Un député FN dépose un amendement réclamant à la République de «demander pardon aux Rois de France»

Profitant d’un texte sur les funérailles républicaines, le député-maire d’Orange réclame que la République « demande pardon aux Rois de France ».

http---o.aolcdn.com-hss-storage-midas-f49d03d2904fbc4c03cd7219fac09bd5-204624726-000_Par7734536.jpg

Pendant que la primaire monopolise l’attention médiatique, le travail parlementaire se poursuit à l’Assemblée nationale. Outre l’abandon (sans surprise) de la procédure de destitution visant François Hollande, les députés socialistes ont défendu cette semaine une proposition de loi visant à instaurer des funérailles républicaines gratuites pour les citoyens laïques.

Un député a d’ailleurs profité de cette occasion pour (encore) se faire remarquer. Habitué aux prises de position polémiques (il a notamment tenté en vain d’imposer la parité… en prison), le député-maire d’Orange (extrême droite) Jacques Bompard a surpris ses collègues de l’Assemblée en déposant un amendement réclamant des excuses de la République française aux Rois de France pour le saccage de leurs sépultures pendant la Révolution française.

Huff

71% des musulmans d’accord «avec la laïcité et les lois de la République»

Absence de communautarisme : 78% des musulmans voteraient pour un président non musulman

4. l’absence d’un communautarisme musulman généralisé :
78 % des enquêtés qui se déclarent musulmans – inscrits sur les listes électorales – disent qu’ils ne votent pas systématiquement pour un candidat musulman aux différentes élections.

Institut Montaigne


Un rapport réalisé par Hakim El Karoui à partir d’une enquête commandée à l’Ifop par l’Institut Montaigne met en évidence la bonne intégration de la population musulmane, mais aussi l’inquiétante rupture des plus jeunes avec les valeurs républicaines.

RTX21QR1_pics_590.jpg

71% des musulmans seraient en accord avec « avec la laïcité et les lois de la République ». Mais 28% seraient « rigoristes » et « mal à l’aise » avec la laïcité, selon un sondage Ifop/Institut Montaigne, révélé dimanche par le JDD.

Comment les musulmans vivent-ils en France? Quels sont leurs rapports à l’islam, à la société, à la politique et aux lois de la République? Un rapport réalisé par Hakim El Karoui à partir d’une enquête commandée à l’Ifop par l’Institut Montaigne – cercle de réflexion privé d’obédience libérale – et publié en exclusivité par le JDD –, apporte à ces questions des réponses d’une précision inédite. Pendant neuf mois, l’Institut Montaigne (qui milite depuis longtemps en faveur des statistiques ethniques et du CV anonyme) a fait interroger la population musulmane sur des dizaines de points, sous le contrôle scientifique d’Antoine Jardin, docteur en science politique et ingénieur de recherche au CNRS. C’est ainsi un autoportrait rigoureux et original des musulmans qui se dégage, avec ses surprises, ses confirmations et ses contradictions.

Moins nombreux qu’on ne le dit, mais des jeunes

Ils seraient entre 3 et 4 millions. L’Institut Montaigne ose un chiffre sur la présence – souvent fantasmée – de musulmans dans notre pays. On est loin des 8% à 10% de la population brandis par les théoriciens catastrophistes du « grand remplacement ». Selon l’Ifop, ils représenteraient 5,6% des plus de 15 ans vivant en France, et 10% des moins de 25 ans. Il s’agit donc d’un groupe social particulièrement jeune : 84% ont moins de 50 ans. L’âge moyen s’établit à 35,8 ans (il est de 53 ans chez ceux qui se déclarent chrétiens et de 43 ans pour les « sans religion »).

Le Halal et le voile, marqueurs d’identité

La consommation de viande halal apparaît centrale dans la vie des musulmans de France : 80 % des pratiquants et 67 % des non-religieux considèrent que les enfants devraient pouvoir manger halaldans les cantines scolaires – avis partagé quels que soient le niveau d’études, la situation professionnelle et l’âge. Les musulmans sont plus divisés sur la question du voile, qui reste cependant un point de convergence identitaire : 60% des sondés estiment que les jeunes filles devraient pouvoir porter le voile à l’école et au collège contre 37% des non-musulmans…

Ils fréquentent peu les lieux de culte et ignorent le CFCM

Un tiers des musulmans ne se rendent jamais à la mosquée, un tiers pour les fêtes religieuses, 29% s’y rendent chaque semaine dont le vendredi et 5 % quotidiennement. Ces chiffres méritent d’être médités, au moment où le gouvernement tente une nouvelle fois d’organiser l’islam de France autour des lieux de culte. La plupart des musulmans (68%) ne connaissent pas le Conseil français du culte musulman (CFCM).

Le JDD

Marion Maréchal-Le Pen se dit « saoulée par les valeurs de la République »

Alors que la députée FN du Vaucluse avait déclaré ne pas « comprendre cette obsession pour la République », elle persiste et signe, ce mercredi.

3715551lpw-3715650-article-le-pen-jpg_3516123_660x281

Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, a affirmé mercredi sur i>Télé appartenir à « une génération un peu saoulée par les valeurs de la République », alors qu’on lui rappelait ses propos où elle disait ne pas « comprendre cette obsession pour la République ». Je les « assume totalement, je suis d’une génération un peu saoulée par les valeurs de la République qu’on nous sert en permanence et dont on ne sait pas ce qu’elles recouvrent, ce qui évite d’aller sur le fond des idées », a critiqué la benjamine du Palais-Bourbon, âgée de 26 ans. « On dit valeurs de la République et on exclut du pseudo-champ républicain » le Front national, a-t-elle regretté.

Dans le trimestriel politique Charles en juin 2015, elle avait dit : « La France n’est pas que la République (…). C’est un régime politique (…). Je ne comprends pas cette obsession pour la République. Pour moi, la République ne prime pas sur la France. » « Tout ce que je dis, c’est que je défends la Ve République, c’est un système auquel je suis attaché, mais la Ve République, c’est un régime politique, la France, c’est mon pays, je ne confonds pas tout à fait les deux. La France a commencé avant la République », a-t-elle précisé mercredi.

« J’invite nos dirigeants à dire ce que sont les valeurs de la République », a-t-elle poursuivi. Marion Maréchal-Le Pen était initialement interrogée sur sa participation prochaine à un colloque de l’Action française, un mouvement royaliste, le 7 mai. « C’est un débat entre républicains et royalistes, et je suis dans le camp républicain. J’aime assez le débat d’idées, même si ce n’est pas un débat brûlant aujourd’hui en France », a-t-elle reconnu en souriant.

Le Point

Robert Ménard, Marion Maréchal-Le Pen… invités d’honneur d’un colloque anti-républicain

Cg6zBFuXEAAYOLy

Dans un premier temps, nous établirons les constats et l’analyse des causes de la crise du système actuel. L’Homme révolté de 1789 a-t-il accouché d’un Homme libre ? La crise anthropologique est-elle irrémédiable ? Peut-on vivre la « fraternité » dans une société qui a tué le(s) père(s) ?

Puis nous tenterons de définir les fameuses « valeurs républicaines » si souvent invoquées mais jamais expliquées. La République a-t-elle trahi les espoirs la Révolution française ? Devons-nous sauver la République ou la France ? Que reste-t-il des « droits de l’Homme » et de la devise républicaine ?

Enfin, nous imaginerons comment restaurer la France. Le changement de régime est-il possible ? Est-il souhaitable ? Le réenchantement de la politique peut-il passer par le retour du Roi ? Un Roi pour quelle monarchie ? Finalement, la monarchie n’est-elle pas la meilleure des républiques ?

Je Suis Royaliste