Une église noire datant de plus d’un siècle, incendiée par des pro Trump

La police du Mississippi a ouvert une enquête pour incendie volontaire, après la destruction d’une église dans le Mississippi, au sud des Etats-Unis. Cette église baptiste construite il y a plus d’un siècle a été entièrement détruite par les flammes, mardi 1er novembre au soir. Un slogan « Votez Trump » était tagué sur la façade du bâtiment. Ce n’est pas le premier incident raciste qui émaille la campagne du candidat républicain.

636137642163896732-black-church-burned-m-gate

Les associations de droits civiques du Mississippi attribuent cet incendie criminel au climat délétère de la campagne. Les responsables de l’église en sont persuadés, il s’agit d’un « crime de haine », d’une manœuvre d’intimidation envers la communauté noire. Le FBI est en charge de l’enquête.

La campagne Trump a exprimé sa tristesse et condamné cet acte criminel, mais la NAACP, la plus importante organisation de droits civiques aux Etats-Unis, ne se satisfait pas de ces déclarations. Son président estime que la rhétorique du candidat libère les plus bas instincts dans un pays où le problème de la discrimination raciale est à fleur de peau.

Car à cette affaire s’ajoute le soutien apporté par le journal du Ku Klux Klan au candidat républicain. « Notre pays a été fondé en tant que république blanche et chrétienne », peut-on lire sur le site du Croisé, qui vante le programme Trump : « Rendre sa grandeur à l’Amérique ». Encore une fois, la campagne Trump nie tout lien avec cette mouvance, comme avec des supporters antisémites filmés dans certains de ses meetings.

RFI

L’ancien leader du Ku Klux Klan appelle à voter pour Trump

La candidature de Donald Trump attire le soutien des suprémacistes blancs.

Le nationaliste blanc David Duke, qui était le leader du Ku Klux Klan dans les années 1970, vient d’appeler à voter pour Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, rapporte Buzzfeed.

davidduke-ronpaul

«Voter contre Donald Trump serait trahir vos origines», a-t-il expliqué lors de son émission radio le 24 février. Il demande ensuite à ses auditeurs de faire du bénévolat pour la campagne du milliardaire new-yorkais:

«Ils ont besoin de bénévoles. Allez-y, vous allez rencontrer des gens qui ont le même état d’esprit que vous.»

Comme le rappelle le Southern Poverty Law Center, Duke est un néo-nazi et un négationniste qui pense que les blancs sont massivement discriminés aux États-Unis. Il a malgré tout été élu comme représentant à l’assemblée de Louisiane en 1989 et a obtenu 32% des voix lors de sa campagne de 1991 pour devenir gouverneur de l’État.

Libérer la parole raciste

Sur son site internet, il explique notamment qu’il faut voter Trump pour contrer la domination juive du Parti républicain.

En décembre 2015, Duke avait expliqué au site Politico que la candidature de Trump avait permis aux blancs (qu’il nomme «Euro-Américains») de libérer leur parole raciste:

«Il a rendu possible le fait de parler des inquiétudes des Euro-Américains aujourd’hui, parce que je pense que les Euro-Américains sont le seul groupe qui ne peut pas défendre ses intérêts et son point de vue.»

Avec sa rhétorique anti-musulmans et anti-immigrés, Trump fédère l’électorat américain le plus raciste mais, à l’été 2015, il avait officiellement déclaré qu’il ne voulait pas du soutien de David Duke.

Soutien de suprémacistes blancs

Pourtant, de plus en plus d’extrémistes font campagne pour lui, même si c’est sans son approbation officielle. Avant les primaires républicaines de plusieurs États, un groupe de suprémacistes blancs a en effet enregistré des messages téléphoniques encourageant les électeurs à voter pour Trump:

«La race blanche est en train de s’éteindre en Amérique et en Europe parce que nous avons peur d’être appelés “racistes”.»

Après quelques mots sur le «génocide graduel de la race blanche», le message audio finit ainsi:

«Ne votez pas pour un Cubain. Votez pour Donald Trump

Le mot «cubain» fait référence aux deux principaux opposants de Trump: Marco Rubio, dont les parents sont cubains, et Ted Cruz, dont le père est cubain.

Slate