Découverte d’une cache d’armes dans l’Oise du groupe terroriste ETA

D’après la presse espagnole, les polices espagnoles et françaises auraient mis au jour ce mercredi matin un important arsenal « en parfait état »

fevrier-2014-eta-remettait-symboliquement-pour-la-premiere_4153203_1000x500.jpg

Les polices françaises et espagnoles ont mis au jour ce mercredi matin dans le département de l’Oise, en Picardie, un important arsenal qui pourrait appartenir à ETA.

On ignore encore le contenu exact de la découverte. Mais l’agence de presse espagnole EFE, qui révèle l’information, évoque des armes « en parfait état ».

Rappelons que l’organisation séparatiste basque a déclaré la fin de la lutte armée en octobre 2011. Elle s’est depuis engagée à se désarmer. Cependant, elle attend que les gouvernements français et espagnol s’engagent dans ce processus de restitution et de destruction pour le moins technique. Madrid et Paris ne l’entendent pas de cette oreille et souhaitent qu’ETA indique la position de ces derniers arsenaux et se dissolve.

La cache d’armes mis au jour ce mercredi a manifestement été découverte dans une forêt de l’Oise. La presse espagnole parle de bidons contenant des armes, enterrés dans le sol.

Sud Ouest

Attentats Paris : procès de Vucelic, l’homme qui convoyait grenades et Kalachnikovs vers Paris

Le procès d’un convoyeur d’armes présumé, interpellé en Allemagne quelques jours avant les attentats du 13 novembre à Paris, s’est ouvert vendredi devant un tribunal de Munich (sud) qui va chercher à déterminer si l’arsenal devait être utilisé lors d’attaques en France.

vucelic-v-d-un-convoyeur-d-armes-presume-interpelle-en-allem_2854283

Le procès s’est ouvert peu après 7 h GMT, a indiqué à l’AFP une porte-parole du tribunal. L’accusé, un travailleur saisonnier de 51 ans originaire du Monténégro, a « reconnu qu’il savait qu’il y avait des armes dans sa voiture mais qu’il ignorait si elles devaient être utilisées pour un attentat », a-t-elle précisé.

Présenté comme s’appelant Vucelic V., il est poursuivi pour « complicité dans la préparation d’un acte de violence menaçant la sécurité de l’Etat » français.

Interpellé le 5 novembre 2015

Il avait été interpellé le 5 novembre 2015 sur une aire d’autoroute bavaroise, non loin de la frontière autrichienne. A bord de son véhicule, immatriculé au Monténégro, les policiers avaient trouvé un véritable arsenal composé de plusieurs grenades, fusils d’assaut Kalachnikovs, pistolets et munitions ainsi que des explosifs, le tout en parfait état de fonctionnement.

 

Aucun lien n’a toutefois pu être formellement établi entre lui et les attentats de Paris, perpétrés quelques jours plus tard, mais selon l’accusation, l’homme savait « qu’en raison de la quantité et de la nature des armes et des explosifs (…) qu’une attaque terroriste serait commise ».

 

Les attentats du 13 novembre 2015, revendiqués par l’organisation Etat islamique, ont été perpétrés par plusieurs commandos dans la salle de concerts du Bataclan, à la terrasse de plusieurs cafés de la capitale et près du Stade de France. Ils ont fait 130 morts et plus de 350 blessés.

Ouest France

Les Etats-Unis accordent une aide militaire de plus de 3 milliards à Netanyahu

Israël et les Etats-Unis se sont accordés sur deux points de friction des interminables négociations pour une aide militaire américaine de 10 ans. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déployé un responsable militaire important à Washington pour finaliser l’accord, qui devrait bientôt être signé.

000_Was8380197-e1393875587817-635x357.jpg

Le nouvel accord d’aide devrait prendre effet en 2018, à l’expiration de l’accord actuel.

Israël ne demandera pas de financement supplémentaire pour les 10 ans en entier, et dans les cinq dernières années, augmentera au fur et à mesure le montant dépensé sur le marché américain tous les ans, jusqu’à ce que le montant total de l’aide soit investi sur le marché intérieur des Etats-Unis.

Israël a déjà indiqué qu’il ne demanderait pas de financement supplémentaire pour 2017, qui fait partie des termes du dernier accord sur 10 ans. L’aide militaire pour 2017 est actuellement fixée à 3,1 milliards de dollars.

L’offre américaine qui est actuellement sut la table, décrite en juillet aux membres du Congrès dans une lettre de Susan Rice, conseillère à la sécurité nationale, comprend une promesse d’augmenter substantiellement l’aide, d’une valeur de 30 milliards de dollars, et de signer un nouvel accord qui constituerait « la plus grande promesse d’aide militaire à un pays dans l’histoire américaine ». 

La lettre a été envoyée en réponse à une missive signée en avril par 83 des 100 sénateurs appelant Obama à augmenter l’aide étrangère à Israël et à signer le nouvel accord. 

Dans le cadre de l’accord existant, Israël peut dépenser environ 25 % de l’aide qu’il reçoit en dehors des Etats-Unis, et 13 % supplémentaires en carburant pour ses avions ; des permissions qu’aucun autre récipiendaire de l’aide américaine ne reçoit.

Cet accord a débuté dans les années 1980, pour construire l’industrie militaire israélienne, qui a prospéré, aidait Israël à entrer dans le top 10 mondial des exportateurs d’armement, et un concurrent des Etats-Unis.

The Time Of Israel

Bruno Wosinski (ex-FN) se défend d’appeler les citoyens à prendre les armes

1814915212_B979309455Z.1_20160727192937_000_GNO7A56GT.1-0.jpg

Le contenu du message, posté mardi sur le réseau social Twitter, est aussi laconique qu’il fait froid dans le dos : « Nous avons le devoir de défendre nos enfants, notre famille, notre Pays… Comment s’armer ? » À l’écran, la question de l’élu s’accompagne de l’image d’un fusil à pompe qui, une fois cliquée, fait basculer l’internaute vers le site internet de l’Association pour le rétablissement du port d’arme citoyen (ARPAC). Un article y détaille alors par le menu la manière de se procurer des armes en toute légalité…

« Le droit et le devoir de défendre sa famille »

Alors quoi ? On prend les armes et on tire dans le tas, lui demande-t-on au téléphone. Mais sur qui ? Et en vertu de quoi ? Un brin gêné aux entournures, l’ancien secrétaire démissionnaire FN de la 16e circonscription plaide la précipitation. « Je n’ai jamais dit qu’il fallait que la population sorte armée, lâche Bruno Wosinski, entre deux saillies contre « la justice laxiste », et « ces racailles » qui lui donnent des haut-le-cœur.

Le conseiller municipal se défend d’avoir dérapé. « Je prône juste le droit et le devoir de défendre sa famille au sein de son foyer. Moi, je vous garantis que si quelqu’un se pointe chez moi sous prétexte que son dieu le lui a dit, il sortira les pieds devant.»

Quelques heures plus tard, le message initial paru sur Twitter et Facebook – où deux internautes saluaient un appel à « l’autodéfense », ou la qualité de la mise en page, quand un autre comptait s’inscrire à un club de tir –, était modifié.

La Voix Du Nord

L’identitaire Claude Hermant a bien vendu des armes à Amédy Coulibaly

Nouvelles révélations sur les attentats de janvier 2015. Selon les informations de BFMTV, les enquêteurs connaissent désormais l’origine des armes utilisées par Amédy Coulibaly, lorsqu’il a semé la mort dans l’Hyper Cacher. Une partie de son arsenal provient de Lille, d’un ancien indicateur des gendarmes.

claude-hermant-amedy-coulibaly-arme-indic-attentat-gendarme-belgique-trafic.jpg

Des américains s’entrainent à tirer avec des balles au sang de porc pour «envoyer les musulmans en enfer»

Un groupe d’hommes blancs au Texas s’entraîne à tirer sur des musulmans «en cas d’insurrection», en plongeant leurs balles dans du sang de porc ou de la graisse de bacon pour que les victimes «aillent droit en enfer».

«L’étape suivante du djihad, ce n’est pas des attaques à l’aveugle et sporadiques. Ils ont commencé à tuer des gens. Ils ont commencé à massacrer les gens à grande échelle», a indiqué le porte-parole du soi-disant Bureau des relations islamo-américaines (BAIR) David Wright.

Le responsable de ce groupe qui craint que des milliers de réfugiés musulmans mènent un «soulèvement», a précisé qu’il n’allait pas «attendre d’arriver à ce point-là». «Je vais commencer à faire quelques chose à ce sujet dès maintenant

«Plusieurs d’entre nous ici utilisent soit du sang de porc, soit de la graisse de bacon sur nos balles, au milieu, pour que les musulmans aillent droit en enfer lorsqu’on les atteint. C’est ce qu’ils croient dans leur religion», a confié David Wright.

Les membres du BAIR ont récemment organisé des manifestations armées à l’extérieur de mosquées afin de «mettre un terme à l’islamisation américaine».

Ce genre de crainte et de méfiance existe depuis longtemps aux Etats-Unis mais ont été encore exacerbées par la rhétorique raciste de la campagne électorale de 2016 en grande partie par les propos du candidat républicain Donald Trump contre les musulmans.

RT

Grégory, membre du gang « Hell’s Angels », rejugé pour un trafic d’armes avec des jeunes de cités

Grégory Zmora, membre du gang Hell’s Angels, rejugé pour un trafic d'armes avec des jeunes de cités

Rejugé en appel dans le cadre d’un présumé trafic d’armes entre Hell’s Angels et délinquants de cités, le principal prévenu clame son innocence. Délibéré le 9 juin.

Le 30 juin 2015, le tribunal correctionnel de Reims condamne trois délinquants de Croix-Rouge et trois Hell’s Angels impliqués dans la vente d’un pistolet-mitrailleur.Accusé d’être le fournisseur, Grégory Zmora écope de la plus lourde peine – trois ans ferme – alors qu’il assure « que l’arme de guerre a été vendue à son insu par un tatoueur de son salon ».

«Je suis un ancien mercenaire, un ancien garde du corps. J’ai été chez les Hell’s Angels. Avec mon passé, c’est plus facile de m’accuser moi.», poursuit-il. Devant la cour, il a martelé son innocence.

L’Union

Antoine Denevi, un Français soupçonné d’avoir armé Coulibaly arrêté en Espagne

L’Espagne annonce avoir interpellé mardi un Français soupçonné d’avoir fourni des armes pour les attentats de janvier 2015 à Paris.

La-France-commemore-la-prise-d-otages-sanglante-de-l-Hyper-Cacher.jpg

La police espagnole a interpellé mardi à Malaga (Sud) un homme de 27 ans, mis en examen mercredi pour trafic d’armes, soupçonné d’avoir fourni les armes dont s’est servi Amedy Coulibaly, l’auteur de l’attaque contre l’Hyper Cacher, porte de Vincennes, à Paris, le 9 janvier 2015, a-t-elle annoncé.

L’homme, Antoine Denevi, âgé de 27 ans et originaire du Pas-de-Calais (nord de la France), était recherché par la France. Lors de son audition mercredi par un juge à Madrid, il a nié avoir vendu ces armes et a accepté sa remise à la France, selon des sources judiciaires.

L’attaque avait fait cinq morts. Selon les informations publiées par le quotidien espagnol El Mundo , il aurait été arrêté à Rincon, en Andalousie, où il résidait à la suite d’une opération menée avec la police judiciaire française.

Le Point

Actions anti-islam: deux identitaires armés d’extrême droite arrêtés à Molenbeek

Une trentaine de personnes ont mené de courtes actions à Dilbeek, Molenbeek-Saint-Jean et Bruxelles samedi matin.

Capture d’écran 2016-04-02 à 17.25.46.png

Selon la RTBF, la police aurait interpellé deux militants d’extrême droite qui se trouvaient dans une voiture à proximité de la place communale. Les deux individus étaient en possession d’armes prohibées et de cocktails molotov.

Les manifestants anti-islam se sont rassemblées au centre culturel Westrand, dans la commune brabançonne de Dilbeek. Ils se sont ensuite rendus à Molenbeek, où ils ont brandi une banderole et ont scandé des slogans. Après un quart d’heure, le groupe s’est dirigé vers l’Atomium.

Cette action survient alors que la manifestation annoncée par le groupuscule d’extrême droite Génération Identitaire ce samedi à Molenbeek a été annulée. Le cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a en effet annoncé qu’un « arrêté d’interdiction de manifestation sur le territoire régional a été officiellement pris ce vendredi ».

7 sur 7

Nicolas se dispute avec sa femme et tire 10 coups de feu sur un passant

70622fec4770228746ca9067bd03bb2e

Les coups de feu ont bien été tirés. L’audience s’est davantage attardée sur les conditions dans lesquels se sont produites ces violences. Que sur les violences proprement dites. Hier, le tribunal correctionnel d’Ajaccio présidé par Marie-Josèphe Muracciole a tranché en condamnant Nicolas Pietri, 33 ans, à quatre ans de prison ferme pour des violences avec arme, commises le 2 mai 2015 en plein centre de Porto-Vecchio. L’homme a été maintenu en détention.

La justice lui reprochait aussi des dégradations et une détention de stupéfiants. Le soir du 2 mai 2015, Nicolas Pietri, arme en main tire dix coups de feu au coeur de Porto-Vecchio.

Un homme, partie civile dans ce dossier, dit être la cible sans trop comprendre pourquoi. Il était sans doute au mauvais endroit au mauvais moment d’après ses déclarations. « Je passais dans la rue tout simplement. À ce moment-là, cet homme se disputait avec sa compagne. Il s’en est pris à moi« , avait déclaré la victime au moment de ses dépositions. Absent de l’audience, il était représenté par son conseil, Me Aljia Codaccioni-Fazai.

Corse Matin

Arcadi Gaydamak condamné a 3 ans de prison libéré après seulement 3 mois de détention

360_mayor_jerusalem_1110

L’homme d’affaires franco-israélien Arcadi Gaydamak, qui s’était constitué prisonnier en novembre pour purger sa peine dans une affaire remontant aux années 1990 de ventes d’armes à l’Angola, a obtenu sa remise en liberté sous bracelet électronique.

L’homme d’affaires, décoré de l’ordre du Mérite en 1996, résidait en Israël. Il avait été condamné en son absence en appel en 2011 en France à trois ans de prison ferme et 375.000 euros d’amende pour fraude fiscale dans le cadre de l’«Angolagate».

L’affaire de vente d’armes vers l’Angola dans les années 90 avait fait scandale en France, du fait notamment de la mise en cause d’un ancien ministre de l’Intérieur de droite, Charles Pasqua. Ce dernier, décédé en juin 2015, avait été relaxé lors du procès en appel, après avoir été condamné à un an de prison ferme en première instance.

Le Parisien

Nicolas condamné à du sursis pour détention illégale d’armes

Dans le contexte post-attentats actuel, les amateurs d’armes à feu sont dans le viseur de la justice. Ce mardi, Nicolas, 36 ans, un habitant de Longueil-Annel, a ainsi été condamné par le tribunal correctionnel de Compiègne à 2 mois de prison avec sursis et 900 € d’amendes pour détention illégale d’armes.

5490689_b69ce21e-c45a-11e5-a797-00151780182c-1_545x460_autocrop

Des armes découvertes au mois d’octobre 2015, au cours d’une perquisition diligentée par les douanes à son domicile. Pas un arsenal de guerre, certes : deux pistolets automatiques, un fusil d’assaut et des chargeurs, achetés sur Internet, pour un montant total de 1 300 €.

À la barre, Nicolas, un peu penaud, tente de s’expliquer. « C’était simplement pour le plaisir de collectionner. Les armes étaient neutralisées et il s’agissait de balles à blanc. » L’expertise démontrera pourtant que les pistolets automatiques, modifiés en Slovaquie, pouvaient être chargés de vraies balles. Le fusil d’assaut, lui, pouvait être facilement réactivé.

Le Parisien

Avec l’état d’urgence, Guy et son fils collectionneurs d’armes finissent au tribunal

10513

Guy, le papa, et son fils Anthony étaient tout surpris, mardi 5 janvier, de se retrouver au tribunal correctionnel. Jamais cette famille paisible n’avait fait parler d’elle jusqu’à ce matin du 5 décembre 2015. À ce moment, la France se trouvait en état d’urgence après les attentats de Paris. 

Collectionneurs d’armes de la Première et la Seconde Guerre mondiale – une passion transmise par le grand-père –, Guy et Anthony se rendaient régulièrement sur différentes bourses aux armes pour en acquérir, parfois démilitarisées, parfois non. Voilà tout le problème !

Vers 7 heures le 5 décembre 2015, une trentaine de gendarmes investissent la demeure familiale pour une perquisition, découvrant un véritable arsenal, des fusils dont un Lebel, un pistolet-mitrailleur britannique Sten, des pistolets dont un Mauser, des baïonnettes et quelques munitions…

Le tribunal a interdit les condamnés de détenir une arme pendant cinq ans, et a demandé la destruction de tous les scellés. Ils devront aussi s’acquitter d’une amende de 1 000 euros.

Aisne Nouvelle

Belgique : Un arsenal découvert chez Bart leader des motards des Black Pistons

Vendredi matin, dans la rue Bastiaens située à Tongres, les forces de l’ordre ont pénétré au domicile de Bart M., âgé de 39 ans. Elles ont appréhendé l’homme avec l’aide des unités spéciales de la police fédérale. 

1962393881_B975679394Z.1_20150531130202_000_GOS4JETPT.1-0

En liquidation judiciaire, Luc se rend au tribunal avec deux chargeurs de pistolet

a02c7ca9440dd88bff135313d7fd38b9287d945e

L’homme d’une cinquantaine d’années, qui avait été placé en détention provisoire la semaine dernière après être entré dans le palais de justice de Bastia, avec dans ses poches deux chargeurs de pistolet dont un approvisionné de quelques munitions de 9 mm, a été jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel.

Le pistolet, une arme de gros calibre, correspondant aux chargeurs avait été trouvé à son domicile lors de sa perquisition par les policiers de la sécurité publique de Bastia. Deux autres armes et de nombreuses munitions avaient été découvertes. Toutes étaient détenues illégalement.

Luc Grostefan, 58 ans, a été condamné à un an dont six mois d’emprisonnement ferme et a été maintenu en détention. Le tribunal correctionnel de Bastia a également ordonné la confiscation des armes et munitions saisies par la police et une interdiction de détenir des armes pendant cinq ans.

Le 9 décembre, cet exploitant agricole dont la structure est en liquidation judiciaire, était entré dans le palais de justice de Bastia, afin de se rendre au tribunal de commerce, mais avait rebroussé chemin lorsqu’il s’était trouvé, dans le hall, face au portique détecteur de métaux. Puis, il avait été vu par des fonctionnaires du ministère de la Justice en train de déposer des objets, en l’occurrence les deux chargeurs, sous des feuilles d’arbre devant le bâtiment.

Corse Matin

L’identitaire Claude Hermant et son épouse placés en garde à vue dans l’enquête sur l’attentat de l’hyper cacher

Claude Hermant Amedy Coulibaly arme indic attentat gendarme belgique trafic

Deux personnes, dont un homme déjà incarcéré pour trafic d’armes en bande organisée, ont été placées en garde à vue ce mardi, selon une information de BFMTV confirmée par l’AFP.

Il s’agit de Claude Hermant, proche des milieux d’extrême droite du nord de la France, et de sa compagne, a précisé le parquet de Lille. Les enquêteurs les interrogent car des armes retrouvées dans l’arsenal d’Amédy Coulibaly, le tueur de l’Hyper Cacher, avaient transité par une société gérée par la compagne d’Hermant, a expliqué une source proche de l’enquête.

Claude Hermant appartient au Bloc identitaire, un groupuscule nationaliste révolutionnaire. Proche des milieux néonazis, ancien mercenaire et ex-membre du service de sécurité du Front national.

Ancien para, boxeur, c’était aussi un proche de Serge Ayoub, membre du mouvement d’extrême droite radical dissout Troisième Voie.

L’Express