5 identitaires corses condamnés à du sursis pour incitation à la haine contre les arabes

Cinq personnes ont été condamnées aujourd’hui par le tribunal correctionnel de Bastia à des peines de deux à six mois de prison avec sursis pour « incitation à la haine raciale » pour des propos anti-arabes sur internet.

CXQAhD_WAAI4Bw4

L’un des prévenus, Patrick Pozzo di Borgo, ex dirigeant d’un mouvement identitaire « Vigilenza naziunale corsa », aujourd’hui dissous, avait protesté sur internet contre un instituteur qui avait évoqué avec ses élèves l’origine arabe de l' »abricot ».

Lors d’un cours de corse auquel assistait la fille de Patrick Pozzo di Borgo, au printemps dernier, cet enseignant Christophe Limongi avait expliqué qu’il existait pour certains mots des racines communes entre le corse et d’autres langues dont l’arabe.

Le parent d’élève et les autres prévenus avaient vivement réagi sur internet et appelé à protester contre l’enseignant, qui s’est dit menacé, provoquant un vague d’insultes et de propos anti-arabes. L’académie avait porté plainte contre les auteurs de ces propos.

Le Figaro

Israël : la femme d’un élu refuse d’accoucher à côté d’une femme arabe

Des pratiques controversées de séparation des patientes selon leur ethnicité ont été révélées par des journalistes israéliens. Pour le membre de la Knesset, Bezalel Smotrich, il est «naturel» que sa femme accouche dans une ambiance «pacifique».

5704f12fc361884b058b4627

Même s’il s’agit d’une pratique interdite par le ministère israélien de la Santé, le personnel accède aux désirs des patients dans la plupart des hôpitaux du pays et sépare les femmes juives et arabes dans les maternités, a révélé la radio Voix d’Israël.

 

Alors que les membres du Parlement israélien exigent du gouvernement que cette question soit étudiée pour assurer le respect de la loi dans les centres médicaux, un membre du parti Foyer juif, Bezalel Smotrich, s’est exprimé en faveur de la séparation confessionnelle dans les maternités. Commentant les révélations des journalistes sur son compte Twitter, il a écrit que sa femme n’était vraiment pas raciste, mais, qu’après un accouchement, elle voulait plus se reposer qu’assister à la fête habituelle des arabes.

Il est naturel que ma femme ne veuille pas se coucher [dans un lit] à côté d’une femme qui vient de donner naissance à un bébé qui pourrait vouloir l’assassiner dans vingt ans 

D’après The Times of Israel, face aux réactions négatives à son tweet, le député a décidé d’aller plus loin en écrivant : «Il est naturel que ma femme ne veuille pas se coucher [dans un lit] à côté d’une femme qui vient de donner naissance à un bébé qui pourrait vouloir l’assassiner dans vingt ans.» Avant d’ajouter : «Les Arabes sont mes ennemis, voilà pourquoi je n’aime pas être à côté d’eux.»

Revital, sa femme a, à son tour, déclaré aux journalistes qu’elle avait refusé d’être accompagnée par du personnel arabe au sein la maternité. «Je refuse d’avoir une sage-femme arabe, parce que pour moi, l’accouchement est un moment juif et pur», a-t-elle expliqué, précisant : «Je veux que des mains juives touchent mon bébé et je ne me sens pas à l’aise, couchée dans la même chambre qu’une femme arabe.»

RT

L’émergence des « judéo-nazis »

Une enquête du centre de recherche Pew reflétait en mars les « profondes divisions » de la société : 79 % des Arabes israéliens disaient que les musulmans souffraient d’une forte discrimination ; près de la moitié des juifs étaient favorables à l’expulsion d’Israël des Arabes.

Ben Caspit, commentateur réputé s’alarmait dans le quotidienMaariv de l’émergence des « judéo-nazis ». Pour lui, « Smotrich est le juif le plus nazi que nous ayons vu ici depuis bien longtemps« . Betzalel Smotrich avait supprimé les tweets controversés mercredi.

Le Point