Anti-roms, anti-réfugiés… des milices d’extrême droite sèment la terreur en Bulgarie

b

Cette fois, sur ce fond de désespérance sociale s’ajoute une terreur nouvelle : les milices anti-migrants, armées et menées par le nouveau héros bulgare Dinko  (Dinko Valev). À plusieurs, ils surveillent la frontière avec la Turquie déjà bien verrouillée par petits groupes volontaires de « bandits ».

Ils se font fort de partir à la chasse aux nouveaux arrivants. De vrais voyous, nous dit-on, des mutri qui se sont reconvertis dans un nouveau business rentable car couvert par les autorités, même si les policiers avouent que tout cela est « illégal ». Le Premier ministre du parti de droite (GERB) Boyko Borissov l’a déclaré : « J’ai rencontré les miliciens citoyens et j’ai dit “merci”. C’est notre pays. Il nous appartient. Tous ceux qui aident méritent d’être remerciés[1] ».

Si l’on en croit les politiques, les télévisions privées et la plupart des journaux bulgares, le pays est envahi. Les « terroristes », ainsi que les nomment les miliciens en les arrêtant et en les filmant[2], sont à deux doigts de déferler sur le pays… Alors ces protecteurs de la nation entament leur sombre guerre à eux. Même si, comme le rappelle un ami philosophe de Sofia, dans le cadre des « quotas » européens, ce ne sont pas plus de deux personnes qui sont arrivées dans la capitale, dont une est déjà repartie !

Lire la suite sur MediPart

Chambres à gaz, Roms: deux nouvelles condamnations pour Jean-Marie Le Pen

Jean marie le pen marine pere fille

L’ancien président du Front national (extrême droite) Jean-Marie Le Pen a été condamné mercredi par deux tribunaux français pour des déclarations sur les chambres à gaz, détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et sur la présence urticante des Roms, .

Pour avoir qualifié, il y a un an, les chambres à gaz de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale – des propos qu’il avait déjà tenus par le passé – le tribunal correctionnel de Paris a déclaré coupable Jean-Marie Le Pen de contestation de crime contre l’humanité et l’a condamné à 30.000 euros d’amende.

Aujourd’hui âgé de 87 ans, il a déjà été condamné à deux reprises, au civil, par la justice française pour des propos similaires, tenus pour la première fois en 1987.

Par ailleurs Jean-Marie Le Pen a été condamné par le tribunal correctionnel de Nice (sud-est) à 5.000 euros d’amende pour provocation à la haine et à la discrimination ethniques pour des propos discriminatoires à l’égard des Roms, tenus en 2013. Il devra aussi verser 1.000 euros à chacune des trois associations plaignantes.

Lors d’une réunion publique à Nice, le fondateur du FN avait montré du doigt quelques centaines de Roms qui ont dans la ville une présence urticante et disons odorante, et prédit l’arrivée dans la ville de 50.000 Roms au moins en 2014. .

Jean-Marie Le Pen a déjà été condamné par le cour d’appel de Paris pour d’autres propos visant les Roms, qui selon lui, comme les oiseaux voleraient naturellement.

Romandie

Le magazine « Valeurs actuelles » condamné pour provocation à la haine raciale

couv-valeurs-actuelles-roms

Nouvelle condamnation pour le magazine Valeurs actuelles. Le directeur de publication de l’hebdomadaire, Yves de Kerdrel, et la société Valmonde, éditrice du journal, ont été condamnés mercredi 9 décembre en appel à 2 000 euros d’amende pour provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers les Roms, dans un dossier intitulé « Roms, l’overdose ».

En première instance, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné le magazine le 5 mars à une amende de 3 000 euros et avait également retenu la diffamation. Jugement dont le prévenu avait fait appel. Mercredi, la cour d’appel de Paris a également ordonné la publication dans Valeurs actuelles et un autre journal d’un communiqué judiciaire qui souligne le caractère « particulièrement stigmatisant » envers les Roms du dossier publié fin août 2013.

La semaine précédente déjà, la cour d’appel avait déjà confirmé la condamnation de M. de Kerdrel à 2 000 euros d’amende pour provocation à la discrimination envers les musulmans, pour une couverture présentant une Marianne voilée fin septembre 2013. L’hebdomadaire est devenu coutumier des « unes » choc sur lesquelles il construit son image, comme l’expliquait notre enquête, La France de Valeurs actuelles.

Le Monde