victime d’une agression.

Taylor, âgé de 32 ans, est détenu avec une caution de 2 millions de dollars.

Journal De Montreal

Elle saute du premier étage et se brise les talons pour échapper aux coups son époux Anthony

Cinq ans de prison ferme ont été infligés mercredi à un Sanaryen de 35 ans qui a violemment frappé son épouse samedi dans le huis clos familial obligeant celle-ci à se jeter par la fenêtre pour fuir.

image-quay-33869245-e1472108555489

 

Quelques secondes avant son évasion du tribunal en pleine audience, Anthony F., un homme de 35 ans avait averti avec un regard vide et froid: «Je n’irai pas en prison. Vous aurez ma mort sur la conscience».

L’homme venait d’être jugé en comparution immédiate pour des violences commises sur son épouse samedi soir à leur domicile à Sanary.

Des violences telles que son épouse par crainte de mourir a sauté du premier étage, se brisant les deux talons lors de sa chute.

Mais cette nuit-là, le mis en cause ne s’en est pas arrêté là…

Il est venu chercher sa compagne choquée et gravement blessée à l’extérieur pour l’emmener à nouveau dans le logement dont il a fermé les volets. Et les coups ont continué à tomber sur la jeune femme. Il a porté ses mains autour du coup de la victime pour tenter de l’étrangler tout en lui criant qu’il allait la tuer, ainsi que sa fille âgée de neuf ans (1) avant de se suicider.

« Je l’ai douchée et je l’ai couché e», a-t-il déclaré mercredi aux magistrats. Il va finalement conduire sa femme quatre heures plus tard aux urgences en expliquant qu’elle s’était jetée sur lui, qu’il s’était défendu et qu’elle s’était défenestrée.

Une version impossible à soutenir au regard du certificat établi par un médecin. Transférée à l’hôpital Sainte-Musse où elle est toujours hospitalisée.

Une ITT de 45 jours lui a été accordée , faisant mention de ses talons fracturés et des multiples ecchymoses recensées sur le corps.

EN FURIE, IL SACCAGE LA CHAMBRE DE SA FILLE 

« On est allé en soirée et elle dansait trop près des garçons. Ça ne m’a pas plu. Je lui ai dit ce que je pensais à la maison et elle m’a sauté dessus. Je lui ai mis une gifle ». La présidente lui fait remarquer qu’il a totalement dévasté la chambre de sa fille. Les meubles ont été cassés. Les livres et les jouets éparpillés au sol. « J’étais énervé. C’est pas grave ça. Ça se rachète ».

UNE MARRE DE SANG 

C’est le père de la victime qui a donné l’alerte aux policiers, inquiets de ne pas voir cette dernière venir chercher son enfant qui avait passé la nuit chez eux. Les policiers du commissariat de Sanary ont découvert une mare de sang dans le salon, puis des traces dans l’escalier, à l’étage, dans les toilettes.

Interrogée, la jeune femme va, dans un premier temps, tenter de disculper son époux en expliquant qu’un individu s’est introduit chez elle.

Elle se ravisera ensuite pour mettre en cause le père de son enfant. «Ce qu’il a fait est monstrueux», a déclaré Me Barcelo, l’avocate de la victime. «Des faits extrêmement graves, pour Mme Liard, la représentante du parquet. Avec une absence totale de remise en cause pour un individu déjà condamné à deux reprises pour des violences sur son épouse».

CINQ ANS REQUIS 

Ont été requis cinq ans de prison (dont un an avec sursis) et le retrait de l’autorité parentale pendant cinq ans à titre complémentaire.

En défense, Me Ayral a avoué son impuissance face à de tels faits mettant en avant «certainement un trouble psychiatrique» pour un homme au casier noirci de neuf mentions.

Pendant la cavale du prévenu, la présidente a rendu son délibéré: cinq années d’emprisonnement ferme. Il a été décerné un mandat d’arrêt, avant qu’Anthony Freschi ne soit arrêté en début de soirée par les policiers toulonnais grâce à une collaboration inter-services.

Var Matin

Gravelines : Éric et Jérôme jugés pour avoir décapiter une quarantaine de pigeons

Deux hommes ont été condamnés, dont un à de la prison ferme, pour être entrés par effraction dans un pigeonnier et y avoir massacré les volatiles.

7784951921_un-pigeon

Éric Vanez et Jérôme T. ont été condamnés pour des faits particulièrement sordides, survenus le 11 octobre 2015, à Gravelines. Cette nuit-là, la police appelée pour le cambriolage d’une maison les a découverts au milieu d’un véritable massacre… de pigeons.

Comme le rapporte la Voix du Nord, les agents de police ont interpellé les deux hommes dans le pigeonnier de la demeure, couverts de sang et entourés de plus de quarante volatiles décapités. Les deux individus ont profité du décès du propriétaire colombophile de la maison, enterré la veille, pour entrer chez lui par effraction. Mais rien n’explique leur geste sadique. Durant leur procès, Jérôme T. rejettera l’entière faute sur Éric Vanez, expliquant aux juges : « Il a arraché la tête des pigeons une à une, avec les mains. Quand il a égorgé les pigeons, le sang a éclaboussé sur moi. » L’accusé ne justifiera pas son acte, expliquant avoir agi « comme ça, pour rien. »

Éric Vanez, déjà condamné à une dizaine de reprises, a finalement écopé de trois mois de prison ferme et 800 euros d’amende. Son comparse, dont le casier judiciaire est vierge, a été sanctionné de six mois de prison avec sursis et 800 euros d’amende.

RTL

États-Unis : un homme arrêté pour avoir démembré et brûlé une étudiante

Ce sont les pompiers qui ont fait la macabre découverte après avoir éteint un incendie. Jacqueline Vandagriff, étudiante en nutrition, avait été vue pour la dernière fois quittant un bar avec un homme considéré comme le suspect.

capture-decran-2016-09-21-a-16-43-59

C’est le lendemain matin que les pompiers ont été alertés pour éteindre un incendie. L’enquête a rapidement permis de remonter jusqu’à Charles Dean Bryant, arrêté dimanche. Un jour après la découverte du corps démembré et brûlé de la victime, un étrange message a été posté sur son compte Twitter : «Je n’aurais jamais pensé me sentir un jour comme ça». La police a fait savoir qu’elle enquêtait sur ce post ainsi que sur des messages publiés sur Facebook par le suspect, indique KHOU.

Le suspect connu de la justice

Charles Bryant, âgé de 30 ans, a été mis en examen pour meurtre au premier degré. Il avait travaillé notamment dans un bar appelé le Urban Cowboy Saloon, à Fort Worth.

Paris Match

Texas : Davie décapite sa femme et met sa tête au réfrigérateur

A l’arrivée de la police, Davie Dauzat (23 ans) s’était retranché dans la maison avec ses deux enfants. Un négociateur a été envoyé auprès de lui et il a finalement accepté de sortir de son plein grès. Lors de sa reddition, le père de famille était couvert de sang. Les policiers ont fait une découverte macabre à l’intérieur.

davey dauzat_1472166784324_5836863_ver1.0_640_360

Après la visite de la police, il décapite sa femme et met sa tête au réfrigérateur

Ils ont trouvé le cadavre décapité de Natasha, l’épouse de Davie depuis août 2014. La tête de la victime reposait dans le réfrigérateur. Une autopsie a été ordonnée pour déterminer les causes de la mort.

En fait, c’était la seconde visite de la police au domicile du couple à Bellmead (Texas). Quelques heures plus tôt, les agents s’étaient rendus sur place pour vérifier la situation après avoir reçu un signalement

Breitbart