Régionales 2015 : la justice ouvre une enquête contre le FN pour escroquerie au préjudice de l’Etat

65dcf38ce0fdb3bb244bf6d940981

Selon les informations du Monde, une enquête préliminaire aurait été ouverte pour escroquerie au préjudice de l’Etat, abus de biens sociaux et blanchiment de ces délits, dans le cadre de la campagne des élections régionales de 2015.

Les boulets judiciaires du Front national vont-ils obérer les chances de Marine Le Pen en 2017? Désormais, toutes les campagnes menées par le Front national depuis que la fille de Jean-Marie Le Pen en a pris les rênes sont dans le viseur de la justice.

Le Monde révèle ce vendredi que le parquet de Paris a ouvert, le 9 novembre, une enquête préliminaire pour escroquerie au préjudice de l’Etat, abus de biens sociaux et blanchiment de ces délits. La campagne visée est celle des élections régionales de décembre 2015, lors desquelles le FN est arrivé en tête dans six régions.

Selon les informations du quotidien, c’est une société proche du FN, les Presses de France, qui est visée. Elle est dirigée par un proche de Marine Le Pen et ancien du GUD (groupuscule d’étudiants d’extrême droite), Axel Loustau. Comme la société Riwal -mise en examen dans l’enquête sur le financement par le FN des élections législatives et présidentielle de 2012-, les Presses de France auraient eu recours, lors des régionales, à des sous-traitants pour imprimer des tracts et des professions de foi pour les candidats.

3,5 millions de surfacturation?

D’après Le Monde, la société d’Axel Loustau a été créditée de 4,7 millions d’euros au titre de remboursements par l’Etat de frais de campagne. Problème: seul 1,2 million d’euros ont été débités au profit des sous-traitants. Quid des 3,5 millions restants? La justice soupçonne là une possible surévaluation du matériel électoral facturé aux candidats.

Parmi les bénéficiaires des 4,7 millions remboursés par l’Etat, il y aurait une autre société ‘satellite’ du FN, la Financière Agos, un temps dirigée par Axel Loustau avant d’être transmise à une de ses proches. Elle aurait perçu moins d’un million d’euros dans le cadre de la campagne. Son activité, selon ses statuts, consiste entre autres au « conseil pour les affaires et la gestion ». Des attributions plutôt larges, tout comme celles de la Financière de la pépinière, dirigée par Christophe Chabassol et également bénéficiaire d’un versement d’un million d’euros.

Une information ouverte à la suite d’un signalement de Tracfin, organisme du ministère de l’Economie et des Finances, chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent. La justice reproche au parti d’avoir mis en place un système bâti sur des surfacturations et des kits de campagne obligatoires permettant d’obtenir des remboursements indus. Des flux qui impliqueraient également Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen.

L’Express

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s