Paris : un catholique interrompt sa prière de rue et frappe violemment un homme noir

Homme noir frappé par un catholique intégriste : L’extrême droite se félicite de l’agression


Sans plainte, le catholique intégriste qui a frappé un homme noir, a été laissé libre

Sainte Rita est devenue une « ZAD réac » défendue par des catholiques intégristes et des membres de l’extrême droite

Inconscient, traîné au sol

Ce n’est qu’après une minute de vidéo que l’un d’eux, crâne rasé, se lève pour porter un très violent crochet du gauche à un homme noir qui les accostait. La victime tombe au sol inconsciente, tête contre le goudron, avant d’être brutalement empoignée et tirée par son agresseur. La vidéo s’arrête ensuite sur un message extrémiste, affichant un croisé sous l’inscription « soldat du Christ », appelant à les « rejoindre ». 

Sans plainte, l’auteur des faits a été laissé libre, précise à L’Express la source policière.

Le compte Facebook qui diffuse ces images se fait appeler Amalek. « Rappeur nationaliste » selon les termes de sa page biographie, il se revendique d’une « lignée de patriote », assure « sortir de prison » et être marqué par la « délinquance, la violence, l’alcool, la drogue« . L’agresseur semble être un membre de son groupe.

L’Express


Paris : un homme violemment frappé pendant une prière de rue devant l’église Sainte-Rita. La scène se serait déroulée ce vendredi sur le trottoir en face de l’église Sainte-Rita (XVe arrondissement de Paris), surnommée la « ZAD d’’extrême droite » depuis son occupation par des catholiques intégristes puis son évacuation musclée, le 3 août.

Dans une vidéo, on aperçoit un groupe de onze jeunes personnes, agenouillées dans la rue, en train de réciter une prière catholique. « Je vous salue Marie, pleine de grâce… », débute ainsi une jeune femme, bras croisés. Un instant plus tard, un homme fait irruption à l’arrière. Aussitôt, l’un des participants à cette messe en public se lève et lui assène un violent coup de poing. La violence du coup le propulse au sol.

 

Prières de rue interdites

L’auteur de cette vidéo, qui l’a mise en ligne vendredi après-midi, se présente comme un chanteur de « rap anticommuniste » et s’affiche comme étant « issu d’une famille de chrétiens et descendant d’une longue lignée de patriotes ».

Les prières de rue à Paris avaient été interdites par une loi en vigueur depuis le 16 octobre 2011. A l’origine de cette mesure prise au nom du principe de laïcité : la présence accrue de fidèles musulmans qui priaient dans les rues de la capitale, invoquant le manque de place dans les mosquées.

Metro News

Des prières de rue catholiques en plein Paris

Plusieurs milliers de fidèles ont défilé lundi dans le centre de Paris au départ de la cathédrale Notre-Dame à l’occasion de la traditionnelle procession de l’Assomption, événement placé sous sécurité renforcée, a constaté une journaliste de l’AFP.

30b5898d70991480fa2d788d83ea8.jpg

Dans la foule, les fidèles de tous âges, certains venus en famille et égrainant pour beaucoup des chapelets, marchaient dans les rues des îles Saint Louis et de la Cité en reprenant des chants à la gloire de la Vierge Marie, dont l’Assomption marque pour les catholiques la montée au ciel.

La procession s’est élancée peu avant 17 heures du parvis de la cathédrale, autour duquel les mesures de sécurité avaient été renforcées compte tenu de la menace terroriste en France.

Le parcours a été un peu changé par rapport aux années précédentes « en raison des impératifs de sécurité », a expliqué au micro le recteur archiprêtre de Notre-Dame, Mgr Patrick Jacquin.

La station de métro Cité avait été fermée et l’accès à la cathédrale interdit pendant la procession précédant la messe solennelle prévue à 18h30. 

 

Comme chaque année, le cortège pédestre avait été précédé dimanche soir d’une procession fluviale sur la Seine, avec une quinzaine de bateaux autour des îles de la Cité et Saint Louis.

BFM