Stephen jugé pour avoir tué 4 homosexuels et violé 7 autres hommes

Un cuisinier britannique qui empoisonnait ses victimes approchées sur des sites de rencontre homosexuels a été reconnu coupable mercredi des meurtres entre juin 2014 et septembre 2015 de quatre jeunes hommes. 

Capture d’écran 2016-11-23 à 22.47.40.png

La Cour criminelle de l’Old Bailey à Londres a également reconnu Stephen Port, 41 ans, coupable d’avoir drogué ou violé sept autres hommes Cuisinier de profession, l’homme invitait ses proies, rencontrées notamment sur l’application Grindr, dans son appartement de l’est de Londres, avant de leur administrer des doses mortelles de GHB, la drogue dite du violeur.

Il abusait de ses victimes – toutes âgées d’une vingtaine d’années – une fois qu’elles étaient inconscientes, avant de déposer leurs corps non loin de chez lui.

Ceux de deux des jeunes gens ont été découverts au cours de l’été 2014 par le même promeneur et son chien, à trois semaines d’intervalle, dans le cimetière de l’église St Margaret, à Barking, tandis qu’une autre victime a été retrouvée morte près d’une benne à ordures.

Pour tromper les enquêteurs, une fausse lettre de suicide avait été placée par Stephen Port dans la main de l’un des défunts.

« Stephen Port est un homme sournois, manipulateur et égocentrique qui n’a pas montré la moindre once de regret pour ses actes » au cours de son procès, a déclaré le commandant Stuart Cundy, de la section criminelle de la police de Londres.

Le tribunal doit prononcer sa peine vendredi matin.

La Libre

Macron évoque «des éléments de civilisation» et des effets positifs dans la colonisation de l’Algérie

C’est une petite phrase qui ne passe pas. Interrogé par « Le Point » sur « les pages moins glorieuses de notre histoire », Emmanuel Macron évoque dans sa réponse « des éléments de civilisation » dans la colonisation de l’Algérie.

PHO214840bc-4e47-11e4-9f8d-f30656592d23-805x453.jpg

 

« Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l’émergence d’un Etat, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie. »

Bien que nuancés par la phrase précédente (« Je place pour ma part aux côtés des soldats de l’An II, les tirailleurs sénégalais, les résistants étrangers, tous ceux qui ont fait la France sans être nés français, voire sans être français du tout »), les propos de l’ancien ministre ont choqué beaucoup d’internautes, qui ont rapidement établi un lien avec les propos de François Fillon pour qui la colonisation visait à « partager sa culture ». Certains notent tout de même une vraie différence : « Comparer Fillon à Macron c’est dire que Macron cautionne l’idée du ‘partage de culture à travers la colonisation’ de Fillon. Faux », souligne ainsi une internaute.

L’Obs

20 ans de prison pour Nathalie et Mikaël qui ont tué et brulé un homme

nathalie-michellier-et-son-co-accuse-mikael-boeuf-condamne-pour-sa-part-a-6-ans-de-prison-archives-le-dl

Après 8 heures de délibéré dans l’affaire de la mort de Lionel Véronèse, la cour d’assises de l’Isère vient de condamner en appel Nathalie Michellier à 20 ans de réclusion criminelle pour assassinat et Mickaël Boeuf à 6 ans d’emprisonnement pour détention arbitraire sans libération avant le 7e jour.

Le rappel des faits

Le corps du Chambérien Lionel Véronèse, 39 ans, est découvert calciné, dans un coin isolé de garrigue, le matin du 30 avril 2012 à Carry-le-Rouët, près de Marseille (Bouches-du-Rhône). Il a été abattu d’une balle dans la tête, tirée de très près derrière son oreille.

Le Dauphine

 

Rohingyas : plus de 1.200 maisons rasées dans des villages musulmans par l’armée birmane

Plus d’un millier de maisons ont été rasées dans des villages musulmans de l’ouest de la Birmanie où armée et « rebelles », s’affrontent depuis octobre, selon des images satellite diffusées lundi par l’ONG Human Rights Watch.

Capture d’écran 2016-11-21 à 13.29.36.png

Ces images prises entre le 10 et le 18 novembre montrent que plus de 800 nouveaux bâtiments ont été détruits dans cinq villages de cette région de l’Etat Rakhine bouclée par l’armée depuis des semaines.
Cela porte à plus de 1.200 le nombre de maisons détruites ces dernières semaines, selon l’ONG.

Ces violences meurtrières constituent un défi pour Aung San Suu Kyi et son gouvernement, premier exécutif civil en Birmanie depuis des décennies.
Le gouvernement affirme de son côté que seules 300 maisons ont été détruites, par des « terroristes » soucieux de « semer la confusion entre les troupes gouvernementales et le peuple ».
« Au lieu de répondre par des accusations et dénégations du même style que l’armée, le gouvernement devrait regarder les faits », a réagi lundi le responsable Asie de Human Rights Watch, Brad Adams.
L’armée birmane est accusée de graves abus contre la minorité musulmane, du viol des femmes au meurtre de civils, des accusations difficiles à vérifier de source indépendante, l’accès à la région étant filtré par les autorités, et les journalistes interdits.

La rapporteur spéciale de l’ONU pour la Birmanie, Yanghee Lee, a appelé le gouvernement d’Aung San Suu Kyi à « une action urgente » pour protéger les civils en Etat Rakhine. Mais de facto, sur le terrain, l’armée, qui tient toujours les rênes des ministères de l’Intérieur et de la Défense, a le contrôle.

Le Parisien

Carcassonne: Paul poignarde son chien 15 fois pour ne pas «planter» sa femme

Correctionnel. Jugé en comparution immédiate hier, un Carcassonnais âgé de 36 ans a écopé de deux ans de prison ferme pour des violences aggravées.
648x415_chien-king-charles.jpg
A la barre, Paul Nunez, un Carcassonnais de 36 ans, était jugé pour des sévices infligés à son animal, ainsi que des violences exercées sur sa femme. Le tout, armé d’un couteau de chasse avec une lame de 10 cm, et sous l’emprise de l’alcool. Les faits ont eu lieu le 14 novembre, à Castelnaudary.

Ce jour-là, la gendarmerie a été alertée par un riverain de la rue Pasteur qui entendait des appels au secours. Sur place, les militaires vont alors tombés sur une femme en pleurs, qui leur explique que son compagnon vient de poignarder son chien… à quinze reprises. Le suspect ayant quitté les lieux, c’est finalement vers 1 h 10, un peu plus tard, qu’il sera interpellé ivre (1,16 g d’alcool par litre de sang) et placé en garde à vue différée.

Au départ, c’est pour les coups de couteau donnés à son chien que l’homme est poursuivi. Mais, les gendarmes vont finir par apprendre, en questionnant la femme sur les traces qu’elle porte au cou, que son compagnon venait aussi de la violenter. En la frappant, en lui tirant les cheveux, en tentant de l’étrangler et en lui plaquant le couteau sous la gorge.

Le tribunal a finalement condamné Paul Nunez à 3 ans de prison, dont 1 an assorti d’une mise à l’épreuve de 3 ans. Le trentenaire a également l’interdiction de détenir une arme et d’entrer en contact avec la victime.

L’Independant