Quand il était fonctionnaire, Florian Philippot transmettait des rapports confidentiels au FN

florian-philippot-et-marine-le-pen-en-conference-de-presse-le-12-janvier-2012_exact1024x768_l

Florian Philippot n’est pourtant pas exemplaire en la matière. A l’époque où il travaillait au ministère de l’Intérieur, du temps de Claude Guéant, il a transmis à la présidente du FN des rapports sur l’immigration et la délinquance, une activité contraire au devoir de réserve auquel il était soumis.

Il s’en était ouvert au « Parisien » au printemps 2011. Sous le pseudonyme d’Adrien, il disait alors travailler au ministère des Finances : « Ça m’est arrivé parfois, notamment pour des rapports confidentiels (…) que je récupère sur le serveur interne. Mais je ne les imprime pas sur place… ça laisse des traces. Alors j’en fais une copie sur une clé USB. Et hop, direction le siège du FN. » Des fuites qu’il a reconnues dans l’émission « Envoyé Spécial » du 13 octobre dernier, tout en affirmant ne pas avoir évoqué de document confidentiel. Sollicité ce mercredi, le vice-président du FN n’était pas disponible pour nous répondre.

Lors d’une conférence de presse intitulée « Les vrais chiffres de l’immigration en France », Marine Le Pen avait annoncé le 21 février 2011 « des chiffres savamment cachés, érigés en secret d’Etat » transmis par des « fonctionnaires patriotes ». Le 6 octobre suivant, elle présentait son équipe de campagne, dont le directeur stratégique n’était autre que Florian Philippot, qui s’était alors mis en disponibilité.

Le Parisien