USA : 38 millions de $ récoltés par Robert de Niro et Arnold Schwarzenegger pour Tsahal

Parmi les 1.200 invités, Robert de Niro, Larry King, Arnold Schwarzenegger ont participé à la cérémonie
3a1a097e00000578-3909538-image-a-36_1478395048031

Plus de 38 millions de dollars ont été récoltés lors du gala annuel de bienfaisance des amis de l’armée israélienne de Tsahal (Friends of the IDF ndlr) jeudi soir à Los Angeles.

Parmi les 1.200 invités, Robert de Niro, Larry King, Arnold Schwarzenegger, Jared Butler et d’autres célébrités ont participé à l’événement.

Organisé par le milliardaire et chef d’entreprise Haim Saban, l’un des dons les plus importants provient du rabbin Yechiel Epstein, qui a octroyé 6 millions de dollars.

Haim Saban lui-même a fait don de 5 millions de dollars.

« Nous sommes ici pour montrer le soutien fantastique d’Hollywood et de la communauté juive des Etats-Unis aux soldats d’Israël et à l’armée israélienne », a déclaré M. Saban, l’un des plus importants donateurs à l’armée israélienne.

 

Un somme record de 14 millions de dollars (53,4 millions de shekels) avait également été récoltée par les amis américains du Magen David Adom (AFMDA) lors d’un gala mardi à Los Angeles.

I24

Afghanistan : un raid de l’OTAN tue au moins 30 civils dont des femmes et des enfants

Des responsables afghans affirment qu’au moins 30 civils afghans, dont des femmes et des enfants, ont été tués par une frappe aérienne de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) contre les talibans à Kunduz, dans le nord du pays, jeudi 3 novembre. Une vingtaine de personnes ont également été blessées.

Dans un communiqué, l’opération de l’OTAN en Afghanistan a confirmé avoir mené ces frappes aériennes « pour défendre des forces alliées sous le feu ». Elle ajoute qu’il y aura une enquête sur les allégations de victimes civiles.

Manifestation à Kunduz

A la suite de cette attaque, des manifestations ont éclaté à Kunduz. Des dizaines de proches des victimes se sont rassemblées devant les bureaux du gouverneur, transportant des corps d’enfants tués.

Ce raid fait suite à des combats dans lesquels deux soldats américains et trois membres des forces spéciales afghanes ont été tués au cours d’une opération antitalibans, dans le district de Kunduz.

10 000 Américains

Depuis le retrait de la majorité des forces occidentales à la fin de 2014, l’opération «Resolute Support» compte 12 000 hommes, dont près de 10 000 Américains. Sous commandement américain, ils sont chargés de former, conseiller et assister leurs pairs afghans et de les appuyer dans leur lutte contre les talibans et le groupe Etat islamique, surtout présent dans l’est du pays.

Depuis l’extension de leur mandat en juin par le président Barack Obama, les troupes américaines mènent notamment des bombardement aériens pour protéger leurs alliés afghans ou stopper l’avancée des insurgés.

Le Monde

Syrie : 300 civils tués par les bombardements occidentaux (Amnesty International)

Les frappes aériennes de la coalition contre le groupe armé Etat Islamique (EI) auraient provoqué la mort d’environ 300 personnes. C’est ce que révèle l’étude réalisée par notre organisation de 11 frappes.  

Capture d’écran 2016-11-03 à 01.29.17.png

Le 28 septembre 2016 Nous avons adressé  un document au ministère américain de la Défense, soulevant des questions quant à la conduite des forces de la coalition en Syrie. Ce document réunit et analyse des informations provenant de plusieurs sources, y compris de témoins directs de frappes aériennes.

Le  commandement militaire américain (CENTCOM), qui dirige les forces de la coalition en Syrie, n’a peut-être pas pris les précautions nécessaires pour épargner les civils. De plus, il a peut-être mené des attaques illégales qui ont tué et blessé des civils.

Jusqu’à présent, les autorités des États-Unis n’ont pas répondu. Elles se contentent d’ailleurs de reconnaître qu’une seule mort causée par ces attaques.

Amnesty

Syrie : 28 civils tués par les bombes de la coalition dirigée par Washington

b689415c-3857-11e6-979c-cdc90cbd7fbf_original

Au moins 41 personnes dont 28 civils ont été tuées dans des raids de la coalition antijihadistes dirigée par Washington jeudi contre une localité aux mains des jihadistes en Syrie, selon un nouveau bilan fourni ce vendredi par l’ONG, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Un premier bilan fourni la veille faisait état de 15 civils tués.

Les Echos

Hervé Morin appelle à «israeliser» la société française, les internautes s’indignent

Capture d’écran 2016-07-27 à 17.59.10

 

Syrie : bombardements occidentaux sur des civils, discrétion des médias français

Pas un mot au JT de TF1, un petit sujet d’une minutes et 15 secondes le 20 juillet dans le journal de France 2 : les bombardements de la coalition internationale, conduits les 18 et 19 juillet, près de la ville de Manbij dans le nord de la Syrie et qui ont fait plusieurs dizaines de victimes civiles ( une centaine d’après les locaux ) n’ont eu qu’un faible écho à la télévision française.

Manbij massacre raid coalition france usa daech ei civils attentat

Pourtant qualifiées, par certains sites comme Le Monde ou Libération, de « plus grosse bavure » de la coalition depuis son entrée en action en septembre 2014, ces frappes ont fait au moins 56 victimes civiles dont 11 enfants selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, OSDH). Quant aux déclarations du ministre syrien des Affaires étrangères dénonçant, à tort ou à raison, l’aviation française, rares sont les médias français a leur avoir fait écho.

Mercredi 20 juillet, entre un reportage sur la France et ses millionnaires et un sujet sur Donald Trump, le présentateur du JT de France 2, Julian Bugier, pose finalement la question : « Y-a-t-il eu bavure de la coalition internationale en Syrie ? Plusieurs sources révèlent aujourd’hui que des bombardements occidentaux auraient tué des dizaines de civils. » En duplex, depuis Washington, où se tient une réunion des pays occidentaux engagés dans le conflit, le journaliste Arnaud Comte commente : « Les Américains expliquent qu’ils ont visé des convois des voitures de djihadistes mais aucune confirmation de leur part de victimes civiles. »

Mise au conditionnel, non-confirmation des autorités américaines, ce 20 juillet, en 1 minute et quelques secondes France 2 n’en dira pas plus sur les bombardements qui, dans la nuit du 18 au 19 juillet, ont frappé le village d’Al-Tukhar à quinze kilomètres au nord de la ville de Manbij.

Quant aux journaux télévisés de TF1 ce 20 juillet ? Pas un mot sur le sujet. La veille ? Le lendemain ? Non plus. A l’étranger et en France, pourtant le lendemain des bombardements plusieurs medias faisaient état de victimes civiles et pas seulement au conditionnel : « En Syrie la coalition internationale tue plusieurs dizaines de civils », titrait ainsi Le Monde le 20 juillet évoquant un « carnage », « les photos de corps démembrés, couverts de poussières, en train d’être déposés dans une fosse commune » qui ont circulé sur les réseaux sociaux.

Arrêt Sur Image