La maire qui attaque Assa Traoré en justice, partage un post qui appelle les « citoyens de souche à s’armer »

Très critiquée pour son silence après la mort d’Adama Traoré, décédé lors de son interpellation en juillet dernier, la maire de Beaumont-sur-Oise a décidé d’attaquer la famille en justice.

Capture d’écran 2016-11-17 à 16.27.30.png

L’édile UDI de la ville, Nathalie Groux, souhaite déposer une plainte pour diffamation contre Assa Traoré après des propos tenus dans l’émission de Canal+ Le Gros Journal diffusée le 28 septembre.

«Elle se met du côté des gendarmes»

Dans ce programme animé par Mouloud Achour, Assa Traoré regrette l’absence de soutien de la part des autorités et notamment du gouvernement et accuse la maire de la ville d’avoir pris le parti des gendarmes:

«Nous sommes des habitants de Beaumont depuis presque 30 ans, mais nous avons été traités comme des inconnus (…) Nous n’avons toujours pas eu de condoléances, nous avons des bâtons dans les roues depuis le début, dès qu’on veut mettre quelque chose en place. Donc la maire a choisi son camp et de quel côté elle se met, du côté des gendarmes. Ce qui veut dire du côté de la violence policière.»

Aucune condoléances de la part de la maire

Depuis le décès d’Adama Traoré, l’édile a été critiquée par une partie de ses administrés qui lui reprochent de ne pas s’être exprimée sur la mort de cet habitant, ni d’avoir participé aux différentes marches de soutien. Après un appel au calme lancé suite à plusieurs échauffourées dans la ville, elle avait systématiquement refusé de répondre à la presse. Son compte Facebook, contenant des publications controversées repérées par la militante Sihame Assbague, a par ailleurs été désactivé ce jeudi.

Buzzfeed

Le maire de Cannes interdit le port du burkini sur les plages

 


Le maire de Cannes a pris un arrêté interdisant le port « d’une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse alors que le France et les lieux de culte religieux sont actuellement la cible d’actes terroristes ».

image-quay-31834952-e1470928339802

David Lisnard

Le 28 juillet dernier, avant même que la polémique relative à la « journée burkini » (organisée dans un parc aquatique des Bouches du Rhône) n’enfle sur le web, le maire de Cannes a pris un arrêté interdisant le port « d’une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse alors que le France et les lieux de culte religieux sont actuellement la cible d’actes terroristes ».

Dans son article 1, l’arrêté précise: « l’accès aux plages et à la baignade sur la commune de Cannes sont interdits (…) jusqu’au 31 août, à toute personne n’ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité respectant les règles d’hygiène et de sécurité des baignades. »

Joint par téléphone, David Lisnard, maire de Cannes, répond: « Je n’ai ni le temps, ni l’envie de polémiquer. J’ai pris cet arrêté parmi tant d’autres pour assurer la sécurité de ma ville dans un contexte d’état d’urgence. »

Un arrêté qui n’a pas tardé à faire réagir la twittosphère. Notamment Feiza Ben Mohamed (@FeizaK), porte-parole de la Fédération des musulmans du Sud, qui a d’abord crû à un fake (un faux), puis qui a appelé dans un second temps toutes les femmes à se rendre à la plage vêtues du hijab ou d’une kippa.

Des tweets qui ne font en aucun cas sciller l’édile cannois: « On n’interdit pas le voile, ni la kippa, ni les croix, j’interdis simplement un uniforme qui est le symbole de l’extrêmisme islamiste. Il faut arrêter de vouloir caricaturer cet arrêté. Nous vivons dans un espace public commun, il y a des règles à respecter. »

Nice Matin

Poursuivi pour harcèlement et agression sexuelle, l’ancien maire n’a toujours pas été jugé

1013752796_B978161591Z.1_20160319143926_000_GM26E609R.1-0

Il est en effet reproché, entre février 2011 et février 2014, à l’ancien édile des faits de harcèlement moral sur six personnes ainsi qu’une agression sexuelle caractérisée par « une main aux fesses », ce que semble contesté Roland Revel. 

Il est actuellement hospitalisé

Présentée le 22 octobre dernier, l’affaire avait déjà été renvoyée, ce qui a pu causer au niveau du parquet, un peu de frustration et d’impatience, mais pas d’opposition non plus à la demande, étant donné l’état de santé du prévenu.

Le tribunal a donc renvoyé le dossier au 7 juillet, à 13h30.

La Voix du Nord

Saint-Pons : le maire accusé de vol dans un magasin de bricolage

michel-nicolao-maire-de-saint-pons-et-vice-president-de-la-ccvu-est-accuse-de-vol-dans-un-magasin-de-bricolage-de-sa-commune-1456899826.jpg

Voilà une quinzaine de jours que la rumeur grossit dans la vallée de l’Ubaye : Michel Nicolao, maire de Saint-Pons et vice-président de la communauté de communes de la vallée de l’Ubaye (CCVU), est accusé de vol chez Mr Bricolage, un magasin de sa commune. Suspicions et accusations s’enchaînent dans la vallée.

Plus d’un mois après les faits, l’élu s’explique : « J’ai fait une erreur, une faute. Il y a environ un mois de cela, je m’y suis rendu pour faire des achats, notamment des lames de scie vibrante. J’en ai vu dans la boîte d’un outil en exposition et les ai prises. Ne me demandez pas pourquoi, je ne le sais pas. Je me suis rendu au magasin pour présenter mes excuses, mes regrets au directeur et aux membres du personnel présents. »

Le Dauphine