Israël: un ministre pour l’amnistie du «soldat» franco-israélien qui a exécuté un Palestinien

Jérusalem – Le ministre israélien de l’Education Naftali Bennett s’est déclaré dimanche en faveur de l’amnistie d’un soldat israélien qui exécuté un Palestinien à terre à Hébron en Cisjordanie occupée.

shooting

Ce soldat franco-israélien, Elor Azaria, est actuellement jugé par un tribunal militaire, sous l’accusation d’avoir achevé en mars d’une balle dans la tête Abdel Fattah al-Sharif alors que ce dernier gisait à terre, grièvement blessé et ne posant apparemment plus aucun danger.

La date du verdict n’a pas été fixée alors que le sort d’Elor Azaria divise profondément l’opinion israélienne entre ceux qui le défendent et ceux qui estiment qu’il doit rendre des comptes.

« Il ne faut pas que ce soldat passe une seule journée en prison. S’il est condamné, il doit immédiatement bénéficié d’une amnistie« , a affirmé à la radio militaire Naftali Bennett également chef du Foyer juif, un parti religieux nationaliste.

L’Express

Cisjordanie occupée : un palestinien a été abattu par Tsahal

Un Palestinien a été abattu vendredi par des « soldats » israéliens alors qu’il se « précipitait » dans leur direction, a annoncé une porte-parole de Tsahal.

IMG_1843

Selon un responsable palestinien, l’homme âgé de 38 ans souffrait de troubles mentaux et plusieurs sites internet d’information israéliens rapportent qu’aucune arme n’a été retrouvée sur son corps.

« Les forces (israéliennes) ont repéré un suspect qui se précipitait en direction d’un poste (des forces armées israéliennes) à Silouad », a déclaré la porte-parole. « Les forces ont ouvert le feu sur le suspect, provoquant sa mort. Une enquête est en cours », a-t-elle ajouté.

Depuis octobre, 209 Palestiniens ont été tué par Tsahal. 

L’Obs

Peine de mort aux USA : un américain sera exécuté pour un crime qu’il n’a pas commis

Jeffery Wood, 43 ans demain, doit être exécuté mercredi prochain au Texas (États-Unis). Dans le pays, le sort de ce prisonnier émeut plus que d’ordinaire car, en vertu d’une loi très controversée, il va payer de sa vie un homicide auquel il n’a même pas assisté.

Capture d’écran 2016-08-18 à 21.14.27

Le Texas va-t-il exécuter mercredi un prisonnier pour un crime qu’il n’a pas commis ? Aux États-Unis, le sort de Jeffery Wood, qui aura 43 ans vendredi, émeut.

Les faits remontent au 2 janvier 1996. Alors jeune homme, l’accusé se trouve dans une voiture à Kerrville tandis que son ami, Daniel Reneau, se prépare à dévaliser une station-service. Mais le plan déraille, et Daniel Reneau abat d’une balle l’employé du magasin. Entendant la détonation, Jeffery Wood se rue dans le local et découvre le drame. Sur les ordres de son acolyte, les deux hommes prennent la fuite, mais sont arrêtés le lendemain.

La même sanction que celui qui a appuyé sur la gâchette

Malheureusement pour Jeffery Woord, une loi texane, connue sous le nom de « law of parties », stipule que peu importe qu’un suspect ait tué ou ait eu l’intention de tuer. En effet, la seule existence d’un projet criminel auquel il était lié et l’éventualité prévisible que ce projet débouche sur un homicide suffit à lui faire encourir la même sanction que celui qui a appuyé sur la gâchette.

Résultat, Reneau et Wood ont écopé de la plus lourde sentence, le premier ayant été exécuté en 2002. « Je n’ai jamais vu qu’on exécute aux États-Unis quelqu’un avec un aussi bas niveau de culpabilité », assure Kate Black, l’avocate du condamné.

L’espoir minimum : obtenir un sursis repoussant l’injection

« Je pense que ce dossier illustre de façon très forte le problème posé par la law of parties ». Selon l’avocate, Jeffery Wood ignorait même que Daniel Reneau, qu’il ne connaissait que depuis deux mois, portait une arme à feu.

L’équipe de défenseurs du condamné a donc saisi la cour pénale d’appel du Texas et déposé un autre recours en clémence devant la Commission des grâces et libérations conditionnelles de l’État. Avec l’espoir minimum d’obtenir un sursis repoussant l’injection létale.

Le prisonnier soutenu par une cinquantaine de responsables religieux

A l’approche de la date de l’exécution, le comité de soutien du prisonnier, centré autour de sa famille, se mobilise également. Tout comme une cinquantaine de responsables religieux, qui ont adressé une lettre de demande de grâce au gouverneur du Texas, Greg Abbott.

Parmi les 31 États américains qui appliquent la peine de mort, le Texas est loin en tête du nombre des exécutions. Mais même dans cet État, la peine capitale de Jeffery Wood fait figure d’exception.

Ouest France

Cisjordanie occupée : Un palestinien trisomique abattu par Tsahal

Des dizaines de Palestiniens ont enterré lundi un jeune homme, trisomique selon ses proches, mort après avoir été touché par plusieurs balles de soldats israéliens lors de heurts en Cisjordanie occupée, ont constaté des journalistes de l’AFP.

2377484.jpg

Aref Jaradat, 22 ans, était « un cas particulier » avec « des besoins spéciaux« , dit pudiquement sa mère Zakia Jaradat à l’AFP, dans le salon où des dizaines de femmes sont venues lui présenter leurs condoléances après que son fils a succombé à ses blessures dimanche.

Le 4 mai, Aref Jaradat a entendu qu’il y avait des affrontements entre jeunes Palestiniens et soldats dans sa localité de Saïr, aux portes de la poudrière de Hébron dans le sud de la Cisjordanie.

« Il est arrivé à dix mètres des soldats, il avait les mains en l’air« , poursuit ce Palestinien de 68 ans. « Quatre de ses frères étaient sur place et ont crié en anglais et en hébreu aux soldats de ne pas tirer. Il y avait sept soldats, ils commençaient à repartir mais l’un d’eux est revenu et a tiré« . Aref a été touché par trois balles Aref et transporté à l’hôpital.

Interrogée par l’AFP sur les circonstances, l’armée israélienne n’avait pas répondu lundi après-midi.

Alors qu’il paraissait devoir s’en tirer, l’état du jeune palestinien s’est brutalement dégradé il y a quelques jours, disent ses proches, et il est mort dimanche.

 

RTBF

Un couteau a été déposé près du palestinien exécuté par un soldat Franco-israélien

Une vidéo montre qu’un couteau a été poussé vers un assaillant présumé à Hebron, tué par un soldat franco-israélien. La vidéo a été montrée à la cour qui étudie la qualification de meurtre pour le soldat ayant tué l’assaillant présumé et déjà blessé.

La vidéo qui montre la falsification des preuves sur la scène de l’exécution d’Abed al Fatah al-Sharif a été rendue publique par Channel 2, alors que des procureurs faisaient leur déclaration à la Cour militaire de Jaffa.

Le tribunal entend l’affaire du sergent de Tsahal Elor Azaria qui a tiré une balle dans la tête d’Abed al Fatah al-Sharif alors que ce dernier s’allongeait, blessé, après une attaque au couteau présumée.

RT

 

Le terroriste franco-israélien accueilli en « héros » lors de sa permission de sortie

Un « soldat » israélien inculpé « d’homicide involontaire » pour avoir achevé un palestinien blessé à terre a bénéficié de deux jours de permission pour célébrer en famille la Pâque juive, a annoncé vendredi l’armée.

elor-azria-c-soldat-israelien-inculpe-d-homicide-pour-avoir-acheve-un-assaillant-palestinien-blesse-en-permission-pour-deux-jours-le-22-avril-2016-a-son-arrivee-chez-lui-a-ramla-en-israel_5585745

Le « soldat » Elor Azria, confiné dans sa base, a « été libéré vendredi pour se rendre chez lui à l’occasion de la fête de Pessah« , qui débute vendredi. Il devra être de retour dans sa base dimanche matin, a précisé l’armée dans un communiqué.

Agé de 19 ans et détenteur également de la nationalité française, le « soldat » a été accueilli en « héros«  et porté sur les épaules par les membres de sa famille et des habitants de Ramleh, sa ville d’origine située au sud de Tel-Aviv, selon des témoins.

L’Express

« Mort aux arabes » « Tuez les tous » à Tel Aviv en soutien au terroriste franco-isarelien

Capture d’écran 2016-04-22 à 17.54.35
Capture d’écran 2016-04-22 à 17.47.18

Israel: rassemblement en soutien au terroriste franco-isarelien qui a exécuté un palestinien à terre

Elor Azria a été accusé d’homicide involontaire

De nombreux Israéliens se sont rassemblés mardi soir sur la place Rabin à Tel-Aviv, en soutien au « soldat » israélien qui a abattu un palestinien à terre à Hébron le mois dernier et qui a été formellement accusé d’homicide involontaire lundi.

I24