Nouveau visage de l’immigration au Royaume-Uni, le Polonais a remplacé l’Indien

Les attaques et propos xénophobes se multiplient contre les Polonais au Royaume-Uni, renforcés par le succès du référendum sur le Brexit. Deux Polonais ont été agressés dans la nuit de samedi 3 à dimanche 4 septembre à Harlow, dans le sud-est de l’Angleterre, quelques heures après une veillée en hommage à un de leurs compatriotes, un ouvrier polonais tué en août. La Pologne a annoncé l’envoi en urgence de trois ministres à Londres.

4992849_6_a830_rassemblement-d-hommage-a-arek-jozwik-un_fd21f781a52bafb2f7c2be56e57dc2be.jpg

Si les xénophobes s’attaquent désormais aux Polonais, c’est parce qu’ils sont devenus, en quelques années, la première communauté d’immigrés au Royaume-Uni, passant de 81 000 en 2004, année de leur adhésion à l’Union européenne, à 831 000 personnes en 2015 (en comptant le pays de naissance). Depuis 2015, les Polonais supplantent même les Indiens (795 000 personnes).

Au Royaume-Uni, les Polonais ont dépassé les Indiens

Nombre de personnes nées en Pologne ou en Inde et habitant au Royaume-Uni, depuis 2004.

L’Inde a pourtant très longtemps formé la première communauté immigrée du Royaume-Uni, suivie d’autres anciens territoires appartenant à la Couronne, comme le Pakistan, l’Irlande, le Bangladesh, l’Afrique du Sud ou le Nigeria.

Davantage de Roumains que de Bangladais

Ces pays d’origine sont désormais rejoints par certains pays d’Europe de l’Est, notamment la Roumanie ou la Lituanie. En 2015, pour la première fois, les 220 000 Roumains sur le sol britannique ont dépassé le nombre de Bangladais (217 000).

Polonais et Indiens en tête de la population immigrée au Royaume-Uni

Les pays de naissance les plus représentés sur le territoire (hors Britanniques) en 2015.

Ces nouveaux arrivants sont plus dispersés sur l’ensemble du territoire britannique : alors que 36 % des Indiens et 42 % des Bangladais vivent à Londres, seuls 20 % des Polonais résident dans la capitale britannique.

Une forte immigration intra-européenne

Les ressortissants de l’Union européenne (y compris d’Europe de l’Ouest, comme les Allemands, Espagnols ou Français) sont toujours plus nombreux à s’installer outre-Manche. Alors qu’ils ne représentaient qu’un quart de l’immigration nette en 2004, les Européens sont désormais presque autant que l’ensemble des non-Européens, selon l’Office national des statistiques britanniques.

Migrations nettes vers le Royaume-Uni par nationalité d’origine (européens et non-européens) depuis 2004.

La maîtrise des flux migratoires et l’octroi d’aides sociales aux étrangers ont été des ressorts du vote pour la sortie de l’Union européenne (Brexit) en juin.

Le Monde

Grande-Bretagne : un ouvrier battu à mort par 6 adolescents car il parlait polonais #Brexit

Six adolescents britanniques soupçonnés du meurtre d’un Polonais. Scotland Yard a signalé un bond des « crimes de haine » en Grande-Bretagne depuis le référendum du 23 juin en faveur d’un « Brexit ».

Capture d’écran 2016-08-31 à 14.27.03

Arek Jozwik

Le Polonais de 40 ans, qui selon les médias est un ouvrier du nom d’Arek Jozwik, a subi de graves blessures à la tête lors de son agression samedi à Harlow, et il est décédé à l’hôpital lundi soir, a précisé la police de l’Essex.

Un deuxième homme, âgé de 43 ans, a également été blessé et a souffert de fractures aux mains, mais il a pu quitter l’hôpital.

Exactions à caractère xénophobe

Les cinq adolescents arrêtés sont âgés de 15 et 16 ans et ont été remis en liberté provisoire jusqu’au 7 octobre, en l’attente de compléments d’enquête.

En juin, l’ambassadeur de Pologne en Grande-Bretagne s’était déclaré « choqué et vivement préoccupé » par les cas d’exactions à caractère xénophobe visant la communauté polonaise du Royaume-Uni, qui compte dans les 850 000 personnes.

Ouest France