L’ONU a adopté une résolution réclamant l’arrêt de la colonisation israélienne en Palestine occupée

977600-le-conseil-de-securite-de-l-onu-devrait-voter-vendredi-sur-un-texte-demandant-a-israel-de-cesser-tou.jpg


Barack Obama a décidé de laisser à son successeur, Donald Trump, un héritage qu’il ne pourra défaire : la résolution 2334, adoptée au Conseil de sécurité de l’ONU vendredi 23 décembre. Ce texte dénonçant la colonisation israélienne a recueilli 14 voix en sa faveur, passant grâce à l’abstention américaine. Au terme de quarante-huit heures de tourbillon politique, l’administration Obama a décidé de replier le parapluie qu’elle avait systématiquement déployé depuis huit ans au-dessus d’Israël, au Conseil de sécurité. Ce coup de semonce représente une défaite politique sévère pour Benyamin Nétanyahou et une sanction contre la promotion décomplexée de la colonisation par la droite israélienne.

Le texte de la résolution, contrairement aux affirmations des responsables israéliens, n’est pas fondamentalement hostile à l’Etat hébreu. Elle s’inscrit dans la lignée de la résolution 465, adoptée en 1980, qui dénonçait déjà l’extension des colonies, jugées illégales. En outre, le texte se place à la suite du rapport du Quartet (Etats-Unis, Russie, Union européenne, ONU), publié le 1er juillet, qui dressait un état des lieux alarmant de la réalité, sur le terrain. La résolution 2334 estime elle aussi que la construction et l’extension des colonies mettent « gravement en danger la viabilité de la solution à deux Etats ».

Par ailleurs, dans un souci d’équilibre réclamé notamment par Paris et Washington, le texte « condamne tous les actes de violence contre les civils, dont les actes terroristes ». La résolution exige la « cessation immédiate » de la colonisation dans les territoires palestiniens occupés, dont Jérusalem-Est, et loue les efforts diplomatiques entrepris par la France, la Russie et l’Egypte, au cours des derniers mois, pour relancer un dialogue sur le conflit.

590 000 colons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est

A l’origine, le texte avait été présenté mercredi soir par l’Egypte, à la surprise générale. Mais Donald Trump est intervenu pour peser de tout son poids de président élu auprès d’Abdel Fattah Al-Sissi. Il a demandé au président égyptien de renoncer à son initiative. Son interlocuteur n’a pas voulu compromettre ses futures relations avec le président américain, et a donc retiré son texte. Mais le volte-face de l’Egypte n’a pas condamné son initiative. Quatre membres non permanents du Conseil de sécurité – la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Sénégal et le Venezuela – ont pris le relais du Caire, pour promouvoir la résolution dans une version identique.

Vendredi dans l’après-midi, des responsables israéliens sous couvert d’anonymat exprimaient leur amertume – et une certaine panique – dans les médias, en affirmant que Barack Obama et John Kerry se trouvaient derrière ce « coup honteux » et qu’ils « abandonnaient » Israël. L’accusation est d’autant plus injuste que, comme le rappelait vendredi soir l’ambassadeur américain à l’ONU, Samantha Power, M. Obama a « démontré un engagement sans précédent pour la sécurité d’Israël ». La diplomate faisait implicitement référence au nouvel accord de défense sur dix ans, conclu entre les deux pays à l’automne pour un montant de 38 milliards de dollars.

Samantha Power a expliqué que les Etats-Unis ne votaient pas en faveur de la résolution parce qu’elle « se concentre trop étroitement sur les colonies » en ne tenant pas compte des autres facteurs dans le conflit. Mais l’abstention se justifie, selon elle, par la continuité de la position américaine, d’un président à l’autre, républicain ou démocrate, depuis des décennies : elle se résume par une condamnation de la colonisation et un soutien à une solution à deux Etats. En 2011, l’administration Obama avait opposé son veto à une résolution condamnant la colonisation, dont la formulation avait été jugée trop déséquilibrée.

L’ambassadeur américain a rappelé que le nombre de colons s’élevait à présent à 590 000 en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, dont 90 000 au-delà de la barrière de sécurité construite par les Israéliens.

Le Monde

12 réflexions sur “L’ONU a adopté une résolution réclamant l’arrêt de la colonisation israélienne en Palestine occupée

      • malheureusement judaïsme et sionisme ne sont pas des races mais soit 1 religion pour la 1ere est soit 1 idéologie pour le second,valls voulait que l’antisionisme soit reconnu comme de l’antisémitisme comment peut on être idiot a ce point,il est vrai qu’avec son 5/20 au bac il ne fait pas parti d’1 puit de culture

        J'aime

      • Combien de fois a t-on pu entendre je suis juif.
        Les Arabes font passer leur citoyenneté avant leur confession, ils se disent tunisiens, algériens, égyptiens……… Ils sont très fiers de leur citoyenneté. Ce qui n’est pas le cas pour la communauté juive. Je suis juif, d’origine polonaise par exemple.
        Ils font passer leur confession avant leur citoyenneté. Leur culture, leur confession sont leur identité, pas leur citoyenneté.
        C’est un sacré défaut.

        J'aime

      • le principe du juif c’est de s’annoncer partout,et oui je suis juif c’est le même que sésame ouvre toi d’ali baba c’est que ça aide la shoah bizness

        J'aime

  1. Ping : Colonies israéliennes en Palestine occupée : 50 ans d’expansion et de violation du droit internationale | Fdebranche

  2. Ping : Un ministre israélien : «Juifs de France, la France n’est pas votre pays. Il est temps de partir» | Fdebranche

  3. Ping : Netanyahu pourrait annoncer de nouvelles constructions de colonies, malgré le vote à l’ONU | Fdebranche

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s