Un journal de droite italien offre «Mein Kampf» à ses lecteurs en supplément

L’initiative du journal de droite, propriété de Paolo Berlusconi, frère de l’ancien chef de gouvernement Silvio Berlusconi, scandalise la communauté juive et Matteo Renzi…

Capture d’écran 2016-06-11 à 16.41.09.png

«Connaître pour rejeter»: c’est avec cette justification que le quotidien italien de droite Il Giornale propose ce samedi à ses lecteurs Mein Kampf d’Adolf Hitler, une initiative qui scandalise la communauté juive et Matteo Renzi.

«Je trouve glauque qu’un quotidien italien propose aujourd’hui Mein Kampf de Hitler. Mon salut affectueux à la communauté juive. Jamais plus!», écrit Matteo Renzi.

«C’est un fait sinistre, à des années lumière de toute logique d’approfondissement et d’étude de la Shoah», a réagi de son côté le président des communautés juives italiennes, Renzo Gattegna, jugeant «indécente» l’initiative du Giornale.

Il Giornale a expliqué que Mein Kampf accompagne le premier d’une série de huit livres dédiés à l’histoire du Troisième Reich, qui seront vendus chaque semaine.

Connu pour ses positions de droite, notamment sur la question de l’immigration, le quotidien dirigé par Alessandro Sallusti et propriété de Paolo Berlusconi, frère de l’ancien chef de gouvernement Silvio Berlusconi, tire à 200.000 exemplaires.

20 Minutes

Un éditeur d’extrême droite veut rééditer Mein Kampf sans annotations critiques

Un petit éditeur de Leipzig, condamné par le passé pour incitation à la haine raciale, est dans le viseur du Parquet allemand. L’homme aurait eu pour projet de proposer à la vente le pamphlet d’Hitler sans annotations. Un acte strictement interdit depuis le 1er janvier 2016 en Bavière.

XVMe814e590-240d-11e6-a832-bf0afdacefd0.jpg

Le Parquet de Bamberg a ouvert une enquête concernant la réédition prévue d’une édition non-commentée du pamphlet d’Adolf Hitler Mein Kampf en Allemagne par un éditeur d’extrême droite, ont rapporté jeudi 26 mai l’agence allemande DPA et le journal Bild.

«Nous examinons si nous pouvons engager des poursuites», a indiqué un porte-parole du Parquet sans vouloir préciser combien de personnes sont visées par cette enquête et si elles évoluent dans la mouvance d’extrême droite.

Sur internet, un petit éditeur de Leipzig, condamné par le passé notamment pour incitation à la haine raciale selon Bild, propose en pré-vente le brûlot d’Hitler, texte fondateur du nazisme et du projet d’extermination des Juifs, au prix de 27 euros.

Antécédents judiciaires

À la surprise générale, cette nouvelle édition critique, publiée à des fins pédagogiques, a rencontré un grand succès de librairie malgré ses 1.948 pages et son prix (59 euros). Si l’ouvrage en tant que tel n’a jamais été interdit en Allemagne, la Bavière, qui détenait ses droits depuis la chute du 3e Reich, s’était toujours opposée à sa réédition.

Les autorités de cette région du sud de l’Allemagne, où vécut Hitler et où il rédigea son pamphlet durant son séjour en prison, avaient toujours affirmé leur intention de poursuivre ceux qui tenteraient de publier Mein Kampfsans annotations historiques et critiques à partir du 1er janvier 2016, arguant du fait que le texte incite à la haine raciale.

2,w=650,c=0.bild

L’éditeur qui entend publier l’ouvrage antisémite est Adrian Preissinger, condamné à trois ans de prison ferme à la fin 2002 pour avoir distribué de la musique et des documents écrits d’extrême droite, selon DPA et Bild. Sa maison d’édition propose notamment des extraits de l’ouvrage Le Juif international d’Henry Ford, que certains considèrent comme l’un des maîtres à penser du dictateur nazi.

 

Le Figaro

En Allemagne, la réédition de Mein Kampf s’arrache en librairie

L’Institut d’histoire contemporaine de Munich qui réédite la version commentée du brûlot antisémite signé Adolf Hitler comptait en écouler 4000 exemplaires. Mais dès le premier jour de sa mise en vente, 15 000 précommandes ont été enregistrées, imposant un retirage immédiat.

image

En Allemagne, le pamphlet antisémite d’Adolf Hitler, texte fondateur du nazisme, se vend comme des petits pains.

Tombé dans le domaine public le premier janvier, Mein Kampf a fait l’objet d’une réédition commentée qui connaît un succès tel qu’un nouveau tirage est en cours, comme l’a indiqué jeudi l’Institut d’histoire contemporaine (ifZ) de Munich, à l’origine de cette publication.

L’IfZ avait dans un premier temps prévu d’éditer l’ouvrage d’Adolf Hitler à 4000 exemplaires. Mais dès le premier jour de sa mise en vente, vendredi dernier, « 15 000 exemplaires avaient été précommandés » par des libraires, a souligné Simone Paulmichl, la porte-parole de l’institut.

Ceux qui ont commandé l’ouvrage publié en deux volumes devront donc « tabler sur un certain délai d’attente » avant de recevoir leur exemplaire, a-t-elle ajouté. La porte-parole n’était pas en mesure de dire combien d’exemplaires, à 59 euros l’unité, avaient été distribués à ce jour.

L’Express