Scolarisation, retraites, emploi : les intox de Marine Le Pen sur l’immigration

marine_le_pen_chut

La présidente du Front national a multiplié les contre-vérités jeudi lors d’un petit-déjeuner, accumulant les approximations et contre-vérités sur le sujet.

Marine Le Pen assure n’avoir « rien contre les étrangers ». Mais elle s’en est prise aux supposés privilèges des immigrés et étrangers en France, jeudi 8 décembre, à Paris, lors d’un petit-déjeuner organisé par l’institut de sondage BVA. Sauf que la présidente du Front national (FN), candidate à l’élection présidentielle, a accumulé les approximations et contre-vérités sur le sujet.

Marine Le Pen a affirmé lors de ce petit-déjeuner vouloir revenir sur le droit à une scolarité gratuite pour les enfants d’immigrés :

« La solidarité nationale doit s’exprimer à l’égard des Français. Je n’ai rien contre les étrangers, mais je leur dis : “Si vous venez dans notre pays, ne vous attendez pas à ce que vous soyez pris en charge, à être soignés, que vos enfants soient éduqués gratuitement, maintenant c’est terminé, c’est la fin de la récréation !” » 

« Je parlais des enfants de clandestins », a-t-elle précisé à l’AFP par la suite, ajoutant : « Demander une participation aux étrangers pour la scolarisation de leurs enfants en France est une mesure qui ne me choque pas outre mesure, cela se fait dans beaucoup de pays. »

Marine Le Pen laisse entendre que l’accès gratuit à la scolarisation serait une forme de privilège accordé aux enfants d’immigrés en France. En réalité, il s’agit d’un droit affirmé par toutes les conventions internationales :

  • la Déclaration universelle des droits de l’homme (l’article 26 précisant que « l’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental ») ;
  • la Convention internationale relative aux droits de l’enfant (article 28 : « Les Etats rendent l’enseignement primaire obligatoire et gratuit pour tous ») ;
  • la Convention européenne des droits de l’homme (article 2 du protocole n° 1) ;

 

Une intox sur les immigrés qui ne « travaillent pas »

Au cours du petit-déjeuner BVA, Marine Le Pen a affirmé que la population immigrée en France ne « travaille pas ».

La déclaration de la députée européenne a de quoi interpeller. Dans l’ensemble, le taux d’actifs (rapport entre les actifs occupés et chômeurs par rapport à la population correspondante) est équivalent entre population immigrée (56 %) et non immigrée (57 %), selon les statistiques de l’Insee pour l’année 2010, publiées en 2012.

Parmi ces actifs, la proportion de chômeurs est supérieure chez les immigrés (15 %) par rapport aux non-immigrés (8 %). On remarque par ailleurs que les immigrés nés dans l’Union européenne sont mieux lotis (6 % de chômage) que les autres (18 %).

Une étude européenne plus récente montre que 80,2 % des immigrés de seconde génération âgés de 25 ans à 54 ans ont un emploi, soit presque autant que les Français d’ascendance française (83,9 %). Les immigrés de première génération le sont un peu moins, mais une nette majorité d’entre eux (66,6 %) travaille.

Un mensonge sur les retraites des immigrés

Poursuivant son réquisitoire sur les immigrés qui ne travaillent pas, selon elle, la présidente du FN a ajouté ceci : « Sans compter les dispositifs qui permettent à des gens de toucher des minimums vieillesse avec le seul critère d’arriver en France, d’avoir 65 ans, sans avoir jamais ni travaillé ni cotisé en France, et on arrive à délivrer, je sais plus, 750 euros par personne, 1 500 euros pour un couple. »

L’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), anciennement appelée « minimum vieillesse », assure des ressources mensuelles minimales aux personnes de plus de 65 ans. Son montant est de 801 euros pour une personne seule, 1 243 euros pour un couple.

Cette aide est effectivement ouverte aux étrangers mais, contrairement à ce que dit Marine Le Pen, il y a des conditions pour cela. Il faut résider en France de manière régulière et remplir au moins un de ces trois critères :

  • avoir un titre de séjour autorisant à travailler depuis dix ans au moins ;
  • être réfugié, apatride ou bénéficier de la protection subsidiaire ou avoir combattu pour la France ;
  • être ressortissant d’un Etat membre de l’espace économique européen ou de la Confédération suisse.

On comptait 68 827 bénéficiaires de cette allocation en 2015 (– 0,2 % par rapport à 2014). Environ 30,9 % d’entre eux étaient étrangers, un chiffre resté stable ces dernières années.

Une fausse affirmation sur les retraites des agriculteurs

Marine Le Pen a enfin déploré le fait qu’« en bas de chez vous [il y a] des agriculteurs qui vivent avec 300 euros ou 400 euros par mois de retraite », par opposition à la situation des migrants accueillis en France.

Contrairement à ce qu’affirme Marine Le Pen, l’Etat n’abandonne pas un agriculteur démuni qui ne toucherait qu’une retraite de 300 ou 400 euros par mois. En réalité, toute personne de nationalité française de plus de 65 ans qui réside dans le pays peut au minimum percevoir l’ASPA. Cette dernière garantit à une personne seule sans revenus un minimum de 801 euros par mois. Et un agriculteur seul qui touche une retraite inférieure à ce seuil peut tout à fait demander un complément au titre de l’ASPA.

Dans deux cas de figure précis, un agriculteur peut effectivement recevoir une simple rente mensuelle de 300 ou 400 euros :

  • si les ressources totales du foyer dépassent le plafond de l’ASPA ;
  • si l’agriculteur souhaite ne pas recevoir l’aide pour éviter tout prélèvement sur sa succession. Les sommes versées au titre de l’allocation sont en effet récupérées à la disparition de l’allocataire sur sa succession si l’actif net successoral dépasse le seuil de recouvrement (39 000 euros).

Le Monde

3 réflexions sur “Scolarisation, retraites, emploi : les intox de Marine Le Pen sur l’immigration

  1. Ping : Scolarisation, retraites, emploi : les intox de Marine Le Pen sur l’immigration — Fdebranche | MONSITE

  2. Quand ces enfants seront adultes ils diront. Je n’ai pas pu apprendre à lire et à écrire en France, je n’avais pas la nationalité. Ou bien, J’ai appris à lire en à écrire grave à la France,
    Je préfère la deuxième.

    J'aime

  3. Après avoir travaillé et cotisé souvent 50ans de carrière les agriculteurs seront ravi de savoir qu’ils pourront toucher royalement 801€ soit autant qu’un retraité étranger vivant depuis 5 ans en France sans jamais avoir cotisé en France!

    J'aime

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s