Une association de défense des animaux moleste un SDF pour lui voler son chien

Une vidéo tournée au cœur de Paris montre deux activistes d’une association de défense animale violenter un sans-abri afin de récupérer son chien. Leur président s’est déjà illustré par des propos anti-Roms, postée samedi 19 septembre sur Facebook et sur YouTube, c’est ce mercredi 23 septembre, en fin de journée, qu’elle est devenue virale.

Ces images sont siglées « Cause animale Nord », une association basée à Lille.Une pétition, lancée dans la soirée sur Change.org, a recueilli en trois heures plus de 10.000 signatures.

Contacté par metronews, Anthony Blanchard, président de l’association et présent sur la vidéo – l’homme à la casquette blanche – se justifie :

« En marge d’une manifestation pour le droit des animaux qui se tenait à Paris, samedi 19 septembre, une dame est venue nous voir (la femme blonde sur la vidéo, ndlr). Elle nous a dit qu’un Rom mendiant avait un chiot drogué avec lui.

Elle nous a dit qu’un Rom mendiant avait un chiot drogué avec lui. Ne voulant pas préciser si le vétérinaire, consulté par la suite, a bien confirmé que le chien était drogué, Anthony poursuit :

« C’est un fait que les Roms droguent leurs animaux et les vendent sur le trottoir. Certains mangent des chats. »

Reste que « Cause animale Nord » n’en est pas à sa première prise de position anti-Rom. En janvier 2013, Anthony Blanchard reproduisait sur sa page Facebook une lettre adressée au président de la République, précisant très clairement sa « honte d’être Français ».

Capture-decran-2015-09-23-a-22

Métro News

Les Roms, victimes d’un « véritable système de mise au ban » en France

expulsion-roms-reportage-2

« Bannissement »: le mot est en couverture du rapport 2015 du Collectif national Droits de l’Homme (CNDH) Romeurope, présenté lors d’une conférence de presse. Il dénonce « une politique systématique d’expulsions » sans solution de relogement, « au mépris » de ces populations.Environ 450 à 500 bidonvilles en France sont habités par des populations principalement originaires de pays de l’Est, en majorité de Roumanie, souvent désignées comme Roms.

« Dans une forme extrême d’exclusion, un véritable système de mise au ban de la société française a été construit contre les personnes migrantes, originaires d’Europe de l’Est, vivant en situation de grande précarité dans des bidonvilles, des squats ou autres lieux de survie », dénonce Romeurope.

Plus largement, le rapport pointe également « le caractère systémique du racisme » anti-Rom, dans les « propos de responsables politiques« , les médias, « les actes de certains policiers ou de simples citoyens » et « le comportement de certaines administrations« .

BFM TV