Un catholique menace de « tout faire péter au Cap-d’Agde », 10 mois de prison ferme

a1-8733090

Le 6 juillet, le prévenu, en détention au centre pénitentiaire de Béziers où il purge une peine de 2 ans, lance aux gardiens : « Je sors dans quinze jours, vous allez entendre parler de moi sur BFMTV, je vais tout faire péter au Cap-d’Agde« .

En décembre 2015, déjà, il avait proféré des menaces d’attentat terroriste : « Je vais me faire sauter, je suis de Daesh et je vais emporter du monde avec moi« . Autant dire que l’on prend très au sérieux ce genre de propos, même si à la barre du tribunal correctionnel, le prévenu tente de dégonfler les faits. Il comparaît d’ailleurs le jour où il devait être libéré.

Atteint de la maladie de Crohn

« J’ai parlé sous la douleur. Je ne pensais pas ce que j’ai dit. Je voulais qu’on s’occupe de moi car j’étais mal soigné. Je souffre continuellement, la douleur est trop forte, elle me fait passer des nuits blanches. Je réclamais en vain une hospitalisation », explique le prévenu, un homme de 34 ans, au visage osseux. Il souffre de la maladie de Crohn qui provoque une inflammation et une irritation d’une partie de l’appareil digestif.

Le prévenu a déjà été condamné à sept reprises pour des vols aggravés, avec effraction, avec destruction, recels de vols, refus d’obtempérer, affaires de stupéfiants, destruction par moyen dangereux… Examiné par un expert psychiatre, il lui a lancé : « Il me demandait mon adresse. J’avais beau lui répéter que je n’en avais pas, il continuait. Alors j’ai lancé que j’irai en Syrie ». L’expert ne note pas de signe de radicalisation. Le prévenu se dit de confession catholique. Sa famille habite au Cap-d’Agde.

Il a été relaxé de provocation directe d’acte terroriste et condamné pour les menaces de crime, à dix mois de prison avec mandat de dépôt

Midi Libre

«Vous allez voir ce que c’est un terroriste» Vincent menace des passants avec un couteau

Vincent C., 42 ans, a été interpellé mercredi à Compiègne (Oise) par la police, pour des faits de menaces avec arme, et des propos relevant de l’apologie du terrorisme.

police garde a vue degrisement

Ce jour-là, ce Compiégnois, connu de la police et de la justice pour des faits de droit commun, mais inconnu des services de renseignements, a menacé, à proximité du centre commercial du Carré de la Victoire à Compiègne, plusieurs passants en étant armé d’un couteau. Le tout en tenant des propos « susceptibles de relever de la qualification d’apologie du terrorisme », confirme le parquet de Compiègne. Selon nos informations, l’homme aurait crié à l’attention des passants : « Vous allez voir ce que c’est un terroriste ! »

La police de Compiègne a rapidement reçu plusieurs appels pour signaler qu’un homme se montrait menaçant dans le quartier de la Victoire. Très rapidement identifié, Vincent  C. a été arrêté à son domicile, avenue de Huy à Compiègne, dans un appartement du Service d’aide aux toxicomanes de l’Oise (Sato).

Interpellé, l’homme a passé près de 48 heures en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Creil dont les membres ont tenté d’en apprendre davantage sur ses liens éventuels avec l’islam radical. Ce vendredi, il a été transféré à Compiègne pour être entendu par un juge d’instruction ainsi qu’un juge des libertés et de la détention. « Une instruction a été ouverte pour apologie du terrorisme, violences avec arme, et port d’arme prohibé », précise le parquet, qui reste très discret sur le déroulé de l’enquête.

Ce vendredi, jusque tard dans la soirée, le juge d’instruction a essayé de mieux cerner la personnalité de cet homme de 42 ans qui « n’aurait pas forcément toutes ses facultés mentales », indique une source judiciaire. Selon nos informations, il est en tout cas suivi par le Sato (Service d’aide aux toxicomanes).

Du côté de la police comme de la justice, on reste extrêmement discret sur Vincent  C. Dans le contexte actuel et pour éviter de prendre le moindre risque, le parquet a sollicité en fin de journée sa mise en détention provisoire, demande à laquelle le juge des libertés et de la détention a accédé en soirée.

Le Parisien

Christophe condamné à 10 mois ferme pour apologie du terrorisme

 

image

Le terrorisme, Christophe H. réprouve. « Il n’y a que les attardés qui cautionnent ce que font ces gens-là », a expliqué ce détenu de Liancourt, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel de Beauvais. Du fond de sa cellule, pourtant, le jeune homme de 28 ans est parvenu à accéder à Facebook via un téléphone qui lui avait été remis lors d’un parloir.

Et sur le réseau social, Christophe H. a posté la photo d’un mannequin muni d’une ceinture d’explosifs avec, en légende, des propos menaçant la France. « C’était une connerie, se défend-il aujourd’hui. Jamais je n’ai voulu inciter les gens à faire quoi que ce soit… » Reconnu coupable d’apologie du terrorisme, il a écopé de 10 mois de prison ferme.

 

Apologie du terrorisme: Un an de prison ferme requis contre Jean-Marc Rouillan

Les réquisitions sont lourdes. Une peine d’un an de prison ferme a été requise par le parquet contre Jean-Marc Rouillan. L’ancien membre d’Action directe est jugé à Paris pour apologie du terrorisme pour avoir qualifié de « très courageux » les djihadistes qui ont commis les attentats du 13 novembre.

648x415_20mn-5452

Dans son réquisitoire, la représentante du ministère public a estimé que ces propos sont « sans ambiguïté », critiquant un prévenu qui, selon elle, « essaie tant bien que mal de faire machine arrière » et « n’assume pas » ses mots.

« Très méfiant », Jean-Marc Rouillan, crâne nu et chemise à manches courtes, avait pourtant déclaré ce vendredi à la barre être fréquemment confronté au « risque » pour lui d’accorder des interviews, ce qu’il a fait à 200 ou 300 reprises, et à la « pression » pour la promotion de ses activités culturelles. Il a expliqué avoir été « très maladroit » et s’être senti piégé.

Jean-Marc Rouillan, 63 ans, est le dernier membre du noyau dur d’Action directe à avoir recouvré la liberté en mai 2012, après 24 ans de prison.

20 Minutes

« Kill Muslims » Un partisan de Donald Trump appelle à « tuer tous les musulmans »

Une vidéo amateur montre un homme criant: «Tuez les musulmans », face à un groupe de musulmans dans le Michigan, tout en chantant, « Trump! Trump ! Trump ».

La vidéo a été enregistrée dans le centre de « Grand Rapids » près de « Rosa Parks Cercle » dimanche dernier.

Sur la vidéo on entend explicitement l’homme crier : « Tuez-les tous! Tuez-les tous » et criant  « on va tous vous tuer. Tuez les musulmans. »

IbTimes

Mathieu aux policiers «Daesh va s’occuper de vous»

Arrivé les menottes aux poignets, l’homme au chapeau noir, âgé de 24 ans, semble avoir la tête sur les épaules. Mais, à l’issue, il est reparti du tribunal de la même façon qu’il y était venu.

4835443_7_956d_des-policiers-patrouillent-a-strasbourg-le-27_96c13790c29b37602672e25b18267138

Mardi matin, il comparaissait au tribunal correctionnel, pour outrage aux forces de l’ordre. Le 30 septembre dernier, avec une bande de copains, il se trouve en centre-ville et incommode des employés d’un supermarché, non loin de la place de l’Hôtel-de-Ville, en début de soirée. Rue de la Sellerie, la police se rend donc sur les lieux pour un contrôle d’identité où ils sont accueillis par des insultes et autres noms d’oiseaux. Des renforts de fonctionnaires (deux motards, un fourgon et vingt policiers), débarquent et un second contrôle est entrepris. L’homme au chapeau noir, Mathieu Guerfi, repéré la première fois, est aussitôt appréhendé. Et cette interpellation tourne une nouvelle fois au cauchemar, cette fois, non loin d’une banque.

Pour expliquer son geste, l’homme tente de se dédouaner en disant simplement que ses propos ont été déformés : «J’avais bu (…), j’ai crié aux policiers bande de faibles, allez-vous occuper de Daesh et non pas Daesh va s’occuper de vous. »

Assurément, le tribunal ne l’a pas entendu de cette oreille puisque Mathieu Guerfi a été condamné à trois mois de prison ferme et devra payer 300 € aux trois policiers outragés.

Aisne Nouvelle