Racisme et menaces : l’essayiste d’extrême droite Alain Soral au tribunal

Le parquet a requis jeudi six mois de prison contre l’essayiste d’extrême droite, poursuivi notamment pour harcèlement moral, menaces et injures raciales, par une ancienne mannequin qui l’avait éconduit.

694799-elections-ue-resistance-dieudonne

Ce pourrait être l’histoire, tristement banale, du type éconduit qui, vexé du rejet de celle qu’il convoite, se met à l’insulter. Des affaires comme celles-ci, il en arrive tous les jours : les harcèlements, de rue ou d’ailleurs, dont sont régulièrement victimes les femmes, parce qu’elles n’ont pas répondu favorablement à un compliment lourdingue ou à une invective machiste.

Sauf qu’ici, le prévenu s’appelle Alain Soral. Et à la gravité des faits qui lui sont reprochés s’ajoute le caractère racial. Plus un travail de sape méthodiquement organisé par les proches de l’essayiste d’extrême droite, pour faire taire sa victime. Ce jeudi, devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, l’homme était jugé pour des faits présumés d’injures raciales, menaces, envois réitérés de messages malveillants, et harcèlement. Il n’a pas fait le déplacement.

C’est donc celle qui l’accuse, Binti Bangoura, une grande femme noire de 34 ans, qui va livrer sa version du dossier : deux ans en enfer pour avoir osé repousser les avances d’Alain Soral. Pendant longtemps, elle a préféré ne rien dire. Parce qu’elle avait peur. Pendant des semaines, Binti Bangoura s’est terrée en Allemagne, craignant de rentrer en France, craignant «pour [sa] vie»«Ecoute bien, crasseuse, et passe le message à qui tu veux. Un conseil, oublie Alain, et ne t’avise pas de venir sur Paris», l’a-t-on prévenue un soir, dans un mail. Un de plus, au vu des nombreux messages d’insultes que la jeune femme a reçus entre août et novembre 2014, entre le moment où elle a dit «non», et celui où elle a finalement porté plainte.

«Les Blancs prennent les Blacks pour des putes»

A la barre, Binti Bangoura raconte. Elle a fait la connaissance de l’auteur de la Sociologie du dragueur le 3 mars 2014. A l’époque, l’ancienne mannequin, hôtesse d’accueil, qui tente de percer dans la musique, commence à s’intéresser aux vidéos d’un certain Dieudonné, à qui elle prête un rôle d’avocat de la cause noire. «J’avais l’impression qu’il s’agissait d’un leader, qu’il voulait dénoncer des choses», explique-t-elle. Via Facebook, elle envoie à Egalité et Réconciliation, le mouvement antisémite d’Alain Soral, un article sur l’Afrique, précisément la Guinée, dont elle est originaire. Elle aimerait le voir relayé «pour dénoncer des injustices». C’est Soral lui-même qui répond. Commence un échange, qui peu à peu se transforme en flirt. L’homme promet de la mettre en relation avec des producteurs intéressés par sa fibre artistique. A l’époque, «il me faisait la cour, mais il était charmant et très gentleman. Il ne me faisait pas d’avances sexuelles», raconte-t-elle.

De temps en temps, elle converse avec Soral via Skype ou échange des photos. Parfois dénudées. Puis l’homme devient insistant, il souhaite la rencontrer. Binti Bangoura raconte recevoir alors le message d’une femme, qui se présente comme la maîtresse de l’essayiste. Elle se veut rassurante au sujet de l’idylle naissante : «elle m’a dit que ça ne la dérangeait pas», mais essaye de s’immiscer dans la relation, dit Binti Bangoura, qui décide de tout arrêter. «Cela ne m’intéressait pas». Elle contacte Alain Soral pour le lui dire, l’embrouille un peu. Puis reçoit ces textos : «vu comme ça effectivement tu peux aller te faire foutre»«ce soir je pense que c’est le moment de te remettre à ta place. J’ai renoncé depuis longtemps à ton cul. Tu es le genre de fille qui n’a aucun pouvoir sur moi»«ton destin est d’être un fantasme à vieux blanc juif pervers…»«les Blancs prennent les Blacks pour des putes, ce qu’elles sont le plus souvent»«finalement il ne te reste de sûr que les juifs et les pédés»«les pédés comme amis pour t’écouter chialer que ton destin c’est d’être une pute à juifs…».

«Comme ça tu vas peut-être finir par la fermer»

Nous sommes le 16 août 2014, les menaces dureront plusieurs mois. Le soir même : «Tiens, je te renvoie cette photo, j’ai trop peur qu’elle se perde et se retrouve sur Facebook, les gens sont si méchants». Un autre, anonyme : «Salut, notre ami vient de nous filer tes photos… Pas mal… Si on entend reparler de toi : diffusion publique de tes photos et crois-nous on a du fan sur YouTube et nos sites». Puis un autre : «On te prévient, on est là pour prendre la suite» ; encore : «Fais bien attention à ne pas aller trop loin, tu y laisserais des plumes». Certains contiennent des photos : «Comme ça, tu vas peut-être finir par la fermer. Au passage belle paire de nichons». Plus menaçants encore : «La tournante s’est déroulée dans une cave de La Défense». Un proche la contacte, joue la carte communautaire, tente de la raisonner «tu vas pas aller voir la jew-stice [«jew» veut dire «juif» en anglais, ndlr] ? C’est tout ce qu’on combat.»

«Toutes les personnes [gravitant] autour d’[Alain Soral] ont commencé à me contacter, pour reprendre le relais des menaces à sa place», raconte Binti Bangoura, ajoutant que des fans d’Egalité et Réconciliation, où des articles – encore en ligne aujourd’hui –, lui sont consacrés, se joignent au «tsunami». «Tout le monde venait m’insulter sans me connaître. Chacun faisait des posts sur Facebook pour me faire passer pour une prostituée. Ils ont fini par publier toutes les photos». Binti Bangoura tombe peu à peu dans la dépression, se sent abandonnée, se tourne vers des associations anti-racistes, sans succès. «Alain Bonnet [le vrai nom d’Alain Soral, ndlr] a donné de moi l’image d’une bimbo. Les gens ne voulaient pas m’aider».

«Alain Soral a dit qu’il ne va pas s’arrêter»

Elle devient parano – «je me suis dit : il a 200 000 fans sur Facebook, si tu parles, ces personnes se tourneront toutes contre toi» –, se croit suivie, observée – «j’étais sûre qu’il allait envoyer quelqu’un pour me tuer ou me faire du mal»«Bonnet donne l’impression de quelqu’un qui n’a peur de personne, quelqu’un de politique, qui connaît du monde. Quand quelqu’un venait me parler, je pensais systématiquement qu’il était envoyé par [Soral]». Elle a «des idées noires», finit par appeler au secours. Un médecin la prend en charge. Elle quitte l’Allemagne et rentre en France, va au commissariat. Nous sommes le 16 novembre 2014.

Au tribunal, jeudi, Binti Bangoura est venue seule, accompagnée par son avocat, Me Philippe-Henry Honegger. Deux ans après les faits, elle dit n’avoir plus confiance en personne. Elle enchaîne les petits boulots, la boule au ventre. Elle raconte qu’une fois, à Orange, où elle était hôtesse, elle a retrouvé des inscriptions la concernant sur les murs : le petit copain d’une collègue était fan d’Alain Soral. «Les employeurs me demandent systématiquement des comptes sur cette histoire, car quand on tape mon nom sur Internet, ce sont les articles d’Egalité et Réconciliation qui remontent en premier». Aux juges qui l’interrogent, elle répond, un petit tremblement dans la voix, qu’elle craint pour la suite : «Alain Soral a dit qu’il ne va pas s’arrêter». 

C’est par la voix de son avocat que l’homme réplique. Mais pas question d’évoquer les messages, dont il n’a «jamais contesté» l’existence. Me Lahcène Drici axe sa plaidoirie ainsi : «il n’y a pas de preuve qu’Alain Soral en était l’auteur». Il souligne qu’aucun huissier n’a constaté qu’ils provenaient bien de son téléphone.

Le parquet a réclamé six mois ferme pour l’essayiste. Le jugement a été mis en délibéré au 26 novembre.

Libe

Une réflexion sur “Racisme et menaces : l’essayiste d’extrême droite Alain Soral au tribunal

  1. Ping : Affaire Binti : l’essayiste d’extrême-droite Alain Soral condamné à 6000€ d’amende | Fdebranche

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s