Présidentielle : Comment Hugues Aufray se fait instrumentaliser par un groupuscule d’extrême droite

gens_de_peu-600x300.jpg

L’affaire, rocambolesque à souhait, pourrait tout aussi bien garnir les pages culture des gazettes que des encarts réservés à la politique ou aux faits divers. On y croise pêle-mêle un chanteur populaire de 87 ans, un putschiste d’extrême droite, des activistes d’extrême gauche et des maires de petites communes. Le tout sur fond d’élection présidentielle en 2017.

L’information a été ébruitée le 29 décembre dernier : le quotidien Sud-Ouestrévèle que le chanteur Hugues Aufray « se démène » pour se présenter à la présidentielle de 2017. Dans cette optique, on apprend qu’il fait distribuer dans de nombreuses mairies, notamment dans le sud-ouest, un journal de candidat. Depuis, l’auteur de Santiano fait le tour des médias pour réfuter tout acte de candidature… tout en reconnaissant qu’une collecte de signatures s’organise.

Le hic, c’est que le chanteur a oublié de vérifier l’identité de ses supporters. Joint par Marianne, Hugues Aufray raconte avoir été contacté au printemps dernier par un mystérieux groupe, « le Cercle des gens de peu » :

« Ils m’ont envoyé une belle lettre, courtoise, signée d’un certain Rodolphe. Elle était accompagnée d’un livret de 40 pages, présentant le ‘Mouvement Santiano’, censé porter ma candidature à la présidentielle. Le nom ‘Cercle des gens de peu’ m’a touché, alors j’ai rappelé Rodolphe. On a convenu de se rencontrer, à Marnes-la-Coquette, vers chez moi. Ils sont venus à six. J’ai bien sûr refusé d’être candidat mais ils m’ont dit qu’ils s’occuperaient de récolter les signatures eux-mêmes. Je leur ai donné mon accord ».

Ce que le Cercle des gens de peu a soigneusement caché à Hugues Aufray, c’est que leur organisation est… le faux nez d’un groupuscule d’extrême droite ouvertement raciste et islamophobe, favorable à un coup d’Etat fasciste en France : le Lys noir. Différents documents publiés par ce petit groupe, que Marianne a pu consulter, font état de cette double appellation :

 

 

Projet de coup d’Etat en 2013

Son fondateur et cerveau n’est autre que Rodolphe Crevelle, 61 ans, celui-là même qui a écrit à Hugues Aufray. Militant royaliste et nationaliste, l’homme est proche de l’activiste d’extrême droite Serge Ayoub et implanté dans le Languedoc. Ses états de service ? Une trentaine d’années de militantisme dans les milieux radicaux violents, quelques années de prison pour braquages, des tentatives de coups d’Etat complètement ratées en Andorre et dans le Val d’Aoste italien dans les années 1990 et un appel au coup de force militaire en 2013, dans le sillage de la Manif pour Tous, qui a inquiété jusqu’au plus haut niveau de l’Etat. Jean-Yves Camus, chercheur spécialiste des milieux d’extrême-droite décrit le personnage comme « un agitateur qui fantasme depuis trente ans sur un coup d’Etat militaire en France, sans en avoir les moyens« . Selon nos informations, l’homme est suivi de près par les services de renseignement français.

Un CV gratiné qu’Hugues Aufray affirme à Marianne ignorer dans les grandes largeurs. « Ils m’ont juste dit qu’ils étaient monarchistes, affirme le chanteur. Ça ne me choquait pas, puisque j’ai un jour proposé de mettre la fleur de lys sur le drapeau français. Pour le reste, je leur ai fait confiance, je n’ai pas voulu faire une enquête sur eux. » Le Lys noir est effectivement partisan d’un retour à la royauté, mais pas seulement. Dans son journal, auquel Marianne a eu accès, le groupuscule prône, entre autres, la partition de la France entre territoire réservés aux « blancs » et territoires réservés à ceux que l’organisation nomme les « bougnoules« , l’interdiction du mariage homosexuel et la gay pride, au nom de la lutte contre les « mutants« , ou encore l’interdiction du sport professionnel et de la télévision privée.

Miltants du mouvement de Mélenchon

Là encore, Hugues Aufray dit tomber des nues : « Si c’est vrai, ils m’ont trompé. Je ne suis pas d’accord avec ces choses. Nous n’en avons jamais parlé ensemble. » Le chanteur se refuse pourtant à jeter l’opprobre sur l’ensemble de ses supporters. « Je crois qu’il y a aussi des gens vraiment d’extrême gauche dans mes soutiens« , pointe-t-il. Ce qui s’avère exact. L’artiste explique à Marianne avoir rencontré Rodolphe Crevelle à trois reprises, notamment le 11 juillet à Notre-Dame-des-Landes. Ce jour-là, l’obsédé du putsch convainc un petit groupe d’une vingtaine de personnes de l’aider à récolter les parrainages pour Hugues Aufray. Parmi eux, plusieurs militants… de la France insoumise, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon. Ces quelque dix militants sont dirigés par Pierre Blondeau, 63 ans, un ancien parachutiste.

Ce buraliste de Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) est lui aussi un personnage haut en couleurs. Il tient depuis une dizaine d’années un local associatif dans sa ville, la Cigale. Activiste d’extrême gauche revendiqué, cet ancien militant a été soupçonné en 2009 de fomenter un projet terroriste, avant d’être innocenté. Il a récemment été investi candidat de la France insoumise aux législatives de 2017. Contacté par Marianne, il confirme œuvrer à la candidature d’Hugues Aufray, mais est visiblement mal à l’aise avec le nom de Rodolphe Crevelle. Il affirme qu’un certain « Marc Dorcet » est derrière la candidature Aufray. « C’est Marc Dorcet qui m’a présenté Hugues Aufray à Notre-Dame-des-Landes« , précise le commerçant.

Marc Dorcet, soit… un des nombreux alias de Rodolphe Crevelle. Quand on le lui fait remarquer, Pierre Blondeau feint l’incrédulité… avant d’avouer au bout de quelques minutes : « Oui, c’est bien son pseudo. Je ne vous le disais pas parce que je me demandais si vous n’étiez pas de la police« . Le buraliste raconte être ami depuis plusieurs années avec l’agitateur d’extrême droite, voisin de quelques kilomètres, qu’il décrit comme « un fou furieux mais brillant« . Lorsque son ami lui a fait part de son projet « Aufray 2017 », Pierre Blondeau y a vu une opportunité de « mettre fin à la Cinquième République« .

« Aufray s’est dégonflé »

S’il dit ne pas croire au coup d’Etat militaire rêvé par Crevelle, le commerçant n’est pas offusqué par les idées d’extrême droite de son ami : « On n’est pas sectaires dans le coin« . Il assume par ailleurs être un « révolutionnaire« , intéressé par un « coup d’Etat du peuple« .

Dans la plaquette de candidat transmise aux maires,  il est effectivement question de convoquer des Etats généraux, puis de mettre fin à la République pour faire élire les représentants nationaux par tirage au sort. « Hugues Aufray élu, ce serait le pouvoir au peuple« , affirme Pierre Blondeau, qui raconte avoir été « vexé » par le refus de l’artiste d’assumer cette candidature. « Il s’est dégonflé, c’est peu élégant de sa part« , explique l’ancien militaire, qui certifie que le compositeur-interprète était « enthousiaste » à l’idée de se présenter en 2017. « Il s’est déplacé dans des mairies de région parisienne pour présenter le projet« , assure ce militant. Ce qu’Hugues Aufray nie en bloc.

« Simultanéisme »

Si cette association de circonstance entre l’extrême gauche et l’extrême droite ne manque pas d’étonner, Crevelle l’a récemment théorisée dans ses publications sous le nom de « simultanéisme« . Au moment de la Cop21, en décembre 2015, le Lys noir a déjà tenté de se faire passer pour un mouvement anarchiste de gauche afin de susciter l’adhésion autour de son projet de toujours : renverser la République. Sans grand succès.

A ce titre, la personne consensuelle d’Hugues Aufray a pu servir d’appât pour la réalisation de cette stratégie. Un spécialiste du financement de l’extrême droite radicale pointe lui les « besoins d’argent fréquents de ce type de militants« . « Ils ont pu vouloir escroquer quelques milliers d’euros à un vieux monsieur de 87 ans« , estime cet expert. Le chanteur réfute quant à lui avoir versé la moindre somme d’argent au Cercle des gens de peu.

Aucunement atteint par cette affaire improbable, l’artiste cherche à positiver, en évoquant plusieurs de ses idées politiques, comme le don du sang obligatoire ou la production d’éthanol à base de topinambour. « Tout cela me permet au moins de mettre en avant des propositions dont personne ne parle« , veut-il croire. Au point d’accepter une alliance contre-nature avec des fadas du coup d’Etat ? Invité de RMC ce mardi , après avoir été informé de ces différents élements, le chanteur ne s’est en tout cas aucunement dissocié de ceux qu’il nomme toujours « les gens de peu« .

Marianne

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s