Le maire de Cholet qui regrettait qu’Hitler n’avait pas tué assez de gens du voyage relaxé

5789629

Poursuivi pour « apologie de crime contre l’Humanité », le député-maire de Cholet Gilles Bourdouleix, avait été condamné à 3000 € d’amende en janvier dernier pour avoir dit, à l’occasion d’une altercation avec des gens du voyage, un an plus tôt, qu’Hitler « n’en avait peut-être pas tué assez ».

Le député avait été contraint de quitter l’UDI après cette déclaration. La peine avait été confirmée en appel au mois d’août. La Cour de cassation a annulé, ce mardi, cette condamnation.La chambre criminelle de la Cour de cassation a estimé que la cour d’appel a eu tort de condamner Gilles Bourdouleix, puisque ces propos avaient été tenus « dans des circonstances exclusives de toute volonté de les rendre publics ».

L’Express

« A quoi servent les gitans » un journal joue la provoque raciste pour relancer les ventes

Perpignan gitan journal racisme gens du voyage« A quoi servent les gitans de Perpignan ? » Le titre provocateur coupe la Une de l’hebdomadaire « Le petit journal », dans son édition catalane du 14 août.

Sur les réseaux sociaux, le personnel de l’hebdomadaire – en grève depuis le 11 mai – dénonce cette « une à caractère raciste et xénophobe » et affirme qu’elle a été conçue « directement depuis Montauban [au siège de la maison d’édition du journal, NDLR] sans aucun journaliste salarié. »

Pour le responsable de l’édition départementale, le titre « est dans les normes. Et puis vous savez, quand on veut relancer un journal, il faut un peu de provocation ! »

Le président d’une association gitane a porté plainte pour « discrimination » jeudi. « Je sors du commissariat où j’ai déposé plainte contre le journal pour discrimination », a déclaré Joseph Saadna, président du Comité d’animation de la Place du Puig, dans le quartier Saint-Jacques à Perpignan.

« Il est dit que les Gitans ne servent à rien, qu’ils ne veulent pas s’intégrer, travailler, mais il ne faut pas oublier qu’on est français, on n’a pas à s’intégrer, c’est notre pays », a-t-il dénoncé.

« Le petit journal » signe ici une seconde polémique. En juin dernier, Alain Paga avait été mis en examen pour « recel de fonds publics détournés par personne dépositaire de l’autorité publique ou investie d’une mission de service public ». Il est soupçonné d’avoir publié des articles payés par la commune de Montauban au profit de la maire (LR) Brigitte Baregès, lors de la campagne des élections municipales de 2014.

L’Obs