Antoine Cossu, figure du grand banditisme condamné à 5 ans de prison

ea04585fef206746310294eacda3d

Antoine Cossu, 76 ans, dit Tony l’Anguille, figure emblématique du milieu marseillais, a été condamné ce vendredi à cinq ans de prison par le tribunal correctionnel de Marseille pour association de malfaiteurs en vue de préparer l’attaque d’un fourgon de transports de fonds, en juin 2014 en Autriche.

Le tribunal n’a pas prononcé le mandat de dépôt qu’avait requis le procureur car, « en raison de votre âge, vous êtes d’ores et déjà accessible à un aménagement de peine », lui a précisé Patrick Ardid, président du tribunal.

BFM

Trafic de cocaïne : Jean-Pierre, encore un papi du banditisme mis en examen

Jean-Pierre Gandeboeuf, 73 ans, est une ancienne figure du milieu lyonnais. Il est soupçonné d’avoir aidé des trafiquants marseillais.

3241544lpw-3241557-article-cocaine-jpg_3413489_660x281

Même à 73 ans, on n’est pas forcément rangé… Un ancien membre du gang des Lyonnais a été mis en examen pour association de malfaiteurs dans le cadre du démantèlement d’un trafic de cocaïne par un juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille, a-t-on appris de source judiciaire.

Jean-Pierre Gandeboeuf a été placé sous contrôle judiciaire. Cette figure du milieu lyonnais est soupçonnée d’avoir prêté son concours à des trafiquants marseillais, dont le chef de file présumé, Michel Guigui – déjà condamné en 1998 à 14 ans de prison pour trafic de droguea été interpellé en possession d’un kilo de cocaïne, de retour des Pays-Bas.

Déjà condamné neuf fois

Un mandat de dépôt a été délivré à l’encontre de deux des quatre participants présumés de ce trafic. Le transport de la drogue se faisait à bord d’une Fiat Punto.

Jean-Pierre Gandeboeuf a déjà été condamné à neuf reprises depuis le début des années 1960. En 2006, la cour d’assises des Bouches-du-Rhône, jugeant l’affaire dite « Topaze », un vaste trafic de cannabis avec le Maroc et de cocaïne avec le Mexique, l’a condamné à 15 ans d’emprisonnement aux côtés de membres du milieu marseillais.

Le Point

Daniel chef d’un gang de braqueurs jugé aux cotés de son frère

armes-de-guerre-saisies-a-dijon_383442

Daniel Bellanger, 58 ans, présenté comme un pivot du gang de braqueurs de la « Dream Team » et actuellement jugé à Lyon, a été arrêté lundi à sa sortie du palais de justice, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

« Il a été interpellé par la section de recherches de la gendarmerie de Clermont-Ferrand à la demande d’un juge d’instruction » de cette ville « et placé en garde à vue », a déclaré cette source, qui n’a pas souhaité préciser à ce stade le motif de l’interpellation.

Selon une autre source proche de l’enquête, la garde à vue se déroule à Clermont-Ferrand. M. Bellanger comparaissait libre au procès sous contrôle judiciaire. Son avocat, Me Emmanuel Marsigny, a confirmé cette interpellation sans autre commentaire.

En fin de journée mardi, il était toujours en garde à vue, selon une source proche de l’enquête.

Lundi, une peine de 9 à 10 ans de prison avait été requise devant le tribunal correctionnel de Lyon à l’encontre de Daniel Bellanger, jugé depuis une semaine aux côtés de son frère, Dominique, et de treize autres prévenus dans une affaire de cache d’armes découverte en 2012 dans un hangar à Tramoyes (Ain).

Selon l’accusation, cet arsenal (voitures volées, armes, munitions et explosifs) devait servir à un prochain braquage de haut vol. Considéré comme le « cerveau » du gang, Daniel Bellanger ne compte toutefois qu’une seule condamnation à son casier judiciaire, en 2013 pour une affaire de stupéfiants.

Le Parisien

Fabrice et William condamnés pour braquage et tentative de meurtre

Fabrice Hornec William Noel braquage or belge bandistisme

La peine de prison de Fabrice Hornec, jugé en appel par la cour d’assises du Pas-de-Calais pour avoir braqué une voiture et volé une trentaine de kilos d’or sur l’autoroute A1 en 2011, a été alourdie mercredi, passant de 17 à 19 ans, a-t-on appris jeudi auprès du greffe.

Fabrice Hornec, 41 ans – cousin des frères Jean-Claude, Marc et Mario Hornec, considérés comme des figures du grand banditisme de la région parisienne -, avait réaffirmé son innocence lors de ce procès, tout comme l’autre accusé ayant fait appel, William Noël.

Avec deux complices qui n’ont pas fait appel, ils avaient été condamnés par la cour d’assises du Nord le 27 novembre pour avoir braqué deux convoyeurs belges qui ramenaient de Paris une mallette d’or et avoir tenté de les tuer avec leurs armes à feu. Le butin, d’une valeur de 800.000 euros, n’a jamais été retrouvé.

France 3

Emmanuel, ex-instituteur a la tête d’un trafic d’arme condamné avec 4 complices

Emmanuel Toschi trafic  arme corse mafia nationalisme instituteurLa cour d’appel de Paris a condamné, ce vendredi, à six ans de prison et 20.000 euros d’amende Emmanuel Toschi, un ex-instituteur reconverti dans l’armurerie, jugé avec quatre autres prévenus et accusé d’avoir vendu des armes de guerre au grand banditisme. et au nationalisme corse.

La cour a également condamné à une peine de sept ans de prison assortie d’une mesure de sûreté des deux tiers et 10.000 euros d’amende Jean-Marie Secrettand, 70 ans, figure du milieu de la banlieue sud de Paris, accusé d’avoir joué un rôle d’intermédiaire entre Toschi et le grand banditisme.

Une peine de cinq ans de prison dont un an avec sursis et 10.000 euros d’amende a été prononcée à l’encontre d’un autre intermédiaire présumé de Toschi, Christian Joanec, gérant d’une supérette de Haute-Corse soupçonné d’être lié au nationalisme corse. L’homme avait été interpellé en possession de dix fusils d’assaut Kalachnikov, d’un pistolet mitrailleur Scorpio et d’un pistolet automatique Walther PPK qu’il venait d’acheter à Toschi.

Enfin, la cour a condamné, Jean-Marie Cordonnier, un ami de Toschi qui avait stocké pour lui et pour son propre compte des armes chez sa belle-mère, à 30 mois dont 24 avec sursis et 15.000 euros d’amende, et Franck Busalb, chez qui les enquêteurs avaient saisi douze armes non-déclarées, à un an de prison avec sursis et 3.000 euros d’amende.

Au total, quelque 3 à 7 millions d’armes illégales circuleraient sur le territoire, selon des spécialistes de l’armement.

L’Alsace