8 mois de prison avec sursis requis contre Cédric Herrou, jugé pour avoir.. aidé des migrants

C1WlBplXUAoLWzr.jpg

Cédric Herrou est agriculteur dans la vallée de la Roya, où il y produit des olives et des oeufs. Mais la vallée de la Roya est aussi l’une des voies d’entrée vers la France des migrants venus d’Italie. La justice reproche ainsi à Cédric Herrou l’installation sans autorisation, en octobre 2016, d’une cinquantaine d’Erythréens dans un centre de vacances SNCF désaffecté à Saint-Dalmas-de-Tende (Alpes-Maritimes). Dénoncée avec force par les élus locaux Les Républicains, l’occupation de ce centre avait pris fin avec l’intervention des forces de l’ordre au bout de trois jours.

Une action «politique»

Jugé ce mercredi à Nice, Cédric Herrou, trentenaire barbu et aux lunettes rondes, a revendiqué une action «politique» alors qu’il encourt une peine de cinq ans de prison et une amende de 30 000 euros. «Je le fais parce qu’il y a des gens qui ont un problème, je le fais parce qu’il faut le faire. Il y a des gens qui sont morts sur l’autoroute, il y a des familles qui souffrent, il y a un État qui a mis des frontières en place et qui n’en gère absolument pas les conséquences», a-t-il déclaré au cours de l’audience.

Huit de mois de prison avec sursis requis

Le procureur, Jean-Michel Prêtre, a requis à son encontre huit mois de prison avec sursis mise à l’épreuve et la confiscation de son véhicule, ainsi qu’un usage limité de son permis de conduire aux besoins de sa profession. Il a dénoncé l’usage de ce procès comme d’une «tribune politique». Le délibéré doit être rendu le 10 février.

«Nous sommes dans la situation d’un procès qui a été voulu, qui procède d’une stratégie générale de communication, de portage militant d’une cause et qui fait que la justice est saisie aujourd’hui de faits reconnus», a estimé Jean-Michel Prêtre. «Ce n’est pas à la justice de décider de changer la loi, ce n’est pas à la justice de donner une leçon de diplomatie à tel ou tel pays», a-t-il poursuivi.

Le Parisien

 

6 réflexions sur “8 mois de prison avec sursis requis contre Cédric Herrou, jugé pour avoir.. aidé des migrants

  1. La encore, il n’est pas « jugé pour avoir.. aidé des migrants » mais pour avoir enfreint la loi, qui est précise sur ce point. Il ne s’est pas contenté de loger les migrants chez lui, il a, entre autre, utilisé sans autorisation un bâtiment de la SNCF.
    Donc, à moins de considérer que chacun peut être au-dessus des lois librement selon ses convictions, la justice était bien obligée d’appliquer les textes. Il n’a eu que du sursis…

    J'aime

    • Je ne voudrais pas dire de betise mais il ne me semble pas que le squat soit un délit. Dès lors que l’on s’y est installé, c’est considéré comme étant chez soi.
      Ce n’est quand meme pas lui qui a commandé à ces personnes de venir en France, il n’en est en rien responsable.
      Si l’Etat ne veut pas de migrants en France il n’a qu’à mettre les moyens et allonger le pognon. Ce n’est pas de la responsabilité de ce monsieur.

      J'aime

    • Que l’Etat allonge le pognon pour surveiller les frontières de la France s’il ne veut pas de migrants. Ce monsieur n’est pas responsable de la venu de migrants en France.

      J'aime

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s