Un millier de manifestants contre la fermeture d’une salle de prière musulmane à Clichy

Leur revendication, ils l’ont portée le drapeau bleu blanc rouge à la main. Une partie de la communauté musulmane de Clichy a manifesté en nombre, samedi, devant l’hôtel de ville. A l’appel de l’Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC), près d’un millier de personnes ont exprimé leur « droit à une mosquée digne ». Ils étaient quelque 500 à s’être déjà rassemblés en mai dernier.

6381795_4d74b014-b405-11e6-8c5e-aa66b2ded0f3-1_1000x625.jpg

Menacés d’expulsion des locaux qu’ils occupent dans la rue Estienne-d’Orves, ils redoutent de se retrouver sur le trottoir. La mairie a en effet saisi la justice et obtenu gain de cause pour récupérer le bâtiment. Elle projette de le transformer en médiathèque. Les représentants de l’UAMC ne désarment pas pour autant. Ils ont une nouvelle fois saisi le tribunal administratif. « Nous repassons devant le même juge le 8 décembre afin qu’il réexamine l’affaire », déclare Me Moundji Maoui, l’avocat de l’UAMC.

« Aux prochaines élections, votez pour celui qui nous donnera une mosquée ! »

Installée rue Estienne-d’Orves dans l’attente d’une adresse pérenne, la communauté refuse d’aller prier dans l’autre lieu de culte existant à Clichy. Depuis l’an dernier, la municipalité pourtant a mis à la disposition de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF), proche du royaume du Maroc, un petit immeuble dans la rue des Trois-Pavillons.

Mais le lieu ne convient pas à tout le monde. « Personne ne peut se rendre là-bas, c’est trop loin et mal desservi par les transports en commun », assure un quinquagénaire. « La mairie nous suggère d’aller rue des Trois-Pavillons, mais il n’y a pas assez de place, pointe Me Maoui. La salle de prière fait 400 m2 contre 1 000 m2 rue d’Estienne-d’Orves. L’UAMC est d’accord pour racheter un bien. Or, on ne lui propose rien ! »

Le discours prend un ton plus politique dans la bouche des dirigeants de l’UAMC. « Depuis trente ans, nous nous battons pour avoir notre mosquée, rappelle Hamid Kazed, le président de l’UAMC. Le maire nous l’a promis et, maintenant, il ne tient pas ses promesses. Aux prochaines élections, votez pour celui qui nous donnera une mosquée ! »

Conforté par les décisions de justice, Rémi Muzeau, le maire (LR), invite les fidèles à se rendre rue des Trois-Pavillons pour vivre leur culte. « Le dossier est dans les mains du préfet, la ville ne peut rien », évacue Patrice Pinard, le maire adjoint en charge de la sécurité, présent samedi lors du rassemblement. L’UAMC accuse Rémi Muzeau d’avoir rompu tout dialogue « depuis décembre 2015 ». La préfecture annonce pourtant une entrevue entre l’édile et l’imam mercredi. « Nous jouons le rôle de médiateur », précise-t-on au cabinet du préfet Pierre Soubelet.

Dans la foule, certains s’interrogent. « Pourquoi on ne va pas à l’autre mosquée ? » demande un garçonnet à son père. « Cet endroit ne suffit pas, lui répond le paternel. Nous avons besoin d’en avoir plusieurs. Il faut faire des invocations pour que celle de la rue Estienne-d’Orves reste. » Seront-elles entendues ?

Le Parisien

4 réflexions sur “Un millier de manifestants contre la fermeture d’une salle de prière musulmane à Clichy

  1. Une moitié dans la mosquée, l’autre se retrouvant à prier jusque dans la rue. Lorsqu’il n’y a pas assez de place, forcément ça déborde. Pour ensuite s’indigner de leurs prières jusque sur le trottoir. A quoi ça rime.

    J'aime

    • Aux prochaines élections votez pour celui qui nous donnera une mosquée. Cette phrase va faire jaser. C’est ce que le PS appelle les islamo gauchistes. La compromission avec l’islam politique.
      Grand con de PS.

      J'aime

  2. A reblogué ceci sur Xamxam Islamet a ajouté:
    Menacés d’expulsion des locaux qu’ils occupent dans la rue Estienne-d’Orves, ils redoutent de se retrouver sur le trottoir. La mairie a en effet saisi la justice et obtenu gain de cause pour récupérer le bâtiment. Elle projette de le transformer en médiathèque. Les représentants de l’UAMC ne désarment pas pour autant. Ils ont une nouvelle fois saisi le tribunal administratif. « Nous repassons devant le même juge le 8 décembre afin qu’il réexamine l’affaire », déclare Me Moundji Maoui, l’avocat de l’UAMC.

    « Aux prochaines élections, votez pour celui qui nous donnera une mosquée ! »

    Installée rue Estienne-d’Orves dans l’attente d’une adresse pérenne, la communauté refuse d’aller prier dans l’autre lieu de culte existant à Clichy. Depuis l’an dernier, la municipalité pourtant a mis à la disposition de la Fédération nationale des…

    J'aime

  3. Ping : Un millier de manifestants contre la fermeture d’une salle de prière musulmane à Clichy — Fdebranche | MONSITE

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s