Assises : Joseph comparaît pour viols et agressions sexuelles sur 9 mineures

image

Pendant des années, il a su se rendre sympathique et prévenant. C’était le parrain affectueux, prompt à emmener sa filleule en vacances. Ou l’ami de la famille à qui on confiait volontiers la garde des enfants. Mais derrière ce visage de façade se cachait une personnalité beaucoup plus trouble, celle d’un homme obsédé par l’assouvissement de ses fantasmes malsains. Joseph M., 68 ans, comparaît à partir de ce lundi matin devant la cour d’assises de Paris. L’ancien coiffeur doit y répondre de trois viols et de nombreuses agressions sexuelles sur mineures.

Neuf victimes, âgées de 10 à 16 ans, ont été identifiées, certains faits remontant au début des années 2000. Malgré la concordance des témoignages, l’accusé nie les faits. Ou, quand c’est impossible, minimise sa responsabilité.

L’enquête démarre à l’été 2012 lorsque deux jeunes filles déposent séparément plainte contre Joseph M. Coralie*, 12 ans, a fait sa rencontre en juillet dans un camping du Cap d’Agde où elle passe l’été avec son père. « Joe » se montre très serviable et, le dernier soir, l’invite à passer la nuit dans la caravane familiale. Là, il profite de l’absence de son épouse pour caresser la jeune fille. Le lendemain, il lui propose de faire l’amour. Un mois plus tard, c’est au tour de sa filleule Mathilde* de dénoncer un viol commis au mois de mars 2012 lors d’un séjour en Normandie.

Le Parisien

Gilles, l’auto-stoppeur s’attaquait aux poitrines des conductrices en les menaçant avec un couteau

Un homme de 46 ans ciblait les femmes dans les magasins avant de les agresser sexuellement. Obnubilé par leurs poitrines, il proposait de leur offrir un soutien-gorge pour les dédommager. Il a été condamné, jeudi, par le tribunal correctionnel de Rennes.

rennes-l-auto-stoppeur-en-voulait-aux-poitrines-des-conductrices

Le 4 août 2015, sur le parking d’un magasin, à Saint-Grégoire, une jeune femme est abordée par un homme qui lui demande de le prendre en stop. Réticente, elle finit tout de même par accepter de l’emmener.

Sur le trajet, la conversation dérive vers la taille de la poitrine de la conductrice… Puis, sortant un couteau, l’homme lui demande s’il peut toucher cette poitrine. S’arrêtant d’urgence sur la rocade, la jeune femme fait preuve de sang-froid et fait sortir l’homme de son véhicule.

Un soutien-gorge en guise de dédommagement

Le gobelet que l’homme avait oublié dans la voiture a permis aux enquêteurs de l’identifier, mais trop tard pour qu’il ne recommence pas.

En effet, trois jours plus tard, à Rennes, il s’attaque, selon le même mode opératoire, à une autre jeune femme. Cette fois-ci, il parvient à ses fins en l’agressant sexuellement alors qu’elle conduisait.

Pour dédommager les victimes après ce qu’il leur faisait subir, « l’auto-stoppeur » proposait de leur offrir un soutien-gorge.

Pulsion et stratagème

Âgé de 46 ans, Gilles Renard a été jugé, jeudi, par le tribunal correctionnel de Rennes pour ces faits.

« J’étais obnubilé par la jeune femme jusqu’à vouloir la toucher. C’est une pulsion. J’ai trouvé un stratagème pour avoir un contact, reconnaît-il à l’audience, J’ai beaucoup de mal à m’exprimer avec les femmes, alors j’utilise la violence. »

« Prédateur sexuel »

Décrit comme un « prédateur sexuel » par l’expert psychiatre, l’homme serait d’une « incontestable dangerosité en l’absence de traitement pour soigner ses pulsions sexuelles ».

Depuis son adolescence, il enchaîne les agressions sexuelles, ce qui lui a déjà valu de comparaître devant le tribunal correctionnel mais aussi devant le tribunal pour enfant.

Prison ferme

Une peine de deux ans d’emprisonnement ferme et un suivi sociojudiciaire avec injonction de soins pendant dix ans sont requis à son encontre.

Une peine que le tribunal augmente à trois ans de prison ferme, avec ce même suivi sociojudiciaire, en raison de la gravité des faits.

Ouest France

Patrick jugé pour avoir agressé sexuellement des personnes âgées et vulnérables

Le tribunal de Valenciennes a rendu son délibéré jeudi après-midi : Patrick Maclart a été reconnu coupable d’agressions sexuelles commises dans une maison de retraite de Saint-Amand-les-Eaux en juin 2014.

A1-8472390-Custom-e1454320635392

Le quinquagénaire a finalement été condamné à cinq ans de prison ferme, cinq ans de suivi sociojudiciaire avec une peine de deux années supplémentaires en cas de manquement avec une obligation de soins, l’interdiction de paraître dans tout lieu accueillant des personnes âgées.

Des photos pornos dans son portable

Le 18 juin 2014 après-midi, une dame de 92 ans souffrant de la maladie d’Alzheimer avait été retrouvée dans une posture inhabituelle, dénudée, les jambes écartées, au deuxième étage de la résidence Estréelle. À l’étage du dessous, une autre dame, de 68 ans, avait pu dénoncer l’agression sexuelle dont elle venait d’être victime. Le quinquagénaire avait été vu par le personnel et capté par les caméras de surveillance à ces deux étages.

Dans le téléphone du Bourguignon, de nombreuses photos pornographiques de dames âgées avaient été retrouvées. L’une d’elles a été identifiée dans une maison de retraite de Colmar et une aide-soignante l’avait formellement reconnu, assurant qu’il s’était fait passer pour le neveu de la dame de 79 ans en avril 2014.

La Voix Du Nord

Michel Costa-Porta, l’ancien prof jugé pour agressions sexuelles

Michel Costa-Porta, ancien prof à l’école de Monoblet est mis en cause pour des agressions sexuelles.

190437

Tour à tour instituteur à l’école de Monoblet, chargé de mission à l’ONU, gérant d’un bar, créateur du musée de la soie à Saint-Hippolyte-du-Fort, exploitant agricole, et même candidat pour les Verts aux élections législatives de 2004, Michel Costa-Porta, est considéré comme un notable. Aujourd’hui à la retraite de l’Éducation Nationale et âgé de 68 ans, il doit faire face à trois jeunes femmes qui le mettent en cause pour une série d’agressions sexuelles.

Midi Libre

 

Jean-Noël, un récidiviste écope de 6 mois de prison pour agressions sexuelles sur une fillette de 8 ans

Il agressait sexuellement une fillette de huit ans dans l’arrière-salle d’un bar de l’Aisne. Le prévenu ne s’est pas déplacé au tribunal pour venir affronter le regard de sa victime.

maroc_enfant-victime-des-pedophiles

 

Son casier judiciaire ne plaide pas en sa faveur puisqu’à deux reprises, en 2000 et en 2010, il a été condamné à cinq ans puis à quatre ans d’emprisonnement pour des agressions sexuelles sur mineurs. Il est sorti de détention en avril 2013.

Cette fois, Jean-Noël Warcollier a été condamné à six mois de prison ferme, une peine assortie d’un suivi sociojudiciaire pendant cinq ans et une injonction de soins. Il a, en outre, l’interdiction d’exercer toute activité en lien avec des mineurs et devra verser 7 000 euros de dommages et intérêts à la victime.

L’Union

Viols et agressions sur mineurs: le procès de Michel Flipo débute ce mercredi

634989605_b979695355z-1_20160913184601_000_gsg7jhq92-1-0

Une affaire dramatique où des adolescents « accusent Michel Flipo de les avoir « violés », rappelle maître Marc Julien, l’avocat de l’un des jeunes hommes qui seront sur le banc des parties civiles, une victime. A l’époque des faits il était mineur. Michel Flipo, un Calaisien âgé aujourd’hui de 50 ans, est jugé à partir d’aujourd’hui devant la cour d’assises du Pas-de-Calais à Saint-Omer. L’homme est accusé de viols, agressions sexuelles et corruption de mineurs. Les faits qui lui sont reprochés auraient eu lieu entre 2010 et 2013. Le verdict est attendu lundi.

 

Pédopornographie, agressions sexuelles: Éric Kempe, ex-adjoint (UMP) au maire mis en examen

Éric Kempe, l’ex-deuxième adjoint au maire de Téteghem, mis en examen dans une affaire de pédopornographie, a été placé en détention provisoire. Son contrôle judiciaire a été révoqué suite à des dénonciations d’agressions sexuelles sur des adolescents à Lille.

1138538221_B979598831Z.1_20160902164838_000_GDH7HF3VL.1-0

Le 6 juin, Éric Kempe, l’adjoint à la Sécurité de la mairie de Téteghem, était placé en garde à vue et son domicile perquisitionné, dans le cadre d’une affaire de pédopornographie.

La justice le suspecte d’avoir échangé avec Stéphane Bak, un Grand-Synthois chef d’entreprise, des photos à caractère sexuel, mettant en scène des enfants. Dans ce dossier particulièrement sordide, Éric Kempe, qui avait reconnu les faits, avait été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Parmi les obligations que la justice lui avait fixées figurait l’interdiction d’entrer en contact avec des mineurs.

L’adjoint, qui avait démissionné de ses fonctions aussitôt après les faits, était parti se « ressourcer », ou plutôt se faire oublier à Lille. La semaine dernière, dans le métro lillois, un adolescent s’est plaint d’avoir subi des attouchements et a dénoncé le comportement déviant d’un homme. Ce dernier a été interpellé. Il s’agissait d’Éric Kempe.

Alors qu’il était transporté au commissariat, une plainte était déposée par un adolescent disant avoir été victime d’une agression sexuelle de la part d’un homme rencontré sur Internet. Et de donner le nom de son agresseur présumé : Éric Kempe.

Les policiers lillois se sont vite aperçus que le Téteghemois faisait l’objet d’un contrôle judiciaire ordonné après l’affaire de pédopornographie dunkerquoise. Ils ont contacté le parquet de Dunkerque.

Les magistrats ont immédiatement ordonné la révocation de son contrôle judiciaire. Éric Kempe a été écroué vendredi dernier.

Il devra par ailleurs répondre des faits qui ont été dénoncés à Lille et qui ont fait l’objet d’ouvertures d’enquêtes pour agressions sexuelles sur mineurs.

La Voix Du Nord

Agressions sexuelles: le président de Fox News contraint de démissionner avec une prime de 40 millions de $

Le co-fondateur et directeur de Fox News Roger Ailes a dû démissionner face à des accusations d’agression sexuelle sur des journalistes de la chaîne. Le vice-président actuel de la chaîne Rupert Murdoch prendra la place laissée vacante.

57920655c46188573b8b4592

La démission de Roger Ailes, déposée le 21 juillet, fait suite à des accusations formulées par l’ancienne présentatrice de Fox News Gretchen Carlson, ainsi que par d’autres employées. Rupert Murdoch, président exécutif de la 21st Century Fox, deviendra le président-directeur général de Fox News à la suite de cette démission.

Gretchen Carlson a porté plainte contre Fox News, affirmant qu’elle avait été licenciée pour avoir refusé de coucher avec Roger Ailes, en qualifiant en sus l’environnement de travail de discriminatoire. Au moins six autres femmes ont aussi accusé leur supérieur d’avoir eu un comportement similaire au cours de sa longue carrière.

«Toi et moi aurions dû avoir une relation sexuelle il y a bien longtemps, et tu aurais été bonne et meilleure, et j’aurai été bon et meilleur. […] Parfois les problèmes sont plus faciles à régler ainsi», aurait déclaré Roger Ailes à Gretchen Carlson, selon la plainte déposée par celle-ci. La présentatrice a été par la suite rétrogradée dans une émission moins regardée, a vu son salaire réduit, avant d’être finalement licenciée.

L’homme de 76 ans a démenti les accusations, mais la 21st Century Fox a néanmoins décidé, après avoir étudié les faits, que Roger Ailes ne pouvait être maintenu à son poste, moyennant une prime de départ de 40 millions de dollars. 

RT

Fêtes de Pampelune en Espagne: 15 personnes arrêtées pour agressions sexuelles

Quinze personnes soupçonnées de viols ou d’agressions sexuelles ont été interpellées depuis le début des fêtes de la San Fermin à Pampelune, en Espagne, a annoncé la mairie. Quinze plaintes au total ont été enregistrées depuis le 6 juillet.

image-20160713phf9004.jpg

Deux des personnes appréhendées ont cependant été relâchées sans poursuites et une des plaintes a été classée.

L’agression sexuelle est définie par le code pénal espagnol comme une atteinte « à la liberté sexuelle d’autrui en utilisant la violence ou l’intimidation », alors que l’abus sexuel, incluant les attouchements, est défini comme une atteinte au consentement d’autrui sans violence ni intimidation.

Samedi, une Française de 22 ans a porté plainte pour viol. Selon la presse, elle a été violée dans les toilettes d’un parking samedi soir. En début de matinée, cinq hommes avaient été écroués pour un autre viol, collectif, qu’ils avaient filmé.

Six agressions sexuelles

Les autorités ne précisent pas si les deux autres plaintes pour agression sexuelle concernent aussi des viols.

Le maire de Pampelune, Joseba Asiron, a déclaré lundi ressentir « beaucoup de rage » face à ces événements. Mais, a-t-il ajouté, il y a peut-être « un deuxième facteur. Désormais les femmes dénoncent » ces faits.

Le soir même, des milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues de Pampelune, arborant des mains en papier rouges où l’on pouvait lire « non c’est non », pour protester contre ces « agressions sexistes », avec le soutien de la mairie.

Des centaines de milliers de visiteurs affluent à Pampelune pour ces festivités traditionnelles en l’honneur de Saint Firmin, patron de la région de Navarre, qui remontent au Moyen Âge. Elles mêlent processions religieuses, concerts, bals, feux d’artifice, corridas et nuits de « fiesta » jusqu’au 14 juillet.

Swiss Info

Procès de François Lefort, prêtre français condamné pour viols sur de jeunes Sénégalais

François Lefort, ce prêtre et médecin des enfants de la rue que la justice française a condamné, en 2005, à huit ans de réclusion pour viols et agressions sexuelles sur mineurs, n’en démord pas : il se dit innocent des crimes qui lui ont été reprochés à l’époque par de jeunes Sénégalais et vient d’engager une demande de révision de son procès devant la Cour de cassation. 

sipa_ap20300055_000003-592x296-1468224492

En guise d’éléments nouveaux, il produit les rétractations de trois de ses six accusateurs. Problème : l’une d’entre elles est un faux grossier – l’intéressé, incarcéré à Thiès, ne pouvait témoigner à Dakar à cette date, et le numéro de sa carte d’identité est fantaisiste.

Rétractation forcée ?

Une seconde victime, qui a apparemment accepté de revenir sur ses accusations, avait quant à elle dénoncé deux ans plus tôt, devant huissier, les tentatives répétées de l’entourage de Lefort pour obtenir une rétractation contre rémunération.

Jeune Afrique

Espagne: plusieurs victimes de viols dont une française lors des fêtes de Pampelune

Une jeune Française a porté plainte pour viol samedi, alors qu’elle participait aux traditionnelles fêtes de San Fermin à Pampelune, dans le nord de l’Espagne. Depuis le début des festivités, les plaintes pour viol ou agression sexuelle se sont multipliées.

22d27d8144510e7bde2d1afbc0875

USA: Lee Kaplan jugé pour le viol d’une fille de 14 ans offerte «en cadeau» par ses parents

Son visage fait la une de la presse locale, ce week-end aux Etats-Unis. Lee Kaplan, un Américain de 51 ans, membre de la très controversée communauté amish, est poursuivi pour le viol d’une adolescente avec qui il a eu deux enfants en Pennsylvanie. La jeune fille lui avait été donnée en « cadeau » par ses parents.

Capture d’écran 2016-06-19 à 22.35.00.png

Une jeune fille offerte en « cadeau »

Il y a quatre ans, Daniel et Savilla Stolzfus, un couple amish, éprouvent de graves difficultés financières. Ils sont au bord du gouffre financier. En bon ami, Lee Kaplan leur donne de l’argent pour sauver leur ferme de la faillite. En remerciement pour avoir « sauvé la famille de la ruine », les Stolzfus lui ont offert leur fille de 14 ans.

Un drôle de « cadeau », mais le couple déclare aujourd’hui avoir trouvé des informations sur internet selon lesquelles ce procédé était légal.

Enceinte à l’âge de 14 ans

Enfermée dans la maison de Lee Kaplan dans la petite ville de Festerville, la jeune fille tombe enceinte presque aussitôt, à 14 ans, puis une deuxième fois lorsqu’elle a 17 ans.

Sa mère Savilla admet qu’elle savait que sa fille entretenait des relations sexuelles avec Lee Kaplan.

12 filles retrouvées chez lui

C’est un témoignage anonyme qui a conduit, jeudi 15 juin, à l’arrestation par la police de Lee Kaplan. Au cours de la perquisition de son domicile, les forces de l’ordre ont retrouvé au total 12 filles. Outre la jeune femme, aujourd’hui âgée de 18 ans et ses deux fillettes âgés de 3 ans et de 6 mois, neuf autres filles étaient dans la maison, dont on ne connaît pas les âges.

Poursuivi pour 10 chefs d’inculpation, dont agression sexuelle et corruption de mineur notamment, Lee Kaplan a été placé en détention provisoire.

Les parents de la jeune fille ont également été arrêtés.

La police espère recevoir l’aide de spécialistes qui connaissent bien les Amish pour pouvoir interroger ces petites filles. On ne sait pas si celles-ci ont aussi été victimes d’abus sexuels. Selon des voisins interrogés par une télévision locale, aucune des filles n’allait à l’école.

Les Amish sont un groupe religieux qui vit à l’écart de la vie moderne. Ils ont leurs propres écoles, parlent un dialecte allemand, portent des vêtements foncés traditionnels, se déplacent en carriole à cheval et refusent pour beaucoup l’électricité. Ils sont environ 280.000 aux Etats-Unis.

L’Obs

Viols de 66 enfants en Egypte, Tunisie et Sri Lanka : Thierry condamné à 16 ans de prison

 

image


Thierry jugé pour viols sur 66 enfants en Egypte, en Tunisie et au Sri Lanka

Thierry D. est soupçonné par la justice française d’avoir agressé sexuellement 66 garçons mineurs en Egypte, en Tunisie et au Sri Lanka. Il comparaît lundi devant la cour d’assises de Versailles.

Pedophilie-2013-07-01

Il est l’un des rares Français à être poursuivi par la justice française pour des crimes sexuels commis à l’étranger. Thierry D., aujourd’hui incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis en attendant le début de son procès, programmé le 20 juin prochain, est poursuivi pour une série de faits de viols et de sollicitations de prostitués mineurs en Egypte, en Tunisie et au Sri Lanka révèle ce samedi le site de l’Obs.

Les détails livrés par le site de l’hebdomadaire, qui dit enquêter sur le suspect depuis le mois de novembre 2015, sont glaçants: Thierry D. est soupçonné d’avoir fait 66 victimes – des garçons âgés de 6 à 17 ans – dans les trois pays

Le FBI donne l’alerte

Comment ce quinquagénaire, responsable de collectivité, a-t-il été repéré? Le soir venu, il se connectait sur internet sous le pseudonyme de « Marie Manoir ». Et échangeait avec d’autres internautes des fichiers pédopornographiques. Repéré par le FBI, les Américains ont alors prévenu les autorités françaises. L’enquête mènera au domicile du suspect ainsi qu’à son bureau, une maison de retraite des Yvelines dont il est le directeur.

Si l’homme ne commet aucun acte en France, il profite de ses vacances et de ses voyages, sous couvert d’actions humanitaires, pour commettre ses méfaits. L’Obs recense ainsi 21 déplacements au Sri-Lanka, et souligne un objectif terriblement flou: « était-ce pour l’humanitaire, pour l’agrément, ou seulement pour le crime? », s’interroge le site de l’hebdomadaire.

Des rapports rémunérés entre 60 centimes et 9 euros

En 2011, les enquêteurs américains puis français ont mis la main sur les disques durs – neuf au total – du suspect au contenu sans équivoque: l’homme se filme avec des enfants et leur impose par la ruse ou par insistance des jeux sexuels allant jusqu’au viol.

Pour sa défense, le suspect assure qu’il s’agit d’acte sexuels consentis et rémunérés. Les enquêteurs ont établi la liste de ces « rémunérations », dérisoires: un adolescent de 16 ans s’est vu offrir une coupe de cheveux, des boissons fraîches, des biscuits, du fromage et de l’argent. Les rapports sexuels étaient rémunérés, en moyenne « entre 60 centimes et 9 euros » mentionne le dossier. Sollicité par l’Obs, l’avocat de Thierry D. n’a pas souhaité s’exprimer avant l’audience de lundi.

L’Express

Harcèlements et agressions sexuelles en politique: 17 ex-ministres lancent un appel

EXCLUSIF – Révoltées par les témoignages de harcèlement sexuel contre le député écolo Denis Baupin, de nombreuses femmes politiques témoignent. Dix-sept anciennes ministres de gauche et de droite s’engagent dans le JDD.

Dix-sept-anciennes-ministres-de-gauche-et-de-droite-s-engagent-dans-le-JDD.

Cinq ans jour pour jour après la révélation de l’affaire du Sofitel, dix-sept anciennes ministres de gauche et de droite prennent la plume dans le JDD. Roselyne Bachelot, Michelle Demessine, Cécile Duflot, Elisabeth Guigou, Aurélie Filippetti, Chantal Jouanno, Nathalie Kosciusko-Morizet, Christine Lagarde, Marylise Lebranchu, Corinne Lepage, Monique Pelletier, Fleur Pellerin, Valérie Pécresse, Yvette Roudy, Catherine Trautmann, Dominique Voynet et Rama Yade s’expriment au nom de toutes celles qui ne peuvent prendre la parole.

Le sexisme concerne tous les milieux, les entreprises, l’université, les médias, la politique. Aucun monde n’est épargné. Les dix-sept « pétroleuses » font aussi des propositions importantes pour mieux protéger les victimes.

« A part ses seins magnifiques, elle est comment? »

Voici quelques extraits de cet appel à retrouver en intégralité dans le JDD :

« Nous nous sommes engagées en politique pour des raisons diverses, nous défendons des idées différentes, mais nous partageons la volonté que le sexisme n’ait pas sa place dans notre société. Ce fléau n’est pas propre à notre univers, loin de là, mais le monde politique a un devoir d’exemplarité. »

« Nous avons été ministres, nous sommes ou avons été élues. Et comme toutes les femmes qui ont accédé à des milieux auparavant exclusivement masculins, nous avons eu à subir et à lutter contre le sexisme. »

« On ne peut pas dire à une femme, quel que soit son statut, qu’elle soit salariée, étudiante, chômeuse, mère au foyer ou élue, à propos d’une collègue : « A part ses seins magnifiques, elle est comment? ». On ne peut lui dire d’un air graveleux : « Ta jupe est trop longue, il faut la raccourcir » ou « Est-ce que tu portes un string? ».

Le JDD

Agressions sexuelles sur 8 femmes: Denis Baupin démissionne de son poste de vice-président de l’Assemblée nationale

Accusé par plusieurs témoignages de harcèlement sexuel sur des collègues, Denis Baupin a annoncé par ses avocats qu’il démissionnait de son poste de vice-président de l’Assemblée nationale, tout en contestant les faits qui lui sont reprochés. Avant cela, le monde politique avait largement commenté les révélations de Mediapart et France Inter.


Le vice présentent de l’assemblée nationale Denis Baupin accusé d’agressions sexuelles sur 4 élus

image

« Il m’a plaquée contre le mur en me tenant par la poitrine, et a cherché à m’embrasser. Je l’ai repoussé violemment  » ; « J’ai reçu une centaine de messages. Du type “Je suis dans un train et j’aimerais te sodomiser en cuissarde” ; « J’étais seule avec Denis. Il s’est mis à me courir après autour du bureau. » Les exemples abondent, et tous visent la même personne : Denis Baupin, député de Paris.

Quatre élues, Sandrine Rousseau, actuelle porte-parole d’EELV, Isabelle Attard députée du Calvados , Elen Debost, adjointe à la jeunesse EELV et Annie Lahmer est conseillère régionale d’Île-de-France EELV dénoncent, ce lundi matin sur Mediapart et France Inter des agissements qu’elles ont eu à subir de la part de Denis Baupin, dirigeant historique de Verts, actuel député de Paris et vice-président de l’Assemblée nationale. Au total, les deux médias ont recensés huit cas pouvant relever de harcèlement sexuel ou d’agression sexuelle.

« Je suis dans un train et j’aimerais te sodomiser en cuissarde » Les faits racontés ont lieu entre 2011, 2012, souvent entre des collaboratrices de Denis Baupin, et le député, ayant donc des relations hiérarchiques.

« C’était du harcèlement quasi quotidien de SMS provocateurs, salaces », raconte une élue, qui sait que « plusieurs députés recevaient les mêmes SMS. « C’était par exemple : j’aime bien quand tu croises tes jambes comme ça. C’était même crûment dans des réunions ou des déjeuners de travail le fait de me proposer d’être mon amant ».

Une autre raconte avoir reçu « une centaine de messages. Du type « Je suis dans un train et j’aimerais te sodomiser en cuissarde ». « J’adore les situations de domination. Tu dois être une dominatrice formidable. » « J’ai envie de voir ton cul. » » D’autres collaboratrices racontent aussi, mais sous couvert d’anonymat, ces afflux de textos. Mais si au regard de la loi, ces faits peuvent être considérés comme du harcèlement sexuel, certaines le prennent avec fatalisme.

Metro