Vote de l’Unesco sur Jérusalem : quand l’occupant endosse l’habit de la victime

Le vote par l’Unesco de nouvelles décisions sur le patrimoine palestinien provoque les protestations outrées d’Israël qui se dit victime de négationnisme et annonce son retrait de cet organe de l’ONU. 

10408027-17050845.jpg

La raison ? La première de ces décisions nierait tout lien entre Jérusalem-Est et le judaïsme en utilisant exclusivement des « dénominations musulmanes ». Lecture spécieuse d’un texte qui a le défaut majeur de ne pas accepter les faits accomplis sur le terrain par Israël, puissance occupante, mais affirme d’emblée « l’importance de la Vieille Ville de Jérusalem et de ses remparts pour les trois religions monothéistes ». Quant aux « termes musulmans », ce sont les termes arabes utilisés par les Jérusalémites, qu’ils soient musulmans ou chrétiens pour désigner les « lieux saints », même si dans leur volonté de rectification du vocabulaire, les Israéliens se refusent à les utiliser en arabe.

Ce texte a surtout l’immense défaut de recenser la liste des faits accomplis par l’administration israélienne pour mettre en cause le statu quo sur l’esplanade des mosquées et le caractère palestinien de Jérusalem Est. L’autre texte plus global, pointe précisément les conséquences de l’occupation sur les terres arabes occupées de Palestine et du Golan du point de vue éducatif et culturel.

La « colère » des dirigeants israéliens traduit donc simplement le fait qu’il leur faut absolument masquer la politique de colonisation et de nettoyage ethnique en cours à Jérusalem. Ils ne supportent pas de se voir rappeler le droit… et que l’annexion de Jérusalem-Est est nulle et non avenue selon les termes de la résolution 478 du Conseil de sécurité.

Il est par contre inquiétant de voir de grands pays européens s’opposer à ces décisions, et la France se réfugier dans l’abstention alors que certaines de ses entreprises sont directement impliquées dans des infrastructures de transport au service de la colonisation.

Cela a de quoi sérieusement interroger sur le contenu de ses prochaines initiatives diplomatiques.

Saphir News

Zemmour «L’armée française, aidée par Israël, va nettoyer et récupérer nos territoires» comme à Gaza

urm335-hc

L’État-major des armées dément l’existence d’une « opération Ronces »

Contacté par Le HuffPost , l’État-major a formellement démenti cette information. « Il n’existe pas d’opération Ronces », nous explique-t-on. « La seule opération sur le territoire français est l’opération Sentinelle, en appui des forces de sécurité intérieure, qui mobilise 10.000 hommes dont 3000 en alerte répartis pour moitié entre Paris et Province », poursuit le ministère de la Défense.

Huffington Post


«L’état-major de l’armée sait qu’un jour viendra où il devra reconquérir ces terres devenues étrangères sur notre propre sol. Le plan est déjà dans les cartons, il a pour nom «Opération Ronces». Il a été mis au point avec l’aide des spécialistes de l’armée israélienne qui ont transmis à leurs collègues français leur expérience de Gaza. La comparaison vaut tous les discours», a déclaré Eric Zemmour.

Extrait du livre de zemmour

57d03944c36188a95c8b483d.jpg


Eric Zemmour est familier des thèses radicales. En décembre 2015, il avait été condamné à 3 000 euros d’amende pour «provocation à la haine envers les musulmans» pour des propos tenus en octobre 2014, alors qu’il faisait la promotion de son livre intitulé Le suicide français.

«[Les musulmans] ont leur code civil, c’est le Coran» […] ils vivent entre eux, dans les banlieues. Les Français ont été obligés de s’en aller», avait-il déclaré à l’époque.

RT

Un député israélien : Israël est en train d’accomplir un «nettoyage ethnique» en Cisjordanie

Un député israélien a accusé Tel Aviv de perpétrer un «nettoyage ethnique» contre les Palestiniens en Cisjordanie occupée, alors qu’on constate une hausse des destructions de maisons palestiniennes dans la zone.

240909humsadestruction

Dov Khenin a déclaré à la chaîne britannique Sky News dimanche 1er mai que la destruction des bâtiments dans la zone C en Cisjordanie représentaient une tentative de nettoyage de la zone et de la préparer pour que des Israéliens viennent la coloniser dans l’avenir.

La zone C, totalement sous le contrôle de l’armée israélienne, s’étend sur 360 000 hectares, soit l’équivalent de 60% de la Cisjordanie. Les accords d’Oslo de 1993 entre Israéliens et Palestiniens divisent la Cisjordanie en plusieurs zones : la A qui est sous contrôle palestinien, la B qui est sous contrôle israélo-palestinien, et la C.

Israël est en train de perpétrer «un nettoyage ethnique de façon très sophistiquée» en Cisjordanie occupée, a affirmé le député.

Néanmoins, Matthew Ryder, un employé de terrain de l’ONU, a rappelé qu’obtenir l’approbation de projets de constructions était «virtuellement impossible» pour les Palestiniens. «Les chiffres israéliens montrent, qu’entre 2010 et 2014, les Palestiniens dans la zone contrôlée par Israël n’ont réussi qu’à obtenir 33 permis de construire sur leurs propres terres – cela représente quelque chose comme 1,5% de la totalité des permis accordés» a-t-il affirmé.

Selon des chiffres publiés par les Nations Unies, les destructions menées par l’armée israélienne de bâtiments palestiniens ont plus que triplé ces trois derniers mois. En moyenne, 165 structures sont détruites chaque mois depuis janvier.

L’Express