Un projet de clause de conscience pour les pharmaciens réjouit les anti-IVG

pharmaciens_clause_de_conscience

L’Ordre des pharmaciens a soumis à ses adhérents un projet de clause de conscience qui stipule que «le pharmacien peut refuser d’effectuer un acte pharmaceutique susceptible d’attenter à la vie humaine».

Et si demain les pharmaciens pouvaient refuser de délivrer des moyens de contraception ou la pilule du lendemain à leurs usagers? C’est ce que craignent certains d’entre eux, après la divulgation sur les réseaux sociaux d’un projet de refonte de leur code de déontologie.

L’Ordre des pharmaciens avait invité la profession à un vote en ligne sur l’ensemble du projet de nouveau code de déontologie. Une version presque finalisée du nouveau code de déontologie est aujourd’hui prête, mais l’un des articles pose problème: la façon floue dont il a été rédigé pourrait autoriser les pharmaciens à refuser de délivrer des contraceptifs, expliquent les détracteurs.

Voici l’article:

«Sans préjudice du droit des patients à l’accès ou à la continuité des soins, le pharmacien peut refuser d’effectuer un acte pharmaceutique susceptible d’attenter à la vie humaine.

Il doit alors informer le patient et tout mettre en œuvre pour s’assurer que celui-ci sera pris en charge sans délai par un autre pharmacien. Si tel n’est pas le cas, le pharmacien est tenu d’accomplir l’acte pharmaceutique.»

Cet article suscite tant de critiques qu’il a été soumis à un nouveau vote, ouvert jusqu’au 31 août.

Slate

La présence d’un médecin fait baisser le score du FN dans les petites villes

Chatillon-mis-en-examen-le-FN-n-a-rien-a-se-reprocher

Avoir un médecin (ou un pharmacien) dans son village a des vertus insoupçonnées, si l’on en croit l’institut de sondage IFOP. Aux élections européennes de 2014, le score du Front national (FN) était moins élevé en moyenne de 1,6 point dans les villes de moins de 1 000 habitants disposant d’un omnipraticien (1,9 point pour un pharmacien) que dans celles qui n’en disposent pas.

C’est la présence d’un bureau de poste qui fait le plus baisser le score du FN (- 3,4 points), suivie par une épicerie (- 2,5 points), une banque (- 2,3 points) ou un café-restaurant (- 2,1 points).

L’absence totale de services fait monter le score du FN à 31,8 % en moyenne dans ces petites communes. En revanche, quand elles disposent de huit ou plus de ces services, le score du parti de Marine Le Pen y retombe en moyenne à 25,6 %

Le Quotidien du Médecin

Jacques Masset, un gourou qui prescrivait des orgies a ses patients condamné

5385413_gourou_545x460_autocrop

Parce qu’il prescrivait notamment des rapports sexuels multiples à ses patients, Jacques Masset70 ans, a été condamné à cinq ans ans de prison dont quatre ferme par le tribunal correctionnel d’Albertville (Savoie) pour abus de faiblesse.

Le tribunal lui a également interdit d’exercer toute profession en relation avec l’infraction pendant cinq ans et a prononcé la fermeture d’un de ses établissements pendant cinq ans. Le parquet avait requis quatre ans et demi de prison ferme et l’interdiction définitive d’exercer la profession de psychothérapeute.

«Il m’a demandé d’avoir chaque semaine des relations sexuelles violentes avec plusieurs personnes à la fois qui étaient aussi ses patients. Si je ne le faisais pas, il m’a assuré que je ne serai jamais une bonne mère et que je risquais de développer un cancer du col de l’utérus», a expliqué une de ses patientes à la barre

«En interprétant un de mes rêves, il m’a sorti que j’avais été abusée à 12 ans et que c’était moi le monstre, alors j’ai perdu pied et je suis tombée sous son emprise», avait-elle ajouté, affirmant avoir déboursé 20 000 euros pour son analyse. Une autre patiente avait déclaré avoir été incitée à se prostituer.

Le Parisien

Pierre Pallardy, ostéopathe jugé pour 19 viols agressions sexuelles sur ses patientes

Pierre Pallardy viol

Le procès en appel de l’ex-ostéopathe du « tout-Paris » Pierre Pallardy s’est ouvert mardi devant les assises de Seine-Saint-Denis pour des viols et agressions sexuelles sur d’anciennes patientes.

Il avait formé dans les années 1980-90 avec sa femme Florence le « couple idéal de la santé », comme les avait baptisés à sa Une l’hebdomadaire féminin Elle. Il avait également publié des best-sellers sur le « bien-être » traduits en plusieurs langues et couru les plateaux de télévision.

Jugé en octobre 2013 devant la cour d’assises de Paris pour 19 cas différents, dont sept viols, M. Pallardy avait été reconnu coupable de cinq viols et sept agressions sexuelles et condamné à dix ans de réclusion criminelle. Il avait fait appel.

En février 2014, le praticien avait été remis en liberté, après avoir payé la somme de 150.000 euros de cautionnement, équivalente au montant des dommages et intérêts qu’il avait été condamné à verser aux parties civiles.

Var Matin

Daniel Féret, le sulfureux médecin d’extrême droite

Daniel Feret, le sulfureux médecin d’extrême droite fnCe docteur pas comme les autres s’appelle Daniel Féret, 71 ans. Diplômé à 22 ans après avoir effectué deux années en une, il devient médecin esthétique en 1972. Il est l’un des premiers dans ce domaine. « Comme je n’aimais pas l’école, j’allais vite« , commente-t-il, amusé.

Quelques années plus tard, ses convictions extrêmes le poussent à fonder le Front National belge. C’est en 1985. Mais rapidement, les ennuis commencent. En 1987, il est condamné à un an de prison avec sursis et à une suspension de ses droits civils et politiques pour cinq ans. Objet du délit : il aurait délivré un certificat médical de complaisance à la complice de l’auteur d’un hold-up.

Daniel Féret divise et ses propos sont sans ambiguïté. En novembre 2006, il est condamné à 10 ans d’inéligibilité et à 250 heures de travaux d’intérêt général pour diffusion de tracts incitant à la haine. Selon La Libre Belgique, l’un des tracts montrait des Africains caricaturés comme des sauvages dans un décor de brousse. Un autre, publié après les attentats du 11 septembre, assimilait l’ensemble des musulmans à des terroristes. « C’est un délit d’opinion« , avance-t-il avec aplomb.

Quelques années plus tard, il lancera comme une bombe dans le journal Dernière Heure : « Il fallait me dénigrer pour m’écarter du FN dont on voulait faire un parti nazi. Et pour m’écarter, m’accuser. Et la justice est tombée dans le panneau« . Une vision complotiste qu’il ressort à chaque nouvelle condamnation. En 2008, il est évincé du parti qu’il a créé.

Enfin, il y a tout juste un an, il écope de 38 500€ d’amende pour faux, usage de faux et abus de biens sociaux, au préjudice de son propre parti. Le jugement est actuellement en appel. Féret et sa compagne s’étaient offerts une villa au Cap d’Agde grâce à un prêt octroyé au nom du FN.

Objectif Gard