Le 1er mai 1995, Brahim Bouarram est assassiné par l’extrême droite

5469946-8161852
Aux alentours de 11h30, sur le pont du Carrousel, cinq hommes, le look skinhead – crâne rasé, blouson Bombers et rangers – quittent la queue du cortège de la manifestation du Front national et descendent en courant vers les quais. En contrebas, Brahim Bouarram, 29 ans, épicier de son état, flâne sur les berges de la Seine. Lorsque le groupe aperçoit le jeune Marocain, trois d’entre eux se précipitent vers lui. Selon des témoins, tout se passe très vite.

Il n’a pas eu le temps de réagir, raconte l’un d’eux. Deux skinheads l’ont empoigné et précipité dans la Seine. »

A cet endroit, le courant est puissant, Brahim Bouarram coule à pic. Les deux assassins prennent immédiatement la fuite ainsi que leurs trois complices. Selon plusieurs témoins, ils rejoignent la manifestation et se fondent dans un groupe composé d’une centaine de skinheads qui affichent de manière ostentatoire des insignes nazis.

Deux hommes et une femme qui se trouvaient sur les quais à la hauteur du pont du Carrousel ont observé la scène. Ils appellent immédiatement les secours. Mais quand les sauveteurs réussissent à repêcher le corps de Brahim Bouarram, il est trop tard. Le jeune Marocain est mort.

Chez beaucoup de policiers des renseignements généraux affectés à la surveillance des groupes d’extrême-droite et aux « Violences urbaines », on ne cache pas sa colère. Les RG ne comprennent toujours pas pourquoi la queue du cortège a été laissée sans surveillance. Pour ce syndicaliste, ce qui s’est passé est inadmissible:

Des fonctionnaires qui s’occupent habituellement des groupuscules d’extrême-droite ont été envoyés pour surveiller la manif des anars, le matin.
Quant à la section des Violences urbaines, elle a brillé par son absence. Je ne dis pas que nous aurions pu empêcher ce crime, mais les types, nous les aurions coincés si nous avions été là où nous devions être. »

Pour cet autre policier, bon connaisseur de l’extrême-droite, il n’est pas certain que cela soit des skinheads qui aient tué le jeune Marocain.

Beaucoup de groupes nazillons, explique-t-il, gravitent autour du FN. Il y a le GUD, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires qui, à plusieurs reprises, ont assuré le service d’ordre dans des meetings de Jean-Marie Le Pen. »
Mais voilà, dit un autre policier, depuis la restructuration des RG, Pasqua ne s’intéresse plus qu’aux terroristes islamistes. C’est son obsession. Ce qui fait que presque toutes les sections travaillent là-dessus au détriment du reste. »

L’Obs

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s