Macron évoque «des éléments de civilisation» et des effets positifs dans la colonisation de l’Algérie

C’est une petite phrase qui ne passe pas. Interrogé par « Le Point » sur « les pages moins glorieuses de notre histoire », Emmanuel Macron évoque dans sa réponse « des éléments de civilisation » dans la colonisation de l’Algérie.

PHO214840bc-4e47-11e4-9f8d-f30656592d23-805x453.jpg

 

« Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l’émergence d’un Etat, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie. »

Bien que nuancés par la phrase précédente (« Je place pour ma part aux côtés des soldats de l’An II, les tirailleurs sénégalais, les résistants étrangers, tous ceux qui ont fait la France sans être nés français, voire sans être français du tout »), les propos de l’ancien ministre ont choqué beaucoup d’internautes, qui ont rapidement établi un lien avec les propos de François Fillon pour qui la colonisation visait à « partager sa culture ». Certains notent tout de même une vraie différence : « Comparer Fillon à Macron c’est dire que Macron cautionne l’idée du ‘partage de culture à travers la colonisation’ de Fillon. Faux », souligne ainsi une internaute.

L’Obs

Macron s’en prend au FN, «un parti qui salit la République»

Emmanuel Macron, qui rencontrait ce samedi les animateurs de son mouvement En Marche!, s’en est pris au Front national, dont il dit ne pas pouvoir accepter la présence au second tour de la présidentielle. 

emmanuel-macron-4_5054824

Macron dénonce ceux qui «font de la laïcité une arme de combat contre l’islam»

Emmanuel Macron : «Les écoles juives enseignent la Torah plus que les savoirs fondamentaux»

L’ancien ministre français de l’Économie, Emmanuel Macron, a dénoncé samedi de prétendues dérives dans les écoles juives.

emmanuel-macron-4_5054824

« C’est très important de faire respecter la neutralité du service public. La religion ne peut pas être présente à l’école. Toutefois, j’entends peu de gens émus lorsque les conséquences de ce débat envoient de plus en plus d’enfants dans des écoles confessionnelles qui leur enseignent la haine de la République, professent des enseignements essentiellement en arabe ou, ailleurs, enseignent la Torah plus que les savoirs fondamentaux.

Quand certains réclament des menus dans les écoles sans aucun accommodement et veulent que tous les enfants mangent du porc, ils pratiquent une laïcité revancharde dangereuse », a déclaré Emmanuel Macron dans un long entretien accordé à l’hebdomadaire Marianne.

 

« Les établissements de l’enseignement privé juif et les élèves qui les fréquentent ne sauraient faire l’objet d’amalgames douteux et dangereux », a fustigé le président du FSJU.

Le Monde Juif

Macron : « Les jeunes dans les quartiers veulent pouvoir réussir comme les autres »

En marge d’une visite lundi  en Seine-Saint-Denis, Emmanuel Macron a répondu au Bondy Blog. « Quand on a envie de réussir, on doit pouvoir le faire d’où qu’on vienne, en fonction de son mérite et de son engagement », a déclaré l’ancien ministre. 

Emmanuel-Macron.jpg

Il était venu il y a huit mois accompagné de la ministre du Travail, Myriam El Khomri. Cette fois, c’est seul qu’Emmanuel Macron a fait un déplacement lundi au Campus des métiers et de l’entreprise à Bobigny (Seine-Saint-Denis). « Il faut redonner des perspectives, en particulier aux plus jeunes, à ceux qui ont des vies bloquées », a déclaré au Bondy Blog l’ancien ministre de l’Economie, jugeant que la « clef est l’autonomie individuelle et la mobilité ».

« Ce qui est insupportable c’est d’être bloqué parce qu’on est né dans telle ou telle famille, qu’on porte tel ou tel prénom ou parce qu’on vient de tel ou tel quartier », a renchéri Emmanuel Macron, qui vient de quitter le gouvernement pour se consacrer à son mouvement « En Marche! ». « Ce que je dis c’est que quand on a envie de réussir, on doit pouvoir le faire d’où qu’on vienne, en fonction de son mérite et de son engagement. »

« C’est pas parce qu’on va ralentir Usain Bolt que je serais plus heureux »

Face à cette « jeunesse inventive », l’ancien ministre lance quelques pistes : « lui donner une formation, une capacité d’accéder à l’emploi en luttant contre les discriminations à l’embauche, en généralisant les testings et en valorisant les parcours ». « L’état doit aller beaucoup plus loin dans la formation, dans l’école, dans la lutte contre les inégalités d’accès », ajoute-t-il, dénonçant un état qui « essaie de tout paramétrer ». « Moi je cours moins vite le 100 mètres qu’Usain Bolt, mais c’est pas parce qu’on va ralentir Usain Bolt que je serais plus heureux! », prend également Emmanuel Macron en exemple.

L’occasion pour ce dernier de revenir sur une petite phrase qui avait fait polémique en janvier 2015 : « La génération qui arrive doit être une génération de stars dans l’entreprenariat, dans l’économie. C’est ce que j’avais dit en disant qu’il faut qu’il y ait des jeunes qui veulent réussir et devenir milliardaires. »

« Les jeunes dans les quartiers ne veulent pas de subventions, ils ne font pas l’aumône. Ils veulent pouvoir réussir comme les autres », conclut Emmanuel Macron.

Le JDD