Exhibition sexuelle: l’élu Robert Rochefort plaide coupable, l’enquête «classée sans suite »

Le député européen, interpellé à la fin du mois d’août pour s’être masturbé dans un magasin de bricolage, a accepté la peine que lui proposait le parquet contre la reconnaissance de sa culpabilité.

5028378_6_6113_l-eurodepute-robert-rochefort-avait-ete_269dab844e90c78edcf813836bf11a5f.jpg

L’affaire lui avait coûté sa place à la direction du MoDem. Interpellé le 31 août pour exhibition sexuelle dans un magasin de bricolage, l’eurodéputé Robert Rochefort a finalement accepté la peine que lui a proposé le parquet contre la reconnaissance de sa culpabilité, a annoncé le ministère public à l’AFP, mercredi 9 novembre.

Cette procédure de « plaider-coupable », lui permet ainsi d’éviter un procès public. En conséquence, l’enquête le visant « a été classée sans suite », le 28 octobre, a annoncé le parquet de Versailles. Le ministère public n’a pas souhaité préciser la nature de cette peine qui peut, notamment prendre la forme d’une amende.

L’eurodéputé a pourtant tweeté mercredi après-midi se félicitant que l’affaire ait été « classée sans suite », sans faire référence toutefois à cette condamnation pénale.

Le Monde

 

CaIais : Valentin s’exhibe et se masturbe devant les policiers

Mardi, vers 1 h 40, une patrouille de la BAC intervient face à un café rue de la Paix, à Calais. Les agents se trouvent face à un groupe d’une dizaine de personnes, tous chauffeurs routiers roumains. Et tous sont alcoolisés et énervés. Les policiers leur demandent de quitter les lieux.

201602101374-full

Ils s’éloignent. Mais les insultes continuent à fuser, tout comme les doigts d’honneur. Valentin Miron, 28 ans, se fait tout particulièrement remarqué : dans le feu de l’action, il montre ses fesses aux agents, puis son sexe en se masturbant. De la provocation et une interpellation inévitable, mais l’individu fuit.

Contrôle musclé

Retrouvé rapidement, le contrôle est musclé. Une des victimes, censée être blessée à un doigt, souffrirait en réalité d’un problème à la cheville pour une interruption temporaire de travail fixée à 10 jours.

Le prévenu est relaxé pour la rébellion, d’où l’irrecevabilité de la partie civile. Valentin Miron écope de 3 mois de prison avec sursis simple et repart libre.

Nord Littoral

Robert Rochefort, vice-président du Modem interpellé pour exhibition sexuelle

Robert Rochefort se trouvait alors dans un magasin de bricolage situé à Vélizy-Villacoublay dans les Yvelines.

Robert-Rochefort.jpg

Robert Rochefort vient d’être interpellé pour exhibition sexuelle dans un magasin Castorama. Vice-président du MoDem, député européen et ancien directeur du Credoc, le Centre d’Étude des Conditions de Vie, il a été arrêté mercredi 31 août dans ce magasin de bricolage de Vélizy-Villacoublay dans les Yvelines. Un vigile l’a surpris en train de se faire plaisir à proximité de deux enfants.

Ce vigile a immédiatement alerté le directeur du magasin qui a lui-même prévenu la police. Robert Rochefort a ensuite passé environ quatre heures en garde à vue au commissariat pour y être entendu. Le député européen de la circonscription du sud-ouest, âgé de 60 ans, a ensuite été remis en liberté après avoir donné son accord pour une procédure de composition pénale : c’est-à-dire qu’il a reconnu les faits d’exhibition sexuelle et qu’il évitera un procès. En revanche, il est susceptible d’être condamné à une amende et de faire l’objet d’une injonction de soins.

RTL

 

Poitiers: un ancien de l’ONU, condamné pour 2 viols en Afrique, sort son sexe devant une ado

Un homme, âgé de 53 ans, a sorti son sexe devant une adolescente, mardi 16 août, à la piscine de la Pépinière. Une information judiciaire a été ouverte pour exhibition sexuelle et détention d’images pédopornographiques. Il s’agit d’un ancien mécanicien de l’ONU, condamné pour le viol de deux adolescentes, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo, au début des années 2000.

Poitiers-un-ancien-de-l-ONU-condamne-pour-deux-viols-interpelle-pour-exhibitionnisme-a-la-piscine-de-la-Pepiniere_image_article_large.jpg

Un père de famille a porté plainte contre un exhibitionniste, mardi 16 août, au commissariat de police de Poitiers. Un homme âgé de 53 ans venait de montrer son sexe devant sa fille, une adolescente âgée de 13 ans, alors qu’elle faisait de l’apnée, vers 14 h, dans le bassin de la piscine de la Pépinière, à Poitiers(Vienne).

Selon nos informations,la personne visée par la plainte est un homme déjà lourdement condamné pour des viols, en septembre 2008, par la Cour d’assises de Paris.  Ancien mécanicien de l’ONU, il était chargé d’entretenir les véhicules de la mission de maintien de la paix des Nations Unies (Monuc) en Afrique. Il avait été arrêté, fin 2005, à Goma (République démocratique du Congo), grâce au témoignage d’une jeune Congolaise.

Il avait comparu pour les viols d’adolescentes africaines alors qu’il était en poste en République centrafricaine et en République démocratique du Congo, au début des années 2000. La Cour d’assises de Paris l’avait condamné pour le viol de deux mineures à 9 ans de prison, assortie d’une obligation de soinspendant 8 ans.

Placé en garde à vue au commissariat de police de Poitiers dans le cadre de l’exhibition à la piscine, il sera déféré au parquet cet après-midi. Une information judiciaire a été ouverte pour des faits d’exhibition sexuelle et détention d’images pédopornographiques. Il sera ensuite présenté au Juge des libertés et de la détention. Le parquet devrait demander son placement en détention provisoire.

La Nouvelle Republique

Pierre s’exhibait devant les fillettes sur le net

les-jeunes-victimes-etaient-contactees-par-l-internaute-parisien-sur-des-sites-d-enfants-1455226795.jpg

De 2009 à 2012, Pierre Audigier expliquait avoir contacté des filles de 10 à 15 ans, moins même parfois, sur des sites internet pour pré-ado, où elles s’amusaient à guider un personnage dans l’univers de la mode.

Via la messagerie privée du site, ce Parisien leur envoie des messages obscènes, « à toutes celles qui étaient connectées », les invite à des exhibitions.

« Rapports sexuels virtuels »

Car si « la plupart du temps, je recevais un refus », quelques pré-ados lui répondent, se retrouvent face caméra avec le jeune homme qui se déshabille, se masturbe, leur transmet aussi des photos pédopornographiques. Des échanges qui se renouvellent dans de rares cas sur plusieurs semaines, des victimes assurant aux enquêteurs « être sous emprise » et « ont des rapports sexuels virtuels » comme il l’explique lui à la barre.

Le tribunal le condamnera finalement à quatre ans de prison dont 3 avec sursis et mise à l’épreuve, obligation de soins, de travail, interdiction de contact avec les mineurs, et 2 000 euros d’indemnisation pour l’unique partie civile qui s’était constituée.

Le Dauphine

Jean-Jacques montre son sexe à deux collégiennes, il est condamné à des soins psychologiques

Déjà condamné pour avoir arraché un baiser à un garçon, il a cette fois montré son sexe.

Chierry.-Ides-suicidaires-et-exhibitionnisme-le-dimanche-Article-Le-Pays-Briard-Google-Chrome-630x0.jpg

« Je me souviens relativement bien de vous avoir déjà condamné », formule le juge, tout en fronçant les sourcils en direction du prévenu. En septembre dernier, le Lillebonnais de 54 ans a été condamné pour agression sexuelle pour avoir embrassé un garçon de 8 ans. Il voulait le féliciter d’une belle figure au skate-park. Cette fois, il doit répondre d’exhibition sexuelle, à Notre-Dame-de-Gravenchon.

Tandis que marchent deux collégiennes sur le trottoir d’en face, il les regarde. Avant de baisser son pantalon, d’enlever son sous-vêtement et de montrer son sexe. Les gamines de 13 ans détournent leur regard.

Jean-Jacques est interpellé avec plus de 2 g/l d’alcool dans le sang.

Rare sanction : une contrainte pénale

L’expert-psychiatre, qui avait rencontré le sujet à l’occasion du précédent dossier, avait retenu « une légère exaltation de l’humeur », sans pathologie mentale. Cette fois, on évoque une « anomalie ». Pour une rare fois, voire pour une première devant la juridiction, le juge prononce une contrainte pénale. Six mois de prison sont encourus par Jean-Jacques s’il venait à ne pas respecter des soins psychologiques et concernant l’alcool.

Paris Normandie

Gaëtan, un récidiviste s’exhibait en public et devant une mère et son bébé

Chierry.-Ides-suicidaires-et-exhibitionnisme-le-dimanche-Article-Le-Pays-Briard-Google-Chrome-630x0.jpg

C’est sa 5e comparution devant un tribunal pour les mêmes faits : exhibitionnisme. « Ce n’est pas beaucoup à mon âge ! Je n’ai que 37 ans », sourit le prévenu.

Gaëtan est accusé de s’être masturbé dans une voiture en stationnement, rue de la Marne à Verdun, le 5 janvier. À la vue de n’importe qui, comme cette riveraine, qui gardait son petit-fils de 11 mois ce jour-là. « Il est resté plusieurs heures à faire ses cochonneries », explique-t-elle. Écœurée, elle finit par appeler les policiers. Après avoir entendu les explications du prévenu, la victime s’exclame : « Vous êtes malade, Monsieur, il faut vous soigner. »

Gaëtan Mozer a été condamné à six mois de prison ferme. Et à un suivi sociojudiciaire de 5 ans, avec obligation de soins. « Pourquoi vous m’envoyez en prison ? » demande-t-il au juge, persuadé que celui-ci « lui en veut. » Il a d’ores et déjà décidé d’interjeter appel.

Est Republicain

Jürgen, Un ressortissant allemand s’exhibe à Rouen : 3 mois de prison avec sursis

imageDans la nuit du 28 avril 2015, la police a dû intervenir en centre-ville de Rouen. Un homme qui s’exhibe dans la rue de l’hôpital à Rouen leur a été signalé. Cet homme, c’est Jürgen D., ressortissant allemand de 51 ans venu pour le travail à Rouen.

Une première intervention a lieu à 00 h 30. « Un homme se cachait dans une porte cochère et se masturbait à chaque fois qu’une femme passait », explique un témoin de la scène. Se sentant observé, il a changé de porte cochère, puis il s’est enfui.

Le témoin monte alors dans la voiture de police pour tenter de repérer l’homme. La traque est un échec, l’homme descend, la police repart. Alors qu’il remonte la rue Saint-Nicolas, le témoin, décidément actif, aperçoit de nouveau l’homme et appelle la police.

L’exhibitionniste le repère alors et tente de lui arracher son téléphone. Il projette l’homme au téléphone sur le capot d’une voiture, un passant aide alors le témoin à maîtriser Jürgen D.

– « Concernant l’exhibitionnisme, c’était pour ma propre satisfaction, ce n’était pas pour être vu. C’est un problème qui est pris en charge en Allemagne. Maintenant j’ai toujours mes cachets avec moi pour éviter que ça recommence.

Pour ce qui est des violences, j’ai paniqué, j’avais peur qu’il appelle la police et je n’avais aucun moyen de communiquer avec lui », traduit en français l’interprète qui accompagne le prévenu.

Le tribunal rend sa décision sur-le-champ : 150 € d’amende et 3 mois de détention avec sursis sont prononcés.

Paris Normandie