La Russie dépénalise les violences conjugales au nom de la tradition

violence-conjugale1

La Chambre basse du parlement russe (Douma) a fait passer mercredi une loi qui dépénalise les violences domestiques, soit les violences commises au sein du couple ou de la famille, envers un parent, un conjoint ou un enfant. Cette loi votée en première lecture a fait l’objet d’une très claire unanimité, puisque sur 450 membres de la Douma, seul un député a voté contre et 368 ont voté pour, comme le rapportent le Moscow Times et Politico.

Cette loi a été portée par la députée ultra-conservatrice Yelena Mizulina, célèbre pour avoir fait pression en faveur d’une autre loi qui a fait polémique à l’étranger et en Russie parmi les défendeurs des droits des LGBT: celle condamnant la « propagande homosexuelle ».

Comme le rapporte Politico, lors d’un discours à la Douma, l’élue a déclaré que « les lois devaient soutenir les traditions familiales« . « Dans la culture familiale traditionnelle en Russie, les relations parents-enfants sont basées sur l’autorité du pouvoir des parents », a-t-elle fait valoir.

Malgré l’approbation unanime des députés, cette décision législative a provoqué un tollé parmi les défenseurs des droits des femmes, qui craignent que la loi rende les victimes de violences conjugales encore plus vulnérables. Une pétition contre cette loi a d’ailleurs réuni près de 175.000 signatures.

Comme le rapporte le Moscow Times, d’après les chiffres du gouvernement russe, 40% des crimes violents sont commis à l’intérieur de la famille dans le pays. Chaque jour, 36.000 femmes sont battues par leur conjoint, et chaque année, 26.000 enfants sont victimes de la violence de leurs parents.

BFM TV

Déchaînement de violence aux cris de «Sales arabes !» contre un restaurant oriental à Chauny

Espace Djerba chauny raciste oriental restaurant

Un épisode d’une grande violence s’est déroulé dans la nuit de vendredi à samedi rue de la République en plein cœur de Chauny, centré sur un restaurant oriental, Espace Djerba. Cris racistes, personnes agressées et blessées par armes, vitrines explosées…

Des agressions, des personnes blessées, des vitrines cassées, des cris racistes et au moins une voiture brûlée, c’est le bilan d’une tempête de violence qui a explosé dans la nuit de vendredi à samedi en plein cœur de Chauny.

C’est le restaurant « Espace Djerba », tenu par des Tunisiens, qui a semble-t-il focalisé le déchaînement de violence, rue de la République, à deux pas de la place de l’hôtel de ville. Les faits pourtant avaient commencé vers 22 h 30 un peu plus loin dans la rue de la République.

Une commerçante habitant sur place témoigne : « J’ai entendu des cris, j’ai regardé par la fenêtre, il y avait des gens qui couraient, plusieurs voitures qui roulaient dans tous les sens (la rue de la République étant une voie à sens unique) et j’ai vu une voiture s’arrêter et des jeunes partir en courant vers la place de l’hôtel de ville. Le bar 421 (en face) a fermé… » Mais les individus qui cherchaient visiblement la bagarre avaient eu le temps de s’emparer de chaises à la terrasse de l’établissement. Et c’est notamment avec ces chaises qu’ils ont fracassé les vitrines du restaurant « Espace Djerba » en hurlant des « Sales arabes ! » et autres cris racistes.

L’Union

 

Jimmy, condamné pour 2 vols de sacs à main à l’arraché

vols de sacs à main  a l'arracaher

Un Touquettois de 23 ans vient d’être condamné à Lille à huit mois de prison, peine qui pourra être aménagée. Il était jugé jeudi en comparution immédiate pour deux tentatives de vol avec violence.

Le 22 mars à 17 h 30, avec un comparse, ils ont tenté, à tour de rôle, d’arracher leur sac à main à deux femmes qui attendaient la sortie de leurs enfants devant l’école Notre-Dame-de-la-Paix dans le vieux-Lille.

Les victimes ont été jetées par terre et se sont plaintes de douleurs aux genoux, aux coudes et pour l’une à la tête. Les magistrats se sont étonnés du profil du prévenu, inhabituel en correctionnelle. Le jeune homme s’est présenté comme designer, fabricant de meubles sur mesure. Il avait besoin d’argent pour relancer une micro-entreprise qui, dans sa première mouture n’a duré que de février à juillet 2015. Il justifie cet échec auprès des juges : « Je revenais de mission humanitaire, je faisais trop de choses, ce n’était pas le bon moment… »

Jeudi après-midi, Jimmy L. est seul dans le box des prévenus. Il ne dit rien sur son complice et sur les faits reprochés, donne au tribunal des explications que même son conseil, Me Samia Khiter estime farfelues : « J’avais besoin de liquidités. Le bois est un matériau qui coûte cher alors… J’ai pété un plomb, j’ai honte. » Il ajoute qu’il était venu à Lille voir son « assistante ». Me Khiter explique que son client est « ambitieux, prétentieux peut-être. Il aime quand ça bouge. »

Titulaire d’un bac hôtelier, Jimmy L. a déjà occupé de multiples emplois dans la restauration, il a aussi été bottier, il est passionné de voile… « Sa personnalité ne colle pas avec les faits » insiste l’avocate favorable à un travail d’intérêt général. La procureure Emmanuelle Laudic-Baron retient néanmoins « la gravité d’agressions gratuites » et requiert quatre mois de prison ferme. Le tribunal ira plus loin en doublant la peine.

La Voix du Nord

« Putain de Français » des proches du FN mis en cause dans une vidéo choc

Mediapart s’est procuré neuf vidéos où l’on voit le chef du GUD à Paris, Logan Djian, agresser et violenter l’un des anciens responsables de ce groupuscule extrémiste. Mis en examen pour « violences aggravées », Logan Djian a vu sa détention provisoire levée contre une caution de 25 000 euros.

Des enquêteurs s’interrogent sur l’origine de cette somme, qui pourrait être liée à une société créée par Axel Loustau, trésorier du micro-parti de Marine Le Pen, conseiller régional FN et responsable du FN dans les Hauts-de-Seine.

 

Dégradations, menaces de morts et de viols : La famille Selve terrorisait ses voisins

Un homme, une femme et leur fils originaires de Roubaix ont été condamnés pour dégradations et menaces de mort envers leurs voisins.

une-famille-terrorisait-esperaza_665555_516x343 

Venue de Roubaix il y a quelques années, la famille Selve s’est vite taillé une belle réputation à Espéraza. Et notamment aux alentours de la place de Verdun, où elle réside.

Présente à l’audience, ce vendredi, la mère était accusée d’avoir dégradé la voiture d’un de ses voisins en compagnie de son mari et de son fils, tous deux absents du tribunal.

« Je vais te tuer »

D’autres accusations ont été formulées à l’encontre de la famille. Le père aurait menacé plusieurs voisins durant quelques mois : « Je vais te tuer avec toute ta famille », « Si tu passes devant chez moi, je te crève et je te mets une branlée » également très porté sur les menaces de viols en tous genres. Elle a d’autre part affirmé que « la voiture avait été cassée par la compagne de (son) fils.

Après délibération, la mère et son fils ont été jugés coupables. Ils ont écopé d’une amende de 400 € (dont 200€ avec sursis) pour dégradation de biens appartenant à autrui. Le père a été condamné à trois mois d’emprisonnement avec sursis, et mise à l’épreuve pendant dix-huit mois.

Midi Libre 

Un rabbin kidnappe et torture des hommes pour obtenir des divorces religieux

AP_995972547981

Un rabbin juif orthodoxe a été condamné mardi à  10 ans de prison après avoir reconnu à un juge contraindre des hommes récalcitrants à divorcer religieusement.

Le rabbi Mendel Epstein, 70 ans,  a été condamné en Avril pour avoir planifié des enlèvements, selon les procureurs, il a utilisé des méthodes brutales, y compris des menottes et des aiguillons électriques de bovins, pour torturer des hommes afin qu’ils acceptent le divorce. 

Le rabbin Epstein a dit qu’il aidait les femmes sur un sentiment de compassion parce qu’elles ne pouvaient pas se remarier sans obtenir le divorce religieux.

« Il l’a fait régulièrement. Il a fait cela pour de l’argent », a déclaré le procureur adjoint  Joseph Gribko.

L’équipe d’enlèvement possédait des lames chirurgicales, des tournevis et des cordes. Le rabbin Epstein avait des agents infiltrés qui enregistraient les conversations qui ont servi à organiser des enlèvements chaque année.

L’avocat de Epstein, Robert Stahl, envisage de faire appel de la condamnation.

Un deuxième rabbin, Binyamin Stimler, a été condamné à 3 ans de prison pour son rôle.  Il a également été reconnu coupable de complot pour commettre un enlèvement.

Fox News