Air Serbia appelle à rejoindre les portes d’embarquement «pour la Palestine» et non israël

Israël a du mal à digérer le nom Palestine. A l’aéroport de Belgrade, on a justement appelé à embarquer pour la Palestine et non Israël, créant un véritable incident diplomatique !

Air-Serbia-appelle-à-rejoindre-les-portes-dembarquement-22pour-la-Palestine22-620x314.png

« Incident inquiétant » dit le ministère israélien des Affaires étrangères

Ce sont les passagers devant embarquer sur le vol à destination de Tel Aviv qui ont fait plusieurs réclamations au comptoir de la compagnie Air Serbia. Les passagers ont alors menacé de ne pas prendre part au vol si une nouvelle annonce prononcée trois fois n’était pas faite. Finalement ils ont eu gain de cause puisque le personnel au sol s’est exécuté.

Du côté de la diplomatie, le ministère israélien des Affaires étrangères a qualifié cet épisode de très inquiétant tout comme l’ambassadrice israélienne en Serbie. Air Serbia a tout de même indiqué que l’erreur avait été faite par le personnel de l’aéroport et non de la compagnie.

Il y a un peu plus d’un an un pilote d’Alitalia avait déjà indiqué à ses passagers «Bienvenue en Palestine » en atterrissant à Tel Aviv.

Un scandale pour Israël mais l’adage dit bien qu’il n’y a que la vérité qui blesse !

Katibin

La directrice d’une ONG poursuivie en Serbie pour avoir parlé de «génocide» à Srebrenica

8c3a7643-4d44-4586-8117-ff8dc375ecc8_tv

Ce lundi, le monde entier commémore la tuerie perpétrée il y a 21 ans en Bosnie. Mais à Belgrade, il est dangereux de briser le tabou

Recevoir menaces et invectives est presque devenu une habitude pour Anita Mitic. À 26 ans, la directrice du bureau serbe de l’ONG Youth Initiative for Human Rights (YIHR, Initiative de la jeunesse pour les droits de l’homme) en est régulièrement la cible. «Il y a quelques jours, nous avons encore été publiquement pris à partie par un politicien pour avoir demandé de faire voter la reconnaissance du massacre de Srebrenica comme un génocide», raconte-t-elle.

L’exécution à Srebrenica, en Bosnie, de plus de 7000 musulmans à partir du 11 juillet 1995 par les forces serbes de Bosnie est l’un des sujets les plus sensibles dans le pays, vingt et un ans après les faits. Mais c’est également un puissant tabou dans la Serbie voisine. Si le président a demandé pardon pour le massacre, les autorités réfutent toujours le terme de «génocide».

L’une des principales activités de YIHR est d’œuvrer à la réconciliation régionale en poussant à reconnaître les crimes commis pendant les guerres des années 1990. L’organisation rend ainsi hommage aux victimes de Srebrenica chaque 11 juillet, jour officiel des commémorations.

La persistance de l’organisation est ce qui vaut aujourd’hui à sa directrice d’être poursuivie en justice pour avoir «illégalement organisé un rassemblement pour commémorer le «génocide» de Srebrenica» à Belgrade en 2015. «Nous avions prévu un rassemblement, autorisé, devant le Parlement. Il a été annulé au dernier moment en invoquant des raisons de sécurité», explique la jeune femme.

L’ONG décide alors de maintenir la manifestation, malgré les nombreuses menaces. Des groupuscules d’extrême droite les attendent sur place. «Ils nous jetaient des objets dessus, nous poussaient», se souvient Anita

Mitic. Quelques jours plus tard, elle reçoit une convocation au tribunal. Mais pas les membres des groupes ultranationalistes.

La Serbie connaît depuis plusieurs années une tendance inquiétante au retour au nationalisme des années 1990 et à la glorification des responsables de crimes de guerre. Dans son dernier rapport sur l’état de la justice transitionnelle, le Centre sur le droit humanitaire décrit la Serbie comme une oasis pour des milliers de criminels qui ne sont pas inquiétés par la justice serbe et pour ceux qui ont été condamnés par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie qui rentrent au pays accueillis en héros.

Ceux qui osent élever une voix discordante sont immédiatement dénoncés. Les députés qui demandent un vote sur la reconnaissance du génocide de Srebrenica sont des «traîtres» attaqués par leurs pairs. Les activistes qui parlent de devoir de mémoire sont pris à partie par les tabloïds et la télévision. «Une fois, une émission a même affiché mon profil Facebook sur grand écran», se souvient Anita Mitic.

Pas question pour autant d’abandonner la cause. Pour la jeune femme, la persévérance est la clef pour inverser la tendance. Ce lundi soir, elle allumera à nouveau des bougies en mémoire des victimes de Srebrenica. «C’est le plus persistant qui gagnera», assure-t-elle, convaincue que l’avenir lui donnera raison.

24 Heures

Lynchage de Brice Taton: un des condamnés arrêté déguisé en moine

Dejan Puzigaca lynchage Ligue Europa Partizan Belgrade Téfécé moine Brice Taton

Dejan Puzigaca, 34 ans, a été appréhendé à l’aéroport d’Athènes, à l’arrivée d’un vol en provenance de Thaïlande, selon la police grecque.

Considéré comme l’un des quatre organisateurs du lynchage du supporteur français, quelques heures avant la rencontre de Ligue Europa entre le Partizan Belgrade et le Téfécé, il avait été condamné à 32 ans de prison en première instance et avait vu sa peine réduite à 14 ans en 2012.

Habillé en moine, il a d’abord présenté un faux passeport slovène à la police grecque. Les autorités grecques, qui ont procédé à des vérifications d’identité, ont envoyé ses empreintes à Interpol, où il était fiché comme recherché depuis le meurtre de Brice Taton, 28 ans, le 17 septembre 2009 dans un bar de Belgrade.

Le Parisien