Le nouveau président du Liban est chrétien

Le leader chrétien Michel Aoun a été élu lundi à la présidence de la République libanaise au second tour de scrutin avec 83 voix sur 127 par le Parlement libanais lors de la 46e séance électorale.

Capture d’écran 2016-11-01 à 14.53.18.png

Au premier tour, M. Aoun n’avait obtenu que 84 voix, alors qu’il lui en fallait 86. Le second tour a fait l’objet de cafouillages. Les députés ont du voter à trois reprises. Les deux premières fois, 128 bulletins avaient été déposés dans l’urne alors que 127 députés sont présents dans l’hémicycle.

Trente six députés ont voté blanc au second tour (contre 36 également au premier tour). Sept bulletins ont été annulés (5 pour la « Révolution du Cèdre continue au service du Liban », un où il était écrit « un Parlement légal ou pas » et un au nom de « Zorba le Grec »). Une voix a également été attribuée à Sethrida Tawk (Geagea).

Le président est élu à bulletin secret, à la majorité des deux tiers des députés au premier tour et à la majorité absolue aux tours suivants (soit 65 voix). Actuellement, le Parlement ne compte plus que 127 membres après la démission du député Robert Fadel.

L’Orient Le Jour

 

Pourquoi avoir activé le Safety Check pour Paris et pas pour les attentats de Beyrouth

SafetyCheck2

L’accusation de deux poids, deux mesures faite à Facebook n’a pas tardé à arriver aux oreilles de Mark Zuckerberg. Samedi 14 novembre, le fondateur et président-directeur général de la compagnie a déclaré sur son propre compte avoir pris en compte les critiques du monde arabe et de ses sympathisants concernant son application.

« De nombreuses personnes nous ont demandé à raison pourquoi nous avons activé le Safety Check pour Paris mais pas pour les attentats à Beyrouth ou dans d’autres endroits. » 

Jusqu’à hier, notre politique était de réserver le Satefy Check aux désastres naturels. Nous venons seulement de changer celle-ci et prévoyons désormais d’activer le Safety Check dans davantage de cas de désastres humains. »

Inventée pour les situations de catastrophes naturelles, le Safety Check permet à un utilisateur du réseau social de se déclarer en sécurité d’un simple clic. Il a été mis en place en France vendredi 13 novembre dans la soirée après les attentats de Paris, mais pas au Liban, frappé le même jour à Beyrouth, suscitant l’incompréhension du monde arabe.

Le Monde