Belgique : Kris décapite sa petite amie

media_xll_9186708

Kris V.M. sera fixé sur son sort le 29 et 30 novembre prochain.

Les faits remontent à janvier 2014. Kris V.M. a décapité sa petite amie dans sa maison située à Vurste (près de Gavere, Flandre-Orientale). Au cours de ses premières déclarations, il a justifié son acte en répétant avoir tué un « vampire », peut-on lire dans HLN.

En juin dernier, la Chambre a décidé de ne pas porter cette affaire devant la cour d’assises, mais plutôt de la traiter au tribunal correctionnel. L’affaire sera donc jugée à Gand le 29 et 30 novembre.

Est-il vraiment sain d’esprit?
Les avocats de Kris V.M. ont déjà annoncé qu’ils demanderaient l’internement de leur client. Plusieurs psychologues et psychiatres ont jugé que l’individu de 39 ans était sain d’esprit. Mais la défense exige d’entendre les avis des psychologues, des psychiatres et d’autres experts privés au tribunal.

Le 29 et 30 novembre prochain, dix experts médicaux discuteront de l’état de santé mental de l’accusé, comme c’est généralement le cas en cour d’assises. Le procureur aurait également souhaité entendre l’avis des policiers présents sur les lieux du crime mais le tribunal a estimé que ce n’était pas nécessaire pour faire la lumière dans cette sombre affaire.

7sur7

Fabrice décapite le pigeon de sa fille et tire sur son fils

« Ils ne sont pas sociables envers moi. Ils ne me traitent pas« . Ainsi parle Fabrice Cartoux, père de famille à propos de ses enfants. Tout de jean vêtu, ce quadra aux allures d’adolescent a expliqué au tribunal correctionnel d’Avignon comment il en était venu à décapiter le pigeon de sa fille et à tirer sur ses enfants avec un pistolet à billes… 

201602101374-full

En avril dernier, cours Carnot, à Cavaillon, deux jeunes femmes ont pris peur en voyant courir vers elles une ado en pleurs. Dans ses mains, la jeune fille tient un pigeon qu’elle a recueilli quelques jours plus tôt et que son père vient de décapiter.

Un après-midi, ses enfants, des adolescents, ne l’écoutaient pas, alors Fabrice, habitué à faire du airsoft, qui n’avait pas envie de leur « courir après » (Sic) a sorti son pistolet à billes et tiré dans leur direction. « Le petit a failli en prendre dans l’œil« , relate la présidente. « J’ai visé un peu trop haut« , minimise ce papa, inconscient.
Six mois de prison ferme ont été requis. Le tribunal l’a finalement condamné à six mois de prison dont quatre avec sursis. Sa peine de deux mois de prison ferme sera aménagée.

La Provence

Courbevoie : Jean-Claude décapite et éviscère sa mère en scandant « Dieu, Dieu »

L’individu âgé de 25 ans soupçonné d’avoir décapité et éviscéré sa mère lundi soir à Courbevoie (Hauts-de-Seine) a été hospitalisé d’office. Il n’a pu être entendu par les enquêteurs. 

Courbevoie-un-jeune-arrete-la-tete-decapitee-de-sa-mere-entre-les-mains.jpg

Les voisins qui le connaissaient parlent de quelqu’un de « gentil » et de « poli ». Deux jours après les faits, ils sont toujours sous le choc et dans l’incompréhension la plus totale.

Lundi soir, vers 21h30, Jean-Claude D. , 25 ans, a été interpellé par la police, au 8e étage d’un immeuble de la place Charras à Courbevoie (Hauts-de-Seine). Dans l’une de ses mains, un couteau, dans l’autre, la tête de sa mère. Le corps de la victime, éviscérée, sera retrouvé quelques secondes plus tard dans l’appartement où ils vivaient tous les deux.

« Le suspect, maîtrisé grâce l’utilisation d’un pistolet à impulsion électrique, a été conduit dans un premier temps à l’hôpital Louis Mourier de Colombes. Une décision de garde à vue a été prise, mais très vite, nous avons réalisé qu’il ne pourrait pas répondre à nos nombreuses questions » indique une source proche du dossier à LCI.  « Monsieur Jean-Claude D. a été hospitalisé d’office mardi, indique pour sa part le Parquet de Nanterre. Vu son état, il n’a pu être entendu et il ne le sera a priori pas de sitôt.

« Impossible de l’interroger »

Jean-Claude D. était connu pour deux affaires de violences volontaires en 2014 et 2016. « Rien à voir avec les faits qui lui sont reprochés aujourd’hui, précise le parquetà notre rédaction. Les ITT étaient alors inférieures à huit jours ».

Aucune mention de main courante concernant cette famille n’apparaissait au commissariat local. « Des analyses toxicologiques sont en cours. Les résultats seront connus dans les prochains jours et permettront de voir si Jean-Claude D. avait ingéré ou non de l’alcool ou de la drogue », ajoute le parquet.

LCI


l’homme scandait « Dieu, Dieu »

C’est un voisin, alerté par des hurlements, qui a composé le 17. Au téléphone, il indique à son interlocuteur avoir entendu des cris de femmes qui ont subitement cessé.

En arrivant vers 21h30 devant la porte de cet appartement situé au huitième et dernier étage d’un immeuble de la place Charras à Courbevoie (Hauts-de-Seine), les policiers entendent alors un homme en train de scander « Dieu, Dieu ». Dans un premier temps, il refuse de leur ouvrir la porte avant de finalement obtempérer, explique une source policière à LCI.

LCI

Texas : Davie décapite sa femme et met sa tête au réfrigérateur

A l’arrivée de la police, Davie Dauzat (23 ans) s’était retranché dans la maison avec ses deux enfants. Un négociateur a été envoyé auprès de lui et il a finalement accepté de sortir de son plein grès. Lors de sa reddition, le père de famille était couvert de sang. Les policiers ont fait une découverte macabre à l’intérieur.

davey dauzat_1472166784324_5836863_ver1.0_640_360

Après la visite de la police, il décapite sa femme et met sa tête au réfrigérateur

Ils ont trouvé le cadavre décapité de Natasha, l’épouse de Davie depuis août 2014. La tête de la victime reposait dans le réfrigérateur. Une autopsie a été ordonnée pour déterminer les causes de la mort.

En fait, c’était la seconde visite de la police au domicile du couple à Bellmead (Texas). Quelques heures plus tôt, les agents s’étaient rendus sur place pour vérifier la situation après avoir reçu un signalement

Breitbart

Il décapite l’homme qu’il soupçonnait d’avoir violé sa copine

Un Américain de 35 ans est accusé d’avoir éliminé de manière particulièrement brutale un homme qu’il soupçonnait d’avoir violé sa petite amie. Il a été inculpé mercredi.

decapitation-slaying-minnesota.jpg

Joseph Thoresen, un Américain originaire de Grand Rapids (Minnesota), a été inculpé de meurtre au second degré, mercredi. L’homme est accusé d’avoir frappé, poignardé puis décapité David Haiman, un jeune homme de 20 ans qu’il soupçonnait d’avoir violé sa petite amie, rapporte USA Today.

C’est le 24 juin que les autorités mettent le doigt sur cette sombre affaire, qui commence par une course-poursuite impliquant la police et un individu qui conduisait trop vite. L’automobiliste finit par perdre le contrôle de son véhicule et se retrouve dans un fossé. Il s’enfuit à travers les bois avant d’être arrêté dans une maison des environs.

Le passager de la voiture est également interpellé et identifié comme étant Joseph Thoresen, 35 ans. Interrogé, le conducteur du véhicule explique aux autorités que Thoresen lui a confié avoir tué le propriétaire de la voiture quelques jours plus tôt. Le trentenaire lui a raconté avoir frappé sa victime avec une batte de baseball avant de la poignarder à hauteur des poumons.

Thoresen a également expliqué à son acolyte qu’il a coupé la tête du jeune homme, qu’il l’a placée dans un sac avant de la jeter dans les bois, tout comme le corps du défunt. Les enquêteurs déterminent alors que le téléphone portable de la victime ne montre aucun signe d’activité depuis le 21 juin.

Une vengeance qui tourne mal

Convoquée, la petite amie de Joseph Thoresen donne sa version des faits. Elle affirme à la police que David Haiman, la victime, l’a violée. Le 21 juin, le jeune homme s’est rendu dans l’appartement qu’elle partage avec son compagnon et la demoiselle a voulu se venger. Elle assure que l’individu a accepté d’être attaché pour qu’elle puisse le frapper à sa guise. La jeune femme se défoule, lui brise le nez et lui donne des coups de pieds dans les parties intimes avant de le détacher. Mais Thoresen arrive et prend le relais. Il se met à frapper Haiman et lui explique qu’il n’aurait pas dû violer sa copine.

Toujours selon la jeune femme, les trois montent dans la voiture de David Haiman. Ils roulent jusqu’à Deer River et consomment de la marijuana et de la méthamphétamine. Elle affirme que le jeune homme n’a cessé de les traiter de «tas de m****» et elle de «sal***». Prétextant un problème avec la voiture, Thoresen s’arrête et ouvre le capot. Au moment où Haiman s’approche de lui, il le frappe et le poignarde. La jeune femme assure qu’elle a essayé de raisonner son compagnon mais qu’elle n’a pu l’empêcher de sortir un grand couteau et de décapiter sa victime.

Un viol, vraiment?

Il pense que Thoresen a pu décider de se débarrasser de lui pour une toute autre raison qu’un viol: «Cela pouvait être pour sa voiture, pour son argent, ses valeurs… n’importe quoi», estime cette source.

Mercredi, la caution de Joseph Thoresen a été fixée à 2 millions de dollars. Il risque jusqu’à 40 ans de prison.

20 Minutes