Sur 15 terroristes djihadistes ayant frappé la France, seuls 2 étaient binationaux et sont morts

Mohamed Merah Abdelhamid Abaaoud attentat juif 13 novembre terroristes bataclan militaires

Sur 15 terroristes djihadistes ayant frappé la France, seuls 2 étaient binationaux et sont morts, il s’agit de Mohamed Merah et d’Abdelhamid Abaaoud

Ceux qui ont commis ou fomenté des attaques terroristes sont de jeunes trentenaires. Dans leur grande majorité, ces hommes sont Français et nés en France, de parents immigrés. Certains ont eu un contexte familial instable ou compliqué : orphelins, les frères Kouachi ont par exemple été élevés dans un foyer de Corrèze. D’autres ont grandi dans des familles sans histoire. Tous ou presque semblent avoir eu une scolarité difficile, ou en tout cas courte, et des emplois peu qualifiés, quand ils en ont eu.

Ceux qui résidaient en France avaient la plupart du temps, à un moment donné, fait l’objet d’une fiche S (« sûreté de l’Etat »), mais pas forcément en raison de leur radicalisation. Les noms de plusieurs de ces individus figuraient sur des mandats d’arrêt internationaux ou sur les bases de données partagées par les polices de l’espace Schengen.

Si quelques-uns étaient connus pour leurs liens avec des mouvances salafistes et leur pratique rigoriste de l’islam, à l’instar de Yassin Salhi – l’auteur présumé de la décapitation de son employeur et d’une tentative d’attaque kamikaze contre une entreprise de l’Isère le 26 juin –, d’autres semblent s’être radicalisés récemment.

Pour nombre d’entre eux, un voyage à l’étranger, et notamment en Syrie, paraît avoir constitué un moment clé de ce processus. La moitié d’entre eux se sont, de façon certaine, rendus en Syrie ces dernières années. D’autres avaient passé du temps au Yémen, en Afghanistan ou au Pakistan.

Le Monde

L’affaire Merah, «pas un attentat» selon Eric Woerth

648x415_eric-woerth-depute-ump-oise-15-avril-2015-paris.jpg

Une polémique a retardement bien difficile à éteindre. Deux jours après son intervention jeudi soir sur le plateau d’I-Télé, l’ex-ministre des Finances Eric Woerth a tenté de répondre à ses détracteurs ce samedi soir sur Twitter.

« Il n’y a pas eu d’attentats terroristes sous Sarkozy»

Invité jeudi soir dans l’émission Tirs croisés à débattre avec le vice-président du Front national, Florian Philippot, Eric Woerth (Les Républicains) avait affirmé : « Il n’y a pas eu d’attentats terroristes sous Sarkozy. Le niveau de sécurité sous Sarkozy n’a jamais été aussi élevé ».

Alors que l’eurodéputé FN lui rappelait les attentats de Mohamed Merah, Eric Woerth avait rétorqué : « C’est pas un attentat, c’est le crime d’un furieux. C’est pas Daesh, c’est pas un réseau international ». Il avait également affirmé, à propos de Merah : « Il a été arrêté ».

20 Minutes