Accusés de racisme et de port de t-shirt Nazi, les enquêteurs de l’anti-terrorisme de Bruxelles sortent du silence

des-policiers-des-forces-speciales-belges-a-proximite-de-la-zone-des-fusillades-a-bruxelles-le-15-mars-2016_5565101.jpg

Accusés de racisme, les enquêteurs de l’antiterrorisme de la PJF de Bruxelles sortent du silence: « Pas de croix gammée ni de comportements racistes ici! »

Pour la première fois, plusieurs enquêteurs de la DR3 sortent du silence !

Tenus au secret professionnel, les enquêteurs de l’antiterrorisme de la PJF de Bruxelles ne s’expriment jamais dans la presse.

Excédés, plusieurs membres de cette unité, surnommée la DR3, ont toutefois décidé de sortir du silence pour exprimer leur colère et leur tristesse face à des déclarations jugées terriblement blessantes à leur encontre.

Des propos publiés la semaine dernière faisaient état de racisme au sein de la DR3. Il y était question de déclarations selon lesquelles au sein de cette unité, les policiers d’origine étrangère seraient mal considérés et pas pris au sérieux. Il y est même rapporté qu’un des membres de l’unité n’aurait pas hésité à exhiber un t-shirt affichant une croix gammée.

De quoi faire bondir plusieurs enquêteurs d’origine étrangère appartenant à la DR3. Nous en avons rencontré cinq. Ils sont unanimes pour dire qu’il n’y a pas de racisme au sein de l’antiterrorisme de la PJF de Bruxelles.

Tous ont tenu à s’exprimer, sans être passé préalablement par l’accord de leur hiérarchie. Une hiérarchie qu’ils tiennent justement à défendre. « Nous sommes tous d’accord au sein de notre équipe pour dire que jamais, à aucun moment, nous n’avons vu un membre de l’équipe afficher une croix gammée. Jamais, nous n’avons été victime de comportements racistes. Que du contraire ! Si un policier avait vu une croix gammée, il aurait dû immédiatement rédiger un procès-verbal. Où sont les P.-V. attestant ces déclarations ? Dans quel but ces déclarations sont-elles faites aujourd’hui ? Si c’est pour jeter le doute sur notre équipe, c’est le contraire qui se produit, nous sommes plus unis que jamais. »

Ce que dénoncent également ces policiers, c’est la manière dont le comité P enquête sur cette affaire de racisme. « Ils n’ont interrogé que des gens qui ont quitté la DR3 pour d’autres motifs que purement professionnels. Aucun enquêteur d’origine étrangère n’a été questionné par le comité P pour vérifier si ce climat soi-disant raciste était réel ou non », s’exclame un des policiers, ajoutant que de telles déclarations font peur à de futurs candidats à la DR3. « Plusieurs nous ont contactés parce qu’ils craignent d’être victime de racisme en arrivant chez nous. Mais c’est totalement faux. Au contraire, nos origines sont utilisées comme des avantages dans le cadre de notre travail sans pour autant que cela ne devienne de la discrimination positive. »

Et ces enquêteurs de citer des exemples prouvant la bonne entente qui règne dans ce service. « C’est une unité multiculturelle. Nous sommes tous soudés. Nous avons travaillé dur après le 22 mars. Bosser pendant plus de 52 heures sans se poser une seule fois et voir ensuite la commissaire générale nous apporter le petit-déjeuner, cela nous a fait chaud au cœur », précise l’un d’entre eux, avouant avoir pleuré pour la toute première fois de sa carrière, en arrivant à Zaventem, le matin des attentats.

Une journée que ces enquêteurs ne vivent pas pour autant comme un échec mais plutôt comme une démonstration de leur force de travail. « Le projet de ces terroristes n’était pas d’agir en Belgique. Mais ils se sentaient tellement surveillés qu’ils ont précipité leurs actions. Ce qui prouve que nous étions tout près de les avoir. »

Et quand on demande à tous ces hommes ce qui les motive à combattre les terroristes, malgré les conditions difficiles (salaire, manque de moyens, risques, etc.) dans lesquelles ils travaillent, tous répondent en chœur : « L’amour de notre pays ! »

Dh.be

2 réflexions sur “Accusés de racisme et de port de t-shirt Nazi, les enquêteurs de l’anti-terrorisme de Bruxelles sortent du silence

  1. Les flics c’est quoi – des nazis des fachos des psychopathes des déchets d’extrême droite ?

    Patrick FRASELLE 14 Avril 2016 0
    Flics, CRS, Racailles policières, Nazis, Fachos, Psychopathes, Abus de pouvoir, Psychiatrie lourde, Violence, Sadiques
    « Tu vis bien dans un pays où les forces de l’ordre peuvent tuer en toute impunité, mais où, pour une voiture de police brulée où un nez cassé, on inculpe des manifestants pour « tentative d’homicide ». Les manifestants arrêtés ces derniers jours à Paris et Nantes dorment en prison sur de simples présomptions, sans aucune preuve. Les jeunes arrêtés risquent des années d’enfermement, alors que les dossiers sont vides. Ils sont sacrifiés publiquement, sans preuve. Les socialistes veulent semer la terreur dans le cœur de celles et ceux qui luttent. Ce gouvernement n’a plus aucune limite, faisons le tomber ! »
    « Tu vis bien dans un pays où les forces de l’ordre peuvent tuer en toute impunité, mais où, pour une voiture de police brulée où un nez cassé, on inculpe des manifestants pour « tentative d’homicide ». Les manifestants arrêtés ces derniers jours à Paris et Nantes dorment en prison sur de simples présomptions, sans aucune preuve. Les jeunes arrêtés risquent des années d’enfermement, alors que les dossiers sont vides. Ils sont sacrifiés publiquement, sans preuve. Les socialistes veulent semer la terreur dans le cœur de celles et ceux qui luttent. Ce gouvernement n’a plus aucune limite, faisons le tomber ! »
    Première partie

    Préalable – vu le niveau insane et médiocrineux des corps constitués décrits ci-dessous – cet article sera journellement enrichi de documents photos et vidéos -.

    Le niveau de pourriture de ces individus rendant la source intarissable à l’infini.

    Postulat indéfectible imposé par le constat des observations

    Les flics c’est quoi ? – Des nazis des fachos des psychopathes des clients potentiels pour les hôpitaux psychiatriques des déchets d’extrême droite – ? Le flic sait quoi ?

    Des frustrés des impuissants de la floche des crétins qui n’ont même pas le certificat d’école primaire des personnes qui se croient importantes autant qu’indispensables alors que dans le flic il n’y a pas d’indice pensable des sous-merdes vulgaires des étrons grossiers autant qu’irrespectueux qui se permettent de vous tutoyer des tarés qui vous empêchent de filmer et qui cassent votre téléphone votre camera ou volent votre carte sd alors que vous allez le droit de filmer des dérangés du cerveau qui aiment et s’amusent à violenter les autres gratuitement alors que leur code de déontologie les oblige au respect à la bienveillance au dévouement ainsi qu’à la protection des citoyens.

    Que la violence leur est interdite tout autant que les interpellations abusives illégales subjectives et disproportionnées. Que dans un Etat de Droit ces pratiques sont punissables. Répréhensibles ainsi que profondément choquantes.

    A leur décharge _ toutefois _ que le Chef d’Etat le Premier Sinistre et le Ministre de l’Intérieur – fachos en puissance – donnent majoritairement des ordres protégeant le Capital les lobbies financiers ou autres puissances perverses et diaboliques; et ce, à l’encontre de la sérénité des peuples. Que ces flics de droite ou de gauche, nazis en puissance ou idéalistes suivent mais ne sont en aucune façon obligés d’exécuter ces ordres. Il suffit simplement de dire « non » et de renverser l’Etat avec l’armée.

    Qu’ils se croient tout permis, qu’ils roulent sans permis, qu’ils font eux-mêmes, toutes les infractions civiles ou bien relative au code de la route pour lesquelles ils osent verbaliser les autres avec violence et grossièreté.

    Qu’ils pratiquent en permanence le dépassement de leurs fonctions et l’abus de pouvoir.

    Qu’ils sont protégés par une hiérarchie toute aussi pourrie qu’eux.

    Que la justice incompétente défaillante pourrie corrompue franc-maçonne complice et politisée ne les punit jamais.

    J’en ai oublié ?

    Et bien cette définition réelle et lamentable c’est normalement en dictature et en république bananière qu’on la trouve.

    Quand je constate le niveau de pourriture de crapulerie de bêtise de violence gratuite inadéquate et illégale des flics en France (et ailleurs en Europe) je me dis que cette humanité ressemble plus à un cloaque et à un vomitorium qu’à un champ d’espoir.

    Je me précipite. Je vais chercher mon seau pour vomir frustré n’ayant pas un flic à ma disposition géographique pour lui vomir – un entonnoir calé – dans sa sale gueule empuantie de morves et d’ennuis.

    Lui restituer son dû : la gerboulade qu’ils provoquent en nous.

    Flics ne provoquent qu’un profond dégoût pour cette fratrie d’égoûts putrides.

    Oui d’accord – j’ai oublié – de réjouir la morale de base ainsi que la bien-pensance.

    Il est vrai que dans la police il existe un pourcentage – faible mais réel – de belles personnes qui sont le coeur de ce métier qui leur tient à coeur.

    Cependant ces policiers humains – écoeurés – par le milieu sans coeur, la triste imbécilité de leurs collègues ainsi que de leur hierarchie pourrie à souhait, bien souvent quitte très vite le métier et rendent les armes ou bien se suicident en prenant les armes tout en coulant les larmes sans alarmer.

    Ainsi ceux qui cherchaient à protéger la veuve et l’orphelin partant de leur idéal ainsi que de leur pleine humanité se sont punis eux-mêmes.

    Cherchez l’erreur.

    Deuxième partie

    Policiers jamais punis ou révoqués : honte et scandale.

    Policiers maintenus dans leurs fonctions de « pseudo-protection du citoyen » malgré les infractions éhontées à la déontologie de leur profession autant qu’aux droits le l’homme. Malgré les fausses enquêtes internes et les passages truqués au tribunal. Ministres de l’Intérieur et de la Justice volontairement inactifs, irresponsables ainsi que défaillants. En Belgique ces sinistresses ministresses incompétentes et profitant de la place financière de leur situation.Annemie Tortue Boumboum et Joëlle Mascara (2013) ne traitant aucun dossier et ne réglant aucun problème. Bref, des pionnes pourries du système politique pourri belge. Des inutiles.

    Par contre que le simple citoyen ne se défende pas en état de légitime défense à l’égard d’un policier en abus de pouvoir, de grossièreté ou de violence. Cela sera transformé – comme par magie – en rébellion, le citoyen ira en prison tout de suite. Ou sera tabassé, mutilé voire assassiné. Le policier au-dessus de tout pouvoir tue et tire pour un rien. Quand ils sont trois face à un seul homme tenant un couteau en main, ils tuent. Le prétexte passe-partout et invoqué est la « légitime défense ». Alors qu’il est possible de tirer en l’air pour effrayer ou de tirer dans les jambes pour désarmer. Ces gens sont des cow-boys primaires aux cerveaux appauvris par la « légitimité » de leurs pouvoirs alloués.

    Un policier peut tabasser, casser, s’acharner violenter à mort n’importe qui et sans raisons valables, il ne sera ni puni, ni emprisonné, ni viré. Un citoyen donne un coup de pied à un flic, en légitime défense le citoyen prend un an de prison pour rébellion. Merci, flics, justice, juges et magistrats pourris ! Après cela vous étonne que l’on vous déteste ? Justice de clowns et à deux vitesses. Tout cela va se terminer dans le sang. Cf. article plus bas.

    Troisième partie

    Le policier : postulat analytique

    Les policiers et les CRS sont très majoritairement des psychopathes dangereux. D’une intelligence très moyenne à faible. Leur niveaux d’étude est plus que très probablement déplorable. En fait, ces inadaptés sociétaux font ce métier comme bouche-trou, car ils sont incapables de trouver un métier plus créatif (tout d’ailleurs comme beaucoup de militaires) Ils sont tous aussi probablement racistes, remplis d’à-prioris stupides, mysogines, fascistes, fachos, casseurs infiltrés, menteurs, voleurs, violeurs, corrompus et crapules d’extrême droite. Le tout – dans le même sac à vermines et à merde – manquant cruellement de sens commun, critique et analytique -.

    Soit, ils obéissent aux ordres comme des automates débiles et ridicules; soit, les ordres leur permettent d’exalter leurs pulsions violentes et sadiques : c’est évidemment pour cela qu’ils ont pour la plupart « choisi » ce métier dont il font un jeu de fête foraine. En fait ces sous-crétins de CRS sont tellement formatés que dans la rue – face à des personnes fragiles – ils se croient dans un jeu vidéo. Comme ces pourritures de militaires américains qui diffusaient de la musique pop et rock à plein tube dans leur tank pendant qu’ils s’amusaient à faire des cartons sur la population civile sans défense – uniquement parce qu’ils étaient musulmans (cf. guerre en Irak et ailleurs en Afrique du Nord).

    D’un point de vue psychanalytique, je serais curieux de poser quelques questions à certains CRS… et à certains militaires…

    Avec un métier aussi important, aussi noble que le métier de policier, il ne devrait être validé qu’à travers une licence universitaire.

    Et non être constitué de toute la fange des rigoles des rues sales et fétides.

    Bien sûr – comme dans tous groupes humains – il y a dans ce groupe un faible pourcentage de belles personnes (5, 10% ?) qui y ont adhéré pour réellement défendre les valeurs régaliennes, la population et les animaux. Et pour lesquels protéger « la veuve et l’orphelin » possède un sens très absolu. C’est la noblesse humaine ainsi que la noblesse d’âme de quelques policiers.

    Mais ceux-là manquent et ne tiennent jamais le coup face à des collègues relevant de la pourriture ainsi qu’une hiérarchie gangrénée relevant d’une pourriture plus abominable et minable encore… Ces policiers-là – bien tristement – se suicident ou bien abandonnent très vite la profession et démissionnent.

    Quant à parler du chef d’état, du premier ministre ainsi que du ministre de l’intérieur qui relèvent tous trois du même pot de chambre, et ne régulant pas la police, ils font aussi partie des lamentables déchets sociétaux.

    Le policier est là pour vous défendre – en tant que citoyen faible – et en aucun cas il n’a le droit de vous tutoyer, de vous frapper, de vous mutiler, de vous violenter. Comme n’importe quel être humain n’a le droit de vous tutoyer, de vous frapper, de vous mutiler, de vous violenter.

    Ce concept relève des valeurs régaliennes, du sens commun, du respect de l’autre, de la protection de la vie, du progrès civilisationnel (Culture versus Nature) et enfin de la Charte des Droits de l’Homme.

    Chacun a le droit plutôt – le devoir – de se défendre légitimement et de protéger sa vie voire celle d’autrui.

    Beaucoup plus bas dans cet article quelques conseils de défense vis-à-vis des personnes qui mettent votre vie ou votre intégrité en danger.

    J'aime

Tout commentaire à caractère raciste, diffamatoire ou incitant à la haine envers quelconque communauté sera supprimé et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires, conformément à la législation en vigueur.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s